Tricot

Un tunique doudou

ça fait beaucoup de doudou par ici, en fait… Mais ça reflète bien ce que je veux en de moment… de la doudouïnesse cherchez pas c’est une invention linotesque ;op

A l’origine

Il y a fort longtemps, j’ai mis de côté ce patron, en me disant que JAMAIS je n’aurais le courage de le tricoter mais que, quand même…. enfin bref, l’espoir faisant vivre comme on dit, j’ai mis en favoris sur Ravelry, et puis les pelotes ont roulé sous les ponts….

L’hivers dernier, en janvier 2020, donc je me suis dit que vu que mon budget n’était pas élastique et que j’étais une « Progress knitter » comme disent les anglais ( c’est à dire que je tricote pour le plaisir de tricoter avant tout), il était temps de chercher des projets qui m’occuperaient longtemps et qui me ferait faire des économies. Bon on est d’accord, le plan étant de ne pas acheter de laine entre temps, mais on est nombreuse à être des stash percé, par vrai ‘^^. A la même période, j’avais déjà exploré du côté des laines dites de pays pour ne pas dire qui grattent et j’avais découvert mon amour inconditionnel pour ces fils. J’ai donc eu une illimination : et si je tricotais mon projet au long cours dans de la supersoft, puisque maintenant je la supporte et qu’elle ne coute pas grand chose? Faut dire que j’avais envie d’une robe ou d’une tunique, en fingering pour alléger la silhouette et que à 4 euros et quelques les 287, 5 m au 50 gr, on avait le combo parfait ! J’ai donc déterré mon favoris, tout au fond de sa liste, et j’ai fait un échantillon en 3,5 mm. Trop grand. En 3 mm, trop grand. Alors j’ai soupiré et j’ai dégainé les 2,75 mm… parfait ! J’ai donc tricoté une TUNIQUE, en laine qui gratte (enfin moi, elle me gratte pas, hein, enfin plus, soyons claire) ET en 2,75 mm… Si c’est pas être une  » Progress knitter, ça…. Qui a dit masochiste au fond ?

Les fournitures

J’ai donc retourné les nuancier de Holstgarn pour trouver mon combo. D’ailleurs j’ai retourné les fiches projets ravelry pour voir ce que ça donnait. Faut dire que même si mon projet de départ était un peu foufou je voulais tout de même au final la porter, hein, cette tunique. Donc j’ai fini par jeter mon dévolu sur la couleur « cloudberry » qui est un bleu/violine superbe ( en fait à le regarder de plus prêt, il est tout simplement chiné : un fil violet, un fil gris foncé et un fil bleu) pour la couleur de fond et « elderberry » que j’ai utilisée pour ce bandeau d’ailleurs pour la couleur contrastante (chez laine et tricot). Je vous ai dis que c’était tricoté en 2,75 mm ? ;op J’ai utilisé en tout 290 grammes de fil ( 25 gr de la contrastante et tout le reste de la couleur principale). ça nous fait donc une tunique manche 3/4 en laine 100 % naturelle pour 25 euros et 20 cts. Et je vous cache pas que ça occupe un moment ‘^^. Ah il vous faudra un petit bouton, au passage.

Le patron

Il s’agit donc de la « still light tunic » de Vera Välimäki, une des grandes papesses du design, à mon humble avis pas assez tricotée en France, un patron en anglais, payant et disponible sur Ravelry, datant de 2010 ( et que j’ai mis en favoris à la naissance de Léo ( N°2 pour celles qui suivent parfois mes déboires en story) en 2011. D’ailleurs une idée de Kal est en train de germer dans mon esprit, je reviendrai vous en parler très vite. Conformément aux indications, à mon tour de poitrine et avec l’échantillon j’ai tricoté la taille M.

Il s’agit d’une tunique, en top down, sans couture, initialement prévue pour être tricotée en Alpaca de drops… Avec des poches, oui madame !

On commence par la bande de côtes puis on forme un raglan très classique, cette partie là va relativement vite, même avec des cure-dents.

D’ailleurs dans le dos, on a une petite boutonnière, ça forme une jolie goutte une fois portée.

Ensuite, quand on commence à se dire qu’on en voit pas le bout, c’est là qu’on sépare les manches (qu’on tricotera plus tard). Quand vous tricotez un pull, c’est le moment où vous poussez un petit soupire de soulagement, parce que vous venez de réduire vos mailles d’environ un 1/3. Sauf que ici, on va continuer 2 lignes d’augmentation sur le devant. Et c’est là que la magie du design opère. Parce que ce patron est HYPER intelligent, enfin, pardon, plutôt sa créatrice est hyper intelligente. Bon, je ne vous cache pas que c’est un peu RELOU au bout d’un moment, même pour une « Progress knitter », hein, parce que fini par un faire un paquet de p…. de mailles…. Et que on a l’impression de faire du sur-place. Mais… mais … J’avais hyper hâte d’arriver aux poches. Je garde le mystère, c’est tellement malin ! Mais à un moment, hop, par magie, vous avez des presque des poches, et vachement de mailles en moins. De la magie, je vous dis! Il faudra certes reprendre des mailles et en remonter pour faire les fonds de poches mais c’est que ça se mérite, de belles poches.

Après, on tourne encore tout à l’endroit, on fait fait des côtes 2/2, on rabat. On passe aux manches, avec leur côtes.

Et on est sensé avoir une tunique flatteuse, proche du corps en haut mais flou en bas, vous savez sur le gras hérité des raclettes, ou des grossesses antérieures suivant le cas. On en reparle un peu plus bas…

La patte de la linotte

Je n’ai pas modifié grand chose au patron, juste des détails tout bête, en même temps j’aurais été incapable de l’écrire alors je n’aurais pas pu améliorer grand chose ‘^^. J’ai juste rajouter une couleur contrastante pour le fun et par ce que j’hésitais entre ces 2 couleurs de fond ;op

Epic fail ?

Commençons par un détail, je ne sais pas comment j’ai fait mon compte, mais en tricotant mon fond de poches, je me suis foirée au moment du rabat. La couture n’est pas exactement dans l’axe et ça donne une épaisseur supplémentaire sur la côté mais ça ne se voit pas du tout alors on s’en moque ‘^^

Plus gênant, je me suis gourée quelque part sur le raglan. Je ne sais pas où. Mais j’avais pour le devant ( uniquement) un nombre de mailles qui étaient un entre-deux tailles ( S et M). J’avais déjà l’intuition que quelque chose n’allait pas trop en terme de taille, alors j’ai bidouillé et j’ai réparti les mailles manquantes pour placer les marqueurs des augmentations sous la poitrine en trichant : un peu moins de mailles au milieu, et quelques mailles prises sur les côtés. Et ensuite, roule ma poule. Le patron expliquant par la suite ce qu’il fallait faire par rapport aux marqueurs et non par rapport à un compte de mailles, ça n’avait pas une grande importance…

J’ai donc étalé ce tricot entre le 12 février et le mois d’Avril .J’ai fini ma robe en plein confinement et à l’époque où porter une robe en laine, même légère, n’a pas beaucoup de sens. Mais une fois tombée de mes aiguilles je l’ai essayé … et … BIG fail… Elle était trop grande. Portable, mais trop grande. Je vous raconte les boules, parce que je l’ai fantasmé 4 mois ma robe entre le moment où j’ai commencé à y réfléchir et le moment où elle est tombée de mes aiguilles. Elle allait si bien avec mon gilet aubergine, je lui avais tricoté un headband assorti, je me voyais déjà faisant la maligne en salle des profs, roulée en boule sous un plaid dans mon canapé bref… Les boules. J’ai donc mesuré mon échantillon… il est parfait sur le haut du raglan, donc en février. Fin février, chez le chat qui tricote en séparant les manches : hop, 1 mailles en plus ! En Mars, je séparais les manches et j’avançais le corps… hop, 1 mailles de plus pour 10 cm. Bref… ma tension a changé en cours de route et/ou avec le poids du tricot…. Donc j’aurais pu au choix tricoter en 2,5 ou moins relou, tricoté une taille de moins.

