Tricot

Celui qui était presque de saison

A l’origine

Il faut reconnaitre qu’on s’est payé un printemps bien pourri cette année… ce qui me va tout à fait ! Printemps moisi = pas chaud = vraie demi saison = linotte ravie ! Des collants et des petits tricots sur des robes et jupes légères. Une idée du bonheur, quoi !

Donc je me suis dit en Avril, que c’était encore le moment de me tricoter un petit top à porter sur mes jupes fétiches et dans mes salopettes d’amour. J’ai commencé à cogiter et puis… Je suis tombée par le plus grand hasard sur la version modifiée du Kentia top de Hellow tricot. Ce fut le coup de foudre immédiat ! Le soir même j’échantillonnai. Et je montais mon petit tricot dans la foulée !

Nous étions à quelques semaines de la fameuse INSPECTION. La der des der. Je me suis fixée comme but d’avoir terminé la dentelle le week end précédent, pour tricoter tout en rond à l’ endroit dans la dernière ligne droite… J’ai commencé ce petit tricot le 9 Mai. Je l’ai bloqué en fin de semaine dernière et photographié ce matin…. Juste à temps pour la remontée des températures. Autant dire que mon petit top adoré sera dans ma valise bretonne et cévenole cet été ^^

Les fournitures

J’ai utilisé de la laine vintage achetée en vacances dans une brocante bruxelloise. Elle est hyper fine, hyper douce, hyper inconnue. Je ne pense pas qu’il y ait d’acrylique dedans. Par contre, elle est hyper fine : plus fine que de la lace. J’avais déjà entamé mes pelotes pour le Kal Mystère de MAr.Gue.née de l’an dernier. La laine lavée est encore plus douce, et elle a beaucoup de drapé, même tricotée en double. Cette fois, j’ai eu peur qu’elle ne soit un chouia déjaugé et je veux mettre mon petit pull au boulot : donc impossible qu’on voit mon soutien-gorge au travers, pas vrai ? ‘^^ J’ai donc tricoté en triple et je ne le regrette pas : le résultat est un peu dense mais agréable à porter. Un bon petit pull à porter au boulot moi qui ai toujours trop chaud quand je bouge.

J’avais un peu peur de tomber en rade, et bien j’ai eu bien tord: j’ai utilisé en tout… 3 Pelotes… Il m’en reste donc encore ! et je n’ai même pas terminé ces 3 pelotes !

Le patron

Il s’agit donc du Kentia top de Marie Amélie Design, patron payant disponible au téléchargement en français et en anglais sur Ravelry. Il se tricote sans couture du haut vers le bas. Il est prévu pour pas mal d’aisance, avec 2 couleurs : une pour l’empiècement en dentelle et une pour la partie en jersey. J’ai tricoté la seconde taille pour mon 92-94 cm de tour de poitrine. Je pense que je suis un chouia en dessous de l’échantillon prévu. Et j’adore le rendu sur moi.

On commence par tricoter une bande de côtes 1/1, avec la plus petite taille d’aiguille ( 2,75 mm pour moi). On ne change pas d’aiguille ensuite et on tricote cette belle dentelle. J’ai fini par mettre pleins de marqueur parce que je ne savais jamais où j’en étais ‘^^. Les augmentations du Yoke se font dans le motif : le patron propose une grille mais pas d’explications écrites rang par rang. Ce qui me va très bien depuis que j’écris mes propres petits patrons et que je n’ai plus de soucis pour lire les grilles. Surtout qu’ici la répétition comporte peu de mailles. C’est un bon patron pour une débutante aventureuse qui veut se frotter à un modèle un peu compliqué. J’adore ce motif très art déco !

Normalement, on poursuit le motif jusqu’à la séparation des manches. Puis on tricote une bande de côtes 1/1 sur tout le Yoke avant de rabattre les manches .C’est ce qui est magique avec ce modèle : une fois qu’on a séparé les manches… on ne revient plus sur les manches ! Bonheur ultime !

On tricote ensuite tout à l’endroit en prenant la taille d’aiguille nécessaire pour avoir le bon échantillon ( 3,25 mm pour moi) une série de rang raccourcis qui permettent d’élever le dos et donne l’impression d’avoir des pinces au niveau de la poitrine. Le top tombe donc parfaitement, sans remonter devant à cause de la poitrine ni glisser des épaules. De la pure magie !

Ensuite, on tricote tout droit en jersey endroit : on est sur un modèle cropped donc c’est vraiment très rapide ! Une petite bande de côtes 1/1 et on est bon !

La patte de la Linotte

J’ai commencé les côtes à plat pour ne pas risquer de vriller mon tricot et j’ai cousu les premiers rangs pour fermer, à la fin de mon tricot.

J’ai complètement copié l’idée de Hellowtricot, qui n’a pas tricoté toute la dentelle et j’ai utilisé une seule couleur. J’ai observé ses photos sous toutes leurs coutures pour voir où m’arrêter. J’ai donc suivi les explications jusqu’au rang 36. Puis j’ai tricoté 12 rangs tout droit. Puis j’ai tricoté tout à l’endroit sur le corps (dos et devant) et en côtes 1/1 pour les manches (j’ai regardé dans les explications à partir de combien de mailles on commençait à rabattre les manches, tout simplement). J’ai tricoté tout droit pendant 24 cm depuis les emmanchures ( les côtes mesurent 1 cm sur ce modèle) pour avoir un top court mais pas trop à mettre sur mes robes, mes jupes taille-hautes et dans mes salopettes ^^

Epic Fail ?

J’ai eu un peu de mal avec la dentelle parce que j’ai voulu mettre le moins de marqueurs possibles et que je ne suis pas très douée sans marqueur. J’ai donc commencé par avancer à la vitesse d’un escargot neurasthénique mais avec les marqueurs, ça va vite ! Par contre, mes rangs raccourcis, il faut le reconnaitre… Ils sont un peu moches. Je ne comprends pas trop ce qui s’est passé, je n’ai jamais eu de soucis avec mes rangs raccourcis à l’allemande.. Je n’ai pas assez serré, je pense. Ça s’est un peu arrangé au blocage et ça ne se voit pas trop. Je vais essayer de vivre avec ‘^^ On a dit que c’était l’année du lâcher-prise, après tout !

Je me suis un peu loupée au blocage des manches, qui ont fortement marqué le plis. J’ai tenté de le porter avec le dessus de la manche légèrement humide pour essayer de lui redonner sa forme… A voir si ça fonctionne… On dirait un peu un bec d’oiseau quand même … Lâcher prise, on a dit lâcher prise !

Pour le reste…. Je suis ravie !

Les photos portées

Retour sur mon spot originel : finalement, je trouve l’angle meilleur ….

Cette fois-ci, j’ai essayé de vous montrer de petit top avec des tenues un différente. Je pense que c’est le début d’une longue histoire d’amour !

Voici ce qu’il donne de dos : ma version est moins large que celle de présentation.

Et de côté. Coucou la prise, tu nous avais pas manqué, tiens !

Et bonus track : avec une mes salopettes : je crois que c’est de loin ma photo préférée !

Et voilou ! Alors, vous validez ? ^^

Tricot

Test Knit pour Marianne Munier : Le gilet linotte

A l’origine

Tout est parti d’une quête de l’impossible, une quête au long cours, avec l’aide des copines pour trouver LE gilet doudou à torsades parfait. J’ai mis Marianne sur le coup, parce que je n’avais pas trouvé avec mon cahier des charges. Et comme elle non plus ne trouvait pas ce que je voulais… elle a proposé de me l’ECRIRE. Oui, vous avez bien lu, de me l’écrire. Comme je voulais, exprès pour l’échantillon que j’avais en stock à la maille et au rang près. Vous ne pouvez pas savoir comme j’étais fière et heureuse ! Si vous trainez par ici depuis un moment, si vous avez l’interview à laquelle j’ai répondu dans le magazine de noël de cette année de L’écheveau solidaire, vous savez à quel point j’ai de l’estime pour cette femme extra-ordinaire. Elle est mon amie et m’accompagne dans tous mes défis depuis des années mais cette proposition généreuse, c’était tellement inattendu ! C’est ainsi qu’est né le gilet qu’elle a nommé  » Linotte » , ce gilet de l’amitié !

Le fil

J’ai utilisé un trésor qui dort dans mon stash depuis un moment, acheté en destash, un fil qui ne se fait plus du tout dans un superbe « marine » tweedé que j »aime d’amour. Parce qu’il est intense et sombre mais lumineux en même temps et que les boulettes sont bleu-clair et noires. Une fois lavé, il est doux, il est mou mais sans faire serpillière. Il s’agit de la « Taïga » de Phildar, un fil DK/ light worsted, composé de laine et de nylon. J’avais fait des chaussons à mon amie Mathilde avec cette base, il y a presque 2 ans. Je l’ai tricoté en 4 alors que sur l’étiquette, il est noté 3,5 max, pour avoir un tricot un peu plus souple. J’ai monté la taille 3 pour mon 94 cm de tour de poitrine : pensez à bien avoir l’aisance prévue par le patron quand vous choisissez votre taille. Je ne sais pas si c’est ma tension, ou bien si c’est le fil qui est comme ça, mais en 3/ 3,5, il est beaucoup trop dense…. Je suis ravie-contente-heureuse-amoureuse du résultat bloqué mais…. On en reparle dans la section « Epic Fail » de l’article ^^ toujours la reine du teaser de ouf, hein ?

