Couture, Non classé

Un petit manteau de demi-saison : Mon petit lapinou.

A l’origine

Comme promis, sur le fil et au pas de course, j’ai pris mes petites photos de mon gros projets de la semaine ! Terminé à 16H45 et avant 20 heures sur le blog, c’est pas trop la fête ? ^^

Il y a fort fort fort fort ? longtemps, à mes débuts sur IG, je m’étais auto-lancé un petit défi : celui de coudre une veste pour chacun des mes enfants. Je cousais un peu, il s’agissait de mes premières grosses pièces. J’avais coupé du 18 mois à Robin qui est maintenant CE1 à l’époque. J’avais utilisé deux fois le même patron, celui que j’ai repris ici, et une fois un patron bébé. J’étais HYPER FIERE de ces 3 pièces. Deux d’entres elles ont été énormément portée. Pourquoi pas les 3 ? Et bien parce que la version de Léo, en 5 ans, a été porté moins d’une semaine. Le Zhomme l’avait posé sur le toit de la voiture en sortant de l’école, il a démarré. On l’a jamais retrouvé…. bref…

Vous avez vu par ici que c’était le grand retour de la couture pour enfant. J’ai sorti mes coupons pour faire un état des lieux de l’ampleur du désastre ce que j’avais d’exploitable et j’ai retrouvé un coupon acheté à Brest en Vacances et cet été ET un 1M50 de lainage. D’un coup, comme ça , paf, je me suis dit : « mais dis donc, et si tu cousais un manteau pour Eliott ? » Faut dire qu’il traine depuis 2 hivers celui que l’on avait acheté à Robin à la fin de la maternelle et que 1. Il est commence à être un chouïa petit, 2. il est défoncé commence à montrer des signes évident de fin de vie. J’ai donc sorti mon livre fétiche, et j’ai commencé à cogiter….

Les fournitures

Nous avons donc deux coupons achetés depuis un moment : un lainage contenant sans nul doute du poil de pétrole beaucoup, et de la laine très peu : il me semble qu’il vient de Mondial Tissu et que je l’ai en stock depuis bien 2 ans sans doute plus. Il donne bien le change, il est doux, molleux, épais mais passe bien sous le pied de biche. Je ne pense pas qu’il va hyper bien vieillir mais en même temps, Eliott sera le dernier à le porter sans doute.

Pour la doublure, j’ai coupé dans une popeline à ours trop belle acheté à Brest à « Chez Annette », comme je vous le disais en introduction, l’été dernier. J’avais retrouvé mon amie Fanny, et nous avions passé une chouette après midi. J’avais pris un passepoil en jeans pour aller avec et faire une veste de demi-saison que j’étais sensée coudre en Aout pour la rentrée…. On y est presque pas vrai ^^

Comme mon tissu principal était noir, le passepoil originel n’allait pas trop car il ne se voyait pas vraiment. Alors, je l’ai mis de côté pour autre chose ( il est vraiment trop beau) et comme je n’avais pas ce que je voulais dans mon stock ou alors pas en assez grande quantité, je suis passée voir ma petite mercière et j’ai acheté du cordon et du biais froufrou gris à pois blanc. J’ai donc fait mon passepoil moi-même.

Pour le reste, on retrouve des boutons en bois et 3 grosses pressions à coudre, du marché et oui et 3 boutons gris aspect nacré, hérité de mon parrain ancien mercier de son état il y a fort longtemps. J’avais prévu des boutons en bois mais je n’en ai retrouvé que 2. Sans doute parce que les autres sont cousues sur un gilet sans manche depuis euh…. 5 ou 6 ans ( my God !!).

Le(s) patron(s)

Une fois n’est pas coutume, j’ai oublié encore la photo des fournitures, MAIS j’ai pris le livre et le patron ^^

J’ai donc ressorti un patron déjà testé, adoré, d’une personne que j’admire énormément et dont je vous ai déjà parlé très récemment . Vous avez trouvé ? Il s’agit de Laurence Mériat, qui a écrit DEUX livres de couture pour enfants: le premier pour les bébés, le second pour les enfants : Les Irrésistibles à coudre ( 4 ans à 8 ans, donc ici) au édition  » le temps apprivoisé » . J’ai ajouté pas mal de modification mais il est tout à fait parfait aussi tel qu’il est dessiné. Il s’appelle  » le caban de petit matelot », il est gradé en 4,5,6,7 et 8 ans. Il est prévu pour coudre une veste de demi-saison ce que j’avais fait les 2 premières fois. De mémoire, il taillait grand. Je me suis dit que mon tissu était épais et que je voulais qu’Eliott le mette aussi l’an prochain. Il met actuellement du 4- 5 ans alors j’ai coupé du 6 ans.

