Couture

Ma petite collection Printemps/été 2021 : La version définitive

A l’origine

Après avoir cousu la toile que je vous ai présentée hier, j’ai mis des semaines à coudre la version définitive. En fait, j’ai cousu cette version avant-hier et je l’ai terminée hier matin. Est ce que j’ai d’autres choses plus anciennes à vous montrer ? oui ! Mais je trouve ça plus logique de faire les deux articles à la suite, finalement ^^

Les fournitures

J’ai acheté chez tissu Ferrarri 3 m de panneau marinière jersey Petit Bateau, grâce au bon plan indiqué par ma copine Marette, il y a des mois, pour un prix…. défiant toute concurrence. C’est la première fois que je couds ce type de jersey, il a l’air … euh… tricoté ? C’est une maille 100% coton, plutôt fine mais facile à travailler et à couper. Je n’ai presque pas mis 2 plombes à aligner les rayures quand j’ai plié mon coupon géant ‘^^. Par contre, j’ai un gros doute : l’avais-je lavé ou non au final ? ‘^^ Le premier lavage en machine nous le dira ;op. Au pire, j’ai bien assez de métrage qui reste, même avec la toile que j’ai prévue de faire avant de couper un autre coupon de maille de luxe, pour recommencer si nécessaire ^^

J’ai utiliser aussi un peu de support de droit fil thermocollant pour l’encolure et l’emmanchure et un peu de liberty joli.

Le patron

Je ne vais pas m’étendre à nouveau, mais vous montrer les petits détails de cette version. Cette fois, j’ai tenté l’autre finition proposée pour les emmanchures, c’est à dire un ourlet simple.

Sans doute grâce à la bande de support de droit fil, je n’ai eu presque aucune difficulté pour coudre cet ourlet. Le rendu est bien joli ! ça n’a pas déformé ni gondolé. Je pense que je le referai comme ça la prochaine fois pour ce patron au moins. Soyons claire, l’emmanchure n’est pas du tout élastique mais ici ça ne gène pas.

Je suis plutôt contente de mes presque-raccords, qui sont alignés au moins une partie du temps ‘^^Comme d’habitude, plus on avance, plus ça se décale, lentement mais sûrement…. Heureusement que les rayures ne vont pas jusqu’en bas ;op

La patte de la linotte

Comme d’habitude… ourlet à point presque invisible pour le bas et encore, c’est un peu raide. J’espère que ça va ramollir à l’usage.

Mais surtout, j’ai recoupé la marge de couture de l’encolure sur 1 cm pour poser un biais à cheval : en faisant ça j’arrive à la même hauteur encolure que si j’avais fait un ourlet classique. J’ai déjà utilisé cette finition sur cette robe marinière, j’aime décidément beaucoup le mélange marinière et liberty! J’ai pas mal hésité avec un biais froufrou jaune avec des fleurs, mais il était un peu étroit et le liberty que j’avais étant un reste d’une longueur un peu bâtarde, ça me permettait de lui trouver une jolie utilisation.

Encore une fois, j’insiste : sur ce type d’ouverture, c’est très bien car elles sont droite et on a pas besoin d’élasticité : la tête passe sans problème. MAIS ça ne fonctionne pas avec toutes les encolures donc à utiliser avec parcimonie.

Epic fail ?

Le premier lavage nous dira…. si jamais il rétrécit ‘^^

J’ai eu un petit soucis de plis au niveau d’une des emmanchures, parce que j’ai mal négocié ma courbe. Rien de dramatique, j’ai laissé comme ça… On dira que c’est la « fait main touch » ;op

Par contre, j’ai complètement oublié de reporter ma modification de dos habituelle : c’est à dire retirer la valeur d’un pince au milieu du dos sur le plis. Comme l’ourlet est réalisé avec un biais qui étend en peu la largeur, ça ne pardonne pas. J’ai pensé à faire un pli creux au dos, mais j’ai eu la flemme ‘^^ Mais je pense que je finirai pas le faire et dans ce cas, je viendrai éditer… C’était moins prononcé sur les photos que ce je pensais mais je suis allée amener Eliott au conservatoire ce matin avec mon petit débardeur et j’ai vu dans une vitrine que ça baillait quand même pas mal ‘^^

Et comme vous allez le voir un peu plus, j’ai l’impression que le bas cartonne un peu, mais il y avait un peu de vent sur la terrasse donc c’est peut être la vraie cause… Et comme je vous l’ai dit dans l’article précédent, j’ai recoupé le patron de base à la même hauteur que ma version du Confortable ( que j’avais déjà ratiboisé d’ailleurs…)

Les photos portées

J’ai coupé ma tête sur certaines parce que … euh… voilà ‘^^ Cette première est un peu floue mais c’est celle qui me rassure sur la manière dont tombe l’ourlet du bas.

Je vous ai aussi fait un plan plus rapproché de mon encolure : Elle est encore un peu haute peut être mais elle ne me gêne pas alors je vais laisser le patron comme ça pour le moment.

Et puis les plus traditionnelles :

et …

Et pour finir, une avec une tête ^^

Je suis contente d’avoir osé coupé dans ce coupon, ça fait des mois que je tourne autour et je suis contente du rendu ^^ Et il va falloir que je refasse un petit stock de liberty dans plus de couleurs, parce que j’ai encore pas mal de coupon à rayures et que j’aime décidément beaucoup ce type d’associations ! ^^

Couture

Petite collection printemps été 2021 : la toile … ( article post-it)

A l’origine

J’ai dans un stock une merveille de jersey petit bateau qui attend d’être coupée depuis cet hivers. Vous vous en doutez, avec un tissu pareil, il faut être sûre de son coup même si je l’ai payé une misère mais ça, c’est une autre histoire. Au départ, je pensais partir du patron du confortable pour en faire un débardeur et puis j’ai eu une illumination : j’avais acheté pour 2 euros sur « The makerist » un patron allemand que je n’avais pas encore cousu. Pourquoi chercher plus loin, il avait tous les critères que je voulais : encolure haute, et bateau, trapèze et ample. Que demander de plus ?

J’ai donc pioché dans mon stock un coupon acheté lui aussi une vrai misère ( genre 1 ou 2 euros le mètre sur un marché, il y a fort fort fort longtemps)que je soupçonne être un jersey de lin pour faire ma petite toile. Au départ, j’avais pensé l’associer à une certaine petite jupe jaune qui devrait arriver par ici dans pas trop longtemps mais au final le tissu jure un peu. Ce petit top n’a pas trop de copains dans mon dressing : soit il n’est pas de la bonne couleur, soit il est un peu court. C’est peut être pour ça que j’ai attendu si longtemps pour le montrer ici. En plus, il est pleins de petits défauts. C’est la première pièce que j’ai cousu pour ma petite capsule, en réalité… en AVRIL ! Il est parfait pour les chaleurs de l’été d’ailleurs, donc il faut que je ressorte un peu mes jupes pour voir si je peux l’associer… ou alors il restera une toile portable qui ne sortira pas trop ( mais il me semble qu’il vas plutôt bien avec un prochain de ma seconde série de couture, donc, tout n’est pas perdu.

Le tissu

Du jersey de lin, donc, un peu pénible à coudre, parce qu’il est très fin et donc se déforme très vite si on ne fait gaffe quand on coud, ne veut pas être surjeté tout seul, et il roulotte sournoisement sur lui-même dès qu’on a le dos tourné ! Au passage, il gratouille très légèrement… pas le tissu du siècle, quoi ! Mais bon, on ne peut pas demander la lune pour 2 euros le m non plus !

Le patron

J’ai donc cousu le top « Frau Lizzy » de la marque allemande Studio Schnittreif. Le patron est disponible en français sur le site de la marque, en téléchargement pour 6 euros 50. Il y a quelques autres patrons qui me font de l’oeil, à voir plus tard peut être. Outre le fait il correspond à mon cahier des charges, le principe d’origine est qu’il se coupe en UNE SEULE PIECE ! Et si vous êtes la reine des raccords, vous pouvez avoir un beau motif en chevrons sur le devant. Je ne vais pas trop m’étendre, je vous laisse découvrir, c’est super astucieux et si tu maitrises aussi la surjetteuse…..

Bon avec mon tissu capricieux, j’ai pas osé, hein, on va pas se leurrer … Mais le patron explique aussi comment modifier la pièce pour couper le top en 2 parties et ce n’est pas sorcier du tout ! D’ailleurs, il est écrit pour être fini à la surjetteuse OU à la machine, avec des finitions à l’aiguille double ou pas.

On a donc une encolure très près du cou et des emmanchures plutôt large. Attention au passage, ce patron est taille plutôt large en terme de carrure dos et devant. Et en longueur. En même temps, c’est un patron allemand…. J’ai choisi de finir à l’aiguille double, maintenant qu’elle ne me fait plus peur.

La patte de la linotte

J’ai dû pas mal le reprendre sur les côtés et au niveau de l’emmanchure. J’ai ratiboisé d’un cm partout et j’ai creusé l’encolure d’1 cm pour le devant et le dos par la suite. J’ai aussi rajouté un support de droit fil thermocollant sur l’encolure et les emmanchures pour stabiliser mon ù$=*%£ de tissu récalcitrant. Et je reste polie ‘^^ On l’entrevoit sur la photo du dessus.

J’ai aussi ratiboisé le bas, rapport à mon buste étroit et mon petit mètre 63. Et puis j’ai fait mon ourlet à la main en bas, comme d’habitude, pour que ça ne cartonne pas. Et parfaitement invisible s’il vous plait !

Epic fail ?

Alors d’abord, à force de ratiboiser le bas, j’y suis allée peut être un peu fort ‘^^ Je ne sais pas trop si je dois re-rallonger ou pas. j’ai l’impression que sur mes tailles hautes ce n’est pas si mal. J’ai prévu une 3eme version en jersey uni vert pour voir. Parce que là ça jure trop avec mes jupes bleues marines. Vous pourrez me dire ce que vous en pensez dans les commentaires, je suis curieuses ^^. J’ai gardé la bande que j’avais coupée pour re-assembler si nécessaire pour uen longueur plus classique . Au passage, je m’étais fiée à la hauteur de mon confortable modifié pour recouper le bas la première fois. Et j’ai commencé une seconde version aujourd’hui avec cette longueur là.

Plus emmer embêtant, j’ai un sale plis moche en plein sur l’encolure devant. Faut mettre le nez dessus, comme on dit, mais ça m’agace. Vraiment . Bon en même temps comme il va avec pas grand chose…. ( par contre, mon ourlet d’encolure à l’aiguille double, il est classe partout ailleurs et ce n’est pas qu’une petite victoire ;op)

Les photos portées

Évidemment, il a fallu que le voisin sorte pour papoter juste à se moment là ‘^^Il est gentil comme tout le voisin, mais ça ne m’a pas aidé à avoir l’air à l’aise ‘^^Et en plus je pensais sourire …. Mais bon, vous êtes là pour mon top, pas mon sourire, alors, on dirait que ça irait

Et les traditionnelles… faites entrée l’accusée ;op

Et le retour de la prise… Bon, en même temps, le zhomme avait une excuse, il papotait avec le gentil voisin…

Et voilou ! Vous devriez le revoir d’ici une paire d’article, dans une plus jolie version alors je m’attarde pas plus ! A bientôt ^^

Couture

Petit défi entre amies ^^

A l’origine

Pour rebooster mon amie Rachel ( Les lutins du moulin sur Instagram), je lui ai proposé un petit défi couture autour d’un petit top en chaîne et trame. Patron et tissu libre, juste pour le plaisir et se coudre un joli top pour le printemps qui tardait à venir.

Je ne savais pas trop ce que j’allais coudre quand je lui ai fait ma proposition. J’avais plusieurs haut en jersey sur le petit tableau récapitulatif dont je vous ai parlé plusieurs fois. Et un top en chaine et trame mais j’hésite encore à rallonger en robe. Alors j’ai commencé à gribouiller et j’ai sorti les tissus que je n’avais pas encore sélectionné dans mon tableau. J’ai sorti d’abord un coupon de ikat qui est assez étroit. Mon premier croquis nécessitait de faire une longueur assez conséquence de mini bretelles et je n’ai pas eu le courage. Alors j’ai laissé « poser » quelques jours etje me suis souvenue d’un coupon de soie japonaise à Kimono offert par mon amie Claire et j’ai su immédiatement ce que j’allais en faire.

Les fournitures

Il s’agit du tissu le plus précieux que j’ai cousu à ce jour. Claire est spécialisée dans les tissus d’exception et elle m’a offert pour un anniversaire une longueur assez conséquente de ce tissu 100% soie, double face. On appelle ce tissu Tanmono De Soie Chirimen , c’est une sorte de crêpe de soie. La laize traditionnelle est de 36 cm, et il est destiné à la confection de Kimono. Autant dire que j’ai longtemps tourné autour de cette petite merveille avant de trouver ce que j’allais en faire ‘^^D’un côté, on retrouve un joli motif blanc sur un fond plus ou moins lavande suivant la lumière. Et de l’autre, un bon crème avec un autre motif qui se voit aussi discrètement sur l’autre face puisqu’il est en volume. Ma machine m’a fait des trucs bizarres et j’avais posté une photo sur Instagram : je vous la remets ici.

Ce tissu est facile à coudre mais j’ai mis beaucoup d’épingles pour le couper sans qu’il ne bouge. Il se comporte de manière un peu schizophrène, à la fois raide mais avec du drapé, lourd mais léger… Honnêtement, je ne sais pas si j’ai choisi le meilleur patron pour lui …

Pour les boutons, je suis allée chercher dans la boite à merveilles héritée de ma petite mamie Suzette qui décousait systématiquement les boutons blancs des vêtements usagés. Apparement pas les autres couleurs. Juste les blancs… J’ai trouvé les boutons parfaits et pile le bon nombre en plus ^^

Le patron et la patte de la Linotte

J’étais bloquée à cause de la laize vraiment étroite et puis j’ai réalisé que je pouvais couper un top ouvert devant et avec une couture au milieu du dos. Pour mon 92-94 cm de tour de poitrine, c’est rentré au poil de Yak ‘^^ J’ai choisi mon fétiche « top grainfield » de Ottobre dont je vous ai déjà parlé je-ne-sais-plus-combien-de-fois. Je n’ai pas utilisé d’épingles pour ce top, j’ai TOUT faufilé, cousu avec une aiguille microtex NEUVE. Faut c’qui faut !

Pour faire mon faux boutonnage, j’ai positionné un demi-devant à 1,5 cm de la laize et j’ai faufilé en le posant sur la seconde pièce, sur deux lignes : Une ligne pour fixer le rebord de 0,5 cm et un autre 1 cm plus loin pour que sur le dessous ne bouge pas du tout. J’ai profité de la laize pour ne pas avoir à surfiler le devant qui se trouve dessous ( jetez un oeil à la photo précédente). Le plus long a été de positionner mes pièces pour avoir le raccord parfait. Je suis vraiment fière de moi car le devant est quasi nickel et que le motif n’est pas régulier : d’abord une série de « vagues » dont les bord sont incurvés vers le haut, puis une autre série dont les bords sont incurvés vers le bas , avec de jolies fleurs de lotus dont le sens change aussi. Un vrai casse-tête ! j’y ai passé un bonne heure ‘^^Et j’ai « perdu » pas mal de tissu pour que les deux demi-devants et demi-dos soient parfaitement alignés. Enfin perdu… on se comprend, hein ! Evidement que je les garde précieusement !

Ensuite j’ai cousu 1 fois à 2 mm de mon rebord en apnée. Puis une seconde fois, à 1 cm de ma première toujours en apnée.

Pour les ourlets d’emmanchures et d’encolure, j’ai stablisé mon tissu avec une bande thermocollante puis j’ai fait un ourlet simple de 1 cm que j’ai piqué à quelques mm du bord.

J’avais commencé par surfiler le milieu dos mais j’ai eu l’impression que mon tissu n’aimait pas trop ça. Alors j’ai arrêté de le faire car ça le fragilisait vraiment beaucoup.

J’ai beaucoup hésité pour l’ourlet du bas. Finalement j’ai fait un double rentré que j’ai cousu à la main à points invisibles.

Les raccords de côté en revanche, ne sont du tout nickel. J’ai lâché l’affaire au bout d’un moment.

Epic Fail ?

J’ai l’impression que le thermocollant était une mauvaise idée : l’encolure est plutôt rigide. Côté positif, le tissu ne s’effilochera pas. Et puis j’ai découvert qu’en fait, elle était plus rectangulaire que arrondie, en vrai ‘^^. Je crois que je préfère mes anciennes versions même si, en fait, c’est sensé être loupé ;op.

Et le bas de mon top n’a pas beaucoup de drapé. Il faut que je l’essaie avec un gilet fin pour voir si ce n’est pas mieux. Mais mon seul gilet fin qui serait de la bonne couleur attend son blocage depuis des lustres. Je vous laisse juger avec les photos portées en dessous.

Les photos portées

Ce petit top, je lui trouve un air très trop ? sérieux. Mais je trouve que ça va plutôt bien avec un jeans, surtout un jeans boyfriend bien déchiré et réparé avec un beau reprisage visible. Et un peu de sashiko sur les pièces. Vous sentez la quête du jeans parfait qui a débuté ? ;op Et une fois la perle rare trouvée, il va en falloir du temps pour le repriser ce jeans… Mais un jour…

En attendant, j’ai un jeans foncé avec lequel il va plutôt pas mal. Au passage, j’ai posé le trépied sur une table que j’ai eu la flemme de bouger comme je le fais d’habitude mais ce n’est pas très heureux: ça déforme le bas de l’image et on dirait que j’ai pris subitement du gras sur les hanches ‘^^ Sur la première photo, un coup de vent a rempli mon top mais je pense que vous voyez ce que je veux dire par  » cartonner ». C’est mieux sur les suivantes…

Par contre, l’encolure a un peu bougé. Si je soulève le bas, tout le top monte tout droit ‘^^Je ne sais pas si je suis claire, mais c’est un peu étrange ….

Par contre, je trouve qu’il tombe pas mal de côté.

Et le dos est nickel, c’est d’ailleurs une des choses que j’aime tout particulièrement avec ce patron.

Voilou. J’ai plusieurs projets terminés à prendre à en photo, des projets toujours pas bloqués mais la fin de l’année, le bac, toussatoussa… Vous commencez à connaître la chanson ‘^^. Pour la petite histoire, j’ai cousu ce top en deux jours… Il y a plus de 3 semaines. Depuis, je n’ai pas touché à ma machine et ça me manque ! J’ai pleins de jolis projets prévus pour moi, dont un très très gros défi personnel, à base de jeans mais aussi des projets décalqués pour les enfants. Vivement que tout ça soit derrière moi et que je retrouve du temps !

Et pour vous, c’est pareil ? ou vous arrivez à dégager du temps pour vos jolis projets créatifs en ce moment ?

Couture

C’est possible d’être amoureuse d’une robe ?

A l’origine

Grâce à Angélique ( A.crapouille sur IG), j’ai tenté de faire du champagne de fée comme je vous l’ai montré en photo , dans l’article concernant les petits projets d’Avril. En discutant ce jour-là avec elle, j’ai remonté le fil de ses archives et je suis retombée sur une de ses photos, sur laquelle elle porte une robe-salopette midi, qui a l’air en tencel ou en chambray léger, avec une jupe évasée et sans poche. J’ai voulu la mettre en favoris, mais je me suis rendue compte que je l’avais déjà fait, il y a un moment, dans mes inspirations coutures. Je me suis souvenue que j’avais commencé à faire des recherches pour trouver un patron semblable, recherches vaines d’ailleurs. J’avais donc mis de côté des tutos gratuit pour faire des jupes cercles et j’en étais restée là. Faut dire que je suis frileuse depuis toujours quand il s’agit de coudre une robe ou une jupe avec une partie ceinture ajustée, rapport aux traces laissées par de multiples grossesses ( et fausses couches, je suis spécialisée en fausse couche de toute fin de premier trimestre apparemment, mais c’est une autre histoire) sur la partie médiane de mon anatomie. D’ailleurs, j’ai un semi-fail à vous raconter mais j’attends de pouvoir faire des photos sans collants pour vous montrer l’objet du délit. Semi-spoil : c’est une histoire qui finit quand même bien. Ouf. Une histoire de jupe jaune. Bref.

Pour en revenir à ce qui nous intéresse ici, à savoir une robe que j’aime d’amour fou, en montrant tout ça à Angélique, j’ai eu un flash. J’avais exactement le tissu parfait pour faire cette robe. Ce tissu d’ailleurs, bien qu’adoré, je ne lui avais pas trouvé de projet, depuis 1 an et demi ( voire 2 peut être d’ailleurs) : je ne voyais pas quelle robe lui attribuer et je suis déjà l’heureuse propriétaire de 3 jupes amples et ajustées à la taille et … bleues.

Cette fameuse robe-salopette, c’est dans CE tissu qu’elle serait parfaite. Alors je me suis remise à calculer comment faire une jupe demi-cercle, quand PAF ! seconde illumination ! Comment faire pour ne pas avoir de problème avec un tour de taille, souvent fluctuant et un peu trop large pour mes non-hanches ? Non, ne dites pas ajustements, la semaine a été difficile, hein, pas de gros mots. … Alors ? une idée ? …. La jupe portefeuille, pardi ! Et de robe salopette, je suis arrivée à robe-tablier. Et je me suis jetée sur mes patrons !

Les fournitures

J’ai donc coupé dans une coupon adoré mais sans projet déterminé : un chambray léger ( chambray Blue Japan  de son petit nom) édité par la marque de laine espagnole « Katia » qui fait de très beaux tissus bio depuis quelques années. J’en avais acheté 2 m chez Rascol, en avril 2019 d’après ma boite mail qu’il faut que je vide. Mon amie Marianne s’est fait coudre une nénuphar sublime dedans ! Si je n’avais pas déjà cousu 2 nénuphars bleues, j’aurais sans doute fait de même. Le tissu est léger mais se coud très facilement. Je me suis régalée d’un bout à l’autre !

Pour aller avec, 2 boutons en bois, que j’ai reçu dans un swap, je crois et du biais liberty dans mon motif préféré ( dégotté chez Mamzelle Fourmi, il me semble).

Il faut aussi de l’entoilage léger pour les parties ceintures.

Les patrons

Pour arriver à ce que j’avais en tête, j’ai donc mixé 2 patrons, déjà cousus (que vous n’avez jamais vu ici, un est en attente de photo et jaune et l’autre a été cousu en Moins 5 avant la création de ce blog ;op ).

Pour le haut, la partie « bavette », j’ai utilisé le patron de la très jolie robe-salopette Rydell de Odv Pattern.

Vous allez me dire que j’aurais pu patronner moi-même mais, en fait, une bavette, ce n’est pas si simple ! D’abord, il faut prendre en compte le tour de poitrine et la hauteur de buste. Je trouve souvent les « bavettes » de salopette du commerce au choix, trop étroites, pas assez hautes, ou trop hautes, ou trop larges. Et puis, si vous avez un oeil de lynx, vous avez dû voir que celle-ci n’est pas un simple carré ou rectangle. La preuve :

C’est une des choses que j’apprécie avec les patrons de Nathalie ( et loin d’être la seule), leur fausse simplicité ! En fait, tout est pensé, pleins de petits détails auxquels je n’aurais pas pensé, on achète pas un assemblage de forme simple recopiées à main non je ne vise personne. Une basque, ça se travaille. C’est pas une ligne droite. Une jolie « bavette », ben… c’est encore mieux quand c’est pareil ! Et c’est pour ça que c’est joli d’ailleurs !

Du patron de Nathalie, j’ai aussi gardé les jolies bretelles, je n’ai pas touchée à leur longueur, ni à leurs extrémités arrondies que je trouve très … ben jolie et oui, encore. Et que vous pourrez apercevoir sur la photo suivante. Comme préconisé par le patron, j’ai surpiqué la bavette et la partie bretelles.

Et j’ai fait des boutonnières à une extrémité uniquement ( et même que ma machine ne m’a pas fait de caca, ce qui est un miracle vu les soucis rencontrés ces derniers temps)

J’ai utilisé le patron de Rydell pour savoir comment insérer proprement ma bavette dans la partie ceinture devant. oups, j’ai oublié une photo ‘^^

En ce qui concerne le bas, j’ai utilisé une jupe cousue 3 fois, une noire, jamais portée, parce que je n’aime pas ses poches, une cousue pour un swap dans un faux liberty, et une dans un velours à pois ( celle-là je voulais la donner mais j’ai très envie de tricoter un petit top qui irait bien avec alors je vais peut-être lui laisser une seconde chance). Son nom ? La jupe Miette de Tilly and the Buttons. La photo suivante est expérimentale, mais c’est compliqué de prendre en photo une jupe porte-feuille un peu longue, alors j’ai demandé de l’aide…

Vachement mieux qu’un cintre, non ?

Les pans se recoupent quasi-complètement, et je l’ai portée aujourd’hui par jour de mistral, vous allez le voir, même juchée sur un tabouret, dans le sens du vent, pas de soucis de poupoupidou. ouf.

Tilly propose un pas à pas photos HYPER BIEN FAIT et DÉTAILLÉ. Il est accessible ici, même sans avoir acheté le patron. Les finitions sont vraiment top ! j’y ai appris à dégarnir les parties d’une ceinture doublées qui font suer nos machines et le principe de « Topstitch » ( couture de soutien ?) qui permet de ne pas déformer les courbes coupées dans le biais du tissu. C’est un patron qui est tout à fait accessible à une débutante et demande beaucoup moins d’ajustement qu’une jupe classique. Je suis juste un peu sceptique sur la forme des poches plaquées que j’ai très vite abandonnées. Une seule chose est un peu pénible à faire… retourner les km de liens ‘^^même larges, c’est chiant. Et je pèse mes mots. J’ai longuement hésité à mettre les pans croisés devant ou derrière et puis l’idée de la robe-tablier m’a vraiment séduite, alors j’ai croisé au dos ^^

La patte de la linotte

Outre le mélange de patron, j’ai fait quelques petites modifications : J’ai rallongé Miette de 10 bon cm pour avoir ma jupe midi. Je n’ai pas fait les poches, donc je n’avais pas besoin de la couture centrale de la pièce devant. Mais comme je l’ai rallongé, ça ne rentrait pas plus dans mon coupon dans le biais en un seul morceau. Si cette partie avait été au dos, j’aurais coupé en 2 pièces est gardé le biais : c’est ce qui donne sa jolie ligne à la jupe ! Mais je n’aimais pas la couture au milieu alors j’ai coupé en une seule pièce mais plus dans le biais, du coup. Comme je l’avais fait pour la version en velours à pois. Vous verrez ce que ça donne dans la section  » photos portée » ^^

Sur un coup de tête, j’ai recoupé en biais le bout des liens, pour l’esthétisme mais aussi parce que pour passer dans la fente de la ceinture, ben quand même c’est plus facile ^^

Côté finitions intérieures, j’ai surjeté ensemble les marges de couture de la partie jupe et je les ai couchées vers le dos. Miette a ses côtés légèrement courbés au niveau des hanches , ce n’est pas un simple parallélogramme, donc en ne surjettant pas les pans séparément, coupés dans le biais , je rappelle, je ne risquais de les déformer . Et puis ça fait gagner du temps ;op

J’ai fini à la main l’intérieur des ceintures, pour éviter d’avoir des surpiqûres qui partent de traviole à l’intérieur: je suis contente, c’est hyper propre. Pour un peu je regrette presque de pas avoir faire de coutures anglaises, que la marge de 1,5 cm aurait permis.

Ensuite, j’ai fais mon ourlet du bas avec du biais bien souple, comme vous l’avez vu dans la photo d’introduction, et j’ai cousu à la main la deuxième couture pour éviter que ça cartonne.

Concernant Rydell, je voulais une robe-tablier et non salopette alors j’ai coupé tout droit la parti arrondie d’une des extrémités que j’ai prises dans les coutures de la bavette et j’ai ajusté la robe sur moi au prix d’aller retour au salon, pour demander à l’homme de me mettre des épingles pour coudre les coutons ( comme sur une des versions de présentation de Rydell) au dos de la partie jupe. Et comme c’est une jupe porte-feuille, sur la partie ceinture du pan du dessus.

Ces boutons étaient faits pour cette robe, non ?

Epic fail ?

Elle tombe juste comme je voulais (enfin presque, vu que je n’ai toujours pas de hanches). Elle est tout à fait ajustable grâce au côté porte-feuille. Elle est pile de la bonne longueur. Toutes les pièces tombaient parfaitement. Du bonheur. Je l’ai cousue en petites cessions sur 1 semaine et demi et je me suis régalée.

Quoi? vous êtes déçues? Pas de linotterie ?

Ben si, une superbe…. Chez Nathalie, les marges de coutures ne sont pas comprises, ce qui était ici un avantage. J’ai donc rajouté 1,5 cm. Bon au final, j’ai cousu avec 1 cm de marges mais le pb n’est pas là. J’ai donc cousu ma bavette et puis quand j’ai voulu l’assembler à la ceinture. Vieux bug…. La partie qui m’avait fait choisir cette robe, la jolie courbe du bas… Elle disparaissait dans la ceinture et j’avais un carré tout bête. Mais quelle était cette magie noire ? J’avais évidemment oublié UNE marge de couture. Celle du bas de la pièce . Woiiiiilaaaaa. J’ai donc dû recouper 2 bavettes et vu les morceaux qui me restaient ( les 2 m sont passés quasi en entier pour la taille 12 de miette et ces liens interminables et ces grands pans du dos coupés dans le biais pour la partie croisée et la bavette) c’était pas gagné. J’ai réussi, finalement dans 2 chutes différentes mais pas dans le même sens et pas dans le sens du droit fil. Heureusement que le motif s’y prête, hein ‘^^

Et puis pour chipoter, parce que vous me connaissez, à refaire je raccourcirai les bretelles de 5 cm peut-être.

Les photos portées

Une fois n’est pas coutume, j’ai porté ma robe AVANT de la bloguer. Du coup, la première séance était inutile, car toute froissée c’était trop moche… Donc deuxième séance…. Une heure après, en courant un peu pour la lumière.

Bon côté repassage c’est pas encore ça mais je n’ai pas de centrale vapeur et je suis nulle en repassage

J’adore son dos ! Je la verrai bien portée avec un body noir, manche 3/4, avec le dos creusé, pas vous?

Comme je vous disais, même avec du vent, la pudeur est sauve !

Coucou le liberty-joli !

Elle est légère, elle fait une jolie ligne, je l’aime beaucoup vraiment et elle est tout à fait boulot compatible !

Je vous ai gardé une photo de la première séance pour un gros plan sur les boutons du dos.

Vous voyez ce que je voulais dire avec mon historie de 5 cm en mois ?

Et une dernière comme d’habitude !

Alors, vous en pensez quoi ? Elle vous plait ma jolie robe-tablier ? ^^

Couture

Les petits projets d’Avril

Le Printemps est définitivement arrivé dans l’atelier, comme vous avez pu le voir ces derniers temps c’est l’effervescence par ici ! Au programme des petits projets d’Avril, il y a un peu de déco et du sac à projets. Comment ça bien sûr ? Et un peu de cuisine magique. On y va ?

Une peu de couture

Mes petits coussins

J’ai failli leur dédier un article rien que pour eux, je les adore !

Les fournitures : Que du stock, et du vieux en plus ! On retrouve des chutes de popeline à pois en deux couleurs et une autre à petites fleurs de mondial tissu ( au moins depuis 6 ans dans mes bacs à chutes ! ), du matelassé petit pan que vous aviez vu déjà pour une trousse de rentrée qui tient toutes ses promesses, du passepoil bleu en stock depuis si longtemps que je ne sais même plus depuis quand, du passepoil rouge à pois blanc adoré de chez Mamzelle Fourmi ( qu’il faut que je commande à nouveau, parce que mine de rien, ça mange du passepoil un coussin!) et un bout de tissu Alice adoré, déjà utilisé pour un sac à projet adoré. Et Evidemment, des vieux coussins tout moches et délabré pour recycler ce qui traine dans les coins de la maison et des bouts de rubans jolis.

Le premier coussin

Le premier coupé, le dernier terminé, je voulais du passepoil vieux rose mais je n’en avais pas, je suis allée en chercher chez ma petite mercière mais elle était en vacances. Le lendemain, illumination, j’avais quelque part du bleu clair, le même bleu clair que le tissu Alice. Banco !

Côté face, donc un carré matelassé petit pan avec les bords arrondis grâce à un bol, un appliqué étoiles, un grand classique ici que cet appliqué d’ailleurs.

Et au dos, tout simplement la même popeline que l’étoile.

Le second coussin

Toujours un carré avec les bords arrondis au bol mais cette fois avec ma technique de patchwork chouchoute que vous commencez à connaître, pas vrai ^^

Et la petite étiquette prise dans les coutures, que j’avais encore oubliée…( j’ai dû découdre évidemment…)

Au dos, toujours de la popeline mais à petites fleurs cette fois.

Voilou, ils sont beaux, hein mes petits cousins ? J’avais oublié comme c’était gratifiant ces petites choses là !

Tiens, j’en profite pour donner un aperçu du petit bricolage d’Avril du zhomme qui a transformé un saladier en inox ( moins de 4 euros) en abat-jour ^^ Moi et mes drôles d’idées ;op . Il a troué le fond ( une série de petit trou aligné en cercle et un peu de scie à métaux et beaucoup d’huile de coude ) pour faire passer la douille et on a choisi une ampoule un peu design. C’est en-dessous que je tricote en général, la lumière étant là pour que j’y vois sans perturber les séances cinéma/série au video-projecteur ( plus de télé ici depuis…. 2002 ! Comme les pubs ne me manquent pas )

Un petit sac à projet devenu sac à appareil photo

Il me restait des chutes, très très peu de chutes de ma petite robe noire, alors je me suis mis au défi d’utiliser le moindre bout exploitable. J’ai donc… Fait un sac à projets version mini mini.

Les fournitures : un bout de coton au motif adoré, des chutes de tailles variées de lin/viscose noir, 2 lacets en cuir noir et tout ce qui me restait de machin pour matelasser thermocollant ( j’ai perdu le nom)et pour l’intérieur du torchon Monop, qui date de l’ouverture du blog, c’est dire ! J’avais complètement oblitéré le fait que j’en avais acheté 2 à l’époque. Quelle jolie surprise en cherchant une doublure ! Pour faire joli, une petite étiquette en cuir à coudre commandée chez Maison pleine fleurs cet hivers.

Le patron : Toujours mon tuto de sac à projets, version mini que je dois mettre au propre et publier ici depuis des éons. Cette fois, j’ai décidé au dernier moment de tenter de le molletonner. Je pense que ce serait beaucoup mieux de molletonner les deux faces mais j’en avais juste assez pour une seule face et encore j’ai dû combler des bouts en découpant des minis rectangles ‘^^Je n’ai officiellement plus un cm de molleton thermocollant ‘^^

En cours de couture, je me suis dit que je le mettrais de côté pour l’offrir à une occasion quelconque mais il me plaisait trop et j’ai eu une illumination subite : il est pile à la bonne taille pour trimballer dans mon sac mon appareil photo. J’essaie d’utiliser ce que j’ai au lieu d’acheter car mon atelier est plein comme un oeuf, regorge de petits trésors et que je n’ai pas assez le réflexe de réfléchir avec ce que j’ai sous la main en priorité : il me manquait du cordon et en farfouillant j’ai trouvé ces lacets de cuir. Je ne sais plus du tout pourquoi je les avais achetés mais ici c’est idéal. J’ai juste dû faire pleins de noeuds pour éviter de passer mon temps à les repasser dans la coulisse du pochon ‘^^$

Et voilà! Avec toutes ces matières précieuses, il est parfait pour mon trimballer mon précieux, pas vrai ? ^^

Un peu de cuisine Magique

J’ai posté une des photos de plantes que j’ai prises en même temps que les photos de ce petit cadre. Et plusieurs personnes m’ont dit que j’avais pris des ombelles de Sureau et que c’était délicieux. En particulier a.crapouille m’a donné une recette qu’on a eu tout de suite envie d’essayer avec les garçons. Je suis donc partie en balade sur les chemins pour trouver d’autres sureaux ( attention il y a une variété toxique donc il faut bien faire attention de ne pas les confondre !) J’ai fini par trouver un gigantesque sureau qui surplombait une voie ferrée et du pont, j’ai peu récupérer quelques fleurs.

Je ne vous donnerai pas la recette Angé’ parce qu’elle ne m’appartient pas, mais nous sommes donc en train de faire du « champagne des fées » ou limonade maison pour les cartésiens de l’assistance. Vous avez pleins de recettes sur internet, je vous laisse faire une petite recherche. En tout cas ici, j’ai des petites têtes curieuses qui viennent régulièrement soulever le torchon pour voir si les bulles magiques apparaissent et ça sent divinement bon !

Et c’est hyper beau en plus ! Il va falloir attendre encore quasi 3 semaines avant de le boire, je vous dirai le mois prochain si ça a fonctionné ou pas ^^. N’hésitez pas à me relancer si jamais j’ai oublié d’en parler dans « les petits projets de Mai » !

Si vous avez des conseils de livres vraiment sympas et complets sur le sujet de la cuisine « sauvage », je suis preneuse. J’ai emprunté « l’appel gourmand de la forêt » de Linda Louis aux éditions « La plage » que je trouve vraiment très complet et j’ai repéré  » Cueillettes: Apprenez à reconnaître les plantes sauvages, à les cueillir et à les cuisiner » de Magalie Ancenay aux éditions Hachette que j’ai bien envie de m’offrir. Mais si vous avez un incontournable en la matière, n’hésitez pas, vraiment !

Couture

Petite collection printemps/été 2021 : La jupette matelassée

A l’origine

Cet été, j’ai cousu et énormément porté depuis d’ailleurs, une veste nénuphar de Deer and Doe en jersey matelassé. En même temps, j’avais réfléchi pendant mille ans pour caser en même temps une brume de deer and doe. J’ai dans mon stock un coupon de jersey matelassé vraiment ADORE de chez Camillette Création, gris avec un imprimé nuage. Je l’adore vraiment. Je l’ai depuis la création de cette petite marque de tissu qui je crois a fermé depuis. Je l’avais acheté pour coudre une veste et un pantalon à Robin Bébé mais … Je l’aimais trop ‘^^. Il fait partie de ses coupons super précieux en attente de THE patron. Alors je me suis dit que j’allais faire une toile avec ces chutes puisque que les pièces sont pour la plus part très étroites et donc casable non ce mot n’existe pas entre les pièces de ma nénuphar. Alors, vous saurez que ça rentre. Mais au poil de cul ‘^^. Bref.

J’ai donc coupé ma brume mais c’était l’été et je me suis dit que je la coudrai quand ce serait la bonne saison pour la porter.Et puis les mois sont passés… tellement que vous allez voir, certaines pièces en garde la trace ‘^^

Les fournitures

Comme je viens de le dire, les chutes du matelassé premier prix de chez Mamzelle fourmi. Ma nénuphar a bien tenu 2 saisons, elle commence à montrer des signes de faiblesses mais je pourrais la mettre encore au moins 2 autres saisons je pense. Je suis plus dubitative pour une version jupe moulante qui va subir plus de frottement, surtout en cette période de télétravail. J’ai peur qu’elle ne revienne pas trop en place et que ce choix de tissu pour ce type de pièce soit un peu loupé. Je vous tiendrai au courant.

Le patron ne nécessite pas beaucoup de tissu et rien d’autres que le tissu. Il faut juste réfléchir en amont à l’élasticité, surtout à celle de la bande de ceinture. J’ai dû avoir recours à un autre tissu qui du coup n’est pas sur la photo : un French Terry à motifs, le même que celui que j’avais utilisé pour ma nénuphar, justement, on en reparle un peu plus bas… Linotte un jour…

Le patron

Il s’agit de la Brume de Deer and Doe, Troisième version ici. Au passage, la version à pois est de loin ma préférée et le jersey tient super bien la route ! Je vous laisse jeter un oeil à la première version pour la présentation détaillée du patron si vous en avez besoin.

J’ai gardé les surpiqûres d’origines, c’est à dire uniquement celle des rares pièces horizontales qui permettent à le jupe de mieux se tenir et qui sont jolies: celle du devant ….

Et celle du dos, ces deux découpes donnant son identité et sa modernité à cette jupe qu’on ne présente plus.

La patte de la Linotte

Comme d’habitude, j’ai cousu et surjeté à la machine à coudre : c’est d’autant plus facile qu’on surjette les marges de coutures ensembles à chaque étape. C’est vraiment un cousette rapide et gratifiante !

J’ai encore fait le bord à la main. J’ai failli le faire à l’aiguille double mais j’ai eu peur que le tissu ne marque trop et que ça gondole.

Epic fail ?

La taille est parfaite, de mémoire la taille 38, soit une taille de moins que le tableau des tailles. Mais comme je l’ai sous-entendu plus haut. J’ai fait une belle boulette de conception. Mon tissu n’est pas très élastique. Pour le corps de la jupe, ce n’est pas gênant mais… pour la ceinture… C’est ennuyeux. Très ennuyeux. Quand j’ai fini ma jupe et que j’ai voulu l’essayer, j’ai connu un grand moment de solitude. Impossible de passer au dessus des cuisses. Ma ceinture n’avait absolument pas le bon pourcentage d’élasticité pour ce modèle. Mais genre…. carrément pas ‘^^. Heureusement, j’ai très vite rebranché mon cerveau, et armé de mon découvit j’ai défait le surjet ( misère…) et la couture et j’ai recoupé une partie ceinture dans le French Terry. A ce moment là, j’avais perdu les mini chutes qui me restaient et que j’ai retrouvées par hasard avant hier en cherchant un tissu contrastant pour des capes pour un cadeau d’anniversaire express, mais ça c’est une autre histoire. Si j’avais eu mon tissu sous la main, j’aurais sans doute coupé la ceinture 2 tailles au dessus et retenté : on pose la partie ceinture qui est plus courte le haut de la jupe un peu comme quand on termine un t-shirt avec une bande rapportée. Donc ça aurait pu le faire. Mais je suis contente d’avoir eu mon tissu à motifs sous la main. Personne ne voit ma ceinture car je porte mes brumes avec un t-shirt par dessus ma jupe et pas rentré dans ma jupe mais moi , ça me met en joie de la voir le matin et le soir cette fameuse bande de motif de maitresses de maternelle.

Je me suis appliquée quand je l’ai coupée pour avoir un motif complet, centré même avec la ceinture pliée en deux. Et devinez quoi ?

Je me suis rendue compte une fois la ceinture montée ET surjetée que j’avais centré mon raccord de ceinture au milieu… ET oui, du devant…. J’ai pas osé découdre et en plus j’avais la flemme alors ça reste comme ça et puis comme dit plus haut… Personne ne la voit ma ceinture, alors…

Les Photos portées

Mode Rapide ? Après tout c’est la 3 eme fois qu’elle traîne par ici alors…. On va juste changer l’ordre histoire de pas faire trop comme d’habitude quand même…Donc …

De dos :

Et non toujours pas rasée !

De côté :

Il faut que je pense à cloner ce côté de t-shirt, tiens, j’aime bien !

Et de face !

Vous le voyez le plis qui part pas parce que la pièce découpée est restée pliée plus de 6 mois ? ‘^^

Et voilou ! Elle est très agréable à porter mais je ne pense pas que le tissu revienne bien en place. Je n’irai sans doute pas travailler avec mais à la maison, c’est pas mal et en plus, elle s’entend plutôt bien avec mon confortable chéri « où est Charly » alors… Elle tiendra le temps qu’elle tiendra de toute façon, je n’aurais pas pu faire grand chose d’autre de mes chutes…

Allez, zou ! Je tente cet après midi une adaptation de patron de sweat en t-shirt pour faire une toile pour un autre coupon adoré et précieusement conservé depuis 3 ans, alors je retourne dans l’atelier ! A bientôt ^^

Couture

Petite collection printemps/été 2021 : la jupette en lainage

A l’origine

Voilà, je l’ai promis, elle arrive ! voici la première jupe que j’ai cousues d’après le petit tableau dont je vous ai parlé l’autre jour. Je vous la fais courte au cas où vous ayez déjà lu l’article : j’ai fait un tableau pour représenter mes envies/besoins couture à partir des tissus et patrons que j’avais déjà. J’ai rajouté en cours de route un ensemble à porter tout de suite, parce que les températures étaient redescendues et que j’étais frustrée de ne pas pouvoir porter les cousettes tout de suite. Donc après avoir cousu le sweat d’amour dont le lien est juste au-dessus, j’ai cousu une jupe en lainage. Enfin, plus précisément, j’ai cousu la jupe d’abord ‘^^, mais ce n’est pas grave ;op

Donc. J’avais ce coupon dans mon stock depuis un an à peu près, un lainage de très belle qualité avec des pois. J’avais acheté ce qui restait car c’était une fin de rouleau, donc juste 1 m. J’aurais adoré faire une nénuphar dedans mais je n’en avais pas assez. Avec ses manches longues, impossible de l’y faire rentrer, faut pas se leurrer. Et puis vu qu’il faut plus d’un 1 m pour faire un sweat, hein, une veste même courte… à moins d’avoir une laize de 2m … Bref.

Donc, ce coupon était sans projet. Beau, mais sans projet. Une honte quoi ! J’ai très vite pensé à m’en servir pour faire une petite jupe, mais je n’avais pas de patron en tête. J’avais écarté une robe ( et maintenant que j’ai bien entamé mon coupon, c’est mort car jusqu’à il y a quelques jours, pour moi une robe comme j’aime ne rentrait pas dans un petit mètre). Jusqu’à ce que je me gèle sur mon canapé et en me disant qu’ une petite jupe en lainage ce serait pas mal du tout. Je venais de coudre ma jupette couleur de soleil et je me suis dit que vu que ce coupon malheureux était aimé mais sans patron, je pouvais tenter une jupe maison, car ce que j’avais en tête, je pouvais faire 2 versions dans mon coupon.

Je me la suis jouée une peu kamikaze sur ce coup là, mais bon, j’étais dans l’euphorie des projets de ce fameux tableau, tout finissait par bien se passer, alors j’ai foncé. Et j’ai bien fait !

Les fournitures

Bon un coupon de lainage est à l’origine de tout : je ne sais plus la composition ni la provenance ( cousette ou bien the sweet mercerie) avec des rayures et avec des pois. J’avais peur des raccords ce qui éliminait un certain nombre de patrons pour moi qui ne suis pas exactement une experte en la matière. Le tissu est lourd mais il a un tombé surprenamment fluide. Il ne s’effiloche pas de manière dramatique. Il se coud hyper facilement malgré son épaisseur. Un vrai bonheur. Punaise comme une nénuphar aurait été atomique dedans !!! Seul petit bémol à l’heure où je vous écris avec ma jupette sur les cuisses assises à mon bureau : il grattouille un peu. Je sais que les cuisses sont la partie de mon anatomie qui résiste encore et toujours à l’envahisseur, oups, à la laine kipic donc je sais que ça va s’arranger et c’est déjà en train de passer.

Pour l’accompagner, j’ai pioché dans mes chutes de petits sans chéri, pareil pour le passepoil et j’ai utilisé un peu moins d’1 mètre de biais liberty capes BLEU CANARD ( une tuerie) dont j’ai réussi à chopper une fin de rouleau chez Mamzelle fourmi et un reste de biais froufrou à étoile. Et pour la fermeture éclair, seule chose achetée exprès pour cette jupe, je suis allée chez ma petite mercière de presque quartier pour chopper une fermeture métal grise qui rappelle les rayures, ce qui m’allait bien puis qu’elle allait être apparente.

Le patron et la patte de la linotte

Si j’avais bien fait les choses quand j’ai cousu mon autre petite jupe en pseudo lainage ( qui est beaucoup moins chaud, soit dit en passant) à partir de la jupe Ori de l’usine à Bulles que j’avais reporté toutes les modifications sur le patron, j’aurais refait la même parce que j’adore la porter et la forme. Mais je ne l’ai pas fait et je ne me souviens plus du tout de ce que j’avais fait, mis à part le fait que j’avais galéré à mort pour l’ajuster et que cette réussite est née d’une cascade de bêtise de ma part ‘^^.

Donc, j’ai dessiné les pièces devant et dos (1 seul morceau à chaque fois) à partir d’une jupe de aime comme Marie ( dont je n’aime au passage ni les patrons au passage ni les explications) que j’avais déjà beaucoup retravaillée à l’époque en redessinant les côtés pour qu’ils collent à mes hanches, en rallongeant déjà à l’époque parce qu’elle était beaucoup trop trop courte, même si c’est une mini. Et en rallongeant les pinces parce qu’avec mes fesses plates, elle tombait trop bizarrement. En fait de la jupe d’origine, je crois qu’il ne reste que la parementure de Zip, à la réflexion…

Je n’ai pas osé dessiner une ceinture, ce que je regrette un peu aujourd’hui mais je pense que je vais m’y coller très bientôt pour améliorer mon patron encore une fois.. Par contre, ce qui me rend très fière de moi, c’est que j’ai dessiné des poches. Pas des poches prises dans les coutures, pas des poches plaquées, des vraies poches en biais. Fierté ultime ! Avec la pièce qui permet la continuité du devant et un fond de poche.

Les deux fils qui dépassent ont été coupés juste après la photo, promis juré !

J’en ai déjà cousu plein, de ce type de poches. Mais j’avais peur de me lancer. Vous en avez par exemple sur la Rydell de Odv patron que vous allez voir très bientôt ici, sur la jupe Ori, sur la robe Belladone par exemple. J’ai dessiné la partie du dessus avec une partie de Rydell d’ailleurs, et j’ai adapté la partie du dessous avec les bords de mon patron de jupe devant de base. Au passage, j’ai fait HYPER gaffe à mes raccords et.. ça a fonctionné ! Je ne me voyais pas avec des rayures non alignées, ça m’aurait rendu dingue. J’ai dessiné le départ de chaque rayure sur le papier à patron sur la pièce du dessus, j’ai posé la pièce du dessous…. dessous, et j’ai continué les rayures au crayon en tenant compte du droit fil. Quand j’ai découpé mes tissus, je n’ai eu qu’à faire coïncider mes gribouillis avec les rayures du tissu. Et voilà !

Parce que c’était une petite chute et que j’étais dans l’euphorie comme je vous ai dit, j’ai mis du passepoil petit pan, il me restait juste de quoi souligner les poches et pour le fond de poches, du petit pan aussi, un autre motif mais dans les mêmes tons.

La fermeture est sur le dos, ce qui est beaucoup mieux pour ma morphologie ( mon dos n’est pas cambré, donc je peux )ce qui me permet de pouvoir reprendre les côtés si nécessaires à cause de mes non-hanches. Ici, elle est apparente, j’ai eu peur de poser une fermeture invisible et j’aime cette manière de finir zip. Elle demande de la minutie mais en dégarnissant bien, c’est pas mal ! Simplement, je préfère finir la parementure avec lui biais parce que c’est vachement plus joli que de juste laisser le bord à cru ou surjeté.

Pour l’ourlet du haut, j’ai utilisé du biais apparent comme sur la mini de départ. Pour l’ourlet du bas, j’ai juste surjeté le bas et j’ai fait un bord à la machine tout bête. Tout les moyens sont bons pour que la jupe reste le plus trapèze possible ‘^^

Dernière chose, j’ai encore rallongé la version déjà rallongée que j’adore d’ailleurs telle qu’elle est (j’ai mis en story ma version à étoiles, ma préférée je pense) mais qui n’est pas exactement boulot-avec-des-ados compatibles.

Epic fail ?

Ça aurait pu mais en partant d’une base déjà très largement adaptée et qui me va comme un gant, je n’ai pas pris grand risque au final. Ce qui n’empêche pas que je suis hyper fière de moi (mais le fait de ne pas avoir fait de partie ceinture est un grand regret aujourd’hui mais j’ai encore du tissu), tout s’est passé quasiment parfaitement. J’ai juste eu la flemme de changer de canette pour piquer ma fermeture éclair et la couture en plus n’est pas over précises, mais déjà que dans c’est dans mon dos, j’arrive à fermer les yeux, imaginer ce que ça donne à l’intérieur du dos …

Et parce que c’est une blague récurrente chez moi, il faut toujours que le haut des fermetures soit euh… je vous laisse voir, ça sera très parlant

Pourtant, je vous JURE que mes deux côtés sont identiques et j’ai coupé dans le milieu du dos. donc le bas est forcément droit…. bref….

Les photos portées

Deux minutes sur la terrasse, cette fois juchée sur un tabouret que vous ne voyez pas là bas, pour que vous puissiez voir toute la jupe, et le haut. On est sur une jupe taille semi basse, qui tient sur les petites hanches, qui est l’endroit le plus courbe sur mon anatomie, si on peut parler de courbes, hein… Pseudo courbes ? absence de courbes? rayer la mention inutile.

De dos, avec des pinces plus longues, le bas ne rebique pas, contrairement à ce que donne le patron de base sur moi et d’autres au passage.

Il faut vraiment que je rase ce dos à nouveau, hein !

Un petit coup de profil, pour coller à l’habitude ici des photos types photo policières en vues d’une incarcération. Tiens, ça me fait penser que je pourrais en prendre une fois avec un petit panneau pour pousser l’analogie jusqu’au bout ;op

Et sans le sweat relevé, parce que c’est comme ça que j’ai conçu la tenue au départ.

Cette jupe d’accorde très bien avec mes pulls aussi, mais là il faisait trop chaud ^^. Je vais en profiter les quelques jours où je pourrais encore et la ressortirai avec plaisir à l’automne, je pense ^^

Le prochain projet présenté ici, si rien ne s’intercale entre les deux, sera une autre jupe, que je devrais porter un peu plus longtemps, je pense ^^

Couture

La petite robe noire qui aurait dû être un pyjama.

A l’origine

Hier ou avant-hier, je sais déjà plus, je vous parlais de ma petite capsule et des projets déjà cousus que j’avais planifiés quelques temps auparavant.

Bon.

Ben aujourd’hui c’est d’un projet coup de coeur / coup de tête que je viens vous présenter. ‘^^ Dernier cousu mais déjà sur le blog. Ne vous inquiétez pas, j’ai toutes les photos de présentations des autres projets, il ne manque que les photos portées, alors ces projets ne vont pas rester planqués dans un coin et devraient faire les malins par ici dans pas trop longtemps.

Au début de la semaine en papotant avec mon amie Rachel de nos envies coutures, je lui ai reparlé de mon petit pyjama, et du tissu que j’avais acheté pour le bas. Surtout du fait que ce tissu, acheté en solde car c’était un fond de rouleau, méritait beaucoup mieux que de finir en short de pyjama, et même que vu sa qualité, ça me faisait mal au coeur de le laisser finir ses jours comme ça. Oui, carrément, mal au coeur, n’ayons pas peur des mots. C’est un lin/viscose au tombé assez lourd, qui me criait « nooooooonnn pas en pyjama !!! j’étais fait pour être une jolie robe moi, élégante, au tombé parfait ! pas un vulgaire short pour trainer sur le canapé les jours de flemme. C’est un scandale, à moi, à l’aide, au meurtre. » Oui c’est un un bout de tissu de luxe, il donnait dans le théâtral, que voulez-vous !

Mais je n’avais qu’un seul petit mètre. J’ai bien essayé d’en mettre plus dans mon panier, mais ça n’était pas possible, la vie est parfois mal faite. J’aurais pu en faire une blouse, mais je ne sais pas si je porterai une blouse noire. Je suis une fille pleine de contradiction. Bon pour la robe, c’est vrai que c’est pas trop mon truc mon plus, mais avec des collants sympas et des petites baskets, pourquoi pas ? La preuve…

Je suis donc partie sur un hack de patron adoré, je vous laisse essayer de deviner encore un peu, d’autant que j’ai prévu de faire une version robe ou tunique ou blouse de ce patron dans mon petit tableau. C’était l’occasion de tester la bonne longueur robe…. Bon en vrai, ça m’a pris comme une envie de pisser, c’était plus fort que moi ;op

J’ai donc lavé mon tissu, et j’ai vérifié si ça rentrait.

Ça rentrait pas. Désespoir. Et puis avant-hier au milieu de la nuit, illumination : il suffisait de réduire les fronces, tiens ! Le lendemain, c’était coupé ET cousu. Et photographié le lendemain ^^

Les fournitures

Le tissu est donc un lin/viscose noir qui a tendance à ressortir bleu marine sur les photos mais qui est bien noir, promis juré ! Je l’ai acheté cet hivers chez Mamzelle Fourmi ( non je n’ai pas d’action, et je ne suis pas sponsorisée ;op ) : il est plus lourd et moins fuyant que la version utilisée cet été pour une blouse ( on en reparle un chouia plus bas). Très agréable à porter et à coudre. J’aurais bien fait une robe ajustée à la poitrine et à la taille avec un jupe cercle, mais.. 1 seul petit mètre. Snif.

Comme je n’étais pas sûre du tout de mon bidouillage, parce que c’est pas pour rien que la créatrice a prévu tellement de fronces, c’est évident, comme je n’étais pas sûre donc, pour l’accompagner j’ai sorti ce qui me restait de mon plus beau et introuvable biais liberty. Cherchez l’erreur… Mais c’était le jour de mon anniversaire, je me suis dit que c’était forcément un jour de chance ;op . Et je me suis appliquée comme vous allez voir sur les finitions de la partie haute de ma robe. Mais il a fallu rattraper, donc, j’ai dû rajouter à la fin un peu lacet à motif froufrou. Je voulais une touche de couleur, je ne suis pas fan à 100% ici mais je n’avais rien en stock et chez la gentille mercière, il y avait que ça.

Le patron

J’ai donc pour cette robette ressorti mon patron valeur sûr numéro 1 : la blouse « la désinvolte » de ODV patron. L’été dernier, j’avais déjà redessiné l’encolure sur deux blouses que j’aime énormément ( et c’est à nouveau dans mon fameux petit tableau). Je l’ai cousu en aussi en robe, grâce au tuto de sa créatrice, toutes les infos sont par là, si vous ça vous dit ^^. Je voulais mixer les deux. On retrouve donc, mon encolure bateau fétiche ( celle que j’ai redessinée et je suis au bonheur de vous dire que vous allez bientôt la voir passer par ici en version jersey car j’ai trouvé THE patron de débardeur en jersey) avec du biais pour la terminer mais aussi au niveau des emmanchures

C’est ma finition préférée, définitivement à la place des parementures et des ourlets classiques sur le haut des top sans manche : Il faut de la minutie et c’est un peu long mais ça ne bouge pas d’un poil de yak, ça ne se déforme pas et c’est joli. J’ai fait mes surpiqûres ton sur ton cette fois, pour pouvoir mettre n’importe quelle couleur avec ma petite robe noir, rouge/ rose qui pète, bleu canard, vert….

Surpiqûres que vous ne voyez pas, là bas…. Toute la séance photo, j’ai eu cette citation des 12 travaux d’Astérix dans la tête ‘^^

La patte de la Linotte

Du patron de base, j’ai gardé aussi les pinces et la forme des basques dos et devant mais je les ai rallongées pour avoir une petite robe. Mais comme je n’avais qu’un mètre de tissu, j’ai dû réduire chacune d’elles en largeur pour faire rentrer mes deux basques sur la largeur de la laize. Le devant est dessiné suivant 3 courbes pour éviter l’effet montgolfière des tops à basques froncées, la basque devant est plus large, beaucoup plus large que celle du dos, pour avoir aussi plus de fronces. J’étais vraiment triste de ne pas avoir assez de tissu alors, j’ai essayé de conserver un maximum les fronces du devant. En fait, j’aurais dû couper le dos de manière à retirer les fronces, comme vous allez voir, il est un peu large d’ailleurs. Mais Je n’ai pas osé, j’avais peur de perdre le côté évasé. J’ai donc retiré plus de largeur au dos mais j’ai gardé quelques fronces tout de même. Au final, j’aime bien la ligne que donne le devant comme ça, quand il est porté. Parce que sur cintre, on est d’accord que ça ne ressemble pas à grand chose ‘^^

Oui, c’est bien le devant, regardez donc ces pinces que vous ne voyez pas là-bas ;op

En ce qui concerne l’ourlet du bas, j’ai tenté un ourlet large, pour voir si ça permettait de garder le côté trapèze de la robe que mes non-hanches ne mettent pas en valeur du tout. Et je suis assez contente du résultat : ça ne cartonne pas du tout.

Epic fail ?

J’ai eu peur quand j’ai essayé ma robe, de l’effet sac à patates pour sortir les poubelles. En même temps, c’est un top large, hein, avec un tissu un peu lourd, donc en robe… Évidemment, j’ai dû lui ratiboiser les côtés un peu, mais je voulais garder un trapèze, alors, à la place de tirer tout droit, j’ai fait une courbe. J’ai gardé le point de départ , j’ai je suis partie en diagonale jusqu’à la couture d’assemblage de la basque pour retirer 1 cm à la louche à ce point là, puis je suis repartie dans l’autre sens pour une autre diagonale qui rejoignait la couture d’origine à une paire de cm sous ma ligne de taille. Puis j’ai lissé l’ensemble pour avoir une courbe à la place d’un genre de triangle très étiré. Et j’ai fait mon possible pour avoir la même chose de l’autre côté ‘^^. Comme ça allait à peu près, j’ai recoupé ma marge de couture et… j’ai fait beaucoup trop coupé. Attention, ça va faire mal aux zieux, je préviens ‘^^

Je me suis arrêtée à 1 poil de Bantha de la catastrophe mais faut dire qu’autour de moi j’avais un lapin Jedi qui sautait sur place en faisant hiphip, et 3 rebelles qui prenaient d’assaut une base du premier ordre, donc j’étais un peu perturbée ‘^^

C’était déjà mieux, mais j’ai quand même rajouté le fameux lien pour resserrer dans le dos, parce que c’est plus joli je trouve.

Je suis vraiment contente de ma petite robe qui est tout à fait boulot-grosse-chaleur-compatible, mais aussi classe et que je pourrais mettre les jours où on a prévu de faire bombance parce que j’ai grave de la marge dessous ( j’aurais adoré l’avoir enceinte, celle-ci d’ailleurs !)

Bon l’intérieur par contre, c’est une autre histoire, parce que j’ai tâtonné et reprisplusieurs fois avant de dessiner cette fameuse courbe. Et alors, découdre de noir sur du noir, après 17h30, même à l’heure d’été.. galère ! J’ai fini par mettre du bleu dans ma canette histoire de voir ce que je défaisais. Et j’ai eu la flemme de changer au moment de faire l’ourlet alors…

Mais on va pas chipoter et en plus c’est joli !

Les photos portées

On les a prises en fin d’après-midi sur la terrasse alors il faisait pas chaud chaud et en plus le mistral c’est levé alors … On a fait fissa fissa. J’ai fait les réglages et c’est l’homme qui a fait le cadrage avec les rebelles qui finalement en avaient assez de sauver la galaxie et qui voulaient MANGER genre là maintenant tout de suite.

Je vous ai coupé ma tête, c’était ça ou le sac plastique qui dépassait du bac à salades, à côté. On va dire que j’ai gardé le principal ;op

Comme vous le voyez, on est sur un basique basic mais je la vois bien dans une jolies viscose imprimée si j’ai la foi… Côté positif, j’ai ma longueur idéale, je ne tâtonnerai pas la trouver sur la prochaine !

Vous allez voir de côté, on est pas sur le truc le plus seyant de la terre ‘^^

Et mon dos est encore un peu large par contre, j’ai résolu mon problème d’encolure dos qui baille, cette fois, j’ai retiré le fameux triangle dont je vous parlais à propos de ma blouse bleu à petit pois. Et comme j’ai perdu du poids, justement, ça ne tire plus du tout et ça tombe bien.

Vous voyez le poing serré de la nana qui se caille grave sur sa terrasse ?

Mais de face, Je l’aime beaucoup et c’est tout ce que je lui demande. Après tout, je la porterai sans doute avec un gilet alors .. Les côtés et le dos, ça s’arrangera, pas vrai ? ^^

Et Voilà ! Alors, elle vous inspire ma petite robe noire qui aurait dû être un pyjama? Vous pensez que j’ai bien fait ? ^^

À la revoir, là, je me dis que je reprendrais bien la courbe de la basque devant pour faire un seul arrondi centré sur le milieu, tiens et qui redescendrait peut être un peu plus bas… vous en pensez quoi ?

Couture

Petite collection printemps/été 2021 : le sweat chouchou

A l’origine de ma petite capsule

Il y a quelque temps, j’ai fait un état des lieux des grands coupons qu’ils me restaient à coudre ainsi que des grandes chutes. Je voulais voir si je pouvais planifier quelques séances de couture, histoire de ne pas passer le peu de temps que j’ai pour coudre à réfléchir quoi faire… et ne plus avoir le temps de coudre. En fait, c’est pas compliqué, c’était deux jours avant l’annonce du nouveau confinement. Je les ai donc tous sortis et j’ai commencé à gribouiller pour faire coïncider ces tissus avec les patrons que j’ai en stock et jamais cousu. Il en est sorti une série de petits gribouillis jolis que j’ai fini par épingler sur un tableau. J’ai ensuite fait le tour des fournitures dont j’avais besoin pour aller avec ces envies …. et j’ai fait une commande de fils et d’entoilage ‘^^. Beaucoup de fils…. Je crois que je n’ai jamais autant achetée de fils d’un coup ‘^^. J’en ai profité pour essayer de créer des ensembles et j’ai privilégié les pièces qui pouvaient virtuellement se combiner entre elles quand j’hésitais entre plusieurs patrons.

Et mine de rien, vu que tout est prêt, dès que j’ai envie de coudre, j’ai juste à prendre un tas et you ! roulez jeunesse. J’ai donc déjà cousu un joli stock de projet pas forcément de saison. Surtout que le froid est revenu, et que le mistral s’est levé. Je me retrouve donc avec 3 jupes, 1 top et 1 sweat à blogger. Je commence aujourd’hui par la dernière pièce cousue, celle qui j’aime le plus. Mais comme c’est aussi celle qui est prévue depuis le plus longtemps alors la boucle est bouclée ! Et demain, je pourrais porter mon sweat d’amour ^^

A l’origine … du sweat ^^

Un soir d’hiver , alors que je trainais ma flemme sur instagram, encore, je suis tombée en amour devant un sweat que Mélanie, alias « machin_chouette » venait de coudre. Quand je dis en amour, je suis sérieuse ! Une fois n’est pas coutume j’ai commandé le patron tout de suite, je l’ai imprimé et scotché tout de suite ET je l’ai même décalqué le lendemain matin ! C’était la semaine du 10 février, oui la précision c’est important dans la vie ^^

J’ai même commandé tout de suite du molleton de la collection hivers « see you at six » le soit même et j’ai fantasmé pendant 1 semaine cette cousette… que je n’ai pas faite ‘^^. Il était évident que je ne pourrais JAMAIS couper dans ce beau tissu sans faire une toile au préalable et j’avais déjà le tissu en stock , un French Terry Bleu/gris, acheté l’an dernier pour faire une toile de robe sweat. Mais je voulais un jersey contrastant pour aller avec et je n’avais rien, du moins je le croyais, en stock. J’avais même trainé l’homme dans les deux magasins de tissus du Pontet mais je n’avais rien trouvé. J’ai retourné le net mais je n’ai rien trouvé non plus. Sans tissu contrastant, pas de toile, sans toile pas de belle version dans mon beau tissu ( qui depuis en plus à changer de projet, mais ça c’est une autre histoire).

J’ai donc gribouillé ma petite collection, et puis j’ai commencé à gribouiller celle des garçons, parce que bon, il faut bien que je couse aussi pour les enfants et j’ai pleins de chutes de molletons, maintenant. J’ai sorti mes jersey bio imprimé acheté exprès pour ça au fil des années. Et puis d’un coup, illumination la semaine dernière ! Le sweat n’était pas dans mon tableau de départ, parce qu’il me manquait un tissu mais il faisait trop froid pour porter ce que j’avais prévu et j’étais hyper frustrée d’avoir cousu de jolies choses importables pour cause de température polaire. J’ai donc rajouté deux pièces dans ma petite collection, j’ai cousu la seconde et ce week end, je me suis motivée à coudre enfin ce sweat. J’ai encore procrastiné, parce que sans doute, j’avais peur de me rater même dans un tissu pas cher du tout. Et c’est lundi que j’ai coupé mon tissu et hier que j’ai cousu, sur toute la journée. Et ce sweat…je L’A-DO-RE !

Les fournitures

Pour le tissu principal, j’ai coupé dans du French Terry couleur bleu-gris de chez Mamzelle fourmi. Le tissu a une couleur impossible à prendre en photo, il est léger mais il se tient, il est élastique mais pas trop et surtout super stable. Un vrai régal à coudre. Je ne pense pas qu’il va tenir des années, on est sur un plutôt bon bas de gamme mais pour une toile c’est parfait et j’en suis ravie. Bon au final, ce n’est pas vraiment une toile, hein, c’est une version définitive ^^. On est sur le vêtement parfait pour la demi-saison ou l’hivers en intérieur. Je le porterai avec délice l’hivers prochain en cours ou dès maintenant dehors ou à la maison.

Le patron propose de faire tout le sweat, doublure capuche comprise dans le même type de tissu mais précise qu’on peut prendre un poids plus léger pour celle doublure. J’ai donc pu utiliser un jersey bio à étoiles, pour t-shirt donc. J’en avais pris 1 m dans un magasin de tissu à Montpellier, planqué derrière un géant casino, et dont j’ai oublié le nom depuis belle lurette, quand j’étais enceinte de Eliott. Il est un peu plus bleu que mon molleton mais je trouve qu’ils s’entendent très bien

Le patron

Il s’agit  » Hug Hoodie » de Made it pattern, un patron PDF payant en anglais disponible pour les adultes en 8 tailles, de 79 cm de tour de poitrine à 112 cm mais aussi en version enfant et en version ado. Les explications sont très claires et amusantes par moment, mais surtout accompagnée pour chaque étape de photos. Je vous conseille vraiment de faire très exactement ce qu’on vous dit de faire : on repasse pas mal mais ça vaut le coup ! enfin, attention, il y a un moment où il ne faut PAS repasser justement. Les finitions sont très soignées et ce n’est pas la peine de surjeter tout à l’avance. On peut coudre le patron à la surjetteuse ou comme moi à la machine.

C’est un Sweat à capuche ( doublée) mais le patron propose aussi une finition d’encolure avec une bande rapportée.

Avec des manches raglans

Autant dire ma forme de sweat préférée ! J’ai déjà cousu un Linden Sweater de Grainline studio, plus classique et qui n’a pas de capuche. C’est d’ailleurs aussi un très bon basique, à mon humble avis.

Les ourlets de manches sont réalisé avec un bracelet …. de manches, ce qui est vraiment bien quand on débute en couture, puisqu’on a pas à utiliser d’aiguilles doubles. Je crois que c’est officiellement ma finition de flemmasse préférée, d’autant plus qu’on peut jouer sur des tissus contrastants

Pour l’encolure, on termine avec la capuche donc on a les parties devant et manches qui sont juste surjetée et la partie dos terminée avec une bande de propreté.

Le bord de la capuche est surpiquées pour que les épaisseurs ne bougent pas :

D’ailleurs, comme l’indique le patron, toutes les coutures sont surjetées soit directement quand on coud si on utilise une surjetteuse, soit par!s les coutures si on utilise une machine comme moi. Je me suis hyper appliquée pour cette étape en recoupant si nécessaire quelques mm ici et là pour que le dedans soit aussi beau que le dehors ^^

Mais ce qui m’a fait craquer sur ce modèle, sa spécificité, c’est son côté asymétrique et le fait qu’il est plus long derrière que devant, ce qui va me permettre de le porter avec toutes mes jupes sans que ça fasse sac comme habituellement pour mon buste court avec les sweat du commerce. Et ça je kiffe grave, comme disent les jeunes. J’adore son côté confortable mais stylé. Je vous l’ai dit dans l’intro, je suis en amour devant ce patron !

J’avais très peur en fait de rater le bas, qu’il gondole, que ce ne soit pas net…. c’est vrai qu’il ne souffre pas trop l’à peu près ( si on oublie le raccord misérable que je viens de voir sur la photo du dessus…. mais je n’en moque… c’est dire si je l’aime ce sweat pas vrai ? ^^). Mais en repassant bien, en piquant ici avec le point élastique de ma machine ( longueur et largeur au plus large possible), je suis vraiment contente du résultat !

Même l’intérieur de mes manches, que j’ai retournées exprès pour vous est quasi nickel !

Coucou petit fil qui dépasse ^^

La patte de la linotte

Le patron est parfait mais j’ai fait un choix en dehors des clous, c’est de prendre mon jersey aussi pour les bracelets de manches pour faire un rappel de la doublure de la capuche et parce que c’est joli.

J’ai ensuite dû reprendre les manches parce que j’ai des bras maigrichons : j’ai retiré 1 cm de chaque côté de la manche et j’ai dû recouper la longueur de 7 cm, parce que sans ça, les bracelets de manches étaient inutiles. J’aurais pu les coudre quand même et les retourner mais il aurait fallu donc les assembler autrement pour que la couture d’assemblage ne se voit pas (jetez un oeil à la photo précédente) et je n’y ait pas pensé tout de suite. Et puis surtout, il aurait fallu les élargir car ils sont légèrement moins larges que le bas de la manche pour finir proprement la manche. Pour les retourner sans que ça resserre trop le bas, il aurait fallu calculer le pourcentage retiré et l’appliquer à la largueur de la manche un peu plus haut.

J’ai changé aussi autre chose, mais ce sera expliqué dans la partie « linotterie » de l’article.

Mélanie m’a dit après sa première version qu’elle aurait pu faire la taille du dessous. Alors j’ai pris la taille 12 pour 94 cm de tour de poitrine, et c’est juste parfait pour le corps !

Epic Fail ?

J’ai fait une bêtise pas grave en coupant mon tissu. Une pure linotterie. Le plan de coupe est dessiné avec le tissu non plié en deux, car à part le dos, on a aucune pièce coupée en double. Mais je n’ai pas fait attention. J’ai donc coupé … 2 devants entier en miroir. Ce n’est pas grave en soit car j’avais de la marge, mon coupon faisant 2 m de long. Mais je sens que je vais me maudire quand je vais vouloir utiliser mes chutes ‘^^ Heureusement, je m’en suis rendue compte pendant que je coupais donc j’ai pu rectifier pour les autres pièces donc je n’avais besoin que d’un seul exemplaire ‘^^

J’ai bien pris mon temps pour coudre ce petit sweat alors tout c’est passé quasi parfaitement. Par contre, je n’avais pas reporté sur le patron les marques qui indiquaient le positionnement de la capuche sur le devant. Les bord se chevauchent et je l’ai fait un peu à l’arrache ‘^^ Je pense qu’en vrai, ils se croisent plus. La prochaine fois, je n’utiliserai pas du jersey pour coudre la bande de propreté mais plutôt un biais un peu large, j’ai fini la mienne à la main et je ne trouve pas ça très propre.

J’ai dû m’y reprendre à 3 fois en tout pour ne pas avoir de plus à l’endroit où les extrémités de la capuche se croisent. Au final, il reste des micro plis mais j’ai eu peur de détruire mon tissu si je les décousais encore.

A refaire, je ferai de toutes petites modifications, comme par exemple dégarnir les courbes de l’arrière de la capuche pour que ce soit plus propre encore. J’ai dû recouper une partie de la doublure de la capuche : le patron précise que ça arrive si on prend un tissu plus léger pour l’intérieur par exemple mais je n’ai eu à le faire sur un côté de la capuche. Je ne comprends pas trop pourquoi, mais bon…

Enfin, je fait de prendre un jersey plus léger aussi pour les bracelets de manches, je trouve que ça fait un peu bizarre. Certains sweat du commerce sont comme ça mais je pense que j’aurais préféré le rendu avec du French Terry. A refaire, je changerai aussi deux choses sur les manches. Premièrement refaire le patron avec un vrai ajustement de longueur de manche : j’ai un peu de matière en droit autour du coude mais je pense que c’est en partie parce que quand on fait les chose bien, on ne raccourcit pas une manche en coupant le bout, on le fait plus haut, une ligne étant dessinée pour cela sur le patron. Je vais donc reprendre proprement mon patron. Et je raboterai 2 cm de hauteur sur le bracelet de manche, pour avoir plus un carré qu’un rectangle, juste parce que je trouve ça plus joli.

Rien que des détails ^^Je vais pouvoir soit couper dans mon tissu hors de prix, soit racheter du tissu hors de prix et je pourrais cette fois y aller les yeux fermés… en prenant bien mon temps ^^

Les photos portées

Cousu hier, sur le blog aujourd’hui alors que j’ai d’autres choses à prendre en photo… vous avez compris. Je l’aime ! Il va avec mes shorts, mes jupes, mes pantalons. Il faut que j’essaie avec uen robe aussi pour voir. Bref, vous allez le voir souvent dans mes petits OTD en story sur IG, je crois ^^

La photo du dessus est plus juste en terme de couleur.

Le dos tombe très bien lui aussi, pour une fois j’ai un sweat qui ne fait pas sac à patates sur moi ! ^^

oulala il va falloir reraser tout ça, c’est bien long !

Avec mon amie Mathilde, on se demandait si le tissu en plus sur le devant ne mettrait pas trop de matière sur le ventre. Mais comme le sweat n’est pas moulant, je trouve que ça passe très bien comme le prouve la photo de côté :

Allez, une petite dernière, pour vous monter comme je me sens bien dans mon super-sweat-original-doudou.

On se dit à tout bientôt, j’ai une jupe en lainage et une autre jupe doublée à prendre en photo vite-fait pour en profiter avant que les températures ne remontent trop vite, ça va me motiver pour les séances photos mais je ne voulais pas en imposer une trop longue à l’homme pour les photos portées, alors on va étaler sur la semaine ^^

Couture, Crochet

Les petits projets de mars

Comment ça on est déjà le 10 avril ?! On m’aurait menti ??? C’est vrai qu’après cette petite période de post plutôt régulier, on pouvait s’attendre à ce qu’au moins la rétrospective du mois dernier soit à l’heure ! Et bien non… Mr mon ministre de tutelle a décidé que je passais trop de temps par ici. Ah non ? C’est pas pour ça ? Ah ben ça va alors ;op

Plus sérieusement, les annonces m’ont à moitié prise de court ET c’était la période des conseils de classe, deux raisons pour ne pas avoir le temps de faire grand chose à part bosser. Je ne suis pas sûre que ma séquence de seconde sur la peine mort ou de première sur ce brave Ingénu vous intéresse beaucoup, alors…. Place à un mini article pour les quelques rares mini projets du mois de mars.

Au programme donc… un peu de couture et un peu de crochet. On y va ?

Du crochet, pour offrir !

C’était l’anniversaire du fils d’un couple d’amis en Mars et ils m’avaient dit qu’il n’avait dans sa dînette que des fruits et légumes mais pas de produit fini, ni de protéines. J’ai donc ressorti mes crochets et….

Un oeuf au plat

Le patron : bidouille perso : je l’ai fait sans couture, et oui madame ou monsieur en commençant par le dessus. Il faut que je vois s’il y a un tuto en français approchant et si ce n’est pas le cas, je vous ferait un petit tuto express ^^.

Fournitures : coton avec de l’acrylique dedans de chez Bergère de France ( j’ai mangé le nom) pour le blanc et jaune poussin, et j’ai aussi perdu les numéros des coloris depuis des lustres ‘^^ avec un crochet 2,5 mm au lieu de mon cher 2mm parce que pour le coton, définitivement, ce n’est plus possible 😦

Un muffin au chocolat

le patron : cette fois j’ai testé pour un swap je ne suis pas du tout à la bourre nononon un patron mis de côté sur Pinterest depuis quelques temps. Il est en anglais mais le pas à pas photo est très bien fait et il y a une vidéo que je n’ai pas regardée. Il n’y a quasiment pas de couture et il est plutôt amusant à faire. Autant l’oeuf m’a pris une heure, autant celui-là m’a pris 2 soirées, mais j’étais pas à fond non plus.

J’aime beaucoup son petit topping qui se crochète de manière très ingénieuse et sans couture ! Je vous laisse découvrir cette magie avec le tuto ^^

Les fournitures : coton quattro de Lang Yarn, pour le marron et le rose, et DMC natura pour la couleur vanille. Le tout en crochet 2,5 mm

Un tout petit peu de pâtes

Les fournitures : Toujours le DMC natura coloris chaispukoi et crochet 2,5 mm.

Le patron : le même que toujours, celui de mon amie Madeleine renarde, qui est dispo dans un livre plus édité, celui des « Serial Crocheteuse »

De la couture… pour moi ^^

J’en avais fait une pour ma chère Rachel, que je vous ai montrée ici. J’étais jalouse, je m’en suis faite une pour moi ;op

Le joli marqueur ouvert champignon est sculpté à la main et vient de chez « Simple nature hand made », une créatrice anglaise que j’aime beaucoup.

Le patron : maison ^^ Un petit coup de log cabin, un rectangle adapté à la longueur de ma fermeture éclair et arrondi en bas parce que c’est joli. Et un peu de passepoil, parce que ça finit bien. Notons au passage les points de pseudo broderie très hésitant. Peut mieux faire, mademoiselle, peut mieux faire !

Les fournitures : Un reste de chutes de chutes d’un coupon adoré, un reste de lainage japonais offert aussi par une amie chère ( du vrai vintage ! ).

Pour le passepoil, maison zioouplait , du biais froufrou de ma petite mercière de presque à côté et du cordon en coton… du marché comme le petit bout de ruban pour décorer et la fermeture éclair. La doublure est un coton tout bête trouvé chez La maison des Makers.

Et pour le dos, on retrouve une taie d’oreiller en bâchette de chez le suédois.

La couture s’est presque bien passé, sauf que j’ai trouvé le moyen de partie de travers sur le bas de la trousse quand j’ai assemblé le dos et devant du tissu extérieur. Ne me demandez pas comment j’ai fait, c’est un vrai mystère…. J’ai donc du découdre 2 fois et recouper un peu mais finalement, elle est presque droite et c’est ce qui compte, non ? ‘^^

Et voilà, c’est tout. Et oui, tout. En même temps, il y a eu pas mal de projets couture et un châle terminé que je n’ai pas encore bloqué. Encore un…

J’ai aussi quand même cousu 3 pièces (merci le week end de pâques !) d’une petite capsule que j’ai préparée avec les tissus et patrons de mon stock, mais c’est pour des températures beaucoup plus clémentes, alors ça attendra encore un peu, malheureusement… jersey de lin, sergé de coton ultra léger… C’est pour pour tout de suite ‘^^Mais… J’en aurais des choses à raconter à leur propos ! Quoi ? une jupe en molleton bleu? De saison, elle? oui oui oui… J’attends un bout de ciel de bleu pour lui tirer le portrait, promis !