J’ai donc attendu pour la bloquer. Je l’ai fichu en boule au fond du panier des projets à bloquer (encore plein d’ailleurs, 1 châle de confinement, une couverture de confinement, un gilet de confinement et une layette d’il y a 3 ans attendent sagement leur tour…). Je me suis dit tout de suite,  » foutue pour foutue, tu vas le coller à la machine et le faire feutrer, nah ! » mais j’avais les foies un peu, hein… Alors j’ai attendu, attendu, attendu. Je lui avait même rentré ses fils ! Il ne manquait que ça et un bouton…. La semaine dernière, alors que je me gelais sur mon canapé malgré 3 paires de cho7, oui 3, je l’ai collé à la machine, programme 30 % avec un peu de lessive et d’adoucissants. et elle n’a pas feutré, la bougresse ! la laine est devenue douce (bon je crains plus pas , hein , je rappelle), elle a gonflé, la couleur est sublime elle a du drapée, elle est légère mais chaude… Je l’aime. Elle n’est absolument ps flatteuse mais je l’aime. Idéalement, il faudrait que la détricote en 2,5 ou bien une taille en dessous dans les mêmes couleurs et que je troque celle-ci mais…. J’ai trop d’envie en ce moment. Je mets de côté pour plus tard. On sait jamais…. Mais pas cette année, enfin, je ne pense pas…

Les photos portées

Bon alors je ne sais pas ce qui c’est passé mais… cette série a une lumière bizarre, mais je les trouve pas mal alors je les ai gardées. Vous remarquerez peut-être mon téléphone par moment, je l’ai utilisée comme télécommande…. Mais bref… Commençons par les traditionnelles…

De côté

De dos

Et donc elle est…. trop grande…. je vous montre …

C’est sensée être une robe avec Zéro aisance, voire aisance négative… PERDU ‘^^

Je vous ai fait aussi quelques gros plans, parce que même si elle est trop grande, elle le mérite quand même !

Et le haut du dos

Vous avez vu, je suis une mutante, j’ai l’arrière des oreilles qui brillent.

Avec mon gilet aubergine monop’ que j’adore d’amour fou, c’est pas mal ! Je pense la mettre beaucoup le week end et en vacances en l’état.

A toute fin utile, je précise que je porte RIEN sous ma robe et que je le sens absolument pas… Vous aller sans doute voir passer pas mal de supersoft aussi par ici, du coup ! Qui sait, peut être même avec du mohair si ça se trouve ! Voilà, ça faisait longtemps que j’avais pas autant écrit, pas vrai ‘^^

Tricot

Col doudou d’amour aka le projet de la volonté farouche

A l’origine

J’ai cousu il y a des mois un tour de cou double tour en jersey pour utiliser une chute de jersey d’amour : je l’aime beaucoup, je l’ai énormément porté depuis à la maison et au boulot. Alors j’ai voulu lui tricoter un équivalent. J’ai passé l’automne à chercher un patron de jacquard qui me plairait : je voulais tricoter un coup de coeur absolu, parce que j’allais y passer du temps et j’avais une idée très trop arrêtée sur ce que je voulais. Je n’ai jamais trouvé dans l’esprit de ce que j’avais en tête, je garde le secret au cas où je déciderai de vaincre ma flemme de sortir mes crayons pour gribouiller ma grille parfaite. J’étais en train de laisser tomber quand je suis tombée par hasard sur ce patron. J’aurais pu écrire la grille, mais comme c’est une créatrice peu connue en France, je me suis dit que c’était plus sympa de lui prendre la fiche…. J’ai donc plongé dans mon stock… Et c’est là que les ennuis ont commencé ^^

Le patron

Il s’agit du « dot dot yellow cowl » de The Midnight architect », patron payant en anglais disponible sur Ravelry. Il s’agit d’un tube en jacquard. On commence par un montage provisoire, on tricote une partie unie, puis une partie en jacquard, puis une partie unie. Ensuite, on récupère ses mailles et on va joindre les extrémités en utilisant la méthode du « grafting ».

