Tricot

Article post it : Encore et toujours des chaussettes ^

A l’origine

Les cho7, c’est l’encours n° 2 par ici, une paire en chasse presque toujours une autre. D’ailleurs, il faut que je me penche plus en détails sur la prochaine paire, même si je pense déjà savoir ce que j’ai envie de tricoter ^^.

Voici donc la paire de cet été ! Sensée être mon tricot de vacances en Bretagne, mais un soucis de couleur l’a mise en pause tout un mois… Ne vous inquiétez pas, j’avais un encours principal qui du coup est parti en vacances à ma place !

Cette fois, je suis partie d’une association de couleur et ensuite j’ai réfléchi à ce que je pouvais faire pour mettre en valeur ma couleur principale. Ce qui m’a permis de tricoter le point d’un modèle hyper ultra méga connu, que je n’avais jamais tricoté…Le comble pour une affictionada de cho7, pas vrai ?

Les fournitures ( et presque épic fail n’ayons pas peur de bouleverser les habitudes par ici ^^)

La base de cette paire, donc… Un combo ultra adoré à l’arrivée mais dont deux couleurs m’ont posé soucis en cours de route… Je suis partie de la « Lana Grossa Meilenweit 100 Tweed » coloris « 106 » qui trainait dans mon stash depuis 2 ou 3 ans ( je l’avais repéré chez Fibertales à l’époque et je l’avais prise chez feu L’échappée laine snif snif nostalgie nostalgie. J’avais tricoté une première cho7 d’un design qui n’a jamais vu le jour et dont la torsade a été reprise sur une paire de cho7 assez récemment, et donc que j’ai définitivement laissé tomber… avec 100 grammes, j’ai pu tricoter 3 cho7 en tout donc. J’ai d’ailleurs serré les fesses jusqu’au bout, coucou les copines de tricothé ! , puisqu’il est resté à la fin… 75 cm de fil en tout est pour tout ^^.

Pour les côtes, j’ai pioché un reste de MCN de Yarn By Simone coloris  » figue » que j’adore d’amour fou. C’est un reste chouchou d’un projet que je dois détricoter pour récupérer ma précieuse. Je ne ferai pas tout une cho7 dans cette merveille de mérino/cashmere/nylon parce que j’aurais trop peur de les porter, mais pour les côtes; ça va puisque c’est la zone qui a subi le moins de frottement ^^.

C’est pour les deux couleurs suivantes que les choses se sont corsées ‘^^. J’avais prévu d’utiliser, pour le talon, de la fabel que j’avais teinte avec de l’oignon mais je n’étais pas du tout contente du résultat. Alors j’ai défait mon talon et j’ai laissé posé pendant un mois. En revenant, j’ai eu une illumination et j’ai utilisé une autre teinture maison ( je ne sais plus du tout à quoi par contre, ça date de 3 ans au moins), d’un joli jaune doré tout doux. Et je suis repartie pleine d’allant pour terminer la première. En espérant avoir assez de laine pour faire l’autre talon…. Que j’ai aussi fini avec une micro quantité de laine ‘^^

Sauf que du coup, la première couleur prévue pour la pointe n’allait pas du tout ( un reste de fabel entre violet et prune) car elle jurait avec les deux premières. Par acquis de conscience j’ai tricoté une première pointe quand même, que j’ai défaite tout de suite . J’ai donc tricoté une seconde pointe avec la teinture à l’oignon, mais ça n’allait pas non plus. J’ai laissé de côté encore 2 semaines, en retournant le net à la recherche d’un mini de teinturière indépendante qui irait bien avec mon combo. Mais j’ai eu peur de commander et de me retrouver avec un prune qui jurait encore avec mes laines…. Et puis illumination ! J’avais juste la couleur parfaite au fond de mon stash mais j’ai juste mis plusieurs jours à retrouver le mini… Il s’agit d’un mini de « Socks » de Madelaine et filbert », coloris  » Vienne » si ma mémoire ne me fait pas défaut ‘^^.

Puisqu’on en est aussi à « l’epic fail », j’ai eu un soucis au blocage : la dernière couleur a dégorgé et j’ai lavé ma première cho7 dès qu’elle a été finie pour vérifier la taille. Elle était un peu étirée mais il me semblait que la « Lana grossa » se détendrait plutôt pas mal ce qui fut le cas. Par contre, mon écru avait pris une jolie teinte très très légèrement rosée. Qui unifie encore plus mon combo. Mais une terrible question restait en suspend… quid de la seconde ‘^^. Et bien j’ai eu presque le même effet, même si la tige est un peu plus « jaune » sur la seconde cho7. Mais j’ai aussi eu sur celle-ci des zones au niveau du pied avec du prune. Ça se voit plus en vrai que sur la photo : rien de grave cependant. J’aime tellement l’association que je le lui pardonne avec joie ^^ Et pour finir un petit grafting tout bête que maintenant j’aime aussi faire. En fait, j’aime vraiment chaque étape du tricot de cho7 à présent !

Et avant que j’oublie. J’ai tricoté le tout avec des 2,5 mm sauf pour les côtes (2,25 mm).

Le(s) patron(s) et La patte de la linotte

Il manque un photo ici… J’édite dès que je peux… C’est à dire quand j’aurais de la batterie et le temps de la prendre… Toutes mes excuses si êtes arrivé.e.s avant ‘^^

J »utilise encore et toujours la recette de Bmandarine sur Youtube mais avec quelques modifications. Les mêmes 64 mailles au départ et côtes 2/2 mais cette fois j’ai tricoté 15 rangs de côtes. Je regrette presque de pas avoir fait des côtes 3/1. A voir sur la prochaine paire ^^ Et évidemment toujours le « câble cast on » dont j’aime le rendu et qui est pour moi beaucoup plus facile à tricoter.

Pour la tige et le dessus du pied, j’ai utilisé le point des « Hermione everyday socks » patron gratuit en anglais de Erica Lueder disponible sur ravelry qu’on ne présente plus : une jolie texture, qui se lit très facilement et qui n’est pas brouillé ici par les petites boulettes de tweed.

Toujours le talon du patron de Mélodie, qui reste pour le moment mon préféré de tous les temps !

J’ai aussi suivi le patron pour la pointe. A refaire, je commencerais peut être plus tôt et je ferai quelques diminutions de plus et pour les fils « mous » comme le Merino superwash de « Madelaine et filibert »je tricoterai bien la pointe en 2,25 mm pour resserrer un peu le bout. J’aime bien avoir la pointe de pied bien tenue. Je pense que c’est pour ça que je préfère les fils à cho7 industriels qui sont plus secs et se tiennent bien. En vrai la couleur tire plus vers le violet…

Les photos portées

Pas la meilleure séance ni la plus originale mais bon… J’ai peur de compter les « articles cho7 » du blog, à ma décharge ‘^^ Sur la première on voit enfin correctement la texture dont je parlais plus haut !

J’ai déjà dit que j’aimais mon combo ? ^^ Je suis bien contente de ne pas m’être contenté de ma première couleur de pointe comme le suggéré mon homme qui ne comprenait pas pourquoi je disais que ça jurait ;op

Je vous ai fait une photo de la pointe vu de devant, comme souvent. Ça donne une impression un peu bizarre parfois mais ça permet de bien voir la finition invisible ^^

Je vous ai fait aussi un gros plan des diminutions de côtés.

Et pour varier un peu , des talons en gros plans de dos et pas juste de dessus… qui me permet de me rendre compte que ma cho7 est un chouïa trop longue du coup : elle risque de glisser un peu dans mes chaussures… Zut ‘^^

Et puis aussi du dessous du talon : je crois que j’y pense presque jamais…

Et une dernière vu de dessus pour terminer … Puisque malheureusement, c’est comme ça que je les vois, c’est à dire sans leur joli talon !

Et voilou ! Un article post pas si post it et avec pleins de photos ^^ !

Je suis toujours autant à la ramasse sur les photos des articles, mais j’espère vraiment retrouver un vrai rythme de publication… Aujourd’hui j’avais prévu plusieurs séances en profitant du temps couvert pour faire des photos sur toute la journée (ces jours là peu importe l’heure je n’ai presque pas d’ombre) sauf que 1. Ma batterie m’a menti hier soir en me disant qu’elle était chargé et elle m’a lâchement abandonné à la fin de cette séance-ci…. 2. du couvert, le temps est passé à pluvieux alors que la batterie est presque chargé…. l’univers ne veut pas que je bloggue… Je vais donc retourner à mon premier tricot d’automne, qui me mets lui aussi particulièrement en joie et que j’ai hâte de terminer et partager avec vous ^^ !

Et sinon… vous savez quoi ? C’est l’automnnnneeeeeeee !! Yipyyyyyyyyy.

Vous pouvez reprendre une activité normale ;op

Non classé

Les petits projets d’Août

Au programme ce mois-ci, on retrouve des petits bricolages, hyper rapides, mais qui mettent le coeur en joie. C’est pour ça que je les partage avec vous, au cas où ça vous donnerait envie de faire de même. N’hésitez pas à me dire si vous aimez ce genre de post it d’inspiration !

