Non classé

Premier tricot normand …

A l’origine

Vous savez comme j’aime ces petits chaussons, si vite tricotés, pratique à porter : pour moi, ils représentent un vrai tricot-doudou. Alors, plutôt que de « réparer » ceux de l’automne dernier, j’ai décidé de m’en tricoter une nouvelle paire, pour notre nouvelle vie. J’avais donc, au moment de faire les cartons, j’ai pioché un combo dans mon stock, je l’ai niché au creux d’un sac à projets adoré et je l’ai glissé dans le sac qui devait sortir dans les premiers du garde-meuble. Et une fois posée dans notre gîte, en attendant une certaine signature, j’ai commencé à les tricoter ^^

Les laines

J’ai tricoté, cette fois, 3 fils ensembles : de la « Douro » de Rosario 4, coloris « 29 » , de la « titicaca » de Hostgarn coloris « jade » et une petite nouvelle, de la « soft gratté » de Katia, coloris « 84 » . Les couleurs se marient à MERVEILLE ! Et le mélange, tricoté en 4,5 mm, avec ma tension, est parfait : épais, moelleux, qui se tient bien. Je ne sais pas comment ça va tourner, mais j’aime vraiment le rendu ! Vous savez mon amour des deux premiers et la 3eme est plutôt une jolie surprise. Attention, on est sur un mélange de poile de pétrole (aka nylon, 20%) et poil de pétrole ( aka l’acrylique, 80 % ) : le résultat est un fil poilu, très doux, que je ne tricoterai pas pour un pull ( je transpirerai comme un boeuf normand dedans et je prendrais le jus sans arrêt) mais pour cet usage, ça me semble très bien. J’espère que mon mélange tiendra le choc cet automne et cet hivers (je compte beaucoup sur la Katia pour ça). Mais comme je soumets mes chaussons à rude épreuve… on verra bien ! ^^

Le patron

La vraie couleur est proche de celle-ci… en un peu plus vert ‘^^

Je suis partie du même patron, parfait à mes yeux, celui des « simple house slippers » de Temple of knit, disponible sous la forme d’un pdf à présent payant sur ravelry. On commence les chaussons par tricoter une bande en allez-retour, en mousse…

…Bande qui sera ensuite repliée et cousue.

Je couds envers contre envers, avec une manière très personnelle ( je prends juste une demie maille) et j’aime bien le rendu, alors je continue mon freestyle, de chausson en chausson ! ^^

Puis on ferme son tricot en rond, pour tricoter le pied.Et enfin, on diminue pour une jolie pointe en étoile.

La patte de la linotte

J’ai monté 40 mailles, tricoté 35 rangs de mousse avant de tricoter en rond. Au bout de 38,5 pouces, j’ai commencé les diminutions. Le tout juste pour être ajusté à mes petits petons… ( Du 38 et demi…) J’ai envie de faire une bordure en I-cord sur le tour du chausson, mais j’ai eu un peu la flemme. Il faut vraiment que j’essaie de le faire la prochaine fois. Et enfin, j’aimerai trouvé des demi-semelles à coudre en cuir pour mettre sous le pied. Mais je n’ai pas encore trouvé mon bonheur. J’ai trouvé des semelles intégrales ( par exemple chez Bergère de France) mais je n’aime pas du tout le rendu. Je voudrais JUSTE coudre deux patch dessous. Mais je voudrais que ça soit net, alors ne me parlez pas de couper moi-même dans du cuir : je sais déjà que ça serait moche ;op

Epic Fail ?

Juste une mini erreur, trop bête… J’ai oublié de glisser la première maille dans la section de mousse. A première vue, ça ne change pas grand chose, à part un peu de visuel.

Les photos portées

Je n’ai pas encore pris le temps d’apprivoiser la lumière en intérieur ici puisque nous sommes déjà sur la fin de notre séjour en gîte. Alors j’ai profité d’une journée splendide pour prendre quelques photos dans le jardin …

Sur mon nouveau plaid d’amour !

Bon question couleurs, on est sur un joli vert d’eau en vrai… mais impossible de le rendre en photo !

Le mélange de fil s’est un peu détendu au blocage, alors mes chaussons sont un peu plus longs que les précédents : la pointe est moins ajustée si je la porte pied nu, mais ça sera mieux avec mes collants en laine cet hivers ^^ .

Et puis, debout ça donne…

Et …

Et la petite dernière …. Parce que pour prendre des photos au milieu d’une pelouse humide, ben… il faut prendre quelques précautions ;op

Voilà pour cet semaine, sur le fil, en fin de journée le Dimanche, mais j’ai réussi ^^ J’attends une amie pour publier le prochain article ( oh surprise… des cho7 ();op ) car il s’agit d’un duo… Et vous verrez qu’on est dans les mêmes tons ( enfin, il faudra me croire sur parole, parce que là, c’est définitivement un peu trop bleu ‘^^)

Tricot

Le petit gilet rose…

A l’origine

Alors que je me cherchais un encours de grandes vacances, je suis arrivée à un triste constat… je n’ai pas vraiment de gilets courts. En fait, je n’ai tricoté QUE des gilets longs. Bien longs. Mais un gilet court, parfois, c’est bien aussi ! Même si ma séance photo m’a prouvé que c’était mieux sur les jupes et les jeans, sans doute que sur les robes…. J’ai donc trimballé mon gilet rose sur la route des vacances, des Cevennes à la Bretagne, de La maison à la Normandie et au gré des tricothés…

Les fournitures

J’ai choisi un fil déjà souvent utilisé en crochet doux euphémisme et pour un pull que je porte avec beaucoup de bonheur depuis des années. Je voulais un gilet doudou comment ça encore, bien fluide mais bien chaud. Et le mohair n’est pas trop dans mon budget… Alors j’ai opté pour … de la Nord de Drops, coloris « blush » un beau rose chiné, avec un peu de rose clair, de blanc et parfois une légère touche de rose. Je trouve ce fil presque parfait pour ce patron ! en tout cas, en terme de drapé, de douceur, de cocon, on est plus que pas mal ! Il met bien le point en valeur aussi, ce qui n’est pas négligeable mais attention, il ne pardonne pas les approximations… On en reparlera un peu plus bas ^^ !

Le patron

J’ai donc choisi un patron qui me faisait de l’oeil depuis un petit moment, mais que j’avais un peu peur de tricoter car il est entièrement texturé : le « Little Love » de ANKESTRiCK, patron payant, disponible sur ravelry en anglais ou en allemand. Pour une fois, je ne vais pas rentrer trop les détails de la construction car elle est très ingénieuse, un vrai plaisir pour celles qui vent un tombé impeccable et un peu de challenge niveau tricot. Le patron est très bien expliqué, il suffit de se laisser guider ! J’ai très vite vu où la déligneuse voulait en venir, donc je n’ai eu strictement aucun problème. Et vraiment, je trouve qu’il tombe très bien ! Le col remonte haut sur la nuque, on peut le replier où le porter comme un col de kimono japonais traditionnel (option que j’ai choisi au blocage) et j’aime vraiment porter les « drops shoulders » (emmanchures descendues en français) que je trouve plus seyant que les raglans qui souvent ne sont pas très jolis au niveaux des emmanchures.

On commence le patron par la bande d’encolure dos, puis on va monter et relever des mailles jouer avec des côtes et des rangs raccourcis pour tricoter le dos puis les devants jusqu’aux emmanchures.

Une fois que c’est fait, on reprend toutes ses mailles, et on descend le long du corps….

Une des particularités de ce gilet est son col châle en côtes 1/1, qui se termine par une icord.

Cette bordure est tricotée avec le corps.

Outre sa forme que j’adore, ce qui m’a fait choisir le patron, finalement, malgré mes réticences initiales, c’est le motif qui est créée par un jeu de jeté et de mailles rabattues. En réalité, je me suis rendue compte très vite qu’il était simple à retenir et à lire et je me suis littéralement régalée à le tricoter. J’était presque déçue d’arriver à la bordure finale, qu’on tricote avec des côtes 1/1 et qui comporte une série de rangs raccourcis. Cette construction donnerait sans cela des devants plus courts que le dos, comme pour le gilet embruns de Atelier Emilie . J’ai pas mal hésité en ce qui concernait ces rangs raccourcis d’ailleurs : les supprimer ? les faire plus haut, dans le motifs ? ou bien ne rien toucher ? En fait, j’ai mis plusieurs semaines à me décider et mon gilet est resté en stand by. Puis est arrivé ce dont j’ai déjà parlé. Alors je n’ai plus trop tricoté. J’ai finalement décidé de ne rien toucher au patron. Et après avoir commencé ce gilet en Aout, je l’ai repris en Octobre. J’ai tricoté les manches ( qui normalement sont entièrement texturées). Et je n’ai trouvé la motivation pour le bloquer … qu’en Mars…. Il était temps !

Donc…. Une fois le corps terminé, on tricote les manches qu’on termine par une bande de côtes 1/1

La patte de la Linotte

Après moult tergiversation, donc, je n’ai pas changé le bas du gilet, en revanche je n’ai pas fait les rabats tubulaires préconisés pour les manches et le bas du corps, par pure flemme ! J’ai juste rabattu en côtes 1/1 et je trouve que c’est aussi bien.

Autre modification, de plus grande importance : dès le départ, j’ai décidé que je voulais des manches plus fittées et, surtout, en jersey endroit tout bête. Par par flemme, cette fois, mais pour le look ! Je trouve que ça allège la ligne, lui donne un côté un peu plus moderne. Et j’ai réalisé qu’en plus, ce serait plus chaud, car le point au blocage, même s’il n’est pas agressif, est constitué de jetés… et donc de troutrous…

Epic fail ?

Premier point : le temps que j’ai mis à tricoter ce gilet ‘^^ entre Juillet pour le début du tricot, et Début mars pour le blocage, même si on est pas sur un record, j’ai pire sous la main, on est quand même sur un très grande période de temps ! J’aurais adoré le porter en mode échouée sur mon canapé… Mais je n’avais pas le courage. Pourtant, il a été très simple à bloquer ce gilet ! Je n’ai épinglé que les bandes de côtes des manches et juste lissé à la main le reste. Par contre, le blocage n’a rien pu faire pour les petits défauts de tension de ce projet que j’ai pas mal tricoté en voiture.

Par exemple, j’ai une ligne pas jojo au milieu de mon col dans le dos et les côtes ne sont pas jolies du tout. C’est à cause de l’alpaga contenu dans le fil, qui est mou. Il ne pardonne rien. Mais alors rien du tout ‘^^ Je vous laisse scruter les petits défauts de régularité dans les côtes sur toutes les photos, si ça vous amuse ;op

Mais comme c’est dans le dos…. je peux faire mon déni tranquillement.

Je me suis rendue compte aussi que j’avais un devant légèrement plus long que l’autre : soit je me suis trompée dans les rangs raccourcis, soit je me suis détendue entre les deux ‘^^. A refaire, je tricoterai les rangs raccourcis dans le motif, je pense que ça serait plus joli. Mais je ne me suis pas sentie de prendre les notes pour faire la même chose en miroir de l’autre côté. Pourtant sans doute que lire le tricot aurait suffit. Mais à ce moment-là, je me noyais dans un vers d’eau alors ….

Les photos portées

Je suis moyen satisfaite de mon premier jet de photos. Je crois que ce gilet ne s’entendra pas trop avec mes robes courtes : je les trouve plus flatteuses avec un gilet long. Mais pour bien voir le gilet, c’est pas trop mal …

La ligne du haut du dos me dérange : avec mon fil, je ne trouve pas ça très joli. Par contre, il a une jolie ligne générale , ce petit gilet !

Comme je vous l’ai expliqué plus haut, les rangs raccourcis permettent de rallonger les devants : il manquerait bien 6/7 cm devant, sinon.

Dans la famille pas flatteuse, je demande la petite robe noire ‘^^…

Je ne regrette pas d’avoir zappé le rat tubulaire, les bordures des manches sont bien assez élastiques.

Et si j’oublie le dos, je suis ravie de mon choix de fil ! C’est un vrai doudou !!

Comme je trouvais les photos un peu tristouilles, je suis ensuite allée chercher une autre robe, un peu plus longue et plus colorée. Je trouve que le rose est parfait avec, mais aussi que la longueur est pas terrible. Faudra me croire sur parole, j’ai coupé le photo ‘^^

En revanche avec mes petites blouses et mes jeans, je trouve ça beaucoup mieux ! Et ça casse un peu le côté buccolica-romantique de la chose…

Pour une fois, je suis sortie dans la rue avec le pied d’appareil photo et c’est moi qui posait… oui dans la rue, à côté d’un conservatoire le mercredi, donc il y avait du passage… Mais je l’aime trop ce mur, le même que le mien, presque en mieux avec ses jolis nuages, celui des photos du bonnet écureuil de Eliott !

Porté ici, donc avec mon « top grainfield  » en velours milleraies, je trouve ça bien mieux que sur une robe. D’ailleurs en m’habillant ce matin, j’ai réalisé que je voulais des gilets courts, surtout pour porter avec mes jeans, en fait ! Je suis sauvée, tout est cohérent !

Je pense donc que mon prochain gilet sera un gilet court, avec des emmanchures descendues, pas mal d’aisance et un col châle… Le même en pas pareil, donc ;op …. par exemple le Evening Dew Cardigan avec le motifs juste sur les pans de devants, que j’avais commencé au printemps pour l’abandonner ensuite : il y a des torsades un rang sur deux, sur des km de mailles et c’était beaucoup trop long pour faire un rang… Mais je me dis que juste sur les devants tout le reste en jersey… L’avantage étant que j’ai déjà la laine (hyper douce, d’un beau bleu nuit), le patron et que je sais que j’ai le bon échantillon… mais j’hésite encore avec un petit pull noir, court, en aiguille 3 avec un joli jacquard… vieux rose…. ou autre chose…. MAIS j’ai un petit pull marron, encore de saison qui a fini de sécher et qui n’attend que ses photos ! L’article devrait être en ligne la semaine prochaine ^^.

A bientôt, donc ! ^^

Couture

Ma robe armure

A l’origine

L’année dernière, je me suis offert 1m50 de French Terry « See you at six » : leurs collections sont éphémères, elles sont chères, alors je n’ose jamais et après je regrette… Mais l’an dernier à peu prêt à la même période, je me suis remise à coudre avec pas mal de régularité, vous souvenez peut être de ma petite capsule. J’ai cousu tout le printemps. Alors, au plus fort de ma productivité, je me suis dit que je pouvais bien m’offrir un tissu qui me faisait rêver… Au départ, je voulais me coudre un sweat « Hug hoodie » avec ce tissu, j’avais pris l’uni correspondant pour les manches et la capuche et j’avais cousu une toile que j’ai porté avec bonheur pas mal de fois d’ailleurs… Mais je porte tout de même beaucoup moins de sweat que de robes, alors j’ai fini par décider que ce tissu qui me faisait rêver… serait une robe. Mais quel modèle ? Je voulais le mettre en valeur évidement, ce qui impliquait un patron avec peu de pièce. J’ai rêver longtemps d’une robe trapèze rallongée, comme celle-ci. Mais il aurait fallu corriger l’angle du trapèze pour que ça rentre dans la laize pour être plus long. Et puis j’avais peur de me planter…

Jusqu’à début Février. J’avais un rendez-vous très important au rectorat : et j’ai décidé de coudre ma robe à ce moment là. Un peu comme une robe armure, pour me sentir forte et belle ce jour-là. D’ailleurs j’avais commandé des semelles artisanales en mouton pour avoir l’impression d’y aller en Pantoufles ;op . Alors, je me suis un coup de pied au c… Pour me rendre à l’évidence : je n’avais absolument pas assez de hauteur de tissu pour me fair la robe trapèze que je voulais. J’aurais pu faire une tunique d’ailleurs j’ai commencé à y réfléchir. Mais je voulais ma robe ABSOLUMENT. Alors j’ai réfléchi, réfléchi, réfléchi et deux jours avant mon rendez-vous… J’ai ressorti un patron chouchou, qui me fait une jolie ligne, que j’ai cousu une fois et porté avec bonheur et dont je savais déjà comment corriger les petits défauts ^^

Les fournitures

J’ai donc utilisé 1m30 de mon French Terry adoré. Côté fourniture, on a besoin de rien d’autre pour ce patron ! Et cette robe est donc la seconde pièce à faire rentrer du vert dans mon dressing, après mon pull doudou en plötuloppi, porté et reporté et rereporté ! Avec du noir, je trouve ça bien joli ^^

Le patron

Allez, mettons fin à suspense insoutenable… J’ai jeté mon dévolu sur la Asta dress de Wardrobe by Me : c’est un patron très versatile proposant 5 options de manches ( courtes, longues ajustées, 3/4, sans manches et une nouvelles version avec des manches plus larges et resserrées par un bracelet de manches) , 3 option de col ( bateau, rond ou tortue) et la possibilité de rajouter des poches. J’ai choisi la version sans manches et sans poche, ce qui fait le patron comporte 1 dos, 1 devant, une jupe devant, une jupe en 2 morceaux et 2 bandes rapportées pour l’ourlet des manches.

On commence par assemble le dos et le devant par les épaules, puis on fait l’ourlet du col bateau.

Ensuite on assemble les côtés et on pose les bandes rapportées (sur le même principe que l’encolure du plantain de Deer and Doe, ça se fait très bien et c’est très rapide).

Elle a déjà sa broche attitrée … la petite noiraude que je vous avais présentée ici ^^

Et puis on assemble les jupes et on fait son ourlet.

La patte de la linotte

J’avais déjà ajusté le buste la première fois en jouant avec le décalage des tailles. Je vous laisse jeter un oeil par ici pour plus d’informations. Mais j’avais encore un petit soucis au niveau du dos qui baillait. La créatrice du patron, qui avait vu mon post sur IG, était venu jeter un oeil à l’article que j’avais écrit et m’avait adorablement écrit ensuite pour me proposer un moyen d’ajuster le dos : en fait, en retirant la valeur d’une pince au milieu du dos sur le patron : j’ai donc mesuré 2 cm à partir du milieu dos et j’ai tiré un trait de ce point au bas du centre dos. J’ai coupé le triangle obtenu et j’avais donc ma nouvelle pièce dos.

Ensuite, comme la première robe coupée était trop longue, j’ai directement retiré 14 cm au patron pour avoir une robe qui arrive au dessus du genou au lieu de dessous ( ce qui est prévu par le modèle).

Enfin, j’ai fait mes ourlets à la main plutôt qu’à l’aiguille double…

…Comme d’habitude.

Epic Fail ?

J’ai vérifié Douzemille fois au moins que je coupais mon tissu dans le bon sens par contre, je n’ai absolument pas chercher à avoir des raccords… Je trouve que le motif se prête pas mal à ce genre de déni ‘^^

J’ai fait un premier ourlet du col à l’aiguille double mais ça n’allait pas du tout ! Alors je l’ai fait à la main. Pour le col, pour ne pas l’alourdir, j’ai fait ça un peu l’arrache… Je devrais sans doute le reprendre ‘^^… un jour !

Vous allez vous voir sur les photos portées, mon dos baille encore un peu, je pense que pourrais retirer encore au moins 1 cm, à la louche mais ce n’est pas si grave !

Les photos portées

Une fois n’est pas coutume, cette robe a été portée plusieurs fois avant que je m’occupe de l’article. J’étais trop juste en temps pour le faire avant mon rendez-vous au rectorat. Et puis après, j’ai eu du mal à trouver la motivation de faire les photos portées. Alors je l’ai portée aussi le jour où je suis allée me faire tatouer, comme un petit symbole…

Je trouve que c’est une forme qui me va vraiment bien ! et qu’est ce qu’elle est confortable ! J’ai la place de mettre un t-shirt à manches longues dessous pour l’hivers.

Elle est presque parfaite.

Vous avez vu le petit kiki qui dépasse dans le dos ? C’est ce que je vous disais à propos du cm encore en trop.

Elle a déjà son gilet parfait ! Un vieux vitamin D hacké ( pans droits et rallongé) que j’avais tricoté il y 8 ans et demi… Un vrai bon basique ultra rentabilisé !

Je n’ai qu’un tout petit regret peut-être… elle n’a pas de poche… mais j’ai peur que ça chamboule un peu le tombé de la jupe, puisque mon tissu est quand même plus épais que ce qui est prévu par le patron… A voir peut être pour une prochaine version !

Couture

Un petit air de Russie …

Comme on est le 2 Janvier, en guise d’introduction, je vous souhaite une jolie année 2022, toute douce, pleine de poésie, d’amour, de beaux moments, de jolies créations et de petits bonheurs en tout genre ! Ici, elle sera sous le signe des grands chambardements, de ceux qui font un peu beaucoup peur mais qui sont absolument nécessaires !

A l’origine

Le 29 décembre au matin, j’ai flashé sur la jolie robe cousue par Pascale ( Coudre d’escampette sur IG). Elle est partie du joli patron de Ikatee « Elona Mum », boutonnage asymétrique, jupe froncée, joli tissu matriochka de Lise Tailor. De mémoire, elle a modifié la hauteur de la partie buste au passage. Et ça m’a rappelé l’hivers 2005, où j’ai porté assidûment jupe cercle en velours, blouse brodée et bottes fourrées, lors de ma première année d’enseignement dans le 93. D’ailleurs, je me referais bien un look à l’identique ! Quel dommage de ne plus avoir ma jolie jupe en velours, lourde ! Elle tombait si bien ! Mais revenons à nos moutons, et ici à notre petite robette ! Coupée à moitié le 30, j’ai cousu le buste à ce moment là. Partie basse coupée et cousue le 31 le matin et l’après-midi, photos de présentation prises le 31 en milieu d’après-midi et article rédigé dans la foulée… Comme à la grande époque, aussitôt cousue, aussitôt immortalisée ! Vous sentez l’enthousiasme ? ^^

Je l’ai tout de suite imaginé en velours côtelés à motifs et j’ai commencé à retourner le net … pour me rappeler un coupon qui traine dans mon stock depuis…7 ans? J’étais partie pour faire une toile d’abord, pour savoir si j’arrivais à modifier mon patron de base, je vous laisse deviner lequel, et pour déterminer quel métrage je devais acheter. Et puis … Ce coupon mal aimé, je lui ai rajouté un joli biais et puis je me suis rendue compte qu’il était parfait avec mon gilet monop’ et puis le gilet rose que je dois bloquer depuis des lustres. Et je suis (re)tombée amoureuse de ce coupon sur lequel j’avais flashé et dont je ne savais finalement pas quoi faire et que j’ai oublié, pensé à destasher, puis reoublié au fond d’un bac….

Les fournitures

J’ai donc utilisé 1m50 de velours milleraies de provenance totalement oubliée ‘^^ Je crois un magasin qui a fermé depuis à Montpellier mais je ne suis même pas sûre…
pour aller avec, il ne m’a fallu que du biais viscose atelier brunette , couleur terre de sienne, et dont j’ai oublié le petit nom. Au passage, ce petit biais, il est super à coudre… Si on le bâti ! Je me suis bien appliqué sur les finitions de ma robette, vous allez voir ^^ Il est tout doux, tout souple, se déforme bien… Je me demande s’il ne va pas détrôner mon éternel biais liberty ! Et pour finir, de jolis boutons bien oranges, du marché !

Le patron

Alors, vous avez deviné ? Je suis partie de ? La désinvolte, bien sûr ! Vous savez comme j’aime ce patron, je le couds sans arrêt ;op … Dans un version bien modifiée mais la version de base du buste est tout de même bien bien bien bien bien canon ! Vous pouvez jeter un oeil par ici : toutes les versions que j’ai cousues n’y sont pas forcément, parce que je n’ai pas toujours taggué les articles correctement ‘^^ mais vous avez une idée …

Du patron d’origine, donc, j’ai gardé la jolie basque froncée, dont la forme très travaillée tombe si bien ! Et puis j’ai fait mes modif’ habituelles et … de nouvelles ! Je vous rappelle au passage que Nathalie nous a offert il y a un moment un chouette tuto pour simplifier le corsage et transformer en robe son joli patron !

La patte de la linotte

Je suis partie de ma version hackée de base, c’est à dire avec l’encolure du top grain field de Ottobre, dont je vous rabats les oreilles depuis des années. Je trouve que cette encolure est parfaite sur ma morphologie, c’est dire droite et bien haute.

Du coup, comme d’habitude, exit la parementure, à la place j’ai mis du biais à l’encolure…

Et aux emmanchures puisque le patron d’origine a des manches que j’ai enlevées dès ma seconde version ( je vous ai mis un petit tuto pour vous expliquer comment faire à l’époque grâce aux conseils éclairés de Nathalie ! )

La partie la plus « technique » de ce hack a été de redessiner mon devant pour avoir le joli boutonnage asymétrique à la russe sur lequel j’avais flashé sur la version de Pascale. J’ai donc dessiné deux demi-devant en ajoutant une bande de boutonnage. Je ne vous ai pas fait de tuto, parce que je pense que ça ne se fait absolument pas comme ça du tout en vrai ‘^^

C’est un bidouillage qui fait bien illusion, mais elle est clairement un peu trop étroite. Je l’ai cousue sur toute la hauteur en mode camouflage-c-est-la-surpiqûre-de-la-partie-du-dessus, et j’ai cousu les boutons en prenant toutes les épaisseurs. Je vous montre ce que ça donne de l’intérieur :

Franchement, je suis contente de moi, ce qui est assez rare pour être souligné, soyons claire, même si c’est une bidouille ! Je vais d’ailleurs réitérer dans un tissu uni, pour une version blouse, en mettant un petit passepoil des familles pour souligner la vraie-fausse patte de boutonnage. Il me faut juste trouver le tissu idéal (un lin/lainage serait si parfait ! souhaitez moi bonne chance !!).

Ce qui donne donc le buste suivant :

Ensuite, j’ai rallongé la partie jupe, comme expliqué sur le tuto de Nathalie, pour arriver à 60 cm de hauteur de jupe/basque, comme sur ma version noire. Enfin, c’était le plan, on en reparle en dessous ‘^^. Et puis, comme vu sur une désinvolte en robe de ma copine Marette, j’ai rajouté un lien, enfin un noeud pour ajuster la taille.

Et j’ai … ajouté des POCHES ! En prenant tout simplement celle de la robe Aubépine ou de la jupe Chardon de Deer and Doe qu’on ne présente plus (c’est la même poche) que j’ai placé à 10 cm de la couture d’assemblage entre le buste et les jupes.

Et j’ai fait mon ourlet, à la machine, une fois n’est pas coutume ‘^^ : rentré de 1,5 cm puis de 3 cm.

Avec toutes mes coutures en jaune, parce que je n’avais que ce fil sous la main de la bonne couleur, enfin, d’une couleur en accord avec mon tissu.

Epic fail ?

Alors, j’ai coupé mon tissu gaiement, sans vérifier avant.. que j’en avais assez ‘^^. Vous voyez venir le truc ? Quand j’ai voulu couper ma jupe/basque dos…Il me manquait 3 cm… La Loose… J’ai donc du tricher, recouper 3 cm sur la première que j’aurais pu faire un peu plus courte pour gratter un peu plus… Mais évidemment, c’était trop tard … Donc j’ai triché sur l’ourlet : J’ai récupéré presque tous mes cm en faisant un premier rentré de 1cm seulement, et un second à 3 cm au lieu des deux fois 4 prévus au départ.

Au final elle est un chouia courte mais ça va quand même ! La décence est sauvée ‘^^

Je me suis aussi emballée sur la longueur et la largeur de mon « lien », du coup ça fait un plus gros noeunoeud que prévu. Je le reprendrais peut être un de ces jours….

J’ai passé bien 5 minutes sur mon noeud pour la photo, ne vous y trompez pas, il sera sans doute moins joli et régulier dans la vraie vie ;op

On est du détail, as usual, dans l’ensemble je suis vraiment très contente de ma petite robe à l’esprit russe ^^ Et maintenant, je rêve d’une version de ce buste avec un plastron tout brodé de belles fleurs art-déco russifiantes et un passepoil pour souligné le truc. Genre fond noir et fleurs rouge / prune/ bleu canard et passepoil petit pan. Tu vois le truc ? Autant j’ai bon espoir pour la partie couture, autant la partie broderie, elle, restera sans doute dans mes rêves, à moins qu’une bonne âme se désigne pour un troc ;op Anybody dans l’assistance, tant qu’à rêver ‘^^…

Les photos portées

Trop tard pour prendre les photos le 31, la lumière était déjà descendue et le zhomme endormi de toute façon sur le canapé… J’ai dû attendre un peu pour finaliser l’article… Le 02 janvier. J’ai eu fait pire pas vrai ? ^^

On se fait les habituelles ?

Note à moi-même : j’aurai dû refaire le nouer ;op

Et de côté, je suis contente, elle ne fait pas du tout montgolfière !

De plus près, le corsage …

Et cette robette, comme je vous l’ai dit, en plus d’être mignonnette…Elle a des POCHES !

Et il en faut pas beaucoup pour rendre une linotte happy-happy !

Et puis elle va parfaitement avec mon gilet doudou monop’ que j’aime toujours autant : elle a tout bon !

Et vous savez quoi ? Et bien… Le tissu pour la version blouse est en route ! J’ai hâte !

Couture

Ma jupe couleur de soleil… saison 2 !

A l’origine

Cette petite vue m’a mise de super bonne humeur ce matin ! Qu’est ce que j’aime cet ensemble !

J’ai cousu une jupe culotte qui ne me va pas et que je dois d’ailleurs photographier et envoyer à une IG copine sur qui elle sera parfaite. Ça m’a un peu coupé dans mon élan, parce que clairement, je ne me représente ABSOLUMENT pas mon corps du moment ‘^^Faut dire que j’ai perdu 5 kg assez vite ( de stress puis de fatigue) donc il fallait que je reprenne toutes mes mesures … Il me fallait un projet rapide et motivant qui ne soit pas un énième Mandy boat tee, un truc un peu nouveau mais pas contraignant et je ne sais pas quoi … Et puis Mylène a posté cet article et j’ai su immédiatement quoi ! Je me suis jetée sur le site du patron, j’ai découvert qu’en plus il était gratuit, je l’ai imprimé et scotché dans la foulée, et recopié le jour même ! Couper le lendemain, cousu presque entier et… ça me va ! On y regarde de plus près ensemble ?

Les fournitures

J’ai acheté ce jersey épais et ULTRA extensible (la nuance est importante) à mon amie Marette au printemps dernier, avec tout un lot de merveille que je pense couper dans les prochains mois. Aucune idée de sa composition ‘^^ ni de sa provenance. On est pas sur un tissu hyper quali je pense, il est texturé, je ne sais pas s’il ne va pas se dépiauter à vitesse grand V mais comme cette jupe était sensée être une toile, je me suis dit que ça n’avait aucune espère d’importance. D’ailleurs je l’avais acheté pour faire une toile de la jade skirt de Paprika pattern que j’aime toujours autant. Et il m’en reste plein ! Pour le patron, il faut juste une hauteur de jupe, il est très économique ce que petit patron ! On recommande aussi un élastique large pour glisser dans la ceinture. J’ai essayé sans et comme mon tissu est vraiment TRES élastique, je me suis dit qu’il fallait pas tenter le diable et j’ai fait ce qu’on m’a dit !

Pour la touche « linotte » : j’ai utilisé du tissu thermocollant froufrou et un mini bout de ruban adoré dont il ne reste presque plus rien et que j’ai collé partout depuis l’ouverture de ce blog ‘^^

Le patron

le dos est prévu plus long et plus arrondi car il prend en compte la courbure des fesses… il est redoutable ce patron ! tout est bien pensé !

Il s’agit donc de la jupe Slinky de Studio Calicot , une marque québécoise, disponible sous la forme d’un pdf gratuit en anglais ET en français. Le patron est vraiment très simple, et peut se coudre intégralement comme ici à la machine à coudre. Il comprend un dos, un devant, deux partie ceintures et c’est tout ! j’aurai pu contre une brume, c’est vrai, mais c’était un peu trop pièce pour ma concentration de ces derniers jours ‘^^. J’envisage sérieusement de coudre un Mandy boat d’ailleurs, mais en version marinière… Mais revenons à notre jupe ! La créatrice dit de choisir sa taille en fonction de son tour de hanche. Je vous avoue que j’étais un peu sceptique vu le grand écart que je fais dans le tableau des tailles avec mes non-hanches et mon bidou mais je l’ai écouté. Puisque c’était sensé être une toile. ;op

Au passage, j’ai coupé la version courte pour cette première version, mais le patron existe en deux autres longueurs ! Une version genou et une version midi. Je ne sais pas si je vais oser plus long, mais je me dis qu’avec mes collants décalées et mes docs vertes, ça serait vraiment pas mal… faut juste voir si j’arriverai à marcher décemment avec ‘^^

On assemble donc les côtés des jupes, puis les côtés des ceintures. On replie les ceintures en deux , et on assemble à la jupe un peu comme une encolure de thsirt mais en version Easy ! Vraiment, si ce genre de jupe est votre came, je vous recommande le patron, il est parfait pour une débutante qui veut se frotter au jersey ! Attention toutefois, il faut VRAIMENT respecter le taux d’élasticité, sous peine de ne pas pouvoir marcher, c’est à dire 40 % d’élasticité (le patron vous explique très bien comment le calculer, je vous laisse jeter un oeil si vous avez besoin)

Cette fois, je n’ai pas tenté de faire une surpiqûre au bas de la ceinture pour fixer mes marges de coutures, je vous rappelle que la dernière fois que j’ai fait ça sur une brume, j’ai dû défaire parce que j’avais Zéro élasticité à la taille et que c’était impossible d’essayer la jupe ‘^^

Je suis très contente de la majorité de mes finitions intérieures : je la trouve très propre ma petite jupe !

J’ai surjeté à la machine ensemble les marges des ceintures+haut de la jupe, un petit coup de fer et c’est parfait !

On termine par un ourlet à l’aiguille double ! Depuis que je mets ma seconde bobine dans le bon sens, fil qui se déroule vers moi, bizarrement, je n’ai plus eu de mésaventures !

Et donc, j’ai coupé un bas en taille S … et il parfait. Je n’en reviens toujours pas ! moi qui coupait du 40 avant…. (d’ailleurs c’est pour ça que ma jupe culotte ne me va absolument pas du tout ‘^^). Bon je ne vais pas trop crier victoire parce qu’il fallait se référer aux hanches, mais je vais tenter le prochain bas en coupant un 38, pour voir… Enfin… une toile, hein ‘^^

La patte de la Linotte

Je ne sais pas pourquoi, mais dès le départ, je voulais faire une étoile sur cette jupe, je savais exactement quoi utiliser. D’ailleurs j’ai envie de coller cette fameuse étoile sur mes prochains haut aussi… avec une petite patte décorative et un bouton (j’avais posé un tuto par ici ^^) comme je l’ai fait sur mon confortable d’amour ! Je trouve que ça lui donne une personnalité dingue à ma petite jupette !

Evidemment, j’ai une confiance assez limitée dans le thermocollant qui permet, selon moi, surtout de limité l’effilochage du tissu. Je surpique toujours autour en plus !

J’ai hésité un petit moment parce que j’ai eu peur que le tissu ne perde en élasticité dans cette zone et que ça soit embêtant. Mais je la voyais tellement avec son appliqué, que finalement… Et oui, cette partie est beaucoup moins élastique mais ça ne gène pas du tout !

L’article concernant les manchettes est visible juste après celui-ci ^^ !

Epic fail ?

On est sur une jupe ultra moulante et courte, donc, elle ne sortira pas pour aller travailler par exemple mais en vacances ou à la maison carrément et elle me va ! Je suis encore toute surprise ;op

Par contre, je ne sais pas ce que j’ai fichu mais mon bas de jupe dos n’était pas coupé très droit, j’ai dû le reprendre un chouïa à l’arrache ‘^^ Mais porté ça ne se voit pas donc on s’en moque un peu, pas vrai ?

Les photos portées

J’ai prévu un t-shirt marinière pour aller avec mais cette jupe va très bien avec mon boxy chéri, par exemple.

J’ai passé la matinée avec, montant les 2 étages de la maison à de multiples reprises, je me suis assise et relevée une tonne de fois et je n’ai absolument pas été gênée dans mes mouvements.

Je ne peux pas encore vous dire si le jersey va se déformer mais jusqu’à présent, elle revient bien en place.

Et je termine par une photo avec mon manteau, qui serait à faire les réglages mais elle était pas mal et puis je me dis depuis un moment qu’il faudrait que je vous parle de ce fameux manteaux, acheté le premier hivers de mon grand qui en est à sa seconde vie, puisqu’après la naissance de Robin j’avais complètement refait la doublure, déboucher la bête et changer tous les boutons ce qui lui avait donnée une vrai seconde jeunesse ! Franchement, on dirait pas qu’il est neuf ? Et bien non, je ne l’ai pas porté tous les hivers à cause des variations de poids, mais il en a bien 6 au compteur !

Au passage, le seul bémol sur ma jupe, c’est le pli que vous voyez là : elle remonte légèrement au bout d’un moment, mais c’est comme toutes ses congénères, c’est dû au type de jupe, pas au patron ! Et le fait qu’elle soit plus longue derrière compense un peu.

Ah au fait, si vous vous vous demandez pourquoi j’ai titré « saison 2 », et bien c’est à cause de cette jupe-ci ^^( que je vais proposer au troc parce que, comme je le craignais, je l’ai quasiment pas portée ‘^^)

Tricot

Mon châle océan

A l’origine

J’ai tricoté ce châle au printemps dernier. Il a attendu son blocage pensant mille ans, parce que n’était pas saison de porter un châle et puis encore mille ans que je trouve la motivation pour faire les photos et encore un mois pour que je me sente de traiter les photos ‘^^ Photos que j’ai faites lors de nos vacances en amoureux, en Normandie, ce qui me permet de changer mon arrière plan !

Au départ, je voulais me frotter à nouveau à la brioche et utiliser les laines de mon stash. J’ai changé d’avis 3 ou 4 fois sur les couleurs, à l’époque, j’avais posté mes essais en story, d’ailleurs…. Et puis j’ai changé d’avis mille fois sur le modèle aussi… ‘^^


Et puis j’ai vu ma laine filer, filer, filer et le châle ne pas monter autant que ce que j’aurais voulu alors, j’ai changé ma bordure… bref… Ce petit châle ou bien grand chèche, c’est selon… est né un peu difficilement. Et puis la couleur la plus clair, en fait, elle ne va pas avec tout… Mais ces jours-ci, je me vois bien retenter le coup sur le même principe avec de la DK et d’autres fils, parce que la Brioche, quand on sait la lire, en fait, ça ne demande pas de concentration…. Faut juste… regarder ce qu’on fait et ne pas réfléchir… ça serait parfait… Enfin … si je me souviens comment on la lit. Parce que sinon, on est d’accord, c’est mort pour encore un petit moment pour moi ‘^^

Les fournitures

J’ai pioché un écheveau adoré, racheté en destash à mon amie Marianne, il y a 6 ou 7 ans : de la pimprenelle (100 gr) de Laurence ( AKA Froufrou et Capucine) coloris  » mer du sud » , d’autant plus adoré qu’elle ne teint plus cette base et je l’ai associé à de la Bio Shetland de BC Garn, bleu marine ( 2 fois 50 gr ) . Ce dernier fil est plus fin que le premier, mais je savais qu’il gonflait et qu’il prendrait pas mal de place si je la lui laissais. Et puis la brioche c’est tellement épais, que bon… Ce n’était pas si grave. Par contre, qu’est ce que ça bouffe comme laine ‘^^… J’ai utilisé presque tous mes 2 écheveaux, j’ai fini le bleu marine avec les pompons… Le rendu final est un peu « transparent », c’est à dire qu’on un peu à travers mais c’est logique, à cause de différence d’épaisseurs des fils et ce n’est pas gênant car on n’est pas sur un gros châle ^^

Qu’est ce que j’aime ces augmentations centrales !

Le patron et la patte de la Linotte

J’ai commencé le châle en suivant les explications du « What the fade » de Andréa Mowry, disponible sous la forme d’un pdf payant sur ravelry. C’est un grand châle triangulaire, avec une bordure en icord et qui,n normalement, utilise beaucoup plus de couleurs ( pour avoir un fondu ) . J’ai, en fait, gardé uniquement le montage et le rythme des augmentations : mon but était de tricoter uniquement de la brioche et une bordure en mousse ( il y a du mousse envers après la section initiale en brioche). En tricotant presque tout le châle en brioche et avec une petite bordure de mousse uniquement.

J’aurais d’ailleurs pu partir plutôt sur le patron du Marley qui plus proche de ce que je voulais mais j’avais la fiche du premier déjà dans ma bibliothèque alors ça ne m’a pas semblé pertinent ;op.

Voici ce que donne l’envers de la brioche

Arrivé au terme de mon écheveau de pimprenelle, je me suis dit que j’allais changer mon fusil d’épaule et caler des rangs raccourcis dans la bordure, comme je l’avais pour mon Aela, afin de gagner en largeur et pas trop en profondeur : comme ça ne grandissait pas vite, ce qui est normal avec la brioche, vu qu’on tricote chaque rang 2 fois, en réalité, en largeur, j’ai eu peur d’avoir un châle qui m’arrivait sous le nombril mais avec des pans un peu courts en proportion. Les rangs raccourcis permettent de corriger cela.

On voit mieux la différence de largeur entre la pointe centrale et les extrémités ici, il me semble…

J’ai donc fait une première section ( mais je ne me souviens ni combien de mailles j’avais, ni à combien j’ai tourné… et évidement je n’ai pas pris de note, puisque ce n’est pas un design perso ‘^^) et puis ensuite j’ai tricoté une grosse section de mousse pour avoir une belle bordure bien large et aller le plus loin possible avec mon bleu.

Et pour que le châle tienne bien en place, j’ai rajouté du poids avec deux « tassels » comme disent les anglais ce qui est plus classe que « glands » pas vrai ‘^^

Epic fail ?

Je suis contente de mon association de couleurs, mais je rappelle que j’ai commencé par recommencer plusieurs fois ‘^^ La brioche, c’est très très bien je trouve pour les fils très variés; comme celui-ci. D’ailleurs, je crois que c’est un des derniers que j’ai achetés dans ce style : c’est compliqué de les utiliser, je trouve : on a souvent des genre de mini rayures voire carrément du pooling ( des groupes de rayures qui ne sont pas du tout alignées) et je n’aime pas trop ça… Mais le choix de couleur dans la brioche, ça pardonne pas : sans doute parce que je n’ai pas l’habitude, car c’est mon premier vrai projet avec ce point, les couleurs se marient de manière très particulière et ce n’est pas facile de se projeter… Je voulais vraiment avoir un résultat que j’adore à la folie, vu le temps passé sur le projet. Et au final, je trouve le combo superbe mais le bleu turquoise, qui tourne un peu vers le vert et par moment le jaune et par moment qui est teint de manière très légère, que je trouve toujours aussi magnifique, ne va avec beaucoup de chose dans mon dressing : il va falloir tricoter un gilet et pull pour aller avec ;op

Je me suis amusée à chercher les erreurs dans ma brioche. J’aurais pu défaire quand je tricotais, mais comme c’était mon premier projet, j’ai voulu garder une trace de mes tâtonnements, et j’ai plutôt essayé de les réparer. Sur la fin j’avais compris comment faire… sauf que depuis, l’eau a coulé sous les ponts donc je ne suis pas sûre de me rappeler… Surtout en ce moment avec ma mémoire défaillante ‘^^… Je vous ai donc fait une photo des 4 plus visibles, histoire qu’on dédramatise ensemble cette histoire de brioche… Franchement, je pense qu’il doit y en avoir encore une paire d’autre quelque part mais je ne sais plus du tout où ;op Et vous, sur ces photos, saurez-vous repérer ce qui cloche ? ();o)

Et de une …

Et de deux…

Et de 3…

Et de 4 ( qui a été récurrente mais uniquement sur un seul côté du châle… allez savoir pourquoi ‘^^…

Vous avez trouvé pour la dernière ? … Et oui ! J’ai oublié de faire des augmentations ! Du coup j’avais un tout petit peu plus de mailles sur un côté du châle mais vu sa construction… On s’en moque, pas vrai ? ^^ J’ai rattrapé dans les rangs raccourcis. Enfin… il me semble ;op

Les photos portées

Je pense que c’est les pires que j’ai jamais postées de moi ‘^^ Si je vous dit que j’avais l’impression d’avoir un ridicule sourire forcé quand le zhomme à l’infini patience (enfin dans ces cas là…) a pris les photos… Vous allez voir, on est pas du tout sur une publicité pour du dentifrice. Mais bon… je crois qu’il faut accepter quand des fois, ça le fait pas… ce n’est pas si grave ‘^^

Ceci est le seul pull et la seule robe avec lesquels vont ce châle, il va falloir y remédier d’urgence… Si seulement ça me donnait l’envie de retourner derrière ma MAC ‘^^ J’ai d’ailleurs un coupon de jersey effet jeans qui attend de devenir une Aldaïa ….

Ne m’en voulez pas, il n’y en a que deux… c’est déjà un gros effort … Mais j’me suis dit que si je ne postais pas comme ça et que j’attendais d’avoir d’autres photos, vous auriez cet article dans 6 mois alors…

En prenant l’air pseudo inspiré de la nana qui regarde vers l’avenir ça marche pas fort non plus ‘^^

Au passage, j’ai fait un blocage relativement agressif ( mais pas en hauteur vous l’aurez compris ‘^^) et je me rends compte en écrivant l’article, que question taille c’est pas mal au final … Je le referai bien aussi dans un combo avec de la Ulysse, tiens.. il me reste du coloris « figue » de ce pull… il faut que je me penche sur la question, à l’occasion ! Avec un écheveau de vieux rose de la nouvelle base de Laurence, y a du potentiel… Mais j’ai 3 design qui m’attendent, et un pull doudou gris qui serait vraiment le bienvenu là maintenant tout de suite alors ça va attendre un peu… Et des cho7 de noel, et des nouveaux chaussons… chuis pas rendue ‘^^

Edit du lundi matin :

Alors que j’allais publier cet article, j’ai réalisé que ce châle serait parfait avec une autre robe en fait…. Une sur-robe, d’ailleurs… Et avec du noir…Mais c’est une autre histoire… donc… J’ai pris deux photos vite-fait sur la terrasse pratique pour les châles je peux faire seule avec le téléphone qui sert de télécommande planqué hors champs ;op , la lumière est un peu cracra (gloomy day comme disent les anglophones ‘^^) mais bon… On dirait que ça irait, vous en pensez quoi ?

Et puis une autre sans la main au milieu, mais faut comprendre, il est tellement doudou ce châle ! (mon dieu deux couches de pimprenelle…. ce serait …. pufff… j’ai même pas de mot )

Même le mur orange qui donne bonne mine ne suffit plus ‘^^…

Donc, voici pour aujourd’hui … Le prochain projet tricot devrait être un gilet rose que j’adore, tricoté cet été mais il attend son blocage… J’espère avoir la motivation dans la semaine, mais je ne promets rien !

Tricot

Le bonnet écureuil d’Eliott

Je ne sais pas comment j’ai fait mon compte quand j’ai pris les photos du bonnet à plat pour cet article, mais elles sont vachement bleues… Enfin si, je pense que je sais : j’ai fait les réglages avec mes lunettes qui ont un traitement anti-lumière bleue… mauvaise idée, apparemment ‘^^

A l’origine

Après un gros passage à vide fin aout, début septembre, j’ai renoué avec mes aiguilles pour un petit projet ultra rapide, ultra motivant, au bon goût d’automne. Un peu moins d’une semaine et c’était plié et encore, j’ai tricoté par très petites cessions… On y va ?

Comment ne pas se sentir immédiatement un peu mieux avec cette bouille, hein ? ():o)

Les fournitures

J’ai plongé dans mon stash pour trouver mes couleurs. Au départ, je voulais copier la version du patron, mais sans acheter de laine, c’est à dire du bleu et du doré. Sauf que je n’avais que 27 gr de mon bleu ( de la Flora de drops, coloris « indigo », restant après ce boxy tricoté pour ma copine Marette) et j’ai eu peur que ce soit un peu juste. J’ai bien fait, car juste pour la partie côtes et 3 rangs de jersey, j’ai utilisé 16 gr. Alors j’ai réfléchi à la manière de jouer sur 3 couleurs et en plus du bleu que j’ai gardé pour les côtes, j’ai ajouté de la « nord » de drops coloris  » gris clair mix » (16 gr : j’aurais joué avec le feu si j’avais gardé le bleu pour le reste du bonnet) pour aller avec la « sunday » de « sandness garn » coloris « croissant » ( 8 gr utilisé en tout) que j’avais sélectionné pour le doré ^^. Cette dernière est, au passage, un peu plus fine que les 2 autres. J’esperai qu’elle gonflerai au blocage. C’est la première fois que je la tricote : je ne suis pas fan de ce type de retord ( ou non retord d’ailleurs) mais la couleur est si belle…. Je reste un peu sceptique aussi pour la nord, mais la Flora en revanche, se comporte plutôt pas mal avec jacquard.

J’ai tricoté l’ensemble en 3 mm pour les côtes et 3,75 mm pour tout le reste, avec des pointes courtes et un câble de 40 cm, presque jusqu’au bout.

Le patron

Il s’agit d’un patron gratuit, le  » Kurre Hat » de Sari Nordlund, disponible sous la forme de notes sur le site d’une marque de laine nordique. ( un petit copié/collé, et hop ^^). Le patron se tricote sur 120 mailles, et il ne comporte qu’une seule taille, prévu pour 48/50 cm de tour de tête. Il se tricote de bas en haut, en commençant par les côtes ( 1/1 normalement). 14 cm plus tard, on passe à la grille de jacquard qui comporte 60 mailles et donc qu’on tricote 2 fois par tour. Le motif est composé de deux blocs. Le premier dessine des feuilles et des glands….

Et le second, de loin mon préféré un trop choupi écureuil qui m’a fait littéralement craquer sur le patron cet été. ( À la base, je cherchais un motif de jacquard moomin…)

Le patron est très succinct, mais finalement, on n’a pas besoin d’autre chose : quelques lignes pour expliquer le bas du bonnet puis la grille qui se suffit à elle-même puisque les diminutions ( en jacquard aussi s’il vous plait) sont comprises dans la grille. On obtient un bonnet slouchy normalement, sur lequel on peut ajouter un pompon, avec une couronne qui donne une base plutôt carré. Comme d’habitude, je vous montre la beauté intérieure de mon jacquard ^^

La patte de la linotte

J’ai changé la taille d’aiguille et l’épaisseur de laine pour avoir un bonnet un peu plus grand pour Eliott qui met du 6 ans dans le commerce. J’arrive à un échantillon de 28 mailles pour 10 cm si je mesure dans le fil doré au niveau de l’écureuil et 26 mailles pour 10 cm dans les parties plus équilibrées. J’aurais dû prendre un fil plus épais pour le motif, mais j’aime tellement ces couleurs ensembles ! ( et puis je ne veux pas acheter de la laine pour les bonnets des enfants, c’est un genre de principe-engagement pris avec moi-même, il y a des années… Moi psycho-rigide ? m’enfin !) La hauteur totale est de 23 cm, ce qui est un peu juste d’ailleurs…. Pour vous faire une idée, avec un échantillon de 22m pour 10 cm d’après mes savants calculs, on arrive à un bonnet de 54/55 cm de diamètre.

J’ai aussi raccourci la partie côtes, 10 cm au lieu de 14 ( parce que je me suis fiée à ma mémoire au lieu de regarder les notes sur le site mais je préfère ce look et ça tient bien sur la tête) et tricoté des côtes 2/2 plutôt que des côtes 1/1 parce que je préfère le rendu.

Pour m’éviter une couture, j’ai tricoté ensemble le rang de montage avec les mailles du premier tour. J’avais vu la technique quelque part mais je ne sais plus où quand je l’ai fait : donc j’ai tout fait à l’arrache mais j’ai cherché le lien pour vous et je me suis rendue compte qu’en fait c’était pas du tout à l’arrache ;op. Il s’agit d’un reels sur Instagram de pnw_knitdesign. Le côté négatif c’est que c’est impossible de défaire la couture pour rallonger le bonnet et donc Eliott n’en profitera sans doute pas plus de 2 ans, je pense. Mais ce n’est pas grave, je trouverai bien une autre petite tête à qui en faire profiter ensuite… S’il n’est ni perdu, ni trop abimé ‘^^.

Pour fondre le bleu avec le gris, j’ai gribouillé une petite grille maison, idée vue chez « Green is the Ocean » dans la galerie de projet du patron. Une excellente idée vraiment, je trouve qu’elle apporte un vrai plus au projet ! Et ici elle me permet en plus de rajouter 1 cm non négligeable à la hauteur totale du bazar ‘^^

Epic fail ?

J’en ai chié des ronds de chapeau au début du jacquard, je n’arrêtais pas de me tromper, parce que j’avais mis des marqueurs au début du rang, entre chaque bloc de motif et que ce n’était clairement pas assez ! Je n’arrêtais pas de me tromper de ligne, de ne plus savoir où j’en étais. Une fois que j’ai tracé des traits verticaux toutes les 15 mailles et mis un marqueur entre chaque « sous-bloc, bizarrement c’est devenu beaucoup plus agréable et plus rapide à tricoter…

Vous avez vu celle là, elle est vachement moins bleue… normal, elle a été pris la semaine précédente ;op

Ce qui ne m’a pas empêché de totalement cafouillé sur une des feuilles. Je n’ai toujours pas compris comment j’avais fait mon compte et je n’ai pas du tout eu envie de détricoter 4 rangs. ‘^^ Ma feuille est un peu chelou mais je dirai à Eliott que c’est parce que le Gruffalo a mâchouillé la feuille et ça passera comme une lettre à la poste ;op

J’ai eu aussi beaucoup de mal dans la partie diminution parce que je ne voulais PAS tricoter avec du Magic loop. Du coup, j’ai réduit mon câble, puis j’ai pris des 25 cm puis… J’ai dû me résoudre à passer en Magic loop. Et en jacquard, pour moi en tout cas, c’est la giga plaie…. Les 10 derniers rangs ont été vraiment longs et pénibles. Et la tension n’est pas tip top avec les diminutions. Même le blocage n’a pas pu l’améliorer… Et comme j’ai tricoté avec des fils superwash, ça ne s’est absolument pas arrangé au blocage !

D’ailleurs, je suis moyennement contente de certains endroits où j’ai des petits trous par exemple… Définitivement, je préfère les laines rustiques mais je voulais aussi être sûre que Eliott ne trouve pas que son bonnet gratte. Au final, il me dit qu’il chatouille… Va-t-il le porter… Le suspense reste entier ‘^^

Bon ben celle-ci elle est trop jaune… va comprendre Charles….

Les photos portées

Au départ, on devait prendre les photos au parc et puis on a croisé un mur orange… Mais avec un trop joli tag… Alors, ce n’est pas Mon mur orange (punaise, maintenant je rêve d’avoir le même !!!) mais …. Bref… ça change quand même un peu ;op

comment résister à ces nuages ??

Donc un bonnet, slouche mais trop, on a dit …

Avec un bel écureuil dessus, parce que c’est l’automne

Et deux couches de côtes 2/2 sur les oreilles parce que c’est doudou, et que ça laisse pas passer le vilain mistral …

On arrive pas à se débarrasser des vilaines plaques… Pourtant on a passé doudou à la machine à 60 degrés… Si vous avez une idée…

Je n’ai pas l’habitude de cette forme de bonnet, vachement carré au final, je me tâte toujours à rajouter un pompon mais j’ai peur que le poids ne fasse glisser le bonnet en arrière et donc tomber sans arrêt…

Et pour finir ce que donne la « couronne » ( quoique je ne suis vraiment sûre qu’on puisse parler de couronne en faite, vu qu’on a un genre de carré à l’arrivée :op

Eliott adore son bonnet, les gens dans la rue aussi, apparement… Je vais essayer de faire plus de photos dans la rue quand ce n’est pas moi le sujet ;op Enfin, tant que les températures le permettront en tout cas ^^

Je vous souhaite un joli week end ! Ici il sera sous le signe des repas avec des copains, de jeux de rôle et visite dans le jardin sauvage de belle-maman ^^

Crochet

Ma petite collection été/automne 2021 : la blouse désinvolte hackée version…. jesaispluscombien ;op (1)

A l’origine

Je suis tombée amoureuse d’une robe cousue par m.a.udhenne en septembre 2019. J’ai longtemps hésité à faire une robe plutôt qu’une blouse mais je pense que je dois me faire aux carreaux sur moi en plus petite touche d’abord… D’une manière générale, je mets souvent de côté des fringues à carreaux plus ou moins vichy dans tableaux d’inspiration. Je trouve ça hyper sympa chez les autres, mais j’ai dû mal à les porter. C’est sans doute pour ça que je n’ai pas sauté le pas au moment de valider mes paniers sur les sites de vente de tissus.

Et puis, « les aiguilles contre-attaquent » a fait une vente avec les tissus de sa grand-mère au printemps. Le principe était de payer ce qu’on voulait plus les frais de port. Quand j’ai vu ce coupon, j’ai littéralement sauté dessus ! Je me suis dit que ces carreaux vintage de chez vintage en coton, ils devaient être d’une sacrée qualité ! Et j’avais raison ! ^^

Les fournitures

La base est donc un coton vichy à plutôt gros carreaux. Je dis bien vichy parce que ce n’est pas un imprimé mais un tissage. Le tissu est peut être un peu raide pour mes fronces mais j’en ai encore vraiment pas mal : le coupon fait 3 m de long sur une laize de 80 cm si ma mémoire est bonne. Je me demande si je coupe une robe et/ou une tunique dedans. Je ne ferai sans doute pas de fronces dedans la prochaine fois…

Pour aller avec, un peu de biais à cerise du marché et mes boutons petits pans favoris !

Le patron et la patte de la linotte

Vous pouvez jeter un oeil par ici ou par ici pour avoir une idée des détails puisque j’ai suivi la même recette que les deux désinvoltes hackées de l’an dernier.

Pour rappel néanmoins si vous avez la flemme d’aller (re)lire les articles : j’ai gardé le devant de la désinvolte de ODV patron mais j’ai redessiné le col pour avoir une encolure bateau : je trouve que c’est l’encolure qui me va le mieux ^^ ( le devant est aussi en un seul morceau, sans parementure et sans manches : la base des mes modifications de la désinvolte). J’ai gardé les fronces, et leur jolie ligne qui tombe si bien pardon je radote ;op

Une fois n’est pas coutume, j’ai fait mon bord… à la machine ! mon tissu me paraissait un peu raide, alors je me suis dit que je ne risquais pas grand chose à faire l’ourlet comme ça… et j’ai bien fait !

Mais j’ai fini le col et les emmanchures avec un biais rapporté, comme d’habitude.

Ici j’ai eu quelques sueurs froides, parce que ce n’est pas un biais type « liberty » mais un biais un peu épais qui n’a pas beaucoup de souplesse. Je n’aurais pas fait le bord avec, par exemple. Mais pour une encolure et les emmanchures ce n’est pas très grave.

Cette fois-ci, j’ai redessiné la pièce dos pour avoir un vrai faux boutonnage : j’aurais pu faire les boutonnières mais c’était uniquement pour le look, donc j’ai cousu mes boutons directement.

J’aurais pu ouvrir tout le dos, mais avec les fronces, j’ai eu peur que ça fasse un peu bizarre. Par contre, j’ai très envie de me coudre une robe trapèze sur le principe du top grainfield de ottobre juste rallongé, avec ce boutonnage tout en bas et si possible dans un beau lin lavé ou bien un lin/viscose… Mais je n’ai pas encore le tissu et il faudra faire au moins une toile portable avant.

Epic fail ?

Comme mon biais n’est pas souple du tout, et mon tissu se tient bien et ne se déforme pas vraiment, j’aurais dû réduire les marges de coutures pour le haut de l’emmanchure ou bien rallonger les pièces dos et devant de 1 ou 2 cm au niveau des bretelles pour gagner en aisance. d’habitude, je tiens compte du fait que je déforme un peu l’emmanchure en posant le biais que j’étire mine de rien pas mal. Ma blouse reste tout à fait portable, ce serait juste un peu plus confortable…

J’ai encore trouvé le moyen de faire un micro pli en posant mon biais. Porté, ça ne se voit pas, mais vous savez comme ça m’agace contre moi-même ‘^^

Et puis la finition intérieure de mon boutonnage n’est pas tout à fait au poil de yak mais de l’extérieur, on ne voit rien, donc je devrai réussir à l’oublier ;op

Un peu plus gênant, j’ai apparemment coupé mon volant dos un chouia de travers. J’ai mal plié en deux mon coupon, pourtant je pensais avoir fait gaffe mais bon, le carreau, faut pas se leurrer, ça pardonne pas… du tout ! ( et ne m’en veuillez pas de ne pas avoir fait de photos des rapports de côté, il faudra me croire sur parole… c’est juste du grand, du très grand n’importe quoi ‘^^…

Les photos portées

C’est encore une fois Robin qui a fait les photographes. Quand son grand frère Léo n’est pas là, il est toujours partant et en général, ça va assez vite : je n’ai qu’à installer mon pied, faire mes réglages rapides et il s’occupe du reste !

Je ne l’avais pas prise en vacances avec moi, parce que je ne suis partie qu’avec des pièces qui n’avaient pas besoin d’être repassées ‘^^ ( j’ai tourné sur 3 hauts, 3 bas et une robe pendant presque 3 semaines, alors autant dire que j’ai fait plusieurs machines ‘^^).

Je ne sais pas trop pourquoi il y a ce plis sur le devant, je n’ai pas vu avant la séance photo, donc j’imagine que j’ai dû mettre ma blouse un peu de traviole dans la précipitation : les séances photos portées, ici, c’est toujours un peu en mode  » ça me prend comme une envie de pisser » et c’est toujours juste avant la fenêtre où c’est possible chez moi, c’est à dire quelques minutes avant midi en été ;op

Comme cette blouse comporte une partie avec des fronces, je n’ai pas spécialement fait gaffe aux raccords entre les pièces du haut et du bas. Par contre, j’ai essayé de le faire pour le ligne horizontale de mon demi-dos ^^

La blouse me paraît effectivement de traviole ici, donc c’est sans doute la cause du pli dont je vous parlais, quelques lignes plus haut.

Cette pièce est la première que j’ai cousue à partir de mon petit tableau n°2. Je l’ai finie en Juillet et donc je suis à jour des articles concernant mes cousettes ! Il me manque par contre, encore et toujours, les articles concernant le tricot ‘^^ J’ai par exemple un pull en plötulopi qui est bloqué et tout, mais ici il fait 36 degrés alors bon, je suis pas over motivée pour les photos à midi, j’espère que vous ne m’en voulez pas ‘^^

Mais comme je ne suis pas toujours très cohérente avec moi-même et qu’en même temps, il s’agit d’une collection été/automne, j’ai mis THE gilet qui ira avec sans doute très souvent avec ma blouse dans les petits looks que je poste en story sur Instagram….. D’ailleurs, je vois bien plus cette blouse portée comme ça que toute seule …

Et vous, vous avez une préférence ? ^^

Borderie

Ma petite collection été/automne 2021 : Le T-shirt à manches longues (1)

ressorti mes tissus chéris et refait quelques gribouillis. J’ai présenté cette petite collection en vidéo sur Instagram, il y a quelques temps. J’ai juste reporté les 3 projets non cousus en haut du tableau et j’ai commencé par celui que j’avais en tête depuis le plus longtemps, une de ceux qui font le plus automne, mais vu nos lieux de vacances et la météo actuelle, c’est ce qui me semblait le plus pertinent….

En fait, j’ai deux projets encore à publier de la collection précédente mais mon côté anti-conformiste trouve ça plus fun de le faire comme ça…Bon en vrai, c’est parce que le dernier cousu est toujours le plus cher à mon coeur…. non en fait, son copain à manches courtes, je le kiffe grave aussi mais là, on est en vacances derrière Saint Etienne et il fait plus un temps à manches longues que courtes, ce qui me va très bien ^^

A l’origine

L’été dernier, j’ai décidé de clôner un t-shirt du commerce que j’adore. J’avais d’ailleurs croisé une version dans le même esprit chez une créatrice de Brest, lors d’une balade avec ma copine Fanny. J’avais commandé mon tissu sur le chemin du retour et j’en avais pas mal discuté avec Couture Capsule : j’avais des doutes sur le rendu final à cause de la différence de poids entre mes deux tissus. Elle m’avait gentillement envoyé une chute de jersey écru pour résoudre mon problème. Je ne sais pas pourquoi j’ai tellement attendu pour coudre ce t-shirt, tout s’est super bien passé et j’avais déjà un idée très précise de ce que j’allais faire…

Les fournitures

J’ai utilisé de sweat très léger marinière fines rayures, de la dentelle extensible moutarde et du biais froufrou à étoiles, le tout de chez Mamzelle fourmi. Comme je l’ai dit en introduction, j’ai aussi utilisé du jersey écru, et pour la déco, un peu de biais et un petit bouton « Petit Pan ».

Le patron

Je suis partie du confortable de Marisa Mlm ( j’ai la première version) : j’aime le fit du bas du sweat : évasé mais pas trop et un peu arrondi. Comme je voulais une version plus t-shirt et que j’ai perdu un peu de poids depuis ma première version,( vous trouverez dans l’article tout le blabla de présentation du patron ^^) j’ai décalqué la taille S que j’ai aussi raccourci pour aller avec ma hauteur buste. J’ai aussi ratiboisé les manches pour une version plus ajustée. Pour les autres modifications… C’est un peu plus bas ^^

Pour finir l’encolure j’ai suivi le patron en utilisant un biais rapporté : sur un t-shirt / sweat très léger avec un col bien ouvert comme ici, ça reste pour moi le plus facile et ça permet de coller du liberty ou des étoiles pour la beauté intérieur de la chose…

J’ai fait l’ourlet des manches et du bas à l’aiguille double comme préconisé.

La patte de la Linotte

Première modification, que vos yeux de lynx ont dû tout de suite remarqué : j’ai coupé le devant en deux morceaux. C’est l’avantage des patrons sans marges de coutures : il suffit de couper tout simplement le devant en deux et de rajouter les marges de coutures ensuite, bien une pour chaque morceau).

Ma dentelle étant vraiment très molle et fine, j’ai coupé l’empiècement deux fois : une fois dans mon jersey blanc, une fois dans la dentelle. J’ai bien tout bâti ensemble puis j’ai assemblé les deux pièces du devant. Je vous ai fait une photo de l’intérieur, normalement les marges de coutures sont sensées être bien ouvertes mais j’ai repassé avant de partir en vacances et je n’ai visiblement pas assez insisté. Attention, ça pique les yeux ;op

Je n’ai pas surjeté l’intérieur pour ouvrir les coutures pour l’ourlet. J’avais prévu de surjeter les marges ensemble ensuite mais j’ai oublié de le faire avant de partir en vacances ‘^^.

J’ai laissé le dos en seul morceau, pour me simplifier la vie. Vu que mon empiècement est doublé, j’aurais pu tout à fait couper aussi en deux morceaux car les marges ne se seraient pas vues. Mais j’ai eu la flemme. Et puis je ne vois mon dos en même temps….

J’ai piqué le dos de l’encolure au point droit.

Mais j’ai cousu la partie devant à petits points invisibles pour ne pas avoir une ligne sur ma dentelle.

Je trouve le rendu du devant plus net sans la couture qui aurait coupé mon motif étoiles.

Pour décorer le bas, j’ai rajouté une hausse patte de boutonnage et un petit bouton. Je crois que j’aime ce petit détail autant que mon empiècement !

Je n’ai pas surjeté le bord du t-shirt parce que j’avais prévu de prendre le haut de mon ourlet avec ma couture à l’aiguille double

Epic Fail ?

Comme vous allez le voir plus bas, je pourrais peut être reprendre un chouïa le dos pour remonter les emmanchures, en retirant la valeur d’une pince de 1 cm au point le plus large. Mais sinon, je suis vraiment contente du rendu, même si j’ai dû recouper mon bas plus que ce j’avais prévu au départ.

Et en ce qui concerne les raccords, en dépit du fait que j’ai essayé de faire bien attention, les petites rayures, on va pas se leurrer, c’est vachement plus relou que les grosses ‘^^. Comme ça se voit sur plusieurs photos de l’article, c’est euh… plus ou moins… aléatoires ? ‘^^

Les photos portées

Vacances chez les cousins = …. porte en bois bleues :op En plus, elle fait bien ressortir ma marinière, je trouve !

Je suis passée à la tondeuse juste ce matin : et ça fait vachement du bien … Bon définitivement, il faut que je retire la valeur de ma pince habituelle !

Je suis bien contente de ma découpe de côté, qui fait bien la petite vague, que vous ne voyez pas … j’ai oublié de pousser mon bras ‘^^

Et pour finir une version à lunettes, parce que je l’aime bien ^^

Allez, promis, je reviens dans pas trop longtemps avec un t-shirt manches courtes… ou une jupe jaune, je ne sais pas trop… J’ai un peu de matière sous le coude, puisqu’on est parti un moment et que j’ai prévu un seul projet tricot au très long court et que je n’aurais pas de machine sous la main avant un bon moment ‘^^. Finalement, j’ai bien fait de tarder à écrire, non ? ^^

En tout cas, je vais le porter un peu et puis sans doute que je couperai une version en une seule pièce dans un précieux coupon de marinière armor lux qui attend depuis 3 ou 4 ans son sort !

Couture

Petite collection printemps/été 2021 : le sweat chouchou

A l’origine de ma petite capsule

Il y a quelque temps, j’ai fait un état des lieux des grands coupons qu’ils me restaient à coudre ainsi que des grandes chutes. Je voulais voir si je pouvais planifier quelques séances de couture, histoire de ne pas passer le peu de temps que j’ai pour coudre à réfléchir quoi faire… et ne plus avoir le temps de coudre. En fait, c’est pas compliqué, c’était deux jours avant l’annonce du nouveau confinement. Je les ai donc tous sortis et j’ai commencé à gribouiller pour faire coïncider ces tissus avec les patrons que j’ai en stock et jamais cousu. Il en est sorti une série de petits gribouillis jolis que j’ai fini par épingler sur un tableau. J’ai ensuite fait le tour des fournitures dont j’avais besoin pour aller avec ces envies …. et j’ai fait une commande de fils et d’entoilage ‘^^. Beaucoup de fils…. Je crois que je n’ai jamais autant achetée de fils d’un coup ‘^^. J’en ai profité pour essayer de créer des ensembles et j’ai privilégié les pièces qui pouvaient virtuellement se combiner entre elles quand j’hésitais entre plusieurs patrons.

Et mine de rien, vu que tout est prêt, dès que j’ai envie de coudre, j’ai juste à prendre un tas et you ! roulez jeunesse. J’ai donc déjà cousu un joli stock de projet pas forcément de saison. Surtout que le froid est revenu, et que le mistral s’est levé. Je me retrouve donc avec 3 jupes, 1 top et 1 sweat à blogger. Je commence aujourd’hui par la dernière pièce cousue, celle qui j’aime le plus. Mais comme c’est aussi celle qui est prévue depuis le plus longtemps alors la boucle est bouclée ! Et demain, je pourrais porter mon sweat d’amour ^^

A l’origine … du sweat ^^

Un soir d’hiver , alors que je trainais ma flemme sur instagram, encore, je suis tombée en amour devant un sweat que Mélanie, alias « machin_chouette » venait de coudre. Quand je dis en amour, je suis sérieuse ! Une fois n’est pas coutume j’ai commandé le patron tout de suite, je l’ai imprimé et scotché tout de suite ET je l’ai même décalqué le lendemain matin ! C’était la semaine du 10 février, oui la précision c’est important dans la vie ^^

J’ai même commandé tout de suite du molleton de la collection hivers « see you at six » le soit même et j’ai fantasmé pendant 1 semaine cette cousette… que je n’ai pas faite ‘^^. Il était évident que je ne pourrais JAMAIS couper dans ce beau tissu sans faire une toile au préalable et j’avais déjà le tissu en stock , un French Terry Bleu/gris, acheté l’an dernier pour faire une toile de robe sweat. Mais je voulais un jersey contrastant pour aller avec et je n’avais rien, du moins je le croyais, en stock. J’avais même trainé l’homme dans les deux magasins de tissus du Pontet mais je n’avais rien trouvé. J’ai retourné le net mais je n’ai rien trouvé non plus. Sans tissu contrastant, pas de toile, sans toile pas de belle version dans mon beau tissu ( qui depuis en plus à changer de projet, mais ça c’est une autre histoire).

J’ai donc gribouillé ma petite collection, et puis j’ai commencé à gribouiller celle des garçons, parce que bon, il faut bien que je couse aussi pour les enfants et j’ai pleins de chutes de molletons, maintenant. J’ai sorti mes jersey bio imprimé acheté exprès pour ça au fil des années. Et puis d’un coup, illumination la semaine dernière ! Le sweat n’était pas dans mon tableau de départ, parce qu’il me manquait un tissu mais il faisait trop froid pour porter ce que j’avais prévu et j’étais hyper frustrée d’avoir cousu de jolies choses importables pour cause de température polaire. J’ai donc rajouté deux pièces dans ma petite collection, j’ai cousu la seconde et ce week end, je me suis motivée à coudre enfin ce sweat. J’ai encore procrastiné, parce que sans doute, j’avais peur de me rater même dans un tissu pas cher du tout. Et c’est lundi que j’ai coupé mon tissu et hier que j’ai cousu, sur toute la journée. Et ce sweat…je L’A-DO-RE !

Les fournitures

Pour le tissu principal, j’ai coupé dans du French Terry couleur bleu-gris de chez Mamzelle fourmi. Le tissu a une couleur impossible à prendre en photo, il est léger mais il se tient, il est élastique mais pas trop et surtout super stable. Un vrai régal à coudre. Je ne pense pas qu’il va tenir des années, on est sur un plutôt bon bas de gamme mais pour une toile c’est parfait et j’en suis ravie. Bon au final, ce n’est pas vraiment une toile, hein, c’est une version définitive ^^. On est sur le vêtement parfait pour la demi-saison ou l’hivers en intérieur. Je le porterai avec délice l’hivers prochain en cours ou dès maintenant dehors ou à la maison.

Le patron propose de faire tout le sweat, doublure capuche comprise dans le même type de tissu mais précise qu’on peut prendre un poids plus léger pour celle doublure. J’ai donc pu utiliser un jersey bio à étoiles, pour t-shirt donc. J’en avais pris 1 m dans un magasin de tissu à Montpellier, planqué derrière un géant casino, et dont j’ai oublié le nom depuis belle lurette, quand j’étais enceinte de Eliott. Il est un peu plus bleu que mon molleton mais je trouve qu’ils s’entendent très bien

Le patron

Il s’agit  » Hug Hoodie » de Made it pattern, un patron PDF payant en anglais disponible pour les adultes en 8 tailles, de 79 cm de tour de poitrine à 112 cm mais aussi en version enfant et en version ado. Les explications sont très claires et amusantes par moment, mais surtout accompagnée pour chaque étape de photos. Je vous conseille vraiment de faire très exactement ce qu’on vous dit de faire : on repasse pas mal mais ça vaut le coup ! enfin, attention, il y a un moment où il ne faut PAS repasser justement. Les finitions sont très soignées et ce n’est pas la peine de surjeter tout à l’avance. On peut coudre le patron à la surjetteuse ou comme moi à la machine.

C’est un Sweat à capuche ( doublée) mais le patron propose aussi une finition d’encolure avec une bande rapportée.

Avec des manches raglans

Autant dire ma forme de sweat préférée ! J’ai déjà cousu un Linden Sweater de Grainline studio, plus classique et qui n’a pas de capuche. C’est d’ailleurs aussi un très bon basique, à mon humble avis.

Les ourlets de manches sont réalisé avec un bracelet …. de manches, ce qui est vraiment bien quand on débute en couture, puisqu’on a pas à utiliser d’aiguilles doubles. Je crois que c’est officiellement ma finition de flemmasse préférée, d’autant plus qu’on peut jouer sur des tissus contrastants

Pour l’encolure, on termine avec la capuche donc on a les parties devant et manches qui sont juste surjetée et la partie dos terminée avec une bande de propreté.

Le bord de la capuche est surpiquées pour que les épaisseurs ne bougent pas :

D’ailleurs, comme l’indique le patron, toutes les coutures sont surjetées soit directement quand on coud si on utilise une surjetteuse, soit par!s les coutures si on utilise une machine comme moi. Je me suis hyper appliquée pour cette étape en recoupant si nécessaire quelques mm ici et là pour que le dedans soit aussi beau que le dehors ^^

Mais ce qui m’a fait craquer sur ce modèle, sa spécificité, c’est son côté asymétrique et le fait qu’il est plus long derrière que devant, ce qui va me permettre de le porter avec toutes mes jupes sans que ça fasse sac comme habituellement pour mon buste court avec les sweat du commerce. Et ça je kiffe grave, comme disent les jeunes. J’adore son côté confortable mais stylé. Je vous l’ai dit dans l’intro, je suis en amour devant ce patron !

J’avais très peur en fait de rater le bas, qu’il gondole, que ce ne soit pas net…. c’est vrai qu’il ne souffre pas trop l’à peu près ( si on oublie le raccord misérable que je viens de voir sur la photo du dessus…. mais je n’en moque… c’est dire si je l’aime ce sweat pas vrai ? ^^). Mais en repassant bien, en piquant ici avec le point élastique de ma machine ( longueur et largeur au plus large possible), je suis vraiment contente du résultat !

Même l’intérieur de mes manches, que j’ai retournées exprès pour vous est quasi nickel !

Coucou petit fil qui dépasse ^^

La patte de la linotte

Le patron est parfait mais j’ai fait un choix en dehors des clous, c’est de prendre mon jersey aussi pour les bracelets de manches pour faire un rappel de la doublure de la capuche et parce que c’est joli.

J’ai ensuite dû reprendre les manches parce que j’ai des bras maigrichons : j’ai retiré 1 cm de chaque côté de la manche et j’ai dû recouper la longueur de 7 cm, parce que sans ça, les bracelets de manches étaient inutiles. J’aurais pu les coudre quand même et les retourner mais il aurait fallu donc les assembler autrement pour que la couture d’assemblage ne se voit pas (jetez un oeil à la photo précédente) et je n’y ait pas pensé tout de suite. Et puis surtout, il aurait fallu les élargir car ils sont légèrement moins larges que le bas de la manche pour finir proprement la manche. Pour les retourner sans que ça resserre trop le bas, il aurait fallu calculer le pourcentage retiré et l’appliquer à la largueur de la manche un peu plus haut.

J’ai changé aussi autre chose, mais ce sera expliqué dans la partie « linotterie » de l’article.

Mélanie m’a dit après sa première version qu’elle aurait pu faire la taille du dessous. Alors j’ai pris la taille 12 pour 94 cm de tour de poitrine, et c’est juste parfait pour le corps !

Epic Fail ?

J’ai fait une bêtise pas grave en coupant mon tissu. Une pure linotterie. Le plan de coupe est dessiné avec le tissu non plié en deux, car à part le dos, on a aucune pièce coupée en double. Mais je n’ai pas fait attention. J’ai donc coupé … 2 devants entier en miroir. Ce n’est pas grave en soit car j’avais de la marge, mon coupon faisant 2 m de long. Mais je sens que je vais me maudire quand je vais vouloir utiliser mes chutes ‘^^ Heureusement, je m’en suis rendue compte pendant que je coupais donc j’ai pu rectifier pour les autres pièces donc je n’avais besoin que d’un seul exemplaire ‘^^

J’ai bien pris mon temps pour coudre ce petit sweat alors tout c’est passé quasi parfaitement. Par contre, je n’avais pas reporté sur le patron les marques qui indiquaient le positionnement de la capuche sur le devant. Les bord se chevauchent et je l’ai fait un peu à l’arrache ‘^^ Je pense qu’en vrai, ils se croisent plus. La prochaine fois, je n’utiliserai pas du jersey pour coudre la bande de propreté mais plutôt un biais un peu large, j’ai fini la mienne à la main et je ne trouve pas ça très propre.

J’ai dû m’y reprendre à 3 fois en tout pour ne pas avoir de plus à l’endroit où les extrémités de la capuche se croisent. Au final, il reste des micro plis mais j’ai eu peur de détruire mon tissu si je les décousais encore.

A refaire, je ferai de toutes petites modifications, comme par exemple dégarnir les courbes de l’arrière de la capuche pour que ce soit plus propre encore. J’ai dû recouper une partie de la doublure de la capuche : le patron précise que ça arrive si on prend un tissu plus léger pour l’intérieur par exemple mais je n’ai eu à le faire sur un côté de la capuche. Je ne comprends pas trop pourquoi, mais bon…

Enfin, je fait de prendre un jersey plus léger aussi pour les bracelets de manches, je trouve que ça fait un peu bizarre. Certains sweat du commerce sont comme ça mais je pense que j’aurais préféré le rendu avec du French Terry. A refaire, je changerai aussi deux choses sur les manches. Premièrement refaire le patron avec un vrai ajustement de longueur de manche : j’ai un peu de matière en droit autour du coude mais je pense que c’est en partie parce que quand on fait les chose bien, on ne raccourcit pas une manche en coupant le bout, on le fait plus haut, une ligne étant dessinée pour cela sur le patron. Je vais donc reprendre proprement mon patron. Et je raboterai 2 cm de hauteur sur le bracelet de manche, pour avoir plus un carré qu’un rectangle, juste parce que je trouve ça plus joli.

Rien que des détails ^^Je vais pouvoir soit couper dans mon tissu hors de prix, soit racheter du tissu hors de prix et je pourrais cette fois y aller les yeux fermés… en prenant bien mon temps ^^

Les photos portées

Cousu hier, sur le blog aujourd’hui alors que j’ai d’autres choses à prendre en photo… vous avez compris. Je l’aime ! Il va avec mes shorts, mes jupes, mes pantalons. Il faut que j’essaie avec uen robe aussi pour voir. Bref, vous allez le voir souvent dans mes petits OTD en story sur IG, je crois ^^

La photo du dessus est plus juste en terme de couleur.

Le dos tombe très bien lui aussi, pour une fois j’ai un sweat qui ne fait pas sac à patates sur moi ! ^^

oulala il va falloir reraser tout ça, c’est bien long !

Avec mon amie Mathilde, on se demandait si le tissu en plus sur le devant ne mettrait pas trop de matière sur le ventre. Mais comme le sweat n’est pas moulant, je trouve que ça passe très bien comme le prouve la photo de côté :

Allez, une petite dernière, pour vous monter comme je me sens bien dans mon super-sweat-original-doudou.

On se dit à tout bientôt, j’ai une jupe en lainage et une autre jupe doublée à prendre en photo vite-fait pour en profiter avant que les températures ne remontent trop vite, ça va me motiver pour les séances photos mais je ne voulais pas en imposer une trop longue à l’homme pour les photos portées, alors on va étaler sur la semaine ^^