Le patron

Il s’agit du  » Linotte Cardigan » disponible sous la forme d’une fiche en français ou en anglais payante sur ravelry. Comme tous les patrons de Marianne, l’argent récolté est ensuite réservé à la recherche contre le Cancer. Il comporte 8 tailles, se tricote avec un échantillon de 18 mailles pour 26 rangs. La fiche comporte pas moins de 30 pages ! Toutes les tailles sont expliquées rangs par rangs jusqu’à la séparation des poches, avec des explications écrites ET un diagramme par taille et par zone. C’est un travail de titan ! Pas de « Tricoter les mailles comme elles se présentent » qui laisse pantoise les débutantes. Il s’agit d’un patron complexe, mais il est accessible à quelqu’un qui aurait déjà tricoté un gilet sans problème. Je vous fait dans ce qui suit un petit bilan des techniques utilisées ?

On commence par monter le dos, qui est tricoté tout en jersey endroit ce qui permet d’économiser du fil, d’alléger le gilet et reposer le cerveau ( même si ici les torsades sont hyper simples et donc tout à fait accessibles. Ensuite, on remonter des mailles et commencer les torsades d’un demi-devant avec quelques rangs raccourcis pour former une légère pente pour les épaules. On fera la même chose par la suite.

on intègre les torsades petit à petits mais pas de panique : tout est expliqué en détails, rang par rang dans la fiche ^^

Les emmanchures sont du même type que celles d’un boxy, on n’a donc pas de diminutions de ce côté là.

Par contre, on va tout de suite commencer à tricoter le col V qui caractérise les devant de ce joli modèle. Une pente douce, pour mettre en valeur une joli blouse par exemple ou un autre pull léger ^^

On va ensuite raccorder le dos et les demis-devant pour tricoter tout droit jusqu’aux poches. Parce oui, cette merveille à des poches ^^Le patron tient compte du fait que ma laine et la Gilliatt de De Rerum Natura que Marianne a utilisé pour ses deux versions de présentations se détendent beaucoup en longueur au blocage.

Mini Sibylle s’est tapé l’incruste sur les photos ‘^^

Je ne vous dirai pas comment elles sont tricotées car il y a un détail qui tue dans leur construction, je vous laisse découvrir comment se tricote cette poche qui n’a pas besoin d’être totalement cousue ( juste 2 petites coutures suffisent). En revanche, je peux vous dire que l’intérieur des poches poursuit les torsades : ça donne une poche bien moelleuse et permet d’avoir un tricot uniforme. On termine par une bande de côtes 2/2

Puis on relève les manches et avec quelques diminutions et du jersey endroit, on termine aussi par des côtes 2/2

Il ne reste plus qu’à relever la bande de boutonnage, la tricoter, le bloquer et l’aimer à la folie ^^

La Patte de la linotte

C’est moi qui avait donné le cahier des charges, alors il n’y avait pas grand chose à faire pas vrai ^^. Deux modifications mineures qui tiennent au fait que Marianne et moi faisons juste certaines choses différemment : que du subjectif ! D’abord, je ne ferme jamais mes gilets, je préfère les gilets ouverts et c’est d’ailleurs pour ça que j’avais du mal à trouver ce que je voulais : il faut un col légèrement en V mais pas trop et des pans pas trop larges. J’ai donc juste omis les boutonnières et je n’ai pas cousu de boutons. Et je préfère mes gilets un chouïa plus long, j’ai donc tricoté au final 12 rangs de plus que Marianne qui préfère quand ses gilets arrivent un peu plus haut. Vous voyez, rien de terrible : je vous l’ai dit en intro déjà : ce gilet est une pépite et il est parfait comme il est écrit ^^

Epic Fail ?

j’ai déjà tricoté ce fil sur un petit projet, je savais comment il allait se comporter au blocage, je sais à quel point il serait parfait, je savais que le gilet était parfait, je voyais les versions des pesteuses avancer et se terminer…. S’il n’y avait pas eu tout ça, j’aurais sans doute défait le mien pour partir sur une autre laine.

Parce que ce fil fut une HORREUR à tricoter pour mes mains de mémé de 40 ans. Une horreur : ça ne glissait pas du tout il fallait que je force comme un âne, que je tire sur mes mailles et le temps était humide. Combo parfait pour tricoter à la vitesse d’un escargot neurasthénique 😦

J’ai vraiment souffert sur ce projet. J’ai vu le moment où je serais incapable de terminer dans les temps du test alors que j’avais commencé quasi tout de suite et que Marianne avait donné de début Janvier à début Mars… Mais j’ai rabattu mes mailles le vendredi à 2 heures du matin ( samedi donc ‘^^) , j’ai bloqué le samedi aux aurores et j’ai fait les photos en courant en sortant du boulot lundi . J’étais prête quelques minutes avant que Marianne ne poste sur Instagram la sortie de son joli patron, l’honneur était sauf ‘^^

Les photos portées

Soir de mistral, j’ai couru mettre ma jolie désinvolte en robe, par dessus mon pantalon et j’ai cadré en fonction.

sauf pour celle là que j’aime beaucoup ^^

J’ai fait appel à Robin pour appuyer sur le bouton quand il est devenu évident que le mieux que j’aurais serait ça. Même si je l’aime beaucoup celle-là, ce n’est pas trop comme photo de présentation ‘^^

Je porte donc mon gilet, comme ça : Mais il est parfait avec un jeans, il est parfait sur une robe salopette, il est parfait sur une jupe, il est parfait sur tout ;op

Mais je peux aussi m’emmitoufler dedans en mode cocoonage le dimanche matin, par exemple

Comme je vous l’ai dit, le dos et les manches sont en jersey endroit

Et voici ce qu’il donne de côté

Son joli col en V, ne glisse pas et il est ouvert en ce qui me concerne, juste comme il faut

Les poches sont bien grandes et toutes chaudes et douces, un vrai bonheur !

C’est vraiment encore une fois mon gilet rêvé qui va avec tout !

Et vous alors : qu’est ce que vous en pensez ?

Couture, Tricot

Le petit dressing de bébé Eliott : un second ensemble ET un porte-poupon

A l’origine

J’étais partie pour préparer une seule tenue pour le poupon de Robin, mais j’avais oublié à quel point j’aimais coudre et tricoter pour les tous petits. Alors je suis un peu emballée ;op . Et puis, le manteau que je vais vous présenter ici, la première pièce tricotée, n’allait pas du tout avec le premier pantalon ^^ Je vais en profiter pour vous parler aussi d’un projet qui date de la naissance de la naissance de Robin, que j’avais cousu pour son grand frère et qui est tout à fait dans le thème ^^

Les fournitures

Je vous mets tout ici, comme ça on parlera juste des patrons et des modifications éventuelles par la suite ^^. Côté tricot, on retrouve donc : une « laine-coton » coloris « Camomille » et « Marine ». Il me restait suffisamment de fil jaune après cette paire de mitaines et ce pull … Et j’ai eu chaud aux miches pour le bleu, comme on dit, mais je suis arrivée au bout du manteau ! La laine grise et le jaune citron ( un poil vert en vrai) sont de la « dolce merino » de Katia mais j’ai perdu le nom des coloris depuis belle lurette. Et pour le petit bonnet, j’ai usité de la « Ulysse » de De Rerum Natura coloris  » genêt » et  » poivre et sel ». Le jeans est un reste de ma robe-salopette. Tous les boutons viennent …. du marché.. Et pour le porte-bébé, tout bien de Mondial tissu (molleton, coton japonais, coton marine et gros clikou.)

Le petit manteau

J’ai utilisé le patron du « Baby Annabell gs jacket » de linda Mary, disponible gratuitement en anglais sur Ravelry. Et je n’ai strictement rien changé du tout au patron puisque c’est déjà un patron pour poupon. Et oui, rien ! Il est juste parfait ! ( pour rappel, les mesures du poupon de Robin se trouvent ici ) Il se tricote en point mousse de bas en haut presque sans couture. On tricote les manches à part, puis le corps, on joint l’ensemble et on diminue pour le raglan en faisant les boutonnières au fur et à mesure. (prévoir un peu de magic loop sur les 4 premiers rangs parce que c’est un chouia galère sinon). On forme l’encolure avec quelques diminutions puis on rabat le col. La capuche est relevée ensuite et tricotée sans couture (on ferme le haut de la capuche avec un rabat à 3 aiguilles). On peut ajouter des petites oreilles à la capuche si on veut mais j’ai eu peur que ma laine ne soit trop molle et que ça ne rende rien du tout. J’ai mis un peu plus d’une soirée pour le tricoter.

Le pantalon

J’ai utilisé le patron que je vous ai mis à disposition dans le premier article. Côté modifications j’ai rajouté un micro appliqué avant d’assembler les jambes et une petite étiquette.

Et j’ai fait l’ourler à l’arrache ;op C’est pas bôôôôô

Le petit pull

Je suis partie du gilet petit arc-en-ciel de Solenn Couix-Loarer , patron payant disponible en français sur ravelry ou sur le site de De Rerum Natura, qui va de la taille naissance au 18/24 mois et que j’ai tricoté avec bonheur pour Eliott en taille 9 mois, fut un temps mythique et glorieux. Je vous recommande vraiment ce patron qui est un super basique et qui propose deux manières de tricoter les manches pour les réfractaires au magic loop. Pour qu’il aille à mon mini bébé de cellulose, j’ai pris une laine fingering et j’ai tricoté en 3,25 mm. Mais j’ai aussi modifié le yoke et les manches pour que ça colle à mon poupon. Voici comment :

J’ai suivi les indications du patron de la taille 1 jusqu’à l’augmentation 5 comprise. J’ai fait un rang envers puis j’ai séparé comme suit : K18 ( demi-devant) , Pm, K35 ( les manches), Pm, K46 ( le dos) , Pm, K35 (l’autre manche), K18 ( l’autre demi-devant). ( j’avais à se point là 25 rangs de jersey)

Pour faire un pull et non un gilet, j’ai joint pour tricoter en rond au rang 21.

Pour les manches, j’ai tricoté à plat comme indiqué (mais en rajoutant seulement 1 maille de chaque côté) pendant 20 rangs de jersey endroit puis j’ai fait 4 rangs de mousses en 2,75mm.

Je les ai tricotées avant le corps, sur le rang de séparation des manches c’est à dire :

Aller jusqu’au premier marqueur, tricoter 35 mailles, retourner le travail et tricoter uniquement les mailles des manches comme indiqué ci-dessus. Couper 50 cm de fil, et coudre la manche, faire un joint russe pour joindre la pelote. Tricoter le dos, et la seconde manche. Retourner le travail, ricoter uniquement les mailles des manches comme indiqué ci-dessus. Couper 50 cm de fil, et coudre la manche, faire un joint russe pour joindre la pelote. Tricoter le second demi-devant.

Le corps fait 6 cm de long en jersey endroit, puis 4 rangs de mousse en 2,75 mm.

Pour la patte de boutonnage, j’ai relevé 15 mailles sur un côté ( 3 mailles pour 4 rangs environ). Ensuite, j’ai tricoté 1 rang tout à l’endroit . Sur le rang 3, j’ai placé mes boutonnières comme suit ( répéter la partie entre **) : 2 end, * 1 jeté, 2 ens, 3 end*, 2 end. Tricoter encore 2 rangs endroits et rabattre souplement. Pour la seconde partie, relever 15 mailles, tricoter 6 rangs de mousse et rabattre

Le petit bonnet de Lutin

Il s’agit d’un proto de mon semainier de Béguin ( la fiche « Lev et Kostya » pour l’utilisation du point texturé. D’ailleurs, la fiche est toujours vendue au profit de L’écheveau Solidaire, directement dans sa boutique Ravelry) : j’avais bidouillé une taille préma et finalement abandonné le corps tout en point texturé, parce que j’avais la flemme de l’écrire rang par rangs pour toutes les tailles dans la partie en rang raccourcis. J’aurais pu simplement mette  » continuer en conservant le motif et ajoutant les rangs raccourcis comme suit » ou un truc dans le genre, mais ça me saoule quand les gens font ça dans les patrons soit disant accessibles aux débutantes : tout le monde ne sait pas lire son tricot et je voulais vraiment que les patrons soit tout à fait débutante-aventureuse-friendly sans être décourageant… Juste avant de partir quelques jours chez Les Lutins du Moulin en vacances, je m’en suis rappelée et je me suis dépêchée de le retrouver ^^

Les photos portées

J’ai profité des quelques jours enchantés chez mon amie Rachel pour changer un peu le décor de mes photos ^^

Voici ce que donne le petit pantalon

Et le petit pull

La tenue complète avec le petit bonnet

Et le petit manteau

Bonus Track : le porte-bébé

Le patron est super intelligent, il est disponible en anglais uniquement ici ( mais de mémoire, le pas à pas est photo est très parlant). Je l’ai cousu il y a des années et je me souviens que c’était un peu long et un pénible mais rien d’insurmontable. J’avais juste remplacer les scratch par un gros clikou en plastique. Je vous recommande vraiment ce patron si vous avez un petit chat qui veut trimballer son bébé : il faudra lui mettre le poupon en place mais il ne bouge pas du tout. Par contre, il faut le poupon puisse être mis en position assise.

Les lanières du dos sont bien larges et ne cisaille pas les épaules des enfants. Il faut juste bien veiller à ce qu’elles ne soient pas tournicotées ( comme pour un vrai, meï teï quoi ;op)

On le ferme sous les fesses du poupon avec un gros noeud

Et voilà votre jeune parent prêt à vivre ses aventures ( et à vous donner la main sur la route du parc, ce qui n’est jamais un luxe ‘^^)

Tricot

Pour les garder au chaud….

A l’origine

Eliott hérite des affaires de ses frères, et donc des pièces tricotées il y a un moment. A une époque, je tricotais un bonnet par an aux garçons. Mais comme ça fait un petit stock, ça fait 2 hivers que je ne lui ai rien tricoté. Alors j’ai décidé de remédier à ça ! Et j’ai commencé par deux petites pièces, rapides en attendant de me motiver à lui faire le pull vert qu’il me réclame.

Pour un petit cou

Les fournitures

J’ai pioché les laines du stock le jour de noël pour monter un petit col. Le bleu est de la « Gilliatt » de « De Rerum Natura » coloris  » L’heure bleu » que j’avais utilisé pour une version de présentation sans noppe du « Gilet Aljoscha » ( patron gratuit en 3 ans) , version que d’ailleurs je n’ai jamais prise en photo… Il faut que je le fasse, avant que ce ne soit encore plus la saison ‘^^. Ensuite, on retrouve une laine recyclée de Cheval Blanc dont j’ai perdu l’étiquette et le nom, pour le blanc. Le noir est un reste de Snaeldan de mon châle doudou , et le vert est de la « Cascade 220 Heather » coloris « 2452-Vert Anis » dans mon stock depuis plus de 7 ans ‘^^. Je regrette un peu le choix de la laine écru : elle doit contenir par mal de coton donc elle est moins douce, mais surtout elle était plus épaisse et je me suis fait mal aux mains en la tricotant. Heureusement, il n’y en a peu dans le patron ‘^^. La prochaine fois que je tricoterai ces moutons, je prendrais au moins 0,25 mm de plus et je prendrais une pelote de Gilliatt « sel » à la place, sans doute.

Le patron

Il s’agit du patron du « baa-ble mittens and cowl » de Donna Smith, disponible sous la forme d’une fiche payante en anglais sur Ravelry. Le motif est aussi présent sur patron de bonnet qui fut gratuit à un moment mais qui est devenu payant depuis. Il a été tricoté dans le monde des centaines et des centaines de fois. Alors la créatrice a sorti un ensemble cowl en deux hauteurs et moufle. Si vous avez déjà le bonnet, le patron du col, en réalité est quasiment identique : au lieu de tricoter les diminutions… il suffit de tricoter les côtes une seconde fois. Mais la fiche propose aussi une grille rallongée pour un col plus haut. On retrouve donc, une série de côtes 2/2…

Puis ces fameux petits moutons, trop choux et addictifs.

Il a un truc magique ce patron, on le tricote en deux deux, le résultat est super cute, et on a juste quelques rangs au cours desquels ont est obligé de croiser les fils. J’ai mis une journée pour le tricoter, le 25 décembre, pour être exacte. Je l’ai bloqué dans la soirée et…. J’ai fait les photos… Mercredi ‘^^

La patte de la Linotte

J’ai choisi la version basse car Eliott n’a que 4 ans et demi et j’ai tricoté un peu plus serré pour avoir un col un peu plus étroit. Techniquement, il me va même s’ il est un peu court. Sinon, bah rien… il est très bien ce patron.

Epic Fail ?

J’ai trouvé le moyen de me planter dans la grille alors que j’ai tricoté 2 fois le bonnet, et que j’ai mis ce motif en bas d’un pull pour un échange. On a donc un mouton sans oreille ou plutôt parce que c’est moins trash, un mouton qui nous montre ses fesses ‘^^ Sauras-tu le retrouver ? ;op

Eliott ne voulait pas le porter ‘^^. Il l’aime mais … autour de son cou, non. Je lui ai demandé comment il trouvait la laine, il a dit douce. Il aime les moutons, il était à fond quand je le tricotais…. C’est juste qu’il préfère le vieux col en polaire doublé avec un jersey bio avec des pirates que j’ai cousu à Léo en 2012…. autant dire qu’il n’est plus de prime jeunesse. Il l’avait perdu dans la maison pendant 2 jours début Janvier, c’était le désespoir absolu… Alors je n’ai pas le cœur pour le faire disparaitre ‘^^ Enfin pas cette année…. Rire démoniaque

Les photos portées

Prendre des photos avec un zébulon, c’est rigolo mais c’est aussi pas mal de déchets ‘^^ Les plus jolies sont floues… Très floues ‘^^ Mais j’en ai sauvé quand même 3…

Le col est assez haut pour cacher le nez quand le mistral souffle.

Reste plus qu’à convaincre ce petit jeune homme de bien vouloir le porter ‘^^

Pour les petites mains d’Eliott

Forcément, il lui fallait une paire de mitouffles Pya, mais le motif à fleurs ne lui allait pas trop alors j’ai réfléchi à ce que je pourrais bien faire. Et puis, THE idée ^^

Sur les photos, votre oeil acéré va sans doute repéré le doudou offert par mon amie Isabelle et les feuilles troquées l’an dernier avec Camille (1000 et 1 étoiles) ^^

Les fournitures

J’ai choisi des laines de mon stock : de la « nord » de drops coloris  » naturel » et de la « Marigold 3 fils » (un fil bien vintage offerte par une collègue qui avait récupéré le stock de laine de sa maman) d’un rouge bien rouge. Le second fil est plus sec mais reste doux. Il vous faudra aussi un crochet 2,5 mm, une aiguille à coudre et un peu de fil à coudre blanc. Et 2 petits boutons pour maintenir le capuchon en place quand on ne les porte pas en version moufles ^^. Pour maintenir le capuchon en place quand il n’est pas sur les doigts, j’ai pioché dans mon stock de boutons du marché ^^

Le patron

Il s’agit d’une adaptation de mon patron : les mitoufles Pya, dont la fiche est à présent disponible sur Ravelry en téléchargement payant. Le patron était dans un premier temps, disponible uniquement pour la box de Janvier du Chat qui Tricote, dont je vous ai parlé ici mi-janvier. J’ai récupéré les droits et pour fêter, ça, j’ai écrit aussi cette petite adaptation qui est automatiquement ajoutée à votre bibliothèque ravelry quand vous achetez le patron par ce biais. Je vais aussi, dans la semaine envoyer la mise à jour du patron avec la seconde fiche à celles qui ont déjà craqué pour la box ou le kit chez Le Chat ^^

La patte de la Linotte

J’ai eu envie d’une version un peu fun, pour Eliott alors je me suis dit que c’était la forme idéale pour faire une paire de mitoufle champignon ^^

Le capuchon se tricote en rouge, on suit la fiche jusqu’au moment où on est sensé faire les côtes 2/2. A la place des côtes, on va rabattre en icord.

Suivre le reste du patron avec la laine blanche : ne pas réaliser les tresses estoniennes si vous voulez avoir le même rendu qu’ici ( je ne l’ai pas fait pas pure flemme ‘^^).

Pour réaliser les petites tâches rondes, il faudra vous munir d’un crochet 2,5 mm et de la laine blanche utilisée pour le corps de la mitaine. Il faut réaliser 2 fois chacune des tailles si vous faites comme moi uniquemnt pour un seul côté. J’aurais pu écrire une grille de jacquard mais j’aime bien l’idée que ce soit en volume. Par contre, ça alourdit un peu le capuchon alors je les ai positionné uniquement d’un côté, celui qui est côté paume.

Voici donc ce que donne les mitaines d’un côté…

Libre à vous de les déplacer ou bien de les remplacer par des ronds de feutrines cousues ou bien de la broderie.

J’ai disposé les pastilles sur le capuchon et coudre à petits points avec le fil à coudre blanc

Les photos portées

J’ai eu peur toute la semaine de cette séance photo, parce qu’il faut pas se leurrer, les photos avec un petit zébulon, c’est vite compliqué ‘^^. Je vous ai raconté ça en story sur Ig, il y a quelques semaines ^^ . Finalement, Eliott a été très sage et j’ai eu pleins de jolies photos. Au début, il a sagement posé, en me demandant ce que je voulais J’y croyais pas moi-même ;op

Et dans un sens ….

Et dans l’autre :

Les petites paumes

Et vues du dessus ( son idée ^^)

Il racontait des histoires à ses doigts ^^

Et puis il a voulu jouer avec la déco et les mettre tout seul en moufles.

Et je l’ai laissé faire en essayant de choper au passage de jolies photos ( mes préfèrées et de loin, même si elles ne sont pas toutes over bien cadrées ;op ). Comme ça commence à faire pas mal de photos, je vous en ai gardé que deux ;op

Et voilà ^^ J’aime beaucoup ce petit ensemble mais j’ai bien envie de lui tricoter un col un peu plus étroit avec des petits champignons dessus… A voir.. En tout cas, il les a déjà beaucoup porté et j’ai des commandes de ses frères ^^ !

Il vous plait, ce petit patron?

Couture, Petits tutos, Tricot, Un petit tuto ?, un petit tuto?

Le petit dressing de bébé Eliott : Le premier ensemble ^^ ( avec patron et tuto inside)

A l’origine

Robin est en pleine phase « petit papa » : il trimbale son poupon partout, lui a bidouillé des vêtements dans un style…. euh.. bon voilà quoi… Il a fallu prendre des mesures alors comme je n’arrive plus à tricoter en ce moment au dessus de 3.75 mm paie tes mains de mémé, j’ai retourné mon stash de pelote indus et les patrons de poupées que j’avais mis de côté. Au final, j’ai décidé de mixer ces patrons mis de côtés, de la bidouille perso, et des adaptations de patron bébé.

Pour information, voici les mensurations du bébé de Robin :

Du haut de la la tête aux talons 41 cm.

De la base du cou à l’entre-jambe : 17 cm.

Longeur de jambes :11 cm (bébé a les jambes très arquées, j’ai remesuré SANS suivre la courbe).

De la base du cou au poignet en ligne droite (bébé a un vrai coude pas articulé) : 14 cm.

D’un poignet à l’autre, en ligne droite : 30 cm.

Tour de corps au point le plus large : 29 cm.

Tour de tête au point le plus large : 34 cm

Les fournitures

On retrouve une laine adorée mais qui ne se fait plus : « la dolce merino » de Katia coloris « 23 » pour l’écharpe et  » 12″ pour le gilet mais aussi un reste de coupon de jeans à étoiles de chez toto, dans lequel j’ai déjà coupé un cartable, une jupe et d’autres trucs encore que j’ai oubliés. A oui, un big fail aussi que je n’ai pas encore réessayé, tiens, alors que j’ai perdu 4 kg depuis… autant… Mais je m’égare. Et pour finir 3 boutons et de l’élastique plat de 0,5 cm … Du marché, gagné.

Les patrons

Pour l’écharpe feuille

J’ai utilisé ce très grand classique de la blogosphère d’ il y a plus de 10 ans, que vous pouvez récupérer gratuitement ici.

Pour le gilet

J’ai bidouillé à partir du « Baby Mavis set » de Oomieknit que j’avais testé à la naissance de Eliott qui l’avait souvent porté avec bonheur et que j’ai passé à mon amie Elise pour son petit Auguste qui l’a lui-même énormément porté aussi. Un vrai bon basic, plutôt vite tricoté, avec un chouette rendu ! C’est un patron payant disponible en français et en anglais sur ravelry qui se tricote normalement avec un échantillon de 22 mailles pour 10 cm. Le patron comporte un gilet, un béguin et une barboteuse et va du 1 mois au 24 mois. Il est vraiment très bien expliqué et je me suis régalée autant que la première fois !

Il se tricote de haut en bas, presque sans couture. Les manches sont en jersey et les dos et devant en mousse ce qui le rend tout moelleux. Je n’aime pas le rendu du mousse sur les manches, je trouve que ça donne une allure de bibendom Michelin aux bébés ‘^^. Pour décorer le devant, on retrouve une jolie tresse toute simple. On termine le bas du gilet par un ourlet en jersey qui donne un joli tombé.

Et on relève les mailles à l’encolure pour terminer en icord. Ne soyez pas surpris.e.s par la grandeur de l’encolure, l’icord vient la resserrer à la fin et ça tombe parfaitement !

Pour le pantalon

J’ai dessiné mon propre patron que je vous ai numérisé et que vous pouvez télécharger ci-dessous ^^ Vous noterez au passage l’aiguille de sapin qui s’est glissée dans le scanner au moment où j’ai numériser le patron…

Un petit clic droit ,  » enregistrer sous » et c’est parti ^^

Pensez bien à imprimer avec une échelle 100 %, je vous ai mis une petite échelle pour que vous puissiez vérifier que les proportions sont bonnes.

J’avais déjà proposé une version mini mini pour la mini bébé poupée que j’avais offerte à Eliott à son premier noël. Les explication de montage sont quasi identiques. Le patron est tout bête : 2 pièces à couper en double sur le tissu plié en deux. Surfilez et assemblez comme pour la version mini. Pour la coulisse du haut, repliez sut 1 cm, repassez, puis repliez à nouveau sur 1,5 cm et piquer à 2 mm du bas de l’ourlet en laissant une ouverture pour passer l’élastique. Pour l’ourlet du bas, j’ai replié une fois sur 0,5 cm puis une seconde fois aussi sur 0,5 cm et mal cousu à la machine. J’ai fait une seconde version cette après-midi pour la seconde tenue, je vous montre ça très vite ^^.

La patte de la linotte

Pour le gilet Mavis, j’ai fait plusieurs ajustements pour que ça colle à la morpho de nageur est-allemand du poupon de Robin ( baptisé Eliott à la naissance de son petit frère)

Parlons échantillon : J’ai substitué la DK préconisée par le modèle par de la fingering tricotée en 3, 75 mm pour obtenir un échantillon de 25 m pour 10 cm et je suis partie sur la plus petite taille. Mais ça n’a pas suffit pour adapter le gilet. J’ai donc fait les changements suivants :

Pour les boutonnières : les placer aux rangs 13, 21 et 29.

Suivre le patron de la première taille exactement jusqu’à avoir 26 mailles pour chaque demi-devant. Puis, réaliser la séparation des manches ainsi : Tricoter en tenant compte du motif jusqu’au premier marqueur, * glm, KBF ( knit front and back ou bien augmentation barrée en français), tout à l’end jusqu’au prochain marqueur, KFB, tourner le travail. Tricoter uniquement la manche pendant 16 rangs en jersey endroit. Passer en 3,25 mm, tricoter 4 rangs tout à l’endroit puis rabattre souplement. Couper la laine en gardant au moins 50 cm de fil. Coudre la manche (par exemple au point de matelas) puis joindre le restant de fil à la pelote avec un joint russe ou bien un  » magic knot  » * . Tricoter tout à l’endroit jusqu’au marqueur suivant ( c’est à dire, tricoter la partie dos) et tricoter la partie entre * * une seconde fois. Puis tricoter le second demi-devant en continuant le motif.

Tricoter le corps à la longueur voulue puis passer à l’ourlet. Suivre le patron pour le réaliser ( en français, p.8, à partir de la partie en gras à la fin du premier paragraphe, mais tricoter 5 rangs au lieu de 7.

Les photos portées

Robin trépigne depuis 3 jours pour profiter de son poupon alors j’ai vite pris des photos en fin d’après-midi samedi. Voici donc ce que donne le petit pantalon…

Mais comme elles ne le plaisaient pas trop, j’ai refait une petite séance ce matin, elles sont un peu moins bleues ;op

Le petit gilet est très bien sur un vrai bébé, il découvre juste ce qu’il faut les petits cous à bisous ! Mais sur le poupon il découvre juste la jonction avec le corps: c’est pour ça que j’ai tricoté la petite écharpe ^^

Et en entier ….

Il manque encore des chaussons à ce pauvre bébé, je vais y remédier dès que possible !

J’espère que vous aimez ce genre de petit article, parce que j’ai encore une petite tenue à vous montrer et quelques accessoires pour pouponner sont prévus aussi (j’attends avec impatience un joli petit couffin que j’ai hâte de relooker ! ). J’ai d’ailleurs un super patron de Mei Tei pour poupée à vous recommander que j’ai cousu il y a des années, je me dis que c’est l’occasion de vous le présenter ^^. J’ai commencé la couture avec des projets pour les enfants, pour jouer et pour les habiller. J’ai laissé un peu tout ça de côté ces dernières années, en me concentrant sur les projets pour adultes. J’ai très envie de revenir à ces premières amours mais ne vous inquiétez pas : j’ai aussi pas mal de projets pour ma pomme de presque prêts à être cousus et un gros projets tricots sur mes aiguilles, et des cho7 et un châle, un gilet et une plaid qui attendent leur blocage et leur petite séance photo ^^

Alors à tout bientôt ^^

Couture, Tricot

Les petits projets de Janvier

Des sacs à projets

Pour offrir

Le premier, c’est un peu de la triche parce qu’en fait, je l’ai cousu en décembre, comme prix pour le Kal « socks in the mug », organisé avec Fabienne, l’année dernière. J’ai demandé à Nathalie quelle couleur elle voulait pour son sac à projets, et quand elle m’a dit du rose et du gris, j’ai tout de suite pensé à un panneau de log cabin que j’ai commencé en novembre. J’ai donc fini d’assembler le sac et j’ai mis 1000 ans à l’envoyer ‘^^

Patron : perso , broderie inspirée très fortement de l’univers de Kzstevens dont je vous ai déjà parlé.

Fournitures : des chutes diverses venant toutes de Mondial Tissu, ruban trouvé chez « Veritas » il y a des années et j’arrive à la fin du rouleau et c’est trop triste, cordon et coton brôdés du marché.

Pour moi

Une fois que je l’ai terminé, j’ai été jalouse, alors j’en ai cousu un pour moi, pour mes projet cho7 ou mitaines ou bonnet ^^. Je me suis un peu ratée au final parce que le tissu est trop raide et qu’il est un peu étroit. Mais il est trop joli, alors je vais m’en contenter… Trop dur, hein ^^

Patron : Même chose que son prédécesseur

Fournitures : Même chose mais la doublure vient du site  » la maison des makers » qu’au passage, je vous recommande. La sélection est sympa mais surtout le service client est topissime ! Le tissu bleu foncé est une précieuse de lainage japonais vintage offert par mon amie Claire de la boutique « Les Hautes étoffes« .

J’ai plus de photos, parce que je l’ai sous la main ‘^^. Je n’ai pas vérifié les photos du premier avant de l’envoyer par la poste…. erreur de débutante ‘^^

Une baby Box

Nous avons rencontré un joli bébé en ce mois de Janvier, alors j’ai ressorti Mac aussi pour faire des petites bricoles, mais vous allez voir, pas que ^^

Une petite bouillotte sèche.

On m’en a offert une à la naissance de Robin pour les petits bobos au ventre : comme ça a fonctionné quelques fois, j’en ai offert une paire que je n’ai jamais bloggué d’ailleurs… Alors cette fois, j’ai pensé à en faire une petite photo.

Les fournitures : chutes de tissus à pois et bleu de mondial tissu et tissu renard trouvé chez toto il y a des années. Pour la déco, un bout de ruban du marché et 50 gr de graines de lin

Le patron : C’est juste un rectangle, petit pour se glisser sous un petit pull par exemple. Attention si vous utilisez le principe à bien vérifier la température, hein !

Le principe c’est une housse lavable avec un dos en deux morceaux et une petite bouillotte sèche aux graines de lin. On humidifie légèrement la bouillotte, on passe quelques secondes au micro-onde, on remets dans la housse et hop ! Accessoirement, ça marche bien aussi sur les torticolis pour les adultes. Perso je cale la mienne à l’arrière de mon châle ;op

Un petit bavoir

Pour la période  » je suis un escargot » ‘^^ J’en ai cousu une dizaine à Eliott au moins ‘^^

Le patron : Perso ( il faudra que je me décide un jour à le recopier au propre et à vous le scanner)

Les fournitures : En plus du tissu renard et du ruban, une serviette éponge du commerce dans laquelle je coupe, je trouve ça plus facile à travailler que les coupons. Petite astuce pour éviter d’avoir de l’éponge dans le moteur de machine : je ne coupe pas l’éponge. J’épingle le tissu du dessus coupé à la bonne forme, je couds comme ça et je coupe l’éponge APRES. En plus, comme ça, la vilaine ne se déforme pas. Nah.

Un attache-suçu-ceinture-de-sécurité-à-doudou

Mon incontournable. Deux minutes de coutures, allez 3, et maxi effet ;op . J’ai eu 2 versions sans tétine, mais je m’en servais pour attacher doudou à la poussette ‘^^ Sinon, ça marche aussi pour retrouver plus vite ses clés au fond de son sac.

Les fournitures : ruban trouvé sur le site de vente de la mercerie portugaise Retrosaria il y a 2 ou 3 ans, biais + pression kam+ attache tétine

Et le plat de résistance

J’ai ressorti un de mes petits patrons pour tricoter un petit quelques chose pour réchauffer les petites gambettes ^^

Les fournitures : pour le jaune de la Nimbus de Fonty coloris « NIMB-0709 » commandé chez mon amie Bobine et Madelaine et un reste de « Ulysse » de Rerum Natura coloris  » Gotland »

Le patron : Il s’agit de mes petite guêtres « Asya », dont le patron est toujours revendu par L’écheveau Solidaire. J’ai fait la plus petite taille parce que mon fil était plus épais (c’est de la sport) : le but étant de les mettre maintenant par dessus un pantalon par exemple en porte bébé et aussi plus tard par-dessus des petites bottines. Le fil passe en machine, mais au pire, s’il feutre, ce ne sera pas grave : il suffira de l’étirer en largeur en sortant de la machine et il laissera encore moins passer le vent ^^

Un peu de couture utile

Un Samedi après-midi à tourner en rond, sans motivation pour faire grand chose alors je me suis mis un coup de pied aux fesses pour coudre 3 bidules dont j’avais besoin. On va pas dire que ça m’a fait me sentir mieux, mais au moins j’ai complètement perdu ma journée ‘^^

Les fournitures : chutes diverses, un peu d’entoilage, et quelques pressions KAM

Le patron : j’ai agrandi celui que j’avais utilisé pour ma première fournée, qu’à l’usage, je trouve un poil courte. Cette fois j’ai agrandi aussi la largeurs mais j’ai repris mon gabarit juste après avoir terminé, la largeur de la première fournée était plus pratique…. Reste à savoir si je m’en ferai une autre série, mais si je décide d’en offrir, et bien, je pense avoir trouvé une meilleure formule

Tricot

Les cho7 doudou … et oui, j’ai encore du doudou sous le coude :op

A l’origine

Pardon pour les photos qui seront un peu jaunes, la lumière d’hivers, toussa toussa

J’ai craqué sur le patron dès que je l’ai vu, un peu avant sa sortie puisque que je suis sa créatrice sur Patreon. J’ai récupéré le patron immédiatement, je l’ai imprimé et puis… Comme tant d’autres, j’ai procrastiné ! A l’annonce de notre Kal « socks in the mug », je me suis rappelé d’un combo laineS (oui le patron en demande 2 différentes) et Mug. Alors je l’ai mis de côté, mais comme je vous l’ai dit ici, je n’ai pas fini ma paire dans les temps. Par contre, je savais que ce serait ma prochaine paire de chaussettes montées ^^

Un Vendredi soir quand le froid nous est tombé dessus, comme la misère sur le pauvre peuple, mes pauvres petits pieds gelés se sont mis à crier oui, mes pieds me parlent, je vois pas où est le problème ;op : « On a froid, on a froid ! Nous aussi on veut du doudou ! Nous aussi, on mérite ! Deux fois pour ton cou et rien pour nous ? c’est une honte, un scandale » Faut dire que j’en étais à une paire de protège pointe + une paire de collant + une paire de chaussette…. Il fallait prendre des mesures !

Les fournitures

En vrai, le plus souvent, la laine a du rose en couleur de fond, mais pas moment c’est très très très clair alors on dirait du blanc

J’ai donc pioché dans mon stock une laine qui ne se fait plus désespoir ! : « la magic tweed Superwash » de Lang coloris 09 (pelotes achetées sur le site de Luce Laine tricot) dont j’avais 2 pelotes. Niveau compo, on est loin de mes chères laines rustiques : 62% Laine vierge (yeah !) Superwash (boooooouuuuhhh), 18% Polyamide ( pour la durabilité, bon allez, ok), 10% Viscose (pour le côté tweed, on a pas le choix, mais ça pollue la fabrication de viscose) , 10% Acrylique (autrement appelé par ici « poil de pétrole », pas l’extase). Pas le genre de fil que j’achète en ce moment mais je l’ai acheté il y a un bail alors faut bien vider, hein ? Et puis, comme ça j’aurais pas trop de stress à marcher sans chaussons dans la maison ‘^^. Il s’agit d’un fil « single », non retordu, quoi… Je suis pas fan mais il est hyper doux et il est tricoté en double alors, ça doit compenser un peu… Le fil s’appelle ainsi « magic tweed » car dans certains coloris plus que pour d’autres, on a un léger dégradé, qui d’ailleurs doit mieux se voir quand on tricote le fil seul : on a de légères rayures tons sur tons plutôt jolies. ET à cause des boulettes de couleurs et de la « seconde » couleur amenée progressivement par petite touche pour avoir un effet fondu, on a presque l’impression d’avoir des speckles. J’aime énormément le rendu de ce fil. Dommage pour le poil de pétrole. Si vous connaissez un autre fil d’une autre marque qui fonctionne sur le même principe, je suis preneuse ( à ne pas confondre avec le faux jacquard que je n’aime pas du tout de la Goomy 50 de Bergère de France, qui par contre est une excellente base. D’ailleurs, j’ai prévu une paire avec un auto rayant de cette marque pour dans j’espère pas trop longtremps)

Le patron recommande d’utiliser un fil mohair et soie pour aller avec et rendre les cho7 cosy cosy cosy… Vous voyez ce que mes pieds réclamaient en vrai ! Sauf que j’avais plus assez de Mohair et Soie de By Simone, vous rappelez, celui que j’avais utilisé pour ce bandeau. Il aurait été parfait. Sauf que je n’aurais sans doute pas osé porter mes chères cho7 après. Alors, comme je veux tricoter mon stash en priorité, je suis allée pêcher un autre fil lace, celui que j’utilise pour remplacer le mohair… Et oui, ma chère Titicaca de Holstgarn. Qui a dit encore ? (j’avais 3/4 de pelotes du coloris « Heather rose » que j’avais tricotée en double avec de la mondim de Retrosaria pour ce pull Trescao modifié). Les deux coloris étaient faits pour s’entendre, je n’avais pas besoin de soie ou de nylon parce que j’en ai déjà dans le premier fil alors, j’ai foncé !