Avec un peu de scotch et de making tape …

J’ai customisé une boite de thé pour y ranger mes yeux de sécurité. C’est tout joli sur mon bureau. J’ai toujours adoré les couvercles des boites kusmi avec leurs jolies fleurs un peu art déco. J’en ai donné une à mon amie Rachel et elle l’a customisée avec du making tape et j’ai dit  » banco » ! J’ai retourné mon petit bazar à la maison pour retrouver une autre boite et j’ai sorti mes plus jolis making tape.

Premier écueil : en fait, il faut un making tape bien opaque et même mes plus foncés étaient encore transparent. Du coup, j’ai utilisé un vrai scotch à motif, acheté chez Hema, il y a 3 ou 4 ans.

Second écueil : il ne faut apparement PAS monter jusqu’en haut de la boite.. parce que sinon elle ne s’ouvre plus ‘^^ J’ai dû forcer comme un âne avec un tournevis et un marteau pour ouvrir ma boite. Alors après un autre grand moment de solitude, une habitude en ce moment, si vous suivez ‘^^, j’ai retirer le dernier étage de scotch : c’est moins joli quand c’est ouvert, mais ça tombe juste à la bon hauteur quand on remet le couvercle. Ouf, l’honneur est sauf !

Second bricolage minute, mais cette fois vraiment minute, j’ai décoré mon cahier à projet secret avec un peu de tissu adhésif à étoiles froufrou ( j’ai coupé une bande à laquelle j’ai donné une forme de banderole merci les étoiles qui permettent de couper parfaitement droit et symétrique et j’ai mis un peu de making tape constellation, trouvé en vacances il y a des lustres et donc de provenance totalement inconnue ‘^^. Pour être sûre que ça tienne bien, j’ai mis de la colle UHU sous mon making tape. J’aime vraiment beaucoup le rendu de mon petit cahier personnalisé !

Avec mes pinces…

J’ai acheté une breloque en porcelaine dans une petite boutique de créateurs à Avignon, en sortant de mes derniers oraux de bac. Au départ je voulais faire des boucles d’oreilles dépareillées, mais finalement j’en ai fait un marqueur de mailles ouvert pour mes petits projets crochet. une breloque en forme de goutte et une dormeuse de la droguerie, un anneau , deux tours de pince et c’est tout ^^ Mini bricolage mais qui me plait décidément beaucoup ^^

Et puis, j’ai pris le temps d’utiliser une autre partie de mon petit butin de Rennes ( la première partie avait fini en boucles d’oreilles, le mois dernier ^^) pour refaire quelques marqueurs avec un diamètre un peu plus grand : je pense à tricoter un doudou de cou moelleux mais avec plus que du 4,5mm et mes marqueurs habituels sont chouïa trop petits….

Les fournitures : rudraksha achetées en lot l’an dernier ( mais je ne sais plus sur quel site …) et tiges avec petites boules colorées de la Droguerie.

Un peu de broderie et de collage …

Je suis tombée amoureuse des marqueurs vendus par « the petit Knitter » : elle a eu une idée de génie ! J’ai essayé d’en avoir un, mais ils partent hyper vite et puis c’est cher et puis avec les frais de port depuis le canada…. Alors j’ai essayé d’en faire en mixant avec le travail d’une autre personne dont j’admire le travail :  » saltwaterstitches » sur Instagram (sauf que ce que je fais moi, c’est quand même vachement moins beau !)

Ça ne se voit pas du tout mais j’ai fait une tentative de point de noeud pas over concluante pour le nuage ‘^^ …

Les fournitures : mini mini mini mini tambour à broder, une chute de la combi que j’ai recoupée et donc je vous parle un peu plus bas, du fil à broder doré hérité de ma petite mamie Suzette ( je ne sais pas du tout ce que c’est mais je me demande si ce n’est pas de la soie! ) et de fil pour broderie sashiko ( pas la meilleure option mais j’avais la flemme de redrescendre dans le salon chercher ma trousse à broderie ‘^^et pour finir de la colle.

Temps de réalisation… 5 minutes ? allez, peut être 10 ! Mais encore un petit mini projet joli pour me motiver pour la rentrée ! ^^ Je pense le décliner régulièrement pour moi et pour offrir avec plus de couleur ^^

Un peu de customisation

Parfois, il suffit de vraiment rien du tout pour transformer une fringue classique de la grande distribution un peu tristrouille en pièce (presque)forte ^^ Juste un peu d’idée et une dizaine de boutons ^^ Je suis juste passée d’un double boutonnage avec des boutons noirs tout bête à ….

Je n’ai pas fait de photo avant/après. J’ai trouvé cette veste sur Vinted pour moins de 5 euros : elle est en super état, elle a une super capuche, un tissu de bonne qualité (avec même de la vraie laine dedans ! Miracle !) et même une joli doublure avec un passepoil. Elle avait presque tout d’une grande ^^ Je la trouve bien mieux comme ça, non ?

Les fournitures : veste d’hivers seconde main, boutons en bois du marché, et boutons petit pan dans mon stock depuis… avant la naissance de mon grand (qui a 13 ans). J’ai drôlement bien fait d’attendre le projet parfait, non ?

Ah et la broche au crochet, si jamais vous vous demandiez, je l’avais faite il y a plusieurs années, avec de la fabel teinte à l’oignon et vous avez mes notes ici pour faire la même si le coeur vous en dit ^^

Voilà, pour les petits projets du mois écoulés ! A tout bientôt pour un article photo ou bien tricot, en fonction de ce que j’arriverai à faire ce week end ^^

Crochet

Ma petite collection été/automne 2021 : la blouse désinvolte hackée version…. jesaispluscombien ;op (1)

A l’origine

Je suis tombée amoureuse d’une robe cousue par m.a.udhenne en septembre 2019. J’ai longtemps hésité à faire une robe plutôt qu’une blouse mais je pense que je dois me faire aux carreaux sur moi en plus petite touche d’abord… D’une manière générale, je mets souvent de côté des fringues à carreaux plus ou moins vichy dans tableaux d’inspiration. Je trouve ça hyper sympa chez les autres, mais j’ai dû mal à les porter. C’est sans doute pour ça que je n’ai pas sauté le pas au moment de valider mes paniers sur les sites de vente de tissus.

Et puis, « les aiguilles contre-attaquent » a fait une vente avec les tissus de sa grand-mère au printemps. Le principe était de payer ce qu’on voulait plus les frais de port. Quand j’ai vu ce coupon, j’ai littéralement sauté dessus ! Je me suis dit que ces carreaux vintage de chez vintage en coton, ils devaient être d’une sacrée qualité ! Et j’avais raison ! ^^

Les fournitures

La base est donc un coton vichy à plutôt gros carreaux. Je dis bien vichy parce que ce n’est pas un imprimé mais un tissage. Le tissu est peut être un peu raide pour mes fronces mais j’en ai encore vraiment pas mal : le coupon fait 3 m de long sur une laize de 80 cm si ma mémoire est bonne. Je me demande si je coupe une robe et/ou une tunique dedans. Je ne ferai sans doute pas de fronces dedans la prochaine fois…

Pour aller avec, un peu de biais à cerise du marché et mes boutons petits pans favoris !

Le patron et la patte de la linotte

Vous pouvez jeter un oeil par ici ou par ici pour avoir une idée des détails puisque j’ai suivi la même recette que les deux désinvoltes hackées de l’an dernier.

Pour rappel néanmoins si vous avez la flemme d’aller (re)lire les articles : j’ai gardé le devant de la désinvolte de ODV patron mais j’ai redessiné le col pour avoir une encolure bateau : je trouve que c’est l’encolure qui me va le mieux ^^ ( le devant est aussi en un seul morceau, sans parementure et sans manches : la base des mes modifications de la désinvolte). J’ai gardé les fronces, et leur jolie ligne qui tombe si bien pardon je radote ;op

Une fois n’est pas coutume, j’ai fait mon bord… à la machine ! mon tissu me paraissait un peu raide, alors je me suis dit que je ne risquais pas grand chose à faire l’ourlet comme ça… et j’ai bien fait !

Mais j’ai fini le col et les emmanchures avec un biais rapporté, comme d’habitude.

Ici j’ai eu quelques sueurs froides, parce que ce n’est pas un biais type « liberty » mais un biais un peu épais qui n’a pas beaucoup de souplesse. Je n’aurais pas fait le bord avec, par exemple. Mais pour une encolure et les emmanchures ce n’est pas très grave.

Cette fois-ci, j’ai redessiné la pièce dos pour avoir un vrai faux boutonnage : j’aurais pu faire les boutonnières mais c’était uniquement pour le look, donc j’ai cousu mes boutons directement.

J’aurais pu ouvrir tout le dos, mais avec les fronces, j’ai eu peur que ça fasse un peu bizarre. Par contre, j’ai très envie de me coudre une robe trapèze sur le principe du top grainfield de ottobre juste rallongé, avec ce boutonnage tout en bas et si possible dans un beau lin lavé ou bien un lin/viscose… Mais je n’ai pas encore le tissu et il faudra faire au moins une toile portable avant.

Epic fail ?

Comme mon biais n’est pas souple du tout, et mon tissu se tient bien et ne se déforme pas vraiment, j’aurais dû réduire les marges de coutures pour le haut de l’emmanchure ou bien rallonger les pièces dos et devant de 1 ou 2 cm au niveau des bretelles pour gagner en aisance. d’habitude, je tiens compte du fait que je déforme un peu l’emmanchure en posant le biais que j’étire mine de rien pas mal. Ma blouse reste tout à fait portable, ce serait juste un peu plus confortable…

J’ai encore trouvé le moyen de faire un micro pli en posant mon biais. Porté, ça ne se voit pas, mais vous savez comme ça m’agace contre moi-même ‘^^

Et puis la finition intérieure de mon boutonnage n’est pas tout à fait au poil de yak mais de l’extérieur, on ne voit rien, donc je devrai réussir à l’oublier ;op

Un peu plus gênant, j’ai apparemment coupé mon volant dos un chouia de travers. J’ai mal plié en deux mon coupon, pourtant je pensais avoir fait gaffe mais bon, le carreau, faut pas se leurrer, ça pardonne pas… du tout ! ( et ne m’en veuillez pas de ne pas avoir fait de photos des rapports de côté, il faudra me croire sur parole… c’est juste du grand, du très grand n’importe quoi ‘^^…

Les photos portées

C’est encore une fois Robin qui a fait les photographes. Quand son grand frère Léo n’est pas là, il est toujours partant et en général, ça va assez vite : je n’ai qu’à installer mon pied, faire mes réglages rapides et il s’occupe du reste !

Je ne l’avais pas prise en vacances avec moi, parce que je ne suis partie qu’avec des pièces qui n’avaient pas besoin d’être repassées ‘^^ ( j’ai tourné sur 3 hauts, 3 bas et une robe pendant presque 3 semaines, alors autant dire que j’ai fait plusieurs machines ‘^^).

Je ne sais pas trop pourquoi il y a ce plis sur le devant, je n’ai pas vu avant la séance photo, donc j’imagine que j’ai dû mettre ma blouse un peu de traviole dans la précipitation : les séances photos portées, ici, c’est toujours un peu en mode  » ça me prend comme une envie de pisser » et c’est toujours juste avant la fenêtre où c’est possible chez moi, c’est à dire quelques minutes avant midi en été ;op

Comme cette blouse comporte une partie avec des fronces, je n’ai pas spécialement fait gaffe aux raccords entre les pièces du haut et du bas. Par contre, j’ai essayé de le faire pour le ligne horizontale de mon demi-dos ^^

La blouse me paraît effectivement de traviole ici, donc c’est sans doute la cause du pli dont je vous parlais, quelques lignes plus haut.

Cette pièce est la première que j’ai cousue à partir de mon petit tableau n°2. Je l’ai finie en Juillet et donc je suis à jour des articles concernant mes cousettes ! Il me manque par contre, encore et toujours, les articles concernant le tricot ‘^^ J’ai par exemple un pull en plötulopi qui est bloqué et tout, mais ici il fait 36 degrés alors bon, je suis pas over motivée pour les photos à midi, j’espère que vous ne m’en voulez pas ‘^^

Mais comme je ne suis pas toujours très cohérente avec moi-même et qu’en même temps, il s’agit d’une collection été/automne, j’ai mis THE gilet qui ira avec sans doute très souvent avec ma blouse dans les petits looks que je poste en story sur Instagram….. D’ailleurs, je vois bien plus cette blouse portée comme ça que toute seule …

Et vous, vous avez une préférence ? ^^

Tricot

Le plaid de confinement…

A l’origine

Pendant le premier confinement, comme pas mal de gens, j’ai monté plein trop de projets. Comme nous nous disputons régulièrement le granny géant du le canap’ que j’ai crocheté il y 8 ou 9 ans, je me suis dit que c’était le moment idéal pour monter un projet cosy. Mais en tricot, vu que j’ai une couverture en crochet en cours depuis genre 4 ou 5 ans, qui n’a pas avancé cette année d’ailleurs, alors que je suis sensé faire une série de carrés par été, mais passons ! Donc, j’ai arpenté mes favoris ravelry et j’ai eu envie de refaire la couverture de naissance de Robin mais avec un fil plus épais car la première était trop petite pour un plaid de canapé. J’ai retourné mon stash et j’ai retrouvé une série d’écheveaux presque solitaires de Cascade 220 Heather, que j’ai associés à un reste de giliatt ^^

Les fournitures

Pour ce patron, on peut tout à fait jouer sur le nombre de couleur. Le but était ici d’épuiser un peu mon stock et ça fait drôlement plaisir de trouver quoi faire d’un bon paquet de restes ou d’écheveaux solitaires, pas vrai ? Ici donc, on retrouve de la cascade 220 Heathers coloris « greystone Heather », « moutarde » et « gold » ainsi que de la Gilliatt de De Rerum Natura coloris  » ‘heure bleue ».

J’avais acheté le gris en destash, j’ai utilisé quasiment utilisé tout mon gris : j’avais été sauvée par un envoi de reste mais j’ai perdu mes notes, impossible de me rappeler qui ni combien de laine j’avais au total : j’ai fini ce projet à la fin de l’été dernier, et il attendait depuis son blocage ‘^^. Pour le reste, je suis sincèrement désolée parce que je n’ai rien noté du tout et c’était il y a beaucoup trop longtemps pour ma mémoire de poisson :o( De mémoire, j’ai utilisé moins d’un écheavaux de chaque couleur contrastante mais c’est à prendre avec des pincettes !

Les deux fils n’ont pas tout à fait le même échantillon mais je me suis dit qu’ici ce n’était pas grave. D’expérience, la Cascade 220 bouloche pas mal, en tout cas pour les pulls mais elle est hyper douce et se détend vraiment pas mal au blocage et elle gonfle aussi beaucoup. J’ai tenté comme ça du coup. J’étais un peu trop juste en gris pour passer encore une taille d’aiguille au-dessus mais avec un 3eme entier écheveau, je pense que j’aurais pu. Quand à la Giliatt, elle fut difficile pour mes mains à tricoter en 4,5 mais comme elle est minoritaire pour ce projet, je me suis dit que ce ne serait pas grave et qu’elle ne déformerait pas ces voisines. C’est ce qui s’est passé car en fait, les échantillons sont presque similaires : par contre, elle est clairement plus dense que ses copines. Donc si vous voulez tenter intégralement en gilliatt , vous pouvez clairement passer en 5 voir peut être même en 5,5 mm suivant votre tension. J’ai tricoté l’ensemble en 4,5 mm et j’obtiens une couverture de cm de côté 84 cm de pointe à pointe ( 33 inch au lieu des 45 prévu par le patron mais c’est normal, je n’ai pas du tout le bon échantillon (14 mailles pour 10 cm normalement, moi je suis autour de 18 je crois) et je n’ai pas tiré sur le carré central pour avoir une bonne épaisseur de point mousse.

Le patron

Le patron est édité par Brooklyn Tweed Factory, il s’agit de la « Tweed Baby Blanket », crée par Jared Flood, dont la fiche est disponible en anglais et en téléchargement payant sur Ravelry. Normalement elle se tricote avec de la Worsted ( et donc plus de la Giliatt que de la Cascade, mais j’ai utilisé ce que j’avais sous la main ). J’ai tricoté la plus grande taille car j’avais un échantillon plus petit donc je visais les dimensions de la petite taille…que je n’atteints même pas ;op

Ce modèle s’inspire des « Hap » : c’est à dire d’une forme de châle / couverture bébé traditionnelle des îles Shetland. On commence par tricoter le carré central, ici en partant d’un coin et en augmentant à chaque rang, puis on réduit. Le parfait tricot-zéro-cerveau !

Ensuite, on va relever les mailles tout autour du carré central pour tricoter la bordure en rond. Spoiler Alert : il vaut mieux aimer ça, comme moi, parce que ça fait un paquet de mailles à relever… vraiment un paquet ‘^^ Sauf qu’on ne fait pas tout à fait comme d’habitude, je vous laisse découvrir avec la fiche : Jared est connu pour avoir THE truc pour moderniser le tricot ^^. D’ailleurs, les modèles Brooklyn Tweed sont vraiment renommés dans la communauté anglophone pour leurs aspects ultras techniques et innovants. Je vous conseille vraiment d’aller regarder sur Ravelry, les formes sont intemporelles, c’est toujours hyper bien pensé (souvent avec couture, mais toujours pour une bonne raison) et souvent très classe. Et les photos sont sublimes !

La dentelle fait aussi partie des points traditionnellement tricotés dans les îles Shetland. C’est d’ailleurs un grand classique chez les designers de toute nationalité ^^. Vous trouverez des tas de patrons le reprenant et on comprend très facilement pourquoi : le rendu est très chouette et il se mémorise et se « lit » vraiment très très facilement. Il crée de jolies vaguelettes et les coins de cette blanket sont vraiment beaux !

Enfin, on termine par un icord. Une très longue icord. Si vous avez lu mon interview parue dans le numéro de Noël dernier du magazine de l’Echeveau Solidaire, vous savez que j’adore les SSK et quand on rabat en icord, on en fait tout un monceau, j’étais au paradis ! Je n’ose pas vous dire le nombre de mailles finales ;op

Je vous ai fait aussi une photo de l’envers du tricot, juste comme ça ;op En vrai, le fait de relever les mailles pour la bordure rajout de la tenu au carré central. C’est la même chose avec les coutures ou bien pour une encolure. Si vous tricotez un fil lourd ou bien une pièce avec pleins de torsades, ou bien beaucoup de mousse, coudre permet aux pièces de ne pas se déformer dans le temps ou de se transformer en serpillère géante en cas de point mousse ^^ Relever les mailles pour une encolure par exemple ou comme ici a le même effet. Donc si un ou une designer prend le parti de le faire comme ça… C’est que ce n’est pas pour rien ^^ Et puis c’est très pratique pour rentrer les fils, accessoirement ^^

La patte de la Linotte

Les patrons de Jared Flood sont toujours impeccables et j’aime beaucoup ce modèle ! Je n’ai changé que la succession des couleurs : quand c’est parfait, pourquoi le modifier ? ^^ Et ici, c’était surtout pour des questions de pratique : j’avais un reste de doré plus conséquent ( plus d’un échevau) donc j’ai réfléchis à la manière d’optimiser. Il me reste pas mal de doré, je vais l’utiliser pour ma prochaine couverture ^^

Epic Fail ?

J’ai bloqué environ sur la moitié du carré central. Pas parce que je m’ennuyais, des km de mailles endroit, c’est exactement ce dont j’avais besoin à ce moment là, entre deux copies numériques et trois arrachages de cheveux, mais j’avais trop mal aux mains pour tricoter avec des aiguilles 4,5 mm. Je passais mes journées à taper à l’ordinateur, alors quand je prenais mes aiguilles, les doigts et poignets de mémé Marie, ben ils étaient trop fatigués pour ça ! J’ai donc dû la laisser de côté jusqu’à la fin de l’été. Mais une fois que je l’ai reprise, je l’ai terminée en moins d’une semaine !

Une seule partie m’a posé problème : le relevage des mailles. J’aime toujours autant ça mais comme on a une dentelle juste après, on ne peut PAS se permettre de ne pas avoir le bon compte de mailles pour chaque côté du carré. Et évidemment, en bonne linotte incapable de compter plus loin que 50 sans se tromper dans son compte, j’ai recommencé un paquet de fois ‘^^. Je savais qu’après, il ne resterait que du pur plaisir alors je me suis appliquée mais j’y ai passé bien une après midi, à force de défaire ^^

Dernier Fail : le blocage. J’avais tellement gardé un mauvais souvenir de ce passage de la couverture de naissance de Robin que j’ai repoussé, repoussé, repoussé… Et puis il fallait plein de place pour la poser au sol, et que ça reste deux jours. L’hivers est passé, et on en avait plus besoin au printemps et… et … et …. Bref, quasiment un an avant de bloquer ma jolie couverture, c’est un peu couillon quand même … Parce que en fait, je n’ai eu aucun soucis ;op. En même temps à l’époque tous les blocages se transformaient en crise, alors…. Donc finger in the noise ! Et puis avec le temps qu’il fait en ce moment, je n’ai eu qu’à la poser sur la terrasse ( attention pas de soleil direct sous peine d’avoir un tricot feutré par la chaleur du soleil !) 3 heures et avec le mistral, c’était plié ^^. Faut dire que j’ai trouvé hier après midi un projet de couverture qui me botte vraiment beaucoup donc il fallait absolument que je bloque dans la foulée cette couverture-ci ! Je n’ai pas osé faire un blocage agressif ( contrairement au châle qui sèche présentement) pour garder tout le moelleux de la couverture, comme je l’ai dit un peu plus haut je crois. J’aurais pu tirer la dentelle un peu plus : il aurait fallu épingler le carré central, PUIS la dentelle, pour ne pas tirer sur le carré mais j’ai eu flemme. Et puis je n’avais pas assez d’épingles, de toute façon. Bonjour excuse en bois ;op

Les photos portées

Ahaha … oui, c’est facile mais bon … j’ai pas pu m’émpêcher de la faire ^^. Le carré est un peu court pour être porté en châle ( c’est un baby blanket à la base, mais plutôt une petite couverture, les « Hap » originels sont très grands et portés aussi en châle en étant plié en deux … et avec un fil plus fin d’ailleur mais j’ai comme c’était compliqué de le montrer en entier, chez moi, avec un joli fond, j’ai pris ce parti.

Il est un peu petit pour moi mais parfait pour un enfant, par exemple.

Et voilà ! J’essaie de bloquer les tricots de l’an dernier qui attendent leur tour. Oui, LES tricots de l’an DERNIER. Vous avez bien lu ! J’étais à l’époque clairement plus une tricoteuse qui tricote pour le process que pour l’objet fini, je crois ;op . Cette année, j’ai beaucoup moins tricoté, sans doute parce que l’année a été compliquée avec beaucoup plus de boulot merci la réforme et le télétravail, celui qui me dit que les profs ont rien doute cette année, je le mords ;op et que je n’avais pas trop le goût à faire des chose… J’espère que je vais retrouver mon rythme des années précédentes parce que j’ai associé plusieurs gros projets à des laines que j’ai déjà et que j’ai très envie de les tricoter ET de les porter… Bref… Je ne sais pas si le prochain article sera tricot ou couture (j’ai un article de quasi fini en couture, par exemple) mais en tout cas, je crois qu’on peut dire que le tricot fait son retour par ici ! Depuis un moment, mis à part de rares knit tests, je tricote surtout des anciens modèles ( celui-ci date de Juin 2009, par exemple), mais je les aime d’amour et je les trouve toujours d’actualité alors j’espère que vous aimez ce presque « rétro knitting » !

Tricot

Le retour de la cho7 ! ou les cho7 de la loose …

Et oui !! Un article tricot ! ( le mistral s’étant levé, autant, demain je tente la séance de photo du pull en laine islandaise ! sais-on jamais….)

A l’origine

Edit du lendemain : la couleur des pointes est la bonne ici ^^

En regardant si par hasard Bergère de France avait ressorti des unis dans leur très chouette laine à cho7, l’hivers dernier, au moment des soldes, je suis tombée sur une auto-rayante apparemment sans faux jacquard moche dedans ! Cette base de laine à chaussettes ( avec nylon) est douce, solide, agréable à tricoter et elle passe très très bien en machine. Je vous en avais parlé plusieurs fois, par exemple ici aussi (quasiment un an jour pour jour, c’est rigolo !) , et ici, parce que je scrute, normalement, chaque saison pour voir les nouveaux coloris. Et celui-là m’avait échappé ! Je m’étais empressé d’en commander deux pelotes (avec un fail, je vous laisse voir en dessous ‘^^)et j’ai monté ces cho7 en Février, comme projet de vacances. Et puis, pour une raison un peu mystérieuse parce que j’aime toujours autant tricoter les cho7 et que je n’ai jamais vraiment connu le « syndrome de la seconde cho7 », je les ai finies… fin Juin… Je les ai trainées en vacances pour faire de jolies photos… pour rien. Même ça c’était compliqué en Juillet, alors j’ai fait mon petit shooting, comme d’habitude, sur la terrasse, juste ce matin ;op

Les fournitures

En vrai la couleur contrastante est un peu plus foncée et tire plus vers le violet.

Donc ma chère Goomy 50 de Bergère de France ( pas de coloris coup de coeur pour cette collection, vivement la rentrée, on sait jamais…), la base est soldée en ce moment d’ailleurs ( mais cette couleur n’y est plus) . Je n’ai pas d’action, c’est vraiment une laine chouchoute pour moi ;op. Son petit nom c’est « imprim Army », c’était celui de cet hiver (on y revient en dessous) et il ne se fait plus.

Et pour aller avec, une laine qui 1. ne se fait plus et 2. n’est pas vraiment une laine à cho7, mais que j’aime tout de même beaucoup malgré son grand pourcentage d’acrylique : la « dolce Merino » de Katia ( 50 % Merino, 50% acrylique mais pas plastique du tout !) qui passe très très bien en machine. Ma première paire de cho7 a été tricoté avec ce fil et elle n’a pas bougé d’un poil ! Enfin si, je dois refaire le rang de rabat qui se défait ‘^^ Coloris  » jeans », qui est un beau bleu tirant vers le lavande.

Le tout tricoté en 2,5 mm mais j’aurais pu passer en 2,25 je pense m’être redétendu du tricot de la cho7 ;op

Le patron

Toujours ma recette du moment : Le patron gratuit que vous pouvez trouver en anglais sur YouTube de Bmandarines. C’est à dire :

Commencer par des côtes 2/2 ( 15 rangs ici)

Puis on tricote la jambe tout en rond ( ici à 5 aiguilles, ma nouvelle lubie depuis quelques mois). Au passage, pas de faux jacquards chelou, pas de faux speckles non plus ( ça c’est dommage par contre) mais une ligne qui se répète et qui montre que je n’ai pas tout à fait la bonne tension pour cet auto-rayant avec ce compte de mailles et cette taille d’aiguille. Mais le décalage est vraiment minimes donc ça ne valait pas la peine d’essayer de tomber juste…

Petite parenthèse pour les novices de la cho7 autorayante au passage il faut bien donner une explication à mon surnom de « reine de la digression » par vrai ;op : Un auto-rayant ( ou pire les pelotes sensées tricoter toutes seules des tâches de léopard, de je ne sais plus quelle marque) est calculé sur une tension bien particulière, c’est à dire un nombre de mailles par cm ET une hauteur de rang par cm. Si votre tension n’est pas bonne, vous verrez votre rayure se décaler plus ou moins de façon marquée dès la seconde rayure. Si c’est d’une maille, ce n’est pas la peine d’en faire une maladie, vous ça ne se verra pas du tout. Par contre, si l’écart entre les deux est important, la jonction sera plus visible ( ce qui est relou si, comme moi, vous êtes un peu obsessionnel.le). Si vous changez de rayures trop tôt, ça veut dire que vous tricotez plus serré que ce qui est prévu et donc il faut monter de genre 0,25 mm ou augmenter votre nombre de mailles ( pénible pour les côtes/ talon/pointe qu’il faudra adapter) . Si la rayure change plusieurs mailles après le début de la couleur précédente, c’est que vous devez tricotez trop lâche, donc qu’il faut baisser la taille d’aiguille ou le nombre de maille. Fin de la parenthèse pédagoqique

Sur la photo ci-dessus, la cho7 commence par une mini rayure rouge : la pelote commençait donc sur la fin de la couleur rouge. J’ai gardé ce rouge parce que ça tranchait bien avec ma couleur contrastante. La seconde était trop proche, et puis ça voulait dire « perdre » quand même pas mal de fil et je voulais des cho7 plutôt haute, donc j’ai pris sur moi de supporter cette asymétrie. C’est dur mais je me soigne ;op

Côté talon un talon renforcé, avec des mailles glissées, que j’adore toujours autant tricoter dans ce sens, avec sa bordure en mousse qui permet de faciliter le relevage des mailles et qui est très propre ! Je songe juste à le baisser à 2 mailles au lieu de 3, mais je ne l’ai toujours pas fait sur ma paire en cours…. Que je dois d’ailleurs prendre aussi en photo pour ig, au passage…

Puis on tricote le pied et comme les rangs sont plus longs dans la parties où on diminue sur le coup de pied, les deux premières rayures sont un peu plus fines. C’est aussi une partie un peu pénible avec l’auto-rayant qui n’est pas du tout calculé pour ça, mais j’ai eu de la chance, le décalage était encore une fois minime. Mais c’est pour cela qu’on trouve très souvent des talons après coup ou bien en rangs raccourcis tricoté avec ce type de fil. Là j’ai pas réfléchi, pour être honnête ;op La chance était avec moi… Enfin, la chance était avec moi… pour ça ‘^^

Et on termine par une pointe relativement courte ( on commence 5 cm avant la fin de la cho7), bien ronde ( magic loop pour moi, je trouve ça plus facile qu’à 5 aiguilles pour avoir une jolie jonction)

Je ne fais pas de section  » la patte de la linotte » à proprement parler : je ne change que le montage : « câble cast on » pour moi, que je tricote de manière assez lâche et qui me parait beaucoup plus facile mais il faudra bien que je me penche un jour sur la question…

Epic fail ?

Premier fail. A l’ouverture du carton, pour commencer : j’avais commandé 2 pelotes. Je me rappelle très bien avoir mis deux pelotes dans mon panier, parce que une c’est, je le sais, un peu juste, même avec une couleur contrastante pour les côtes/talon/pointe. Sauf qu’à l’arrivée dans le carton : une seule pelote. Je suis retournée chercher ma facture, en ronchonnant, sur ma boite mail mais il n’y en avait bien qu’une aussi. Je suis retournée sur le site et c’était  » sold out » comme disent les anglophones : j’ai sans doute eu un message qui me disait que c’était impossible d’en avoir deux mais je n’ai pas fait attention. Team boulet for ever.

Second fail. Sur le site, les couleurs c’étaient rouge / violet clair/ violet foncé/ moutarde ( limite doré, bien jaune quoi) et à l’arrivée, c’était Kaki (qui tourne franchement vers le marron en plus) et pas moutarde. En même temps, le coloris s’appelant  » imprim Army » j’aurais dû m’en douter. Maintenant ça ne me gêne plus, mais sur le coup, j’était pas mal déçue…

J’ai donc retourné le net pour trouver une SECONDE pelote. En fin de solde, sur un coloris arrêté de vrai auto-rayant et sans faux jacquard, c’était un peu la merdasse, je ne vous le cache pas ! Au passage si vous êtes l’heureuse propriétaire de une ou de 2 pelotes de « imprim cassis », c’est mon graal de la goomy 50, je vous rachète la ou les 2 pelotes avec plaisir … Mais j’ai fini par trouver chez une petite mercerie qui a mis son stock en ligne. Ouf ! ‘^^ Pas le même bain, mais ce n’est pas très grave, vu ce que j’avais prévu de faire…

Troisième fail. Je voulais des cho7 bien hautes : donc j’ai séparé ma première pelote en deux parties égales et j’ai tricoté les 25 premiers grammes. Fail donc… parce que je n’avais pas tenu compte de cette dure réalité morphologique qu’on appelle communément un mollet… Et oui, linotte, il faut AUGMENTER le nombre de maille pour suivre la courbe d’un mollet. Et donc avec un auto-rayant… vous avez compris… donc retour en pelote d’une bonne partie de mon tricot. Au final, les côtes sont un peu étirées en largeur quand je les porte bien tirées vers le haut mais comme elles sont un peu molles (je vous l’ai dit déjà, j’aurais pu tricoter en 2,25 mm) de toute façon, avec la gravité, elles ne tiennent pas comme ça… En y réfléchissant, c’est sans doute à cause de toutes ces petites contrariétés que finalement, j’ai mis si longtemps à les terminer….

Les photos portées

Je suis rouillée de la photo de cho7, et puis comme je l’ai dit les fois précédentes, ben, c’est un peu toujours la même chose au final ‘^^

Au passage, sur la photo ci-dessus, vous verrez que j’ai tricoté plus lâche sur cette de gauche ( la dernière tricotée) que sur celle de droite : c’est un soucis récurrent quand on traine à monter sa seconde cho7 : notre tension varie en fait vraiment souvent ! Et oui, il faut faire des échantillons tout le temps, même si on connait la laine ;op J’ai tricoté la seconde sans avoir la première sous la main et j’avais noté  » tricoté X rayures complètes puis 4 rangs : au final, j’ai la valeur d’un demi-rang de trop sur la seconde et on voit bien la différence de hauteur de maille. En encore, j’ai tricoté au blocage : merci les blogueurs à chaussettes de taille identique ‘^^

Ce talon est vraiment parfait pour moi et il me permet d’avoir une bonne aisance sur le coup de pied ( que j’ai toujours aussi fort)

J’ai déjà une cho7 sur deux de la paire suivante : mais j’ai un soucis de couleur contrastant. J’en veux 3 (donc 4 couleurs en tout avec la principale), et j’adore les deux premières mais je n’aime pas la couleur de la pointe. J’en suis à la 3eme tentative et là outre le fait que je n’ai pas le bon reste, je suis un peu blasée : j’adore l’association que j’ai présentement, je ne veux pas la changer mais la dernière couleur se défend. Il me faudrait un prune qui tourne un peu vers le rouge mais je n’ai pas et je ne trouve pas ( et comme c’est une cho7 de reste, ça fait bien suer de devoir acheter) et puis il faudrait que je la vois en vrai avec ma cho7 à la main pour être sûre… Bref… la loose, encore ‘^^

Bref… Donc je ne sais pas si je ne vais pas déroger à ma règle personnelle et monter… Une nouvelle paire avant la fin des vacances…. ;op

Edit du lendemain matin : j’ai retourné tout l’atelier et j’ai trouvé THE couleur parfaite ! Enfin, j’ai l’impression ^^ Donc c’est reparti ^^

Couture

Ma petite collection Printemps/été 2021 : mon petit pyjama d’été ^^

A l’origine

Il y a fort fort fort longtemps, j’ai acheté le patron du « Le Lake side pajamas » de Grainline Studio. On avait même pas acheté la maison, c’est dire ! Je reprenais tout juste la couture… Je débutais sur IG ! Hier, quoi… Robin avait même pas un an… my God ! Je l’avais même imprimé dès mon achat…

Mais ce patron comportait un écueil beaucoup trop grand pour moi à l’époque…. Il nécessite de poser des km de biais. Mais alors, des km… Pas loin de 6 mètres et demi si on décide de faire l’ensemble complet short + top. Ce top, j’en ai rêvé un moment, d’ailleurs, je ne le voyais pas que comme pièce de pyjama. Alors, j’ai fait la lâche… Je l’ai laissé dans un coin. Même après avoir trouvé comment poser du biais proprement…. Et puis quand j’ai bidouillé mon petit tableau, il s’est imposé ! Je n’ai jamais cousu du pyjama. Il était temps ! Mais j’ai mixé deux patrons. Et puis le tissu que j’avais prévu au départ, un coton rouge à petites fleurs, je l’avais utilisés il y a un bail pour faire autre chose. Alors le tissu noir que j’avais acheté pour aller avec est devenu… cette petite robe ;op Mais je ne voulais pas lâcher mon idée de petit pyjama alors j’ai retourné mon stash !

Les fournitures

J’ai donc sorti un combo de grandes chutes. D’ailleurs, je n’ai pas fait exprès mais des chutes de deux projets de la même créatrice. Je vous laisse donc jeter un coup d’oeil par ici pour avoir les références de ma viscose à motif ( il m’en reste presque plus, snif !! ) et par ici pour le joli bleu uni ^^

Pour aller avec, j’ai utilisé plus de 3 m de biais froufrou bleu foncé à petit pois, de l’élastique du marché. Et pis c’est tout.

Le(s) patron(s)

Commençons par le bas !

J’ai utilisé le patron gratuit du pyjama « Hoya » de Joli Lab, que vous pouvez télécharger ici ! Il s’agit d’un ensemble complet. La marque propose une série de vidéos YouTube en guise de pas à pas. Tout est très bien fait, le patron est tout à fait accessible à une débutante. Je n’ai utilisé que le bas du pantalon.

Le patron comporte peu de pièce : un dos, un devant, une ceinture en deux morceaux. J’ai suivi les explications et les finitions du patron. La ceinture est entièrement élastiquée…

Le montage est très astucieux et le résultat est très propre.

Petite fierté personnelle : mes coutures coïncident presque parfaitement à l’entre-jambe !

J’ai coupé une taille 38, en suivant le tableau des tailles et ça tombe parfaitement. J’ai hésité un moment à reprendre les cuisses pour les affinés mais en fait, c’est sans doute plus confortable comme ça et je n’ai rien touché encore ( une fois n’est pas coutume, j’ai porté ce pyjama plusieurs fois avant de rédiger l’article). C’est une pièce très rapide à coudre et qui est agréable à porter. Petite note au passage : j’ai encore une fois inversé l’endroit et l’envers du tissu, comme pour ma petite combo, parce que je n’aime pas trop le côté brillant et que j’aime en revanche le côté granuleux de l’envers.

Et le haut alors ?

Comme je vous l’ai dit en intro, j’ai cousu un patron que j’aime beaucoup depuis des années, le haut du Lake Side Pajamas de Grainline Studio que vous pouvez télécharger ici sous la forme d’un patron pdf payant en anglais. J’ai coupé la taille qui correspondait à mon tour de poitrine dans le tableau des tailles et l’aisance à la poitrine est parfaite.

Le patron comporte 3 pièces : un devant et deux demi-dos. Le devant est seyant grâce à deux pinces. Et le patron comporte deux éléments que je trouve très sympa : tout est fini au biais, et c’est aussi le biais qui permet de créer les bretelles. Cette dernière partie est par contre un peu relou, enfin si on oublie les km de biais à poser, parce qu’il faut ajuster la longueur des bretelles sur soi dans la finition originelle. Il y a de quoi se prendre un peu la tête faire pas mal d’aller-retour si on n’a pas de mannequin ni d’aide sous la main.

Les emmanchures aussi sont terminées au biais. Tout se joue avec l’ordre dans lequel on coud le biais.

La partie qui me plait le plus reste le dos ! Regardez moi cette merveille ! Franchement ça vaut le coup de se prendre bien la tête !

Côté finitions intérieure, on peut soit faire des coutures anglaises, soit tout surjeté ( ce que j’ai choisi de faire )

La patte de la linotte

En ce qui concerne le bas, j’ai fait des changements purement esthétique : j’ai coupé le patron en short. Ce n’est pas prévu par le patron, j’ai utilisé un short du commerce pour connaître la bonne hauteur. Et pour le style, pour vraiment avoir l’impression d’avoir un vrai ensemble, j’ai coupé et cousu un revers dans le même tissu que la partie haute, en utilisant ce que je me rappelais de la technique du short « châtaigne » de Deer and Doe ( je ne suis même pas sûre d’avoir suivi le patron au final, parce que je l’ai revenu ‘^^) Le principe était d’avoir une jolie finition intérieure.

Et en ce qui concerne le petit top, comme je ne voulais pas me prendre la tête avec la mesure des bretelles et mille essayage, au risque de me retrouver avec des bretelles trop courtes au final, j’ai coupé mes bretelles plus longues pour les nouer sur l’épaule. L’homme trouve ça très sexy.

Epic Fail ?

Bon, on peut laisser de côté un semi-fail : j’avais oublié que j’avais déjà utilisé le tissu prévu à la base pour autre chose… J’ai connu un vieux moment de solitude ‘^^surtout que j’avais acheté le coupon de lin/viscose noir exprès pour ça ;op

Mais le fail de départ est plus ancien. Bien plus ancien ‘^^. En fait, quand j’ai acheté le patron, j’ai fait une erreur en tapant l’adresse mail dans ma commande. Et oui ! Du coup, j’ai acheté le patron mais je ne pouvais pas le télécharger car je ne pouvais pas ouvrir le compte lié… puisque l’adresse mail n’existait pas ‘^^. La créatrice m’avait envoyé le patron par mail, du coup, mais… je n’ai pas téléchargé les explications. Je l’avais heureusement imprimé tout de suite… Sauf que j’ai dû supprimer le mail car… JE NE L’AI JAMAIS RETROUVE ! du coup, pour coudre mon top, j’ai dû éplucher toutes les photos que j’ai trouvé via le tag sur Instagram pour comprendre l’ordre de montage ‘^^team boulet for ever ‘^^

En ce qui concerne la réalisation du top, je pense que j’aurais dû retirer bien 2 / 3 cm de haut au moins pour le porter en top. La longueur est un peu batarde sur moi, mais je vous rappelle que mon buste est court par rapport au standard des patrons et puis je ne fais « que » 1m64, donc forcément, pour un patron australien, ça fait beaucoup de cm en trop.. Et mine de rien, le biais, même en coton tout léger, même étiré, sur la viscose toute légère, je trouve que ça cartonne un peu sur le bas du devant, comme vous le verrez sur les photos portées. Je referai bien une version raccourcie avec du lin lavé pour voir, tiens. Ça tomberait peut être pas mal du tout… à voir donc ^^

Mais sinon, je suis plutôt contente de mon petit pyj’ ! ^^

Les photos portées

Alors, j’ai cousu ce top autour du 23 avril. J’ai fait mes photos en Mai, je les ai traitées en Juin et j’ai écrit l’article … en Aout… parce que je n’avais pas encore fait les photos portées. D’ailleurs à l’heure où j’écris, ( le 10 aout, vers 22H si on veut être précis), elles ne sont pas faites… ces photos portées ‘^^ J’avais prévu de les faire en vacances mais les lieux où nous avons dormi étaient trop sombres à l’intérieur. Du coup, je vais me retrouver à les faire là où je ne voulais pas les faire… C’est à dire sur ma terrasse ‘^^ L’homme travaillant sur les horaires où on peut prendre les photos, c’est Robin ( 8ans) qui s’y ait collé !

Bon, je ne lui ai pas demandé de vérifier que tout était bien droit, mais il s’est plutôt bien débrouillé ! J’ai pris sur moi pour prendre les photos comme je le porte ‘^^

On est sur un pantalon qui arrive bien au-dessus du nombril, mais il reste vraiment confortable ( et le tissu ne se froisse quasi pas : je l’ai porté plusieurs fois et pourtant, là, il n’est pas du tout repassé )

Bonjour Madame la prise ‘^^

Pour aller avec, je vous ai fait une paire de gros plans : sur l’encolure …

Sur le short …

Et une dernière sur le dos, parce que c’est quand même THE morceau phare de ce pyjou !

Niveau taille, comme vous le voyez, je pense qu’on est plutôt pas mal ! Il faut juste que je me rappelle de raccourcir de 4 cm pour une version à porter sur mes jupes ! D’ailleurs, je pense de plus en plus à garder le dos et changer le devant pour celui de grainfield. Et pourquoi pas en tunique à porter par dessus un slim ou un pantalon, tiens…. ;op

Crochet

Article post it : la petite souris de Cassian

Peu de photos parce que pas de jolis spot photos et très peu de temps. La lumière est hyper fluctuante et je n’avais rien sous la main pour les mises en scènes. Mais je vous fais un mini article quand même parce que le patron le vaut bien !

A l’origine

Nous avons passé une semaine avec des amis et j’ai réalisé pendant cette semaine là que leur plus petit garçon allait avoir ses 4 ans à la fin du séjour. Heureusement pour moi, j’avais pris un peu de laine, de bourre et une paire d’yeux pour essayer un nouveau prototype, en faisant un stop chez nous lors de notre dernière étape, pour changer les fringues d’automne nécessaires en Bretagne et dans les Cévennes par les fringues d’été. Du coup, point de prototype, auquel je vais m’attaquer dès cet article terminé, mais j’ai acheté la fiche d’un patron que j’avais envie de tester depuis des mois à la place !

Les fournitures

Mon combo pour petits doudous habituel : nords de drops (ici le gris le plus clair), un peu du coloris « blush » ( un rose chiné très beau que j’ai en ce moment sur mes aiguilles pour tricoter un doudou de rentrée (et dieux sait comme j’aurais besoin d’un doudou en Septembre pour cette rentrée que j’ai espéré, jusqu’à il y a très peu, ne pas faire du tout. Ni aucune des suivantes d’ailleurs… BREF ! Donc de la nord, un peu de fil à broder blanc ( ici du fil pour sashiko), 2 yeux de sécurité 6 mm de diamètre, et un peu de bourre. Et pis c’est tout. Enfin, avec un crochet 2mm, hein, mon fétiche…

Le patron

Il s’agit d’un patron de la fabrique des songes, que vous pouvez par exemple acheter sous la forme d’un pdf sur etsy. J’ai craqué sur cette souris dès les premières photos postées sur son IG : avant que la fiche soit disponible, fiche qui depuis a été décliné avec des petits dressings TROP choupinou ! J’ai pris la fiche de la collection été à cause de la bouée tortue. Je vous laisse découvrir, si vous aviez raté les sorties. Je suis ultra Fan !

La souris se commence par la tête, par le museau, plus précisément. On brode le museau, on coud les oreilles.

Puis on passe au corps qui se crochète, mis à part la queue, en une seule pièce en commençant par les pattes. On est sur un petit diamètre, avec peu de mailles, donc avec mon combo  » fingering+2mm » c’est un peu chaud patate pour moi, même avec lunette, mais ça se fait quand même! très bien.

On termine par crocheter la queue avec un petit Twist pour la raccorder avec la couture au dos que je trouve hyper efficace et que je vous laisse découvrir dans la fiche. C’est juste un détail mais ça fait partie des choses qui, pour moi, font les grands patrons de crochet ! ^^

La patte de la Linotte

J’ai changé l’épaisseur de fil, en prenant un fil plus fin. D’abord parce que c’est la seule chose que j’avais sous la main, mais surtout parce que je voulais une petite souris, pour petites mains et qu’elle tienne le plus possible dans des mini poches. J’espère que Cassian aimera la trimballer… on verra bien…

Ensuite, j’ai bricolé un museau différent. Le mien est retroussé, au lieu d’être dans le prolongement (ce que j’avais fait pour cette poupée renard, fabriquée en Juin l’ANNEE DERNIERE, et qui est toujours en attente de la création de sa fiche, la pauvrette !). Et puis j’ai brodée différemment le museau, parce que je trouvais ça plus joli. A refaire, je le ferai directement en rose avec une autre forme et je passerai un fil pour le resserrer.

Enfin, j’ai fait les oreilles comme préconisé mais je ne les ai pas cousues comme sur les photos pour avoir des oreilles plus rondes et plus grandes, c’est juste une question d’esthétisme ^^( le pas à pas propose pas mal de photos au passage, ce qui est top pour les débutant.e.s) Pour le reste, je n’ai rien changé !

Epic Fail ?

Au déballage, Cassian était beaucoup plus à fond sur son mini faux aspirateur que sur ma souris, mais ce n’est pas grave. Je suis hyper contente de l’avoir fabriquée tout de même et j’ai déjà au moins 3 commandes ici ;op

En ce moment, je fais chauffer mon crochet pour un projet qui me tient à coeur et qui me fait vraiment peur. J’ai tellement hâte de pouvoir vous en parler mais il va falloir qu’on patiente, vous et moi, encore un petit moment ^^

Borderie, Couture

Les petits projets de Juillet

Au programme, un peu de couture à la main et de broderie , un peu de couture tout court et du bijoutage… ^^

Pour les zoreilles

Au gré de ma petite balade rennaise solo, j’ai récupéré le matos pour faire 2 paires de boucles : 2 pour moi et une pour offrir…

La première paire fut pour mon amie Rachel, les lutins du moulins sur Instagram : dormeuses La droguerie, et le reste  » la cabane à Perles ». La recette est la même pour les 2 paires ^^

La seconde, je l’ai déjà beaucoup portée, j’adore son petit côté japonisant et elle m’a permis de faire une bien jolie photo.

Et si je n’ai pas porté la 3eme encore, je pense qu’elle sera parfaite avec le gilet que je suis en train de tricoter ^^

En couture

J’ai cousu une petite pochette pour trimballer notre version mini du jeu  » Le Verger » : il est pratique aux restau en attendant les plats. Bon, quand on peut aller au restau, certes…. Mais on ne désespère pas !

Patron : Perso. Ce devait être une pochette à Kalimba ( le cadeau d’anniversaire d’Eliott ) mais j’ai eu un vieux bug au moment d’ajouter à mon patron les parties qui font la profondeur de la pièce : j’ai retiré au lieu d’ajouter les-dites valeurs. Je me suis donc retrouvée avec une pochette… plus petite de 4 cm … la honte… Mais j’ai vite rebondi, vu que j’avais prévu de coudre aussi une pochette pour le jeu ‘^^ l’honneur est presque sauf

Les fournitures : chutes de tissu noir et molleton thermocollant (mondial tissu), chute de passepoil gris ( du marché), et tissu ours trop beau ( « papa pique et maman coud » dans le stock depuis 4 ou 5 ans…)

Broderie

Encore une lune ( inspirée encore par le travail de Kzstevens toujours) , et oui ‘^^. Cette fois j’ai décoré une besace militaire française authentique des années 60. La même que celle que j’avais ado. Je l’ai portée toute l’été en version sac à dos ( le passant dans le dos, permet de passer de besace à sac à dos) : bien pratique parce qu’elle est légère, ultra robuste et en même temps bien grande. On peut très facilement y perdre y bourrer tout un tas de truc !

Fournitures : besace trouvée en parfait état sur Vinted, toile de coton (mondial tissu), fils à broder (du marché), solufix (rascol).

J’en ai profité pour y mettre aussi ma version de présentation de mon « petit totem » Renard ( le patron est disponible sur ravelry)

Violon, vous savez tout. Le prochain article concernera un petit cadeau d’anniversaire au crochet et ne devrait pas trop tarder !

Couture

Ma petite collection Printemps/été 2021 : la jupette couleur de soleil

A l’origine

Cette petite jupe est l’un des premiers projets gribouillés sur mon premier tableau, ce même le deuxième projet cousu. Et à ce jour, c’est l’un des moins satisfaisants mais uniquement de ma faute…

Les fournitures

J’avais acheté ce sergé de coton jaune soleil pour me faire une veste, l’été dernier, chez Mamzelle fourmi et ce fut le premier fail. Attention, le tissu est de très bonne qualité, la couleur superbe, un beau jaune, bien lumineux, il est bien souple, il est bio, super agréable à travailler… Mais … beaucoup trop léger. Enfin, beaucoup trop léger pour mon projet de départ. Tout simplement parce que je n’avais pas regardé le poids du tissu. Si j’y avais pensé, je ne l’aurais pas commandé. Quand il était arrivé, donc, grosse déception ! et je pensais même le revendre, c’est dire. Et puis j’ai eu l’idée de ce projet…

Pour coudre ce patron, il faut prévoir de l’entoilage (mondial tissu), et 3 boutons ( en bois, du marché), un peu de coton léger ( petit pan ici) pour les fond de poches et doubler certaines parties de la jupe. Et j’ai rajouté du passepoil atelier Brunette ( en viscose, top qualité, superbe couleur)

Le patron

Je suis partie du patron de la robe salopette « Rydell » de Odv pattern, dont j’avais vu passer 2 versions chez sa créatrice, La jolie Girafe, modifiées en jupe. Le patron est disponible en pdf payant sur sa boutique. Comme toujours chez Nathalie, les explications et schéma sont très bien faits, et le patron propose un bon panel d’ajustement. Je vous ai déjà chanté les mérites de cette marque de patron français de nombreuses fois, vous connaissez la chanson et même si cette juste reste au final pour moi, un semi échec, je vous recommande très chaudement le patron. D’ailleurs, je l’ai déjà utilisé pour un autre projet de mon tableau, ma jolie robe tablier, que j’ai déjà énormément portée et que j’adore toujours autant. Et j’envisage de me coudre une version hivers de « Rydell » en rallongeant la jupe en format midi dans un lainage léger coloré ( que je dois encore trouvé, donc si vous avez une piste…. )

Nathalie propose donc dans la fiche de coudre une version jupe, sans la bavette donc, de son joli patron. Le patron comporte de nombreuses pièces parce que cette jupe est pleine de chouettes détails. Parfois un peu technique, elle mérite vraiment qu’on s’y penche.

Le devant de la jupe, trapèze au passage, comporte deux petits plis pour lui donner un peu d’aisance.

La ceinture est doublée pour lui donner de la tenue et pour avoir de belles finitions intérieures. Pour fermer la jupe, sur le côté, on retrouve une bande de boutonnage : cette partie est la partie la plus technique mais en prenant son temps et en faisant confiance aux explications, elle se fait vraiment très bien et le résultat est HYPER propre ! (Au passage, cette jupe en plus d’être trapèze comme j’aime, comporte des poches). Je suis HYPER fière de ma bande de boutonnage ^

Je n’ai presque pas loupé l’intérieur en plus !

L’ourlet se coud à la machine et j’ai suivi les explications une fois n’est pas coutume ;op

La patte de la linotte

Je n’ai ajouté qu’une fioriture à ce joli patron : j’ai mis du passepoil partout où j’ai pu ^^ J’étais un peu juste alors j’en ai mis uniquement devant.

Epic fail ?

Ma machine m’a fait une belle cacade au moment de faire la boutonnière du haut, j’ai donc dû tricher et coudre un bouton décoratif et une pression en dessous….

Mais, vous demandez-vous sans doute, pourquoi elle dit en intro qu’elle ne l’aime pas cette jupe, hein ?

Alors, pour commencer, je me suis lamentablement plantée sur le choix de la taille ! Je voulais une jupe taille basse. Le patron de cette jupe salopette est prévue pour donner une taille HAUTE ! Donc, j’aurais dû couper au moins une taille de plus, voire deux ! Et puis chez Nathalie, les tailles sont données dans le tableau avec une fourchette : j’étais à la limite entre les deux tailles. Comme souvent je coupe trop grand, j’ai pris la petite taille : double fatale erreur dans ce cas… Comme le dit la voix off de Soulcalibur…. YOU LOOOOOOSEEEEEE ‘^^

Une fois ma jupe terminée, ravie de mon choix de tissu, enchantée par les finitions, pleine d’allégresse suite à me première bande de boutonnage aussi technique, la déconvenue fut rude. Je pouvais fermer la jupe mais elle était vraiment taille TRES haute, et donc beaucouuuuup trop courte 😦 Genre totalement indécente….

J’ai pleuré… Pas mal…. Je m’en suis voulue à mort, parce que si j’avais lu les articles de blog dédiés aux versions « jupe », je l’aurais bien vu que je devais couper plus grand. D’ailleurs, ça me fait quasiment sortir du tableau des tailles en fait ‘^^ ( j’ai acheté la version du patron qui concerne les premières tailles, il me faudrait la seconde partie…)

Ensuite, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai décousu la ceinture, j’ai défait les plis et je les ai refais plus petits pour gratter quelques cm. Puis j’ai recoupé une autre ceinture, et j’ai tout rassemblé à nouveau. Même en réduisant mes marges de coutures, elle est encore un peu haute. Du coup, elle ne va pas avec grand chose dans ma commode. Et puis, elle ne rend pas comme j’avais imaginé. Donc à chaque fois que je la vois, je suis déçue… et je ne l’ai pas encore portée…. C’est vraiment bête parce qu’elle est très jolie cette jupe.

Accessoirement, le tissu colle aux collants, donc elle ne peut être portée qu’en plein été.

Déçue je suis, vous dis-je….

Les photos portées

Je n’en ai que 3, parce que bon, vous avez compris ‘^^ Peut être que l’an prochain, elle aura plus grâce à mes yeux…. A moins que je ne la troque… Je ne sais pas encore… Elle est belle sur ceinture, je suis fan du patron, fan de mes associations… Bref… wait and see comme on dit…

Je trouve que le devant n’est pas vraiment jojo sur moi, notamment parce que je la voulais plus trapèze… Et comme je n’ai toujours pas de hanches, il me faudrait un tissu plus raide… Mais avec cette jupe-ci, je pense que je suis sur une meilleure base pour ce que je voulais au départ… Reste à trouver un tissu moutarde avec plus de tenue…

Comme j’ai repris la ceinture et les plis (au moins 4 cm de gagné, peut être plus) les poches ne tombent pas du tout au bon endroit…

On voit bien sur cette photo qu’il y a trop de matières sur les côtés….

Et je n’ai qu’un top qui avec cette jupe, ce qui, pour une collection capsule c’est peu ballot ‘^^ Bref… Peu satisfaisant pour moi, même si tout est de ma faute encore une fois. Et au passage, Nathalie a été adorable quand j’ai foiré ma couture, elle m’a donné des conseils, m’a encouragé et m’a rassuré. Je vous l’ai déjà dit, cette femme est une perle ^^ Donc je retenterai une Rydell-salopette-midi cet automne ou cet hiver et je sais ce qu’il ne faut pas faire ‘^^

Couture

Ma petite collection Printemps/été 2021 : Le « Breton t-shirt »

Pardon pour le titre, on a montré « Astérix et les bretons » à mon Grand il y a peu, le titre m’a semblé évident ;op

A l’origine

Je voue depuis la fac 1998, hier quoi, un amour inconditionnel aux t-shirt à rayures. Je crois que j’en ai eu de presque toutes les couleurs, et vous en voyez régulièrement par ici… L’an dernier, j’ai trouvé un coupon de jersey de lin marinière marine. La base… J’aurais juste attendu un an pour le coudre… La routine ‘^^ Et quoi de mieux qu’un patron valeur sûre pour le mettre en valeur?

Les fournitures

Donc une maille souple et bien jolie, un brin écolo puisqu’avec du lin, des rayures et chez Tissu Ferrari, donc pas cher du tout ! J’ai utilisé le même support de droit fil thermocollant que d’habitude pour l’encolure et les emmanchures.

Le patron

J’ai évidemment sauté sur mon grand classique pour l’été, du patron gratuit de T-shirt gratuit de « Nos jolies escapades ». Je vous avais fait une présentation complète du patron par exemple ici.

Cette fois je lui ai fait les jolies finitions prévues par le patron au niveau de l’encolure, à l’aiguille double.

J’ai cousu aussi mon ourlet de manches à l’aiguilles doubles, comme prévu.

La patte de la linotte

Comme toujours, j’ai raccourci le patron pour l’adapter à mon buste court, et j’ai fait l’ourlet du bas à la main, à point invisible sur l’endroit pour garder toute la fluidité du top. Mais comme le patron est parfait, je n’ai rien touché d’autres ^^.

Epic Fail ?

Mes raccords sont presque parfaits, je n’ai qu’un tout petit peu galéré pour aligner mes rayures avant de couper. Comme d’habitude, alors que j’ai fait méga gaffe en étendant mon tissu, il a un peu vrillé, ce qui a compliqué cette étape. Mais le tissu, comme il contient pas mal de lin est plutôt raide juste après le lavage et relativement stable. J’ai quand même mis une tonne d’épingles pour couper et j’ai mis une épingle aussi par rayures bleu marine au moment de la couture.

J’ai eu un soucis pour la première fois avec les emmanchures. Ça ne vient pas du patron mais de mon tissu : mon support pour droit fil est, je pense, trop épais. Et mon tissu ayant vrillé et les manches coupées en diagonales, le bord s’est détendu quand j’ai cousu mon ourlet.

Malgré le passage du fer, on devine encore que ça gondole un peu.

Mais surtout mes emmanchures étaient beaucoup trop large. Pour régler le problème, je n’ai eu qu’à les réduire en hauteur après avoir cousu les côtés. J’ai continué la couture sur 2 cm puis j’ai refait le petit retour qui crée la manche. Comme ça, ça ne doit pas être très clair mais avec le patron sous les yeux, ce sera beaucoup plus parlant ^^

Une fois ce soucis réparé, mon t-shirt était juste… parfait ^^

Les photos portées ?

C’est dommage que le site ne proposait pas alors une série dans d’autres couleurs… ce tissu me fait penser à une maille petit bateau, celle d’un thsirt de forme assez similaire mais avec du jaune et du bleu et du blanc dans les rayures. Le même à pois, vous imaginez un peu ?

Sur la photo de côté, on voit bien mes raccords d’épaules sont complètement foirés ‘^^.

Il est juste loose comme j’aime, c’est le t-shirt parfait pour moi ! C’est donc la 3eme année que j’en couds un… Et ce ne sera pas la dernière ^^

Et vous, vous avez un patron fétiche pour l’été aussi ?