Tricot

Col doudou d’amour aka le projet de la volonté farouche

A l’origine

J’ai cousu il y a des mois un tour de cou double tour en jersey pour utiliser une chute de jersey d’amour : je l’aime beaucoup, je l’ai énormément porté depuis à la maison et au boulot. Alors j’ai voulu lui tricoter un équivalent. J’ai passé l’automne à chercher un patron de jacquard qui me plairait : je voulais tricoter un coup de coeur absolu, parce que j’allais y passer du temps et j’avais une idée très trop arrêtée sur ce que je voulais. Je n’ai jamais trouvé dans l’esprit de ce que j’avais en tête, je garde le secret au cas où je déciderai de vaincre ma flemme de sortir mes crayons pour gribouiller ma grille parfaite. J’étais en train de laisser tomber quand je suis tombée par hasard sur ce patron. J’aurais pu écrire la grille, mais comme c’est une créatrice peu connue en France, je me suis dit que c’était plus sympa de lui prendre la fiche…. J’ai donc plongé dans mon stock… Et c’est là que les ennuis ont commencé ^^

Le patron

Il s’agit du « dot dot yellow cowl » de The Midnight architect », patron payant en anglais disponible sur Ravelry. Il s’agit d’un tube en jacquard. On commence par un montage provisoire, on tricote une partie unie, puis une partie en jacquard, puis une partie unie. Ensuite, on récupère ses mailles et on va joindre les extrémités en utilisant la méthode du « grafting ».

Les fournitures

Pour ma version finale, j’ai utilisée de la précieusissime « fine » de L’échapée laine coloris  » vert d’eau » qui doit vous rappeler sans doute une certaine paire de cho7 ^^. Pour le bleu, j’ai pris de la « rauma » dans la base  » FINULL PT2 HEATHERS », coloris « 4123 » achetée chez Laine et Tricot et pour le gris de la « wool yarn » de « Hobby wool », coloris  » H202″.

C’est un trio de laine rustique que j’aime énormément. Si vous avez l’habitude de la superwash, vous risquez de ne pas apprécier voir de trouver qu’elle pique un peu. Ce n’est plus mon cas et les palettes de couleurs sont faites pour s’entendre ! Il me reste de quoi faire une paire de mitaines assorties que je tricoterai sans doute en février…. Si mes plans se déroulent sans accro ;op

La patte de la Linotte

Je n’étais pas sûre d’avoir le bon échantillon et je voulais un col un peu plus haut, alors j’ai rajouté des mailles ( je n’ai plus ma fiche sous la main, mais de mémoire, j’ai rajouté 2 répétitions). J’ai tricoté au final moins de cm que ce qui est prévu par le patron, parce que je voulais un col plus près du cou. Et j’ai finalement fait un rabat à 3 aiguilles au lieu du grafting… que j’avais déjà fait… Habile transition vers …

Epic fail ?

Si je vous parle d’une pub pour une certaine assurance qui finissait toujours par « je l’aurais, un jour, je l’aurais », vous voyez de quoi je parle ? C’est le petit surnom de ce cowl en réalité ‘^^. Heureusement, pour une raison inconnue, je n’ai jamais été aussi zen sur un projet…. On pourrait presque le renommer  » le projet de la mâturité » ;op

Première chose : j’ai commencé avec uniquement des laines de mon stash et le gris au départ était un reste de « Tukuwool ». Sauf qu’une fois le jacquard sur fond gris tricoté au 3/4, j’ai dû me rendre à l’évidence : je n’avais pas assez de gris. Retour en pelote pour la partie jacquard et au passage merci la laine rustique qui ne se détricote pas toute seule, j’ai pu le faire comme une sauvage !

J’ai recommandé de la laine grise, j’ai détricoté les 3/4 du jacquard et …. j’ai eu peur de tomber en rade de bleu, un reste de « Greta and the fibers », celui de mes cho7 à pois. Retour en pelote et nouvelle commande…

J’ai pu finir de tricoter mon col sans autre soucis. C’est arrivé au moment du grafting que les choses ont commencé à se(re)gâter… Je n’ai rien contre le grafting que j’ai apprivoisé avec les cho7 en cuff down. C’est pas l’amour fou mais après avoir défait et refait autant de mailles, je me suis dit que ça valait la peine de faire les choses bien…. Sauf que ma laine était trop fragile pour supporter un grafting sur plus de 100 mailles… Elle n’a pas arrêté de casser, ce qui voulait dire faire des joints russes, qui ont cassé eux aussi… J’ai pesté, mais je suis arrivée au bout. Non seulement le résultat était dégueulasse ( les mailles épaisses, distendues, par peur de tirer) mais en plus mon col était beaucoup trop long !!

J’ai vu le moment où j’allais le laisser dans un coin en l’état et ne jamais le porter. Mais je l’aimais trop… Beaucoup trop ! Alors j’ai fini par mettre un coup de ciseau dedans, j’ai défait jusqu’à avoir une longue de 126 m après blocage ( on bloque avant de faire le grafting) mais comme je voulais ne plus me prendre la tête ET avoir un résultat vraiment propre, j’ai fait un rabat à 3 aiguilles qui, oui, est visible, comme une couture, mais ça prend 5 minutes, c’est hyper propre et le fil ne risque pas de se casser. Non mais.

J’ai donc obtenu, contre vents et marées, MON COL DOUDOU D’AMOUR ! Et je l’ai depuis porté quasi un jour sur deux ! Et j’ai envie de lui tricoter des petits frères ^^

Les photos portées

Pas beaucoup de photos, mais en même temps, c’est juste un col, pas vrai….

Il aurait peut être mérité d’être mieux mis en valeur mais les conditions de lumières de la séance étaient…compliquée ‘^^

Oui j’ai rasé l’arrière de la tête et un peu plus haut. J’aime vraiment beaucoup mais ça fait un peu froid, quand même ‘^^

Voilà, c’est donc le col qui m’a montré que j’avais grandi…. Et vous, un projet-d-amour-mais-galère sur vos aiguilles ?