Je pense que je vais crocheter un petit ours, tiens pour habiller le devant. Ça pourrait être sympa, non ?

Le patron est prévu pour être entièrement doublé ET il propose des parmentures, pour les demi-devants. Petit précision au passage, les patrons sont dessinés SANS marge de couture. Je me suis rôdée à l’exercice avec mes test pour La Jolie Girafe et mes coutures ottobresques alors ça ne me dérange plus. La planche de patron est très lisible mais il faut redessiner la partie intérieure, c’est à dire recopier la partie parementure en lui ajoutant les marges de coutures, puis reprendre la seconde moitié du patron et rajouter les marges de coutures. Ça se fait très bien, mais c’est pour vous éviter de chercher la parementure sur la planche ‘^^. Je vous mets une petite photo de l’envers. Presque je le préfère de ce côté d’ailleurs…

Parmi les choses que je n’ai pas gardées, pour des raisons totalement subjectives, on peut noter que le patron est prévu pour avoir une paire de poches fendues ( qui se font très bien en prenant son temps, je l’avais fait 2 fois en grande débutante et c’était passé plutôt bien), un grand col que j’ai enlevé pour ne pas avoir trop d’épaisseur, et des surpiqûres décoratives ( dont un très chouette au dos) et que le patron se ferme avec des pattes de boutonnages.

Le dos est coupé en deux morceaux pour faire une jolie surpiqûre ou bien pour jouer avec les tissus, que vous entreverrez sur les photos portées.

Je voulais une capuche et Eliott voulait une veste lapin, alors j’ai ressorti le gilet « Grand-ourse » de Ikatee. La capuche est immense ( ce qui est trop cool) alors j’ai pris le pari de recopier la version 4 ans avec zoreilles de lapin.

Et on la dirait faite exprès pour ce patron. En 6 ans, elle fait pile poil la longueur du dos et des demi devants, à 0,5 cm près de chaque côté, juste ce qu’il faut pour avoir une joli finition au niveau du coin. A savoir au passage : chez Ikatee, la marge de couture prévue est de 0,7 cm. J’ai tout cousu à 1 cm comme celles que j’avais rajouté moi sur le Caban.

Non mais franchement, on dirait pas que c’est parfaitement parfait ??

En farfouillant dans mon Pinterest pour trouver un patron de poche plaquée ( on en reparle dans quelques secondes) que je n’ai pas retrouvé, j’ai retrouvé ce tuto avec patron pour ajouter un capuche amovible à un manteau comprenant un col. Je me suis dit que ça pourrait vous intéresser a. J’avais fini ma capuche quand je l’ai retrouvé alors je ne l’ai pas utilisé. Mais si je l’avais eu avant, j’aurais peut être conservé le col d’origine du manteau. Peut être une prochaine fois ^^ En revanche, le patron est sensé se croiser davantage mais avec la capuche, ça faisait bizarre. Et ici, ça m’a fait gagner quelques cm en largeur, donc un peu de temps sur le fatidique moment où il sera trop petit ce petit manteau.

La patte de Linotte

Outre, mon mix de patron, j’ai fait quelques petites modifications. J’ai donc ajouté des poches plaquées prises dans les coutures que j’ai dessinées moi-même. J’ai pris l’idée chez « Le petit nuage de Marie » que j’avais mis de côté il y a … ouf…. L’article date de 2013, je n’ose pas compter ‘^^. D’ailleurs sa version en jeans est superbe, et elle est très proche de l’esprit originel du patron, si vous êtes curieuse. J’ai oublié de vous faire des photos des poches en gros plan, je suis désolée. En même temps la finition est un tout petit peu foirée, on voit la doublure ‘^^

J’ai rajouté du passepoil tout autour des parementures, comme je l’avais fait la première fois. J’adore cette finition, je trouve ça trop joli ! Et ça fait hyper pro, non ? ^^ j’en profite pour vous dire que j’ai aussi remplacé les pattes de boutonnage qui auraient été un peu difficile à gérer seul pour Eliott, qui n’est qu’en moyenne section, quand même même si maman lui coud du 6 ans : à la place j’ai cousu 3 grosses pressions en métal.