Les fournitures

Pour ma version finale, j’ai utilisée de la précieusissime « fine » de L’échapée laine coloris  » vert d’eau » qui doit vous rappeler sans doute une certaine paire de cho7 ^^. Pour le bleu, j’ai pris de la « rauma » dans la base  » FINULL PT2 HEATHERS », coloris « 4123 » achetée chez Laine et Tricot et pour le gris de la « wool yarn » de « Hobby wool », coloris  » H202″.

C’est un trio de laine rustique que j’aime énormément. Si vous avez l’habitude de la superwash, vous risquez de ne pas apprécier voir de trouver qu’elle pique un peu. Ce n’est plus mon cas et les palettes de couleurs sont faites pour s’entendre ! Il me reste de quoi faire une paire de mitaines assorties que je tricoterai sans doute en février…. Si mes plans se déroulent sans accro ;op

La patte de la Linotte

Je n’étais pas sûre d’avoir le bon échantillon et je voulais un col un peu plus haut, alors j’ai rajouté des mailles ( je n’ai plus ma fiche sous la main, mais de mémoire, j’ai rajouté 2 répétitions). J’ai tricoté au final moins de cm que ce qui est prévu par le patron, parce que je voulais un col plus près du cou. Et j’ai finalement fait un rabat à 3 aiguilles au lieu du grafting… que j’avais déjà fait… Habile transition vers …

Epic fail ?

Si je vous parle d’une pub pour une certaine assurance qui finissait toujours par « je l’aurais, un jour, je l’aurais », vous voyez de quoi je parle ? C’est le petit surnom de ce cowl en réalité ‘^^. Heureusement, pour une raison inconnue, je n’ai jamais été aussi zen sur un projet…. On pourrait presque le renommer  » le projet de la mâturité » ;op

Première chose : j’ai commencé avec uniquement des laines de mon stash et le gris au départ était un reste de « Tukuwool ». Sauf qu’une fois le jacquard sur fond gris tricoté au 3/4, j’ai dû me rendre à l’évidence : je n’avais pas assez de gris. Retour en pelote pour la partie jacquard et au passage merci la laine rustique qui ne se détricote pas toute seule, j’ai pu le faire comme une sauvage !

J’ai recommandé de la laine grise, j’ai détricoté les 3/4 du jacquard et …. j’ai eu peur de tomber en rade de bleu, un reste de « Greta and the fibers », celui de mes cho7 à pois. Retour en pelote et nouvelle commande…

J’ai pu finir de tricoter mon col sans autre soucis. C’est arrivé au moment du grafting que les choses ont commencé à se(re)gâter… Je n’ai rien contre le grafting que j’ai apprivoisé avec les cho7 en cuff down. C’est pas l’amour fou mais après avoir défait et refait autant de mailles, je me suis dit que ça valait la peine de faire les choses bien…. Sauf que ma laine était trop fragile pour supporter un grafting sur plus de 100 mailles… Elle n’a pas arrêté de casser, ce qui voulait dire faire des joints russes, qui ont cassé eux aussi… J’ai pesté, mais je suis arrivée au bout. Non seulement le résultat était dégueulasse ( les mailles épaisses, distendues, par peur de tirer) mais en plus mon col était beaucoup trop long !!

J’ai vu le moment où j’allais le laisser dans un coin en l’état et ne jamais le porter. Mais je l’aimais trop… Beaucoup trop ! Alors j’ai fini par mettre un coup de ciseau dedans, j’ai défait jusqu’à avoir une longue de 126 m après blocage ( on bloque avant de faire le grafting) mais comme je voulais ne plus me prendre la tête ET avoir un résultat vraiment propre, j’ai fait un rabat à 3 aiguilles qui, oui, est visible, comme une couture, mais ça prend 5 minutes, c’est hyper propre et le fil ne risque pas de se casser. Non mais.

J’ai donc obtenu, contre vents et marées, MON COL DOUDOU D’AMOUR ! Et je l’ai depuis porté quasi un jour sur deux ! Et j’ai envie de lui tricoter des petits frères ^^

Les photos portées

Pas beaucoup de photos, mais en même temps, c’est juste un col, pas vrai….

Il aurait peut être mérité d’être mieux mis en valeur mais les conditions de lumières de la séance étaient…compliquée ‘^^

Oui j’ai rasé l’arrière de la tête et un peu plus haut. J’aime vraiment beaucoup mais ça fait un peu froid, quand même ‘^^

Voilà, c’est donc le col qui m’a montré que j’avais grandi…. Et vous, un projet-d-amour-mais-galère sur vos aiguilles ?

Tricot

Mon nouveau châle doudou d’amour !

A l’origine

Attention, l’enchainement est compliqué ;op ! Je suis tombée un après-midi sur un post de Melody Hoffmann qui montrait un superbe filé main qui m’a donné furieusement envie d’en tricoter un ! Alors j’ai commencé par retourné Etsy mais deux problèmes se posent. Le premier est que généralement, les filés-mains vendus sur etsy sont au minium de la « worsted » et c’est un fil un peu épais pour moi. Le second est que évidement, vu le travail que ça demande, ces fils ne sont pas donnés du tout. Alors, j’ai commencé à écumer Ravelry pour si j’avais un coup de coeur pour un patron en particulier. Et je suis retombée sur le patron de châle « Nightshif » de Andrea Mowry. Soyons claire : je n’aime pas trop ce patron : trop de couleurs pour moi, et je n’aime pas du tout l’association des deux types de points texturés. Et puis, j’ai eu une illumination ! J’avais le combo parfait pour faire une version hackée dans mon stock… sans filé-main ‘^^.

Les fournitures

Entre le joint russe pour passer d’un écheveau à l’autre et le métrage des 100 gr respectifs, ça ne fait vraiment pas beaucoup de fils à rentrer ^^

J’avais donc dans mon stock, un écheveau de « Snaeldan Nappað Tógv 3 Ply » à mes souhaits coloris « anthracite » acheté sur le site de Laines des îles. Et une merveille teinte à la main avec des plantes par Serafina* dans sa base « Appenninica » ( un fil 100% italien) coloris « gelato », un rose nuancé profond plein de pêche. Les deux sont catégorisées entre DK et Worsted. Et les deux couleurs s’entendent merveilleusement bien ! J’ai donc commencé mon châle tout de suite avec mes deux écheveaux, en me disant que je recommanderais en cours de route si nécessaire. Je suis arrivée à un peu moins de la moitié de mon écheveau de mon joli rose une fois qu’ai eu terminé mon écheveau de snaeldan. Mon châle n’était alors pas très grand et je voulais un châle bien grand, aussi grand que mon prototype du châle Ilyana. Alors j’ai recommandé un peu vite deux écheveaux de « snaeldan » et un écheveau de « Appenninica ». Au final, pompons compris, j’ai utilisé un écheveau de rose et un peu moins de deux écheveaux de » snaeldan »

Le patron

Je n’ai pas acheté la fiche du châle de Andrea Mowry, je me suis lancée le défi d’écrire le mien, à partir de sa photo. Alors je ne sais pas du tout si mon démarrage est le même que le sien ou pas, je ne sais pas si son rythme d’augmentation est le même ou pas. Evidemment, je ne vais pas écrire le patron, hein : je ne veux pas d’ennui ‘^^. J’ai recommencé plusieurs fois mais je suis arrivée à caler le point texturé de manière à n’avoir pas à compter et à avoir une jolie lisière.

Le point donne l’impression d’être un jacquard, mais en réalité, on n’a qu’une seule couleur par rang : tout se joue sur des mailles glissées et une alternance de jersey endroit et de jersey envers, comme pour le point que j’avais utilisé pour les mitaines « Uthred et Iseult » et sur le béguin « Lev » (dont les ventes sont toujours touchées par L’écheveau solidaire sur ravelry). Maintenant, je rêve de me tricoter un plaid et des chaussons avec ce point et comme il me reste de la laine….

Ce point est vraiment un point de truand ! On dirait même du jacquard sur l’envers ! Mais non, promis, une seule couleur par rang !

Côté finitions, on retrouve une icord intégrée au corps du châle que maintenant je sais tricoter les yeux fermés : comme le principe d’alternance des couleurs revient à des rayures 2/2, ça donne une encore plus jolie finition.

Pour la bordure, comme il me restait du rose on en reparle en-dessous , j’ai failli écrire une bordure en dentelle ou bien avec un autre point texturé mais j’ai eu la méga flemme …. et puis le point et la couleur se suffisent carrément à eux-même, non ? Alors j’ai fait juste un rabat en icord.

Et j’ai rajouté des pompons pour rallonger les côtés, car j’avais peur que mon châle ne soit un peu court on en reparle en-dessous. Je me tâte encore à en rajouter un 3eme…. à voir… sachant que je n’ai toujours pas rajouté ses pompons à mon proto de Ilyana, je vous laisse imaginer quand ça arriver ‘^^ Pour faire ces pompons, j’ai utilisé le super tuto video de Fibertales qui permet de ne faire AUCUN noeud et rend vraiment super bien !

La patte de la Linotte

Oups… je l’ai fait dans « patron » ;op

Epic Fail?

J’ ai commencé ce patron devant la série « Motherland: Fort Salem » que je vous recommande d’ailleurs. J’ai recommencé le début une bonne dizaine de fois : d’abord, j’ai mis 1000 ans à me rappeler comment faire une icord intégrée…. alors que j’ai tricoté tout un gilet long avec cet été, que j’ai tricoté un gros morceau d’un châle qui l’utilisait juste avant…. On va mettre ça sur le compte de la fatigue de décembre ‘^^ Après j’ai défait 2 fois, pour caler correctement le point texturé avec mes augmentations et que ça fasse une jolie lisière et que je n’ai pas besoin de compter….


Mais « le pire » c’est que je ne sais pas compter ‘^^…. Je m’explique ! une fois arrivée à la fin de mon premier écheveaux de « snaeldan » donc, je me suis dit que j’allais être short. Je me suis jetée sur les sites pour ne pas risquer de voir les laines qu’il me fallait « sold out ». J’ai calculé mes métrages…. et je ne me suis pas rendu compte qu’en réalité, je n’avais pas besoin de toute cette laine ! En fait avec 2 noirs et 1 rose, j’arrive au métrage de Ilyana ET à un poids de quasi 300 gr. Une fois arrivée au terme de mon rose, j’ai superposé les deux châles et je me suis rendue compte que le petit nouveau était plus petit mais je me suis surtout rappelée avoir lu que la snaeldan se détendait vraiment beaucoup au blocage. Et puis, j’ai eu peur de rajouter encore 200 gr à mon châle, trop lourd, je ne l’aurais pas porté. J’aurais pu taper dans le second rose pour quelques rangs mais arrivée à ce point, les rangs mangent quand même beaucoup de laine donc je n’aurais pas gagné tant d’ampleur que ça au final. Alors, j’ai rabattu, j’ai bloqué en me disant que, au pire, je pourrais toujours me maudire, défaire mon rabat et continuer. Evidemment, au blocage, mon châle s’est vraiment beaucoup aggrandi, il a gagné en drapé, il est parfait je l’aime. Mais moi qui était si fière de monter mon projet avec une laine de mon stash, si j’avais été moins quiche en calcul, si j’avais comparé mes métrages, j’aurais pu ne commander qu’un écheveau de noir.

Parce que la blague, si vous avez compter, c’est que… à la fin de châle sensé être un « stash burner » … Je me retrouve avec exactement la même quantité qu’au début plus un mini reste de chaque couleur …. Ce qui n’est pas grave tant j’aime ce combo mais avouez que c’est un peu con pour quelqu’un qui est sensé vider son stock avant le grand déménagement vers la Bretagne qui arrivera le jour où mon ministère sera d’accord…. il me reste plus qu’à racheter de la laine pour compléter et me faire ce fameux plaid ou bien entamé mes deux précieux pour me tricoter des chaussons, un bandeau et une paire de mitaines ;op

Les photos portées

Bon il n’y en aura pas beaucoup, la séance a été compliqué, la lumière d’hivers pas coopérative ‘^^… On y va?

Et juste un petit plan rapproché, histoire qu’il y en ait pas qu’une ;op

Et voilà ! ^^

Tricot

Le petit pull rose

J’ai fini toutes mes obligations numériques professionnelles avec une journée d’avance ! Je peux donc passer ici écrire ici un des articles en souffrance ;op Youpyyyyyyyy

A l’origine

Vous avez vu cette été ma petite collection de jupe tailles hautes: elles avaient besoin de t-shirt pour être portées. Or, ces jupes d’amour, en hivers, je ne les porte pas, faute de pull adapté… IL FALLAIT que je remédie à ça, non ? ^^

J’ai mis de côté plusieurs patrons dans le même esprit, avec ces échantillons différents et qui me permettraient de tricoter les pépites qui dorment sagement dans mon stash. J’ai commencé par celui qui se tricotait avec le plus grand échantillon et le combo de fil le plus chaud. Commencé en Janvier, après avoir terminé mes encours de l’an dernier ( que je n’ai toujours pas montré ici !), j’ai vu le moment où je n’arriverai pas à le terminer avant le printemps, mais ouf ! il devrait sortir relativement souvent !

J’ai prévu de tricoter d’autres patrons par la suite, une fois que j’aurais vérifié que je porte effectivement ces jolies jupes en hivers, une fois que j’ai un top adapté.

Qu’est-ce qu’un pull adapté pour moi ? Il faut qu’il soit court pour arriver juste au dessous de ma ligne de taille, avec des manches bien fittées et un peu boxy mais pas trop, pour ne pas me sentir engoncée. ^^

Les fils 

IMG_20200211_122615_651

J’ai donc enfin sorti 3 pelotes de Mondim de Rétrosaria, coloris 110, un joli vieux rose, que j’avais acheté chez Lanaepour tricoter un gilet. Finalement, je lui ai associé un fil de Hostgarn Titicaca coloris  » Heather rose » , un fil lace 100 % alpaga, que j’ai déjà utilisé en mélange pour tricoter mon pull Tender. Comme je l’espérais, il remplace très avantagement le mohair et soie que je ne supporte pas et qui n’est pas forcément à la portée de mon porte-monnaie ‘^^. J’obtiens un rose chiné très doux, plus clair et plus lumineux que la Mondim seule. Et que je n’ai pas réussi à rendre en photo ‘^^.

Les deux fils ont gonflé au blocage, mon pull a juste ce qu’il faut de drapé. Les mailles sont bien régulières, il a mis un peu plus de 24 h pour sécher et il a pris 2 cm en hauteur ( en largeur, je ne sais pas, je n’ai pas mesuré avant de le bloquer).

Je suis ravie de ce mélange, qui me permettra l’hivers prochain de tricoter des patrons laissés de côté parce que je ne voyait pas comment remplacer le mohair. Et avant que je ne l’oublie encore, j’ai utilisé mes fidèles aiguilles 3,75 mm.

Le patron 

J’ai opté pour le patron gratuit du pull Trescao de Along avec Anna, disponible en français et en anglais et en téléchargement gratuit sur Ravelry ici. 

C’est un pull cropped et légèrement boxy, qui se tricote en top-down, et sans couture. On commence par une bande de mousse, puis on forme le raglan, avec quelques rangs raccourcis pour creuser l’encolure par rapport au dos.

IMG_20200211_122707_611
La couleur est ici presque fidèle. En vrai c’est un peu moins rose

On met les manches en attendre et on file tout droit tout en jersey  quasiment jusqu’à la bordure théoriquement en mousse. Juste avant, on rajoute quelques rangs raccourcis pour légèrement arrondir le dos du pull. Il est donc aussi un peu plus long derrière ce qui permet de ternir chaud au rein ( une thématique importante en ce qui concerne les pulls cropped ‘^^).

IMG_20200211_122738_659
Bonjour lumière dégueu de jours de pluie en hivers

Le patron est tout à fait à la portée d’un débutant motivé qui n’a pas peur de se frotter au rangs raccourcis (des German Short Row)

La patte de la linotte 

Je n’avais pas le bon échantillon, le mien était trop petit d’une maille : j’ai donc tricoté une taille au-dessus et le résultat est nickel.

J’ai choisi ce patron pour sa forme globale et parce qu’il correspondait au mélange de fil que je voulais tester mais il comporte des éléments que j’aime pas trop : c’est purement subjectif ! D’abord, je ne suis pas du tout fan des troutrous du raglan d’origine. Je comprends pourquoi Anna a fait ce choix et il est très pertinent pour des débutants : les augmentations sont des jetés et comme il y a des rangs raccourcis, on augmente à la fois sur l’endroit et sur l’envers. C’est donc le plus simple. J’ai juste transformé les jetés par des KFB (ou augmentations barrées en français) sans changer leur place dans le patron. Et à l’envers, me direz-vous ? j’ai juste tricoter … à l’envers ! En fait, ce n’est pas très compliqué ! c’est juste un petit coup à prendre ! Petite anecdote de groupie en passant : Muriel ( des étoiles et des pois) et moi avons monté ce pull à quelques jours d’intervalles, sans nous concerter. Et pour changer, c’est moi qui l’ait inspiré : elle a défait son début pour enlever aussi les troutrous… mais je ne sais pas encore quelle méthode elle a employé ^^)

IMG_20200211_122850_218
Ce n’est pas DU TOUT la bonne couleur ‘^^

Deuxième chose, je n’avais pas forcément envie d’un pull tout bête en jersey. Je préfère les pulls un peu travaillés et originaux. Au début j’avais pensé faire un point texturé sur le devant, mais il faut avouer que je suis vraiment claquée en ce moment, et je ne voulais pas me prendre la tête le soir avec mon tricot. Alors…. Comme procrastination est mon deuxième prénom, j’ai décidé de faire plutôt une bande de motifs en bas de mon pull, un peu comme pour le tender que je citais plus haut. Donc, j’ai passé les emmanchures, j’ai tricoté quelques cm et j’ai remis le nez dans mes livres de points. Et les seuls motifs qui me plaisaient se tricotent… en bottom up…. Youuuu Looooooseeeee ‘^^. J’ai envisagé de faire la bande à part de faire un grafting par la suite.. Mais bon, avec peu de neurones qui me restent le soir, c’était trop chiant, aventureux ‘^^. Alors, finalement, j’ai juste repris les côtes ( que j’aime beaucoup) du cardigan FJERque j’avais testé pour Fibertales l’an dernier. Elles sont très simples  (1 rang tout à l’endroit, 1 rang de côtes 1/1), que j’ai ajouté en bas du pull. Le patron propose de tricoter en tout 24 cm ( bord compris) après les emmanchures, donc tricoté 19 cm de jersey, fait les rangs raccourcis du patron puis 5 cm de ces jolies côtes dont j’ai encore mangé le nom. Dernière chose, je n’aime pas non plus la large bande de mousse en bas des manches que j’ai transformé en côtes, pour rappeler le bas. J’ai fait en tout 15 diminutions, puis 20 rangs de jersey et enfin 5 cm de côtes.

IMG_20200211_122641_340

Les photos portées

J’adore mon petit pull ! Il tombe exactement que je le voulais! Je pense adapter le patron en bottom-up pour tricoter le motif que je voulais faire en bande en bas, mais… plus tard ‘^^parce que définitivement cette année est beaucoup trop chargée pour me lancer dans des design compliqués !

IMG_20200211_122201_191

Comme je vous l’ai dit plus haut, il est un poil trop long par rapport à ce que je voulais mais il va sans doute se rétracter un peu ‘^^. Comme souvent, mon échantillon a plus bougé en hauteur sur le projet fini que sur mon petit carré, j’ai encore du mal à anticiper… Je vais bien finir par y arriver ;op . Sinon, voici ce qu’il donne de côté :

IMG_20200211_122233_028

Et de dos ! je suis très contente du dos, j’avais un peu peur que ça ne fasse sac à patates mais en fait pas du tout. ^^

IMG_20200211_122259_341

Et enfin un petit zoom sur les manches et les côtes. Je les trouve très délicates et ça va bien au patron !

IMG_20200211_123023_965

Et voilà ! Les vacances arrivant à grands pas, je vais avoir bientôt du temps pour blogger à nouveau et surtout bloquer les projets tricotés l’an dernier et qui attendent toujours ‘^^

Bon en même temps, j’avais déjà dit ça lors des vacances précédentes ‘^^