Couture

Le retour de la couture pour grande : celle qui était presque parfaitement parfaite….

A l’origine

J’ai trouvé sur Vinted une robe marinière que j’adore et que je porte sans arrêt : ample, trapèze, avec poches. Parfaite. Elle me va en haut, les épaules ne tirent pas et les emmanchures ne sont pas trop larges. C’est ma petite robe doudou parfaite, celle des matins où j’ai pas envie de le lever, celle des journées dures à affronter où celle des journée cocooning au fond du canapé.

J’avais repéré chez ma copine Fanny ( Contrendroit sur Instagram) un hack de patron pour en faire une copie mais je n’avais pas le patron correspondant et j’essaie de me calmer niveau achat de patron depuis 2-3 ans. Et puis une robe de ce type là nécessite quand même beaucoup de tissus, ce qui veut dire ne pas pouvoir se tromper…. Donc l’envie est restée en stand by pendant de très long mois. Et puis, en allant faire un tour sur le compte d’une de mes abonnées instagram , Melowtricot, j’ai repéré mon graal : un patron de La Maison Victor de 2016 qui était quasi pile ce que je voulais!

Après des fouilles archéologiques dans mon tas de magazine, j’ai exhumé le-dit numéro, pour me rendre compte au passage qu’il regorgeait de pépite : une jupe en jeans droite, un sweat pour mon zhomme et pour mon ado et une salopette pour Eliott ( avec pleins de schéma de montage !!! pleins pleins pleins…celles qui ont suivi mes déboires récentes en story savent pourquoi ça me met en joie ‘^^) et il me semble encore autre chose mais j’ai la flemme de remonter dans mon atelier pour vérifier ma mémoire me fait défaut. J’aurais mis juste quelques jours pour recopier le patron….

Le patron

Il s’agit donc de la robe « swing » du numéro de mars/avril 2016. Elle comporte 4 pièces : 2 manches, un dos et un devant. Elle est prévue pour un tissu extensible au tombé un peu lourd et elle est sensée être coupée dans le biais (C’est très clair avec le schéma de coupe du magazine). L’encolure devant est presque bateau, très haute et peu ouverte tandis que l’encolure dos est un col V pas trop profond ce qui veut dire qu’on ne voit sans doute pas pas la barre du soutif. Elle arrive au niveau des genoux et elle est moulante au niveau des bras et du haut du buste pour s’évaser rapidement. J’ai coupé un 38 auquel j’ai rajouté les marges de couture après avoir eu confirmation que le modèle taillait grand ( 5 minutes de petites recherches sur le net) mais de toute façon c’est ma taille chez La Maison Victor.

Côté explications/ recopiage de patron. Je n’ai pas vraiment regardé pour cette robe parce que je sais les monter et que ma méthode me convient très bien, mais il y a beaucoup de schéma et je les trouve vraiment très clair. A voir sur une pièce technique comme la jupe de ce numéro ce que ça donne…

Le magazine présente plusieurs pages de patron, imprimé recto/verso. Il faut parfois chercher sur plusieurs feuilles mais il n’y avait dans ce numéro que 2 patrons par pages, de deux couleurs différentes donc recopier le patron n’est pas difficile. Faut dire qu’après avoir décalqué 14 pièces pour une salopette dans un ottobre pour un fail dont il faut que je vous parle un de ces jours, quand j’aurais digéré, c’était noël cette fois ! Ceux qui savent savent comme dit

Petite note au passage : la tête de manche est vraiment étroite, j’étais un peu sceptique mais en fait ça va super bien !

Les fournitures

Pour la coudre, il faut compter pas mal de tissu si on la coupe dans le biais. Je voulais reproduire ma robe marinière fétiche, alors j’ai pioché dans mon stock un coupon de tissu à sweat léger marinère que j’avais acheté au printemps dernier chez Mamzelle fourmi. Je pense que c’est un genre de collection permanente parce qu’en repassant sur le site depuis, je l’ai vu plus ou moins en stock. J’ai ajouté un peu de stabilmanche au niveau des coutures d’épaules et de l’encolure ( on y reviendra) et le patron nécessite aussi du biais pour terminer l’encolure : ici du Wiltshire acheté à droguerie il y a des éons 5 ou 6 ans.

La patte de la linotte

La chose la plus importante à signaler c’est que je n’ai absolument pas coupé ma robe dans le biais : sinon mes rayures n’auraient absolument pas été dans le bon sens. Je ne sais pas si a changé quelque chose mais j’ai galéré ma mémé pour faire rentrer dans mon coupon ( il me semble, 1m 50 mais je ne suis pas sûre) J’ai donc coupé le devant en pliant mon tissu mais pas complètement en deux (2/3 1/3 je pense) pour gratter le plus de tissu possible pour caser une manche. Ensuite j’ai déplié mon tissu et j’ai replié l’autre extrémité de la même manière en mettant ma pièce dos dans l’autre sens pour gratter un max de tissu pour caser l’autre manche. C’était chaud mais c’est passé. Il me reste des mini chutes, que j’utiliserai pour faire un sweat à Eliott en jouant sur les imprimés, sans doute sur les manches, j’ai un reste de rouge de la même qualité de mon sweat d’amour le confortable ( même fournisseur, même qualité, il n’a pas pris une ride en presque 1 an)

Ensuite, je trouve l’encolure vraiment haute : la première chose que j’ai faite fut donc de l’abaisser de 1 cm on y reviendra bis

J’ai eu peur de la finition du col V, un truc qui m’a semblé un peu aléatoire qui se termine avec du thermocollant sous le biais Je ne voulais pas avoir froid au dos, alors j’ai changé aussi l’encolure dos.

Petite fierté personnelle : j’ai réussi à raccorder mon biais avec lui même presque parfaitement.

J’ai tout assemblé à la machine et pas à la surjetteuse rebelle for ever et comme d’habitude et j’ai utilisé mon pied à surjet et un fil contrastant qui rappelait le biais pour la finition intérieure.

J’ai piqué mon ourlet de manche à l’aiguille double en faisant juste un retour simple de 1 cm et tout s’est passé sans le moindre accro Victoireeeee pour le peuuuupleeeeee . Comme j’avais un peu peur qu’elle ne soit un chouïa étroite en bas alors j’ai rajouté 1 cm de large tout en bas de la pièce de chaque côté et j’ai juste retracé un trait depuis le haut de la manche et c’est nickel pour moi.

Et comme d’habitude, j’ai fait mon ourlet du bas à la main à point invisible.

Sur un coup de tête, au lieu de rabattre mon biais vers l’intérieur, je l’ai laissé apparent ( du coup, j’ai perdu mon cm d’encolure en moins ‘^^) et pour ne pas risquer de perdre en élasticité on en reparle plus bas ter j’ai fait la seconde couture à la main à point plus ou moins invisible mais pas du tout régulier et pas à la machine à coudre.

Epic fail ?

Je suis ravie de presque tout. Elle tombe hyper bien, mais elle n’est pas encore assez parfaite. En fait, je passe ma tête mais tout juste, vraiment tout juste. J’aurais pu gagner un peu en repliant le biais à l’intérieur complètement mais ça me plaisait trop comme ça, d’ailleurs, je le garde pour mes prochaines marinières (robe ou sweat note à moi-même : penser à retirer la marge d’ourlet). Ce n’est pas inconfortable mais je me retrouve avec la même encolure que sur le patron d’origine… du coup. J’ai eu peur que l’encolure ne se déforme alors j’ai mis du stabilmanche aussi tout autour . Je ne pense pas que ça joue beaucoup mais c’est vrai que le haut n’est pas du tout « élastique ». Sans doute que la finition au biais aurait eu la même conséquence… Mais bon. Je peux la porter et elle n’appuie pas sur ma gorge, alors on va dire que ça va.

J’ai presque réussi mes raccords, ils sont alignés par moment, presque alignés à d’autres endroits ou pas du tout aligné ‘^^. Vous verrez sur les photos portées et aussi sur la photo de la rubrique « le patron » que c’est mieux sur les côtés de la robe.

Pour la prochaine version, j’ai prévu de rallonger le patron de la jupe de 4 ou 5 cm, de creuser un peu plus l’encolure devant (déjà fait) et de rajouter des poches parce que quand même les poches c’est la vie (déjà patronné). J’ai un petit doute sur la hauteur d’emmanchures, je vais voir à l’usage avant de me décider mais je vais sans doute la descendre de un cm au moins car c’est très moulant. Petit bat… avait sorti un version sweat, il me semble un peu plus large que ma robe.. Autant je me ferai une version sweat l’automne prochain… à avoir !

Les photos portées

C’est le zhomme qui s’y est collé. Ne lui dites pas, je préfère celles de robin ;op. Nouveau spot validé depuis qu’on a rangé la terrasse : un peu plus de lumière donc une plage dans la journée plus longue pour prendre les photos et plus de prise électrique cracra ^^ Par contre, je vais devoir retravailler mes réglages car elles m’ont l’air un peu plus jaune, tiens…

J’avais un peu peur de l’ampleur car elle est plus courte que ma robe petit bat… mais finalement ça va. Fierté ultime pour mes presque raccords de côtés que vous pouvez presque voir sous mes bras, au passage…

Le dos est un peu moins large que le devant du coup, ça tombe bien et ça ne fait pas sac à patates ^^

On vous a fait un petit zoom sur l’encolure :

Je pense que le petit pli est un signe qu’il faut que je creuse encore un peu : 1 ou 2 cm au centre et 0,5 ou 1 cm au niveau de l’épaule….

Et pour finir, une petite photo de son futur meilleur ami mais ils se sont à peine rencontré, à savoir mon gilet d’amour monop d’ancienne collection trouvé à Brest en ultra méga sold il y a 2 étés.

Alors qu’est ce que vous en pensez ? ^^ Il est fort possible que vous voyez par ici dans les mois à venir d’autres « vieux » patrons, parce que je me suis replongée dans mes vieux magazines et j’ai trouvé pas mal de chose qui font de l’oeil. Mais aussi un peu peu de l’ottobre du printemps de cette année qui est plein de très bons basiques enfants pour lesquels je n’aurai pas besoin de leurs explications minimalistes ‘^^.

Vous me dites en commentaire si vous pratiquez aussi les magazines ? j’avais boudé un moment mais finalement, ça se fait pas trop mal, et je suis curieuse d’avoir votre avis ^^

3 réflexions au sujet de “Le retour de la couture pour grande : celle qui était presque parfaitement parfaite….”

  1. Bonjour, les robes ou jupes coupées dans le biais on appelle ça des jupes soleil, le biais étant plus fluide c’est ce qui donne de la souplesse au modèle,

    vous avez raison il ne faut pas investir trop souvent dans les patrons, je trouve qu’ils coutent assez chers, lorsque l’on fait un patron de bases bustes ou pantalons, on peut faire une multitude de patron soi-même en plus adapté à notre morphologie, et c’est économique et vous pourrez investir l’argent économisé dans des tissus,

    Oui il faut aussi voir comme vous dites les vieux patrons que l’on peut réadapter.

    Il y a des livres qui enseignent comment faire des patrons, certains plus techniques que d’autres.

    Bonne continuation

    J'aime

  2. Salut, j’adoooore ta robe ! Des rayures, déjà, youh ouh !!! Le biais apparent, superbe idée et superbe résultat !
    Bon, il me faut du jersey marinière épais maintenant …

    J'aime

    1. héhé ^^ J’ai regardé chez Mamzelle fourmi, ils n’y avaient pas de gris, mais encore du rouge ( utilisé sur mon confortable, il doit trainer quelque part au fond du blog ‘^^) . Il n’est pas très épais, j’en avais trouvé un plus épais mais carrément moins élastique en destash. Ça fait une chouette robe de demi-saison ! J’ai vu du sweat avec du modal dedans, je me tâte à faire une version « petite robe noire » avec biais qui pète et remodifier le dos…. Peut être le mois prochain, j’attends ma paie pour une grosse commande de tissu ‘^^

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s