Au fond, on entrevoir la parementure que j’ai rajouté à la partie dos ( pas prévue dans le patron), je n’ai pas mis de passepoil parce que les 2m de biais que j’avais pris ne suffisait pas…

Sur l’extérieur, j’ai rajouté des doubles boutons décoratifs, parce que c’est joli ^^

J’ai aussi dessiné une parementure à la doublure de la capuche. Je l’avais déjà fait pour cette veste qu’Eliott aimait tellement. Et j’ai bordé de passepoil aussi, parce que bon, hein, open change pas une équipe qui gagne et c’est la partie où ça se voit le plus ;op

J’ai rallongé les manches de au moins 5 cm pour faire un retour. Idéalement, j’aurai voulu que les ours soient dans le bon sens une fois replié, c’est à dire qu’ils auraient été à l’envers par rapport au corps. Mais je n’avais pas assez de tissu pour que la pièce rentre dans le bon-mauvais sens. Alors, la veste est dans le bon sens…

Punaise, comme je l’aime cette face ! Au passage, pour avoir les ours dans le bon sens, j’ai coupé la doublure de la capuche en deux morceaux en faisant gaffe au sens du motif et j’ai rajouté une marge de couture ( cette fois je n’ai pas oublié ‘^^) de 1 cm au niveau de l’ancienne pliure.

Mais ils ont la tête en bas quand on retrousse le bas des manches

Eliott me dit qu’ils sont dans le bon sens pour lui, et vu qu’il voit ses manches d’en haut, ça se tient… Et puis je pouvais pas faire autrement….

Pour finir, j’ai rajouté une patte décorative qui ne se voit pas du tout d’ailleurs quand la capuche est baissée, pour faire un rappel de la doublure, et j’ai cousu un petit bouton parce que c’est joli.

Epic fail ?

J’ai pris mon temps, tout mon temps, j’ai cousu cette veste par petites et grandes cessions, sur toute la semaine. Et tout s’est hyper bien passé. Je me suis juste foirée sur ma couture des chutes que j’ai faite vite-fait-moyennement-bien-fait vendredi soir, avant d’attaquer la couture du manteau proprement dit.

Il est encore grand, mais c’était le but donc ce n’est pas un fail.

Je me suis REGALÉE à le coudre, ce manteau, d’un bout à l’autre. La réflexion autour des modif’, le temps pris à décalquer les trouzmilles pièces, l’assemblage des passepoils aux parementures… J’ai tout aimé ! Comme ça fait du bien ! Ça me donne vraiment envie de me relancer dans pièces techniques, au moins pour eux… Peut être bien que je vais coudre mon premier pantalon ce printemps ^^

Les photos portées

Bon, je crois que si ça amusait Eliott les premières fois, cette histoire de photo, là, on est arrivé au bout de sa patience. Il a fallu négocier sec et J’ai eu 3 minutes ‘^^. Un peu juste mais bon….

Elle est encore un peu grande, comme je l’espérai, parce que on est d’accord que coudre un manteau au mois de Mars, c’est limite ‘^^. Mais comme je vous l’ai dit, ça m’a pris d’un coup, et comme ça fait des éons que je n’ai pas cousu de grosses pièces comme ça, je me suis dit qu’il fallait sauter sur le lapin l’occasion.

Les emmanchures tombent, donc on pourra gagner en carrure et il est un long encore. On pourra dérouler les manches, alors je suis rassurée.

Bon en fait, j’en ai eu plusieurs des pas mal. Apparemment, quand il est de mauvais poil, il gigote moins.

Avec en guest star, la fameuse baignoire-jardinière.

En largeur aussi, je pense qu’on est bon, je ne l’ai pas encore essayé à Robin qui met une taille et demi de plus, mais je pense que ça doit passer vu qu’il est épais comme un haricot sauteur.

Bon Monsieur était pas motivé pour les photos mais je crois …

Qu’il est content ! ^^

Alors, vous êtes conquis.e.s par mon petit hack ?

Couture

Article post-it : Dans les chutes, j’ai …

A l’origine

Je ne vais pas avoir grand chose à dire sur le projet de ce matin, mais je prends 1 petite heure et demi pour vous en parler ici quand même ( le plus long étant tout le travail en coulisse… Mistral, Enfant monté sur ressort …. et technologie récalcitrante…).

J’ai coupé une grosse pièce pour Eliott hier et dans les chutes, j’ai casé un autre petit gilet sans manches. A l’usage, pour mon petit garçon à Bretelles, c’est très pratique parce que plus facile à mettre et à enlever par dessus les fameuses bretelles. On n’a pas le choix, aucun pantalon ne tient sur mon boulégon. Il ne s’emmêle pas dans ses manches, la maîtresse n’a pas besoin de les lui retourner à chaque passage au pipi. Bref. On a (ré)adopté ce classique que mes deux premiers ont énormément porté avant lui. Robin est passé au travers, j’avais perdu le carton où ils attendaient sagement et je ne cousais plus trop pour les enfants quand il était en maternelle…

Le Patron

J’ai coupé la même chose que pour la première version que j’ai montrée ici : je vous laisse jeter un oeil, si ça vous dit. On est sur un vieux patron du magazine « coudre c’est facile », avec ajout de doublure, montée grâce à mon cher premier volume des  » Irrésistibles à coudre » de Laurence.