J’ai tricoté avec des aiguilles 2,5 mm et j’ai utilisé 80 gr de Magic tweed et gr de titicaca.

Le Patron

Il s’agit des « simple socks 1 » de Melody Hoffmann, dont la fiche payant est disponible en anglais sur Ravelry. Elles se tricotent des côtes vers la pointe, sans couture, évidement. Le point est celui du pull « Tender » que j’ai tricoté l’an dernier et énormément porté cette année. Cette fois, je n’ai pas défait mille fois, l’an dernier c’était un peu la loose mais comme on a peu de répétitions du point dans un tour, la linotte que je suis encore et toujours n’a pas eu le temps de s’emmêler les pinceaux.

Une fois la jambe terminée, on tricote un talon renforcé classique, mon talon préféré vous le savez ! Puis on diminue pour retomber sur le compte de mailles de départ.

On tricote la partie pied en ne conservant le point que sur le dessus du pied. Puis on réduit et on va faire un grafting pour fermer la cho7.

La patte de la Linotte

J’ai changé le fil mohair recommandé par de la « baby alpaga » lace donc elles sont moins cosy cosy cosy sans doute et moins « duveteuses » mais tout de même très chouette à porter. J’ai remplacé les côtes 1/1 du patron par des côtes 2/2 avec un « Cable cast on » parce que c’est ce que je préfère en terme de visuel et de confort.

Le bas des côtes ne coïncide pas forcément avec le motif mais ça ne se voit pas trop et mes côtes 1/1 sont toujours dégueulasses visuellement alors je préfère largement comme ça ‘^^

Epic fail ?

Nope : je les adore ! La taille est parfaite, le rendu couleur me plait, le talon tombe nickel chrome. Le patron est super bien expliqué, et je n’ai eu que deux petit moment de solitude ..’^^

Le premier quand je me suis rendue compte ( 2 répétions plus bas) que je m’étais décalée d’une maille à la moitié de la première série de rangs mais comme j’hésitais à défaire mes côtes 1/1 qui étaient très irrégulières…. Au passage : je ne fais plus de côtes 1/1 torses sur mes chaussettes car je trouve que c’est certes plus joli, mais que on perd en élasticité…. Et puis je trouve les côtes 1/1 moches de toute façon ‘^^ et les côtes 2/2 torses, ça fait bizarre ;op

Le second, quand je me suis rendu compte que j’avais deux fois d’affilée le rang 4 et que j’ai défait comme une sauvage en retirant les aiguilles et sans marquer le début du rang plus bas. J’ai donc passé tout un épisode des Chroniques de Bridgerton oui c’est long pour retrouver à quelle maille commençait mon rang. C’est pas comme si je savais que prendre la décision de défaire comme une sauvage et le faire dans la foulée à minuit passée était une très mauvaise idée, hein. On se refait pas…

Emportée, par mon élan, j’ai continué le rang de motif sur le dessous de la cho7 ‘^^

Fail photographique : j’avais la lumière, les collants parfaits et propre, une heure seule à la maison devant moi mais.. pas de batterie dans l’appareil photo, du coup… ben voilà… Séance qui aurait dû être parfaite… raté… C’est pas comme si j’avais mis dit 2000 fois au moins déjà que je devais acheter une seconde batterie, hein… Toujours pas achetée à l’heure actuelle…. On se refait pas, bis….

Les photos portées

Toujours aussi acrobatique, et toujours aussi jaune ‘^^

Pour la première série, j’étais sagement assise sur mon tabouret de bar …

C’est peut être sur celle-ci que la couleurs est la plus fidèle …

Petit zoom sur mon grafting : je me suis vraiment améliorée grâce à mes déboires avec mon col doudou ‘^^

J’ai juste un petit soucis au démarrage et à la fin, ça me fait une petite bosse et je ne sais à quoi c’est dû…

Petit zoom sur les côtés de la pointe …

Et puis, il a fallu se résoudre à prendre de la hauteur ‘^^ Ce n’est clairement pas le moment que je préfère, debout en équilibre sur ma planche, elle même en équilibre sur un meuble à roulettes… On vous avez jamais dit que blogger était un sport dangereux ? ;op

Et une dernière, pour la route, comme toujours…

Et voilà ^^ Enfin en article bouclé, avec ses photos et que je peux publier tout de suite ‘^^ C’est pas comme si j’en avais 3 ou 4 encore en attente pour X ou Y raisons ;op

Tricot

Sortie de patron : la box du Chat, édition janvier 2021

A l’origine

A la fin du printemps, j’ai commencé à penser aux mitaines que je pourrais me tricoter pour l’automne. J’en ai tricoté une paire mais j’ai eu envie de dessiner mon propre motif de fleurs, alors j’ai sorti mon carnet à petits carreaux, mes crayons et j’ai gribouillé. J’ai essayé de faire en sorte que ça colle avec mon patron de mitaine de base en laine fingering, car je voulais utiliser des restes de laines rustiques ( parfaites pour les mitaines, chaude et coupant le vent tout en restant fines).

Une fois que je suis arrivée à quelque chose qui me plaisait, j’ai contacté mes copines de la jolie boutique aixoise  » Le chat qui tricote » pour leur demander si elle serait intéressée pour faire une collaboration. Elles étaient en train de réfléchir à leur box à venir. Au bout de quelques temps, elles m’ont recontacté pour savoir si j’étais ok pour participer à cette box, avec une base qu’elles avaient prévu de rentrer pour l’hivers. Base que je n’avais jamais tricoté mais qui faisait bien envie ! Alors j’ai tout de suite dit oui !

Le principe des » box du chat » est de fournir un patron surprise et inédit, avec la laine pour le tricoter et de jolies surprises. Et cette fois encore la box est une pépite ! Cette box sera disponible en quantité limité à partir de mardi 19 Janvier, 10 h ^^

Les fournitures

J’ai donc pu travailler avec la « Wool Local » de Erika Knight, une laine fingering, rustique comme j’aime mais vraiment vraiment douce, j’ai fait papouiller aux enfants et ils sont d’accord avec moi ! Cette laine est très fine mais elle gongle énormément au blocage, et elle s’adoucit encore. C’est une laine 100% britannique, composé de Bluefaced Leicester et de Masham. Le résultat est donc chiné suivant les couleurs choisies dans la gamme ( à part le blanc, il me semble qu’elles le sont toutes) car l’un des fils est plus foncé que l’autre et ne prend pas la teinture de la même façon. Pour mon prototype, j’ai choisi les coloris  » rosedale » (un rose pâle chiné avec du marron dedans) pour la couleur de fond et « fairfax » ( un écru) pour la couleur contrastante.

C’est une laine parfaite pour des pulls et des accessoires, qui va mettre en valeur vos jacquards (attention à bien prendre une photo en noir et blanc de vos couleurs pour être sûres qu’elles ressortent bien).

Je l’ai tricoté en 2,5 mm mais on peut tout aussi bien la tricoter en 3,5 mm : elle prendra la place que vous lui laissez. J’ai très envie de monter une paire de chaussettes avec en la doublant avec du mohair et soie par exemple. Je pense que le rendu peut être canon canon canon !

Le patron

Il s’agit donc des « mitouffles », qui pour le moment est une exclusivité pour Le chat qui tricote. Je vous dirai quand j’aurais retrouvé les droits du patron et qu’il sera disponible sur ravelry. Le patron est décliné en 3 tailles enfant et 3 tailles adultes. Il se tricote en rond avec juste une micro couture de rien du tout pour le pouce. La fiche propose une série d’ajustements, notamment pour essayer de combler la différence de largeur entre le poignet et la paume de la main.

Je suis partie sur un principe de mitaines convertibles en moufles, pratiques quand on roule à vélo par exemple. Mon quasi-presque-ado qui va au collège à vélo m’en avait demandé une paire alors j’ai commencé à réfléchir à une manière de ne pas avoir de couture. Je sais que ce genre de patron existe mais je voulais vraiment trouver seule comment faire ce que j’avais en tête. Et je suis bien contente du résultat ^^. Je compte récidiver pour les enfants et pour moi, c’est juste une question de temps. Avec un peu de chance, je ferai un article pour vous montrer d’autres versions quand je récupérerai les droits.

Mais revenons à nous moutons et à notre paire de « mitouffles » ! On commence par tricoter le petit capuchon en commençant par le haut (capuchon qu’on laisse en attente juste après). Puis on tricote la mitaine en elle même qui se commence par le poignet et une bande de côtes 2/2 terminées par une tresse estonienne. Vous savez mon amour pour cette tresse, je la colle partout, partout, partout

On a ensuite, une partie en jacquard, mon autre petite fierté ^^. J’ai beaucoup ce motif, je pense le coller ailleurs ….enfin si j’ai le temps ;op

On va ensuite former le gousset du pouce avec des augmentations régulières, et tricoter le pouce dans la continuïté, refaire une tresse, refaire des côtes qu’on rabat ensuite. C’est là qu’intervient notre mini-couture, et à l’aide d’un joint russe, on va repartir et recommencer à tourner en rond.

On va ensuite récupérer notre capuchon et le joindre à la mitaine avec un petit twist super simple. Puis, on termine le haut de la mitaine ( tresse, côtes vous connaissez la chanson…).

Côté finition, il faut faut faire une petite chaînette au crochet avec le fil de montage de lu capuchon et coudre le petit bouton.

C’était aussi mon premier haut de mouffles. Je le voulais bien rond en haut et je suis plutôt contente du résultat. ça m’aura pris juste 3 essais ‘^^ Moi et ma manie de vouloir toujours tout écrire par moi-même sans chercher ailleurs ;op

Les photos portées

Epique, on va pas se le cacher, hein, luminosité d’hivers. Je vais devoir investir dans une vrai lumière pro parce que ça le fait pas en intérieur.

Mais après moult photos ratées, des contorsions, des oublis de retardateurs, ça nous donne ça :

C’est à dire… ça :

Portée fermée, voici une meilleure vue la version mouffle de l’intérieur

Et de l’extérieur :

Et avec le capuchon ouvert , on a ça :

Voilà, vous savez tout ! Vous me dites en commentaire ce que vous en pensez ? ^^

Et comme d’habitude, je remercie mes testeuses adorables et réactives !

Elodie Quinsac

La friperie de Laulautte

Lizon-lisette

Les Lutins du moulin

Odaline38

Couture, Tricot

Et pour finir la série…. Le doudou … tout court ^^ !

A l’origine

ça fait un moment que j’ai envie de tricoter un doudou. J’en fais pas mal au crochet mais je voulais voir ce que ça donnait de cette manière. Je me suis acheté un superbe livre dans cette optique : « Noël tendresse au tricot et autres jolies idées créatives », écrit par Klompelompe chez les Editions de Saxes. J’avais préparé mes petites photocopies pour ne pas abimer mon livre, et aussi préparé mes petites pelotes et puis… un autre patron est sorti et au grès d’une discussion avec ma chère « Lilie aime les étoiles », nous avons décidé de faire un mini kal de noël !

Les fournitures

J’ai utilisé uniquement des fils en stocks. Pour la couleur principale du doudou : de la Vovó de Retrosaria » coloris « 01 » et pour le blanc de la « rustique » 3 de Fonty ( attention, elle est très sèche. J’ai lavé mon écheveau avant de le tricoter car il y a 2 ans, je le trouvais beaucoup trop sec. Il s’adoucit mais il porte bien son nom ‘^^). Pour la petite tenue, j’ai utilisé des reste de « idéal » de Bergère de France coloris  » cyclamen » pour le rose le plus foncé et je ne me souviens plus pour le second. De toute façon, les deux ont disparu du nuancier ce qui est carrément dommage, le rose pâle est vraiment canon ! C’est comme « séquoia » d’ailleurs : je ne comprends pas du tout pourquoi c’est le plus beau marron-roux que j’ai jamais jamais trouvé chez les laines industrielles françaises.

Côté tissu : un bout de liberty of London  » enchanted Forest », acheté à la droguerie de Marseille il y a une dizaine d’année… Bon Dieu… Hier quoi ! Les boutons en bois viennent tous du marché.

Le patron

Il s’agit du « Christmas bear » de Ekaterina Popova, disponible sous la forme d’une fiche en anglais payante sur Ravelry. Pour une fois, la fiche est disponible en deux versions : un avec couture et une sans couture. Je vous laisse deviner sur quelle version je me suis jetée ;op . Le patron n’est pas donné du tout et j’ai profité d’une promo de lancement mais il est très complet, propose de très nombreuses photos et il est plutôt bien expliqué.

En réalité, la version sans couture nécessite tout de même deux petites séries coutures : on commence sous les papattes de cette adorable bestiole. Franchement, ça prend 2 minutes à refermer à la fin, et l’auteure propose d’utiliser 2 types de coutures (avec un lien pour consulter un tuto).

Une fois qu’on a tricoter les deux pattes… on tricote les deux bras ( ou papattes du haut). Ensuite on tricote la patate qui sert de corps. Oui, j’avais vraiment l’impression que je tricotais une patate à ce moment-là... Puis la tête qui se tricote en deux morceaux et se commence par le future museau.

Les oreilles sont tricotées à plat puis cousues (notre seconde série de couture) sur la tête. Seul bémol pour moi dans la fiche du patron : le placement n’est pas indiqué et il faut se débrouiller toute seule : mais ce n’est qu’un détail !

Et on termine la partie tricot par une petite queue toute mimie.

Côté assemblage, c’est plutôt rapide et la fiche propose des petits trucs pour ne pas trop se prendre la tête. On utilise des gros boutons pour assembler les jambes, ce qui permet de faire tenir petit ours assis ou debout.


On passe ensuite à la broderie du petit museau ( ou à la fin de la tête, comme on préfère)

La patte de la Linotte

Je n’ai pas tricoté à 4 aiguilles comme recommandé par le patron mais en Magic loop ce qui ne change strictement rien du tout. C’est mon premier doudou au tricot, alors je ne me suis pas trop risquée à faire des modifications sur cette petite ourse. J’ai juste suivi les conseils de Lilie pour broder le blanc autour des yeux et ça change tout ! Et j’ai aussi mis un bouton au niveau des bras pour les articuler.

Et nous n’avons pas broder les yeux : à la place, nous avons opté pour des yeux de sécurités. Je me suis par contre lâcher sur les accessoires ! Le patron propose une barboteuse ou une robe avec un petit jacquard pour former une petite tête de renne. Je voulais lui faire une petite garde-robe, alors j’ai écrit des bricoles ^^ ( sans prendre de notes par contre pour la robe : je voulais vraiment faire comme ça venait sans chercher à garder une trace, parce que écrire un patron c’est chiant, faut pas se leurrer et que je ne veux plus faire de trucs chiants ‘^^

J’ai donc commencé par les petits chaussons que j’ai écrit en duo avec Lilie aime les étoiles ^^ : elle a écrit la semelle sans couture et j’ai écrit une version babie : on conserve le patron pour la partie entre les deux.

Je n’ai jamais tricoté ce type de chaussons pour les enfants parce que le zhomme trouve que ça fait trop fille, alors je me suis rattrapée ici. ;op

J’ai ensuite tricoté le haut de la robe avec un point de semis sur le devant :

La jupe est composée d’un rectangle de 19 x 52 cm : j’ai plié le tissu en 2 dans la hauteur pour ne pas avoir d’ourlet à faire, en bonne flemmasse. J’ai fait des ourlets sur les côtés, froncé le haut et assemblé à la machine comme une sagouïne à la partie tricot.

Epic Fail ?

Tout s’est super bien passé …. jusqu’aux finitions du visage de l’ours, parce que mine de rien il faut pleins petites choses pour que l’ours soit réussi. Je le trouve moins beau que sur la photo du modèles, notamment parce que je n’ai pas brodé les yeux comme prévu. Le rendu est vraiment beau mais je sais que je suis INCAPABLE de broder comme ça proprement… La tête n’était pas jolie du tout mais Lilie est venue à ma rescousse! Elle m’a rappelé que j’avais loupé une ligne du patron qui fait passer un fil pour mettre en forme le museau et le petit trait blanc change tout ! ouf ! mon ours était sauvé ! Parce que je n’avais pas du tout envie de le terminer, tellement j’étais déçue !

J’ai aussi dû retricoter les chaussons une fois car je n’avais pas bonne taille d’aiguilles doubles pointes ( pas nécessaires forcément, mais je trouve que la partie avec des rangs raccourcis est carrément plus facile avec des doubles pointes ‘^^)

Et j’avais calculé ma jupe trop longue par rapport à mon ourse alors j’ai dû faire un pli religieuse en bas du jupon pour y remédier ‘^^. Mais au final, je le préfère avec ! Peut être qu’une prochaine fois, je ferai une jupe avec plusieurs plis justement, parce que c’est super joli, je trouve.

Est ce que j’ai aimé tricoté ce doudou ? ouiiiiiiiiiiii et du coup, j’ai depuis une très très très grande envie d’écrire les miens. J’ai une idée pour les pieds, et une autre idée pour une tête d’un autre animal, j’ai des notes pour gribouiller un petit dressing. Bref… J’ai peut-être le design qui me démange, alors que je n’ai rien écrit puis la fin août. Tout ce qui sort en ce moment sont des patrons que j’avais promis et je n’ai rien écrit depuis. Du coup, vous avez 3 patrons qui sortent cet hivers mais depuis l’automne, je n’avais plus du tout envie de designer du tout. Mais alors plus du tout du tout du tout. Ces 3 petites pièces imaginées pour accompagner mon oursonne me donne envie d’y retourner. Reste juste à trouver le temps.

Tricot

Un tunique doudou

ça fait beaucoup de doudou par ici, en fait… Mais ça reflète bien ce que je veux en de moment… de la doudouïnesse cherchez pas c’est une invention linotesque ;op

A l’origine

Il y a fort longtemps, j’ai mis de côté ce patron, en me disant que JAMAIS je n’aurais le courage de le tricoter mais que, quand même…. enfin bref, l’espoir faisant vivre comme on dit, j’ai mis en favoris sur Ravelry, et puis les pelotes ont roulé sous les ponts….

L’hivers dernier, en janvier 2020, donc je me suis dit que vu que mon budget n’était pas élastique et que j’étais une « Progress knitter » comme disent les anglais ( c’est à dire que je tricote pour le plaisir de tricoter avant tout), il était temps de chercher des projets qui m’occuperaient longtemps et qui me ferait faire des économies. Bon on est d’accord, le plan étant de ne pas acheter de laine entre temps, mais on est nombreuse à être des stash percé, par vrai ‘^^. A la même période, j’avais déjà exploré du côté des laines dites de pays pour ne pas dire qui grattent et j’avais découvert mon amour inconditionnel pour ces fils. J’ai donc eu une illimination : et si je tricotais mon projet au long cours dans de la supersoft, puisque maintenant je la supporte et qu’elle ne coute pas grand chose? Faut dire que j’avais envie d’une robe ou d’une tunique, en fingering pour alléger la silhouette et que à 4 euros et quelques les 287, 5 m au 50 gr, on avait le combo parfait ! J’ai donc déterré mon favoris, tout au fond de sa liste, et j’ai fait un échantillon en 3,5 mm. Trop grand. En 3 mm, trop grand. Alors j’ai soupiré et j’ai dégainé les 2,75 mm… parfait ! J’ai donc tricoté une TUNIQUE, en laine qui gratte (enfin moi, elle me gratte pas, hein, enfin plus, soyons claire) ET en 2,75 mm… Si c’est pas être une  » Progress knitter, ça…. Qui a dit masochiste au fond ?

Les fournitures

J’ai donc retourné les nuancier de Holstgarn pour trouver mon combo. D’ailleurs j’ai retourné les fiches projets ravelry pour voir ce que ça donnait. Faut dire que même si mon projet de départ était un peu foufou je voulais tout de même au final la porter, hein, cette tunique. Donc j’ai fini par jeter mon dévolu sur la couleur « cloudberry » qui est un bleu/violine superbe ( en fait à le regarder de plus prêt, il est tout simplement chiné : un fil violet, un fil gris foncé et un fil bleu) pour la couleur de fond et « elderberry » que j’ai utilisée pour ce bandeau d’ailleurs pour la couleur contrastante (chez laine et tricot). Je vous ai dis que c’était tricoté en 2,75 mm ? ;op J’ai utilisé en tout 290 grammes de fil ( 25 gr de la contrastante et tout le reste de la couleur principale). ça nous fait donc une tunique manche 3/4 en laine 100 % naturelle pour 25 euros et 20 cts. Et je vous cache pas que ça occupe un moment ‘^^. Ah il vous faudra un petit bouton, au passage.

Le patron

Il s’agit donc de la « still light tunic » de Vera Välimäki, une des grandes papesses du design, à mon humble avis pas assez tricotée en France, un patron en anglais, payant et disponible sur Ravelry, datant de 2010 ( et que j’ai mis en favoris à la naissance de Léo ( N°2 pour celles qui suivent parfois mes déboires en story) en 2011. D’ailleurs une idée de Kal est en train de germer dans mon esprit, je reviendrai vous en parler très vite. Conformément aux indications, à mon tour de poitrine et avec l’échantillon j’ai tricoté la taille M.

Il s’agit d’une tunique, en top down, sans couture, initialement prévue pour être tricotée en Alpaca de drops… Avec des poches, oui madame !

On commence par la bande de côtes puis on forme un raglan très classique, cette partie là va relativement vite, même avec des cure-dents.

D’ailleurs dans le dos, on a une petite boutonnière, ça forme une jolie goutte une fois portée.

Ensuite, quand on commence à se dire qu’on en voit pas le bout, c’est là qu’on sépare les manches (qu’on tricotera plus tard). Quand vous tricotez un pull, c’est le moment où vous poussez un petit soupire de soulagement, parce que vous venez de réduire vos mailles d’environ un 1/3. Sauf que ici, on va continuer 2 lignes d’augmentation sur le devant. Et c’est là que la magie du design opère. Parce que ce patron est HYPER intelligent, enfin, pardon, plutôt sa créatrice est hyper intelligente. Bon, je ne vous cache pas que c’est un peu RELOU au bout d’un moment, même pour une « Progress knitter », hein, parce que fini par un faire un paquet de p…. de mailles…. Et que on a l’impression de faire du sur-place. Mais… mais … J’avais hyper hâte d’arriver aux poches. Je garde le mystère, c’est tellement malin ! Mais à un moment, hop, par magie, vous avez des presque des poches, et vachement de mailles en moins. De la magie, je vous dis! Il faudra certes reprendre des mailles et en remonter pour faire les fonds de poches mais c’est que ça se mérite, de belles poches.

Après, on tourne encore tout à l’endroit, on fait fait des côtes 2/2, on rabat. On passe aux manches, avec leur côtes.

Et on est sensé avoir une tunique flatteuse, proche du corps en haut mais flou en bas, vous savez sur le gras hérité des raclettes, ou des grossesses antérieures suivant le cas. On en reparle un peu plus bas…

La patte de la linotte

Je n’ai pas modifié grand chose au patron, juste des détails tout bête, en même temps j’aurais été incapable de l’écrire alors je n’aurais pas pu améliorer grand chose ‘^^. J’ai juste rajouter une couleur contrastante pour le fun et par ce que j’hésitais entre ces 2 couleurs de fond ;op

Epic fail ?

Commençons par un détail, je ne sais pas comment j’ai fait mon compte, mais en tricotant mon fond de poches, je me suis foirée au moment du rabat. La couture n’est pas exactement dans l’axe et ça donne une épaisseur supplémentaire sur la côté mais ça ne se voit pas du tout alors on s’en moque ‘^^

Plus gênant, je me suis gourée quelque part sur le raglan. Je ne sais pas où. Mais j’avais pour le devant ( uniquement) un nombre de mailles qui étaient un entre-deux tailles ( S et M). J’avais déjà l’intuition que quelque chose n’allait pas trop en terme de taille, alors j’ai bidouillé et j’ai réparti les mailles manquantes pour placer les marqueurs des augmentations sous la poitrine en trichant : un peu moins de mailles au milieu, et quelques mailles prises sur les côtés. Et ensuite, roule ma poule. Le patron expliquant par la suite ce qu’il fallait faire par rapport aux marqueurs et non par rapport à un compte de mailles, ça n’avait pas une grande importance…

J’ai donc étalé ce tricot entre le 12 février et le mois d’Avril .J’ai fini ma robe en plein confinement et à l’époque où porter une robe en laine, même légère, n’a pas beaucoup de sens. Mais une fois tombée de mes aiguilles je l’ai essayé … et … BIG fail… Elle était trop grande. Portable, mais trop grande. Je vous raconte les boules, parce que je l’ai fantasmé 4 mois ma robe entre le moment où j’ai commencé à y réfléchir et le moment où elle est tombée de mes aiguilles. Elle allait si bien avec mon gilet aubergine, je lui avais tricoté un headband assorti, je me voyais déjà faisant la maligne en salle des profs, roulée en boule sous un plaid dans mon canapé bref… Les boules. J’ai donc mesuré mon échantillon… il est parfait sur le haut du raglan, donc en février. Fin février, chez le chat qui tricote en séparant les manches : hop, 1 mailles en plus ! En Mars, je séparais les manches et j’avançais le corps… hop, 1 mailles de plus pour 10 cm. Bref… ma tension a changé en cours de route et/ou avec le poids du tricot…. Donc j’aurais pu au choix tricoter en 2,5 ou moins relou, tricoté une taille de moins.

J’ai donc attendu pour la bloquer. Je l’ai fichu en boule au fond du panier des projets à bloquer (encore plein d’ailleurs, 1 châle de confinement, une couverture de confinement, un gilet de confinement et une layette d’il y a 3 ans attendent sagement leur tour…). Je me suis dit tout de suite,  » foutue pour foutue, tu vas le coller à la machine et le faire feutrer, nah ! » mais j’avais les foies un peu, hein… Alors j’ai attendu, attendu, attendu. Je lui avait même rentré ses fils ! Il ne manquait que ça et un bouton…. La semaine dernière, alors que je me gelais sur mon canapé malgré 3 paires de cho7, oui 3, je l’ai collé à la machine, programme 30 % avec un peu de lessive et d’adoucissants. et elle n’a pas feutré, la bougresse ! la laine est devenue douce (bon je crains plus pas , hein , je rappelle), elle a gonflé, la couleur est sublime elle a du drapée, elle est légère mais chaude… Je l’aime. Elle n’est absolument ps flatteuse mais je l’aime. Idéalement, il faudrait que la détricote en 2,5 ou bien une taille en dessous dans les mêmes couleurs et que je troque celle-ci mais…. J’ai trop d’envie en ce moment. Je mets de côté pour plus tard. On sait jamais…. Mais pas cette année, enfin, je ne pense pas…

Les photos portées

Bon alors je ne sais pas ce qui c’est passé mais… cette série a une lumière bizarre, mais je les trouve pas mal alors je les ai gardées. Vous remarquerez peut-être mon téléphone par moment, je l’ai utilisée comme télécommande…. Mais bref… Commençons par les traditionnelles…

De côté

De dos

Et donc elle est…. trop grande…. je vous montre …

C’est sensée être une robe avec Zéro aisance, voire aisance négative… PERDU ‘^^

Je vous ai fait aussi quelques gros plans, parce que même si elle est trop grande, elle le mérite quand même !

Et le haut du dos

Vous avez vu, je suis une mutante, j’ai l’arrière des oreilles qui brillent.

Avec mon gilet aubergine monop’ que j’adore d’amour fou, c’est pas mal ! Je pense la mettre beaucoup le week end et en vacances en l’état.

A toute fin utile, je précise que je porte RIEN sous ma robe et que je le sens absolument pas… Vous aller sans doute voir passer pas mal de supersoft aussi par ici, du coup ! Qui sait, peut être même avec du mohair si ça se trouve ! Voilà, ça faisait longtemps que j’avais pas autant écrit, pas vrai ‘^^