Les fournitures

J’ai donc utilisé les chutes du prochain projet couture que je montrerai par ic : un lainage ( donc pas extensible) de composition non identifiée ( sans doute avec pas mal de poil de pétrole dedans, malheureusement), un peu de jersey koala tout fin en coton : les deux d’ancienne collection de Mondial Tissu. Et pour la fermeture : du cordon noir , des bouts de rubans et des boutons en bois… Du marché.

La patte de la linotte et Epic fail ?

On a dit post-it alors, j’expédie ! en même temps, il n’y a pas grand chose à dire de plus que pour la première fois. Enfin… Si, quand même… ça faisait un petit moment que ma petite tête de linotte ne m’avait pas joué de tour, pas vrai ?

Et bien… dans mes chutes, je ne pouvais pas couper la capuche sur la pliure du tissu, parce que je n’en avais pas assez. Alors, j’ai coupé ma capuche dans l’autre sens et…. J’ai oublié la marge de couture bouleeeeeeeeeeet qui devait assembler la partie normalement posée sur la pliure… Voilà…. donc, point de capuche parce que je n’avais plus assez de tissu extérieur et que la première était déjà trop petite alors là, elle ne servait pas à autre chose que pour l’esthétisme, alors j’ai préféré ne pas couper dans mon petit jersey … L’encolure est donc un peu plus ouverte, puisqu’il n’y a pas de capuche mais ça va, ça se tient quand même à peut près.

Autre détail : j’ai dû coudre cette version avec une marge plus petite parce que… elle est plus grande…. On se refait pas je crois…. Vous allez voir plus bas : il lui va, mais il est un peu grand de partout. Côté positif, il devrait lui aller aussi cet automne et comme on ne sera pas encore sorti des bretelles….

Les photos portées

On dit dans le sud que le mistral, ça excite les marmots. Ben, aujourd’hui ce fut un festival de photos floues. Pire que d’habitude…. et c’est pas peu dire ! Donc bon, on est un peu plus sur des photos d’ambiance, sans décors, mais comme ça vous avez quand même une idée du truc, hein. J’espère que vous ne m’en voudrez pas ! Et puis, je les aime bien ces photos vivantes en fait ^^

Impossible de ne pas avoir ses mains devant ou alors, c’est tout flou ‘^^

Et puis, il a papouillé la terre de notre potager en baignoire, oui ici on a une baignoire sabot qui sert de potager sur la terrasse, et en fait, c’est bien pratique !

C’est la photo de dos qui montre bien l’ampleur du gilet.. On pourrait mettre un pull dessous en ce moment, je pense ‘^^

Mais il l’aime, il veut le mettre, même si les zoreilles de lapins prévus au départ n’y sont pas … Mais patience… zoreille de lapin, il y aura bientôt ^^

Et voilou ! Peut être que d’ici à Dimanche vers 16H ( dernier carat pour les photos sur la terrasse, j’aurai terminé cette fameuse grosse pièce et commencé à écrire l’article fleuve qui ira avec, mais je ne vous promets rien…) En attendant, j’espère que pour vous pourrez passer un joli week end même si vous êtes coincé.e.s chez vous….

Couture

Le retour de la couture pour grande : celle qui était presque parfaitement parfaite….

A l’origine

J’ai trouvé sur Vinted une robe marinière que j’adore et que je porte sans arrêt : ample, trapèze, avec poches. Parfaite. Elle me va en haut, les épaules ne tirent pas et les emmanchures ne sont pas trop larges. C’est ma petite robe doudou parfaite, celle des matins où j’ai pas envie de le lever, celle des journées dures à affronter où celle des journée cocooning au fond du canapé.

J’avais repéré chez ma copine Fanny ( Contrendroit sur Instagram) un hack de patron pour en faire une copie mais je n’avais pas le patron correspondant et j’essaie de me calmer niveau achat de patron depuis 2-3 ans. Et puis une robe de ce type là nécessite quand même beaucoup de tissus, ce qui veut dire ne pas pouvoir se tromper…. Donc l’envie est restée en stand by pendant de très long mois. Et puis, en allant faire un tour sur le compte d’une de mes abonnées instagram , Melowtricot, j’ai repéré mon graal : un patron de La Maison Victor de 2016 qui était quasi pile ce que je voulais!

Après des fouilles archéologiques dans mon tas de magazine, j’ai exhumé le-dit numéro, pour me rendre compte au passage qu’il regorgeait de pépite : une jupe en jeans droite, un sweat pour mon zhomme et pour mon ado et une salopette pour Eliott ( avec pleins de schéma de montage !!! pleins pleins pleins…celles qui ont suivi mes déboires récentes en story savent pourquoi ça me met en joie ‘^^) et il me semble encore autre chose mais j’ai la flemme de remonter dans mon atelier pour vérifier ma mémoire me fait défaut. J’aurais mis juste quelques jours pour recopier le patron….

Le patron

Il s’agit donc de la robe « swing » du numéro de mars/avril 2016. Elle comporte 4 pièces : 2 manches, un dos et un devant. Elle est prévue pour un tissu extensible au tombé un peu lourd et elle est sensée être coupée dans le biais (C’est très clair avec le schéma de coupe du magazine). L’encolure devant est presque bateau, très haute et peu ouverte tandis que l’encolure dos est un col V pas trop profond ce qui veut dire qu’on ne voit sans doute pas pas la barre du soutif. Elle arrive au niveau des genoux et elle est moulante au niveau des bras et du haut du buste pour s’évaser rapidement. J’ai coupé un 38 auquel j’ai rajouté les marges de couture après avoir eu confirmation que le modèle taillait grand ( 5 minutes de petites recherches sur le net) mais de toute façon c’est ma taille chez La Maison Victor.

Côté explications/ recopiage de patron. Je n’ai pas vraiment regardé pour cette robe parce que je sais les monter et que ma méthode me convient très bien, mais il y a beaucoup de schéma et je les trouve vraiment très clair. A voir sur une pièce technique comme la jupe de ce numéro ce que ça donne…

Le magazine présente plusieurs pages de patron, imprimé recto/verso. Il faut parfois chercher sur plusieurs feuilles mais il n’y avait dans ce numéro que 2 patrons par pages, de deux couleurs différentes donc recopier le patron n’est pas difficile. Faut dire qu’après avoir décalqué 14 pièces pour une salopette dans un ottobre pour un fail dont il faut que je vous parle un de ces jours, quand j’aurais digéré, c’était noël cette fois ! Ceux qui savent savent comme dit

Petite note au passage : la tête de manche est vraiment étroite, j’étais un peu sceptique mais en fait ça va super bien !

Les fournitures

Pour la coudre, il faut compter pas mal de tissu si on la coupe dans le biais. Je voulais reproduire ma robe marinière fétiche, alors j’ai pioché dans mon stock un coupon de tissu à sweat léger marinère que j’avais acheté au printemps dernier chez Mamzelle fourmi. Je pense que c’est un genre de collection permanente parce qu’en repassant sur le site depuis, je l’ai vu plus ou moins en stock. J’ai ajouté un peu de stabilmanche au niveau des coutures d’épaules et de l’encolure ( on y reviendra) et le patron nécessite aussi du biais pour terminer l’encolure : ici du Wiltshire acheté à droguerie il y a des éons 5 ou 6 ans.

La patte de la linotte

La chose la plus importante à signaler c’est que je n’ai absolument pas coupé ma robe dans le biais : sinon mes rayures n’auraient absolument pas été dans le bon sens. Je ne sais pas si a changé quelque chose mais j’ai galéré ma mémé pour faire rentrer dans mon coupon ( il me semble, 1m 50 mais je ne suis pas sûre) J’ai donc coupé le devant en pliant mon tissu mais pas complètement en deux (2/3 1/3 je pense) pour gratter le plus de tissu possible pour caser une manche. Ensuite j’ai déplié mon tissu et j’ai replié l’autre extrémité de la même manière en mettant ma pièce dos dans l’autre sens pour gratter un max de tissu pour caser l’autre manche. C’était chaud mais c’est passé. Il me reste des mini chutes, que j’utiliserai pour faire un sweat à Eliott en jouant sur les imprimés, sans doute sur les manches, j’ai un reste de rouge de la même qualité de mon sweat d’amour le confortable ( même fournisseur, même qualité, il n’a pas pris une ride en presque 1 an)

Ensuite, je trouve l’encolure vraiment haute : la première chose que j’ai faite fut donc de l’abaisser de 1 cm on y reviendra bis

J’ai eu peur de la finition du col V, un truc qui m’a semblé un peu aléatoire qui se termine avec du thermocollant sous le biais Je ne voulais pas avoir froid au dos, alors j’ai changé aussi l’encolure dos.

Petite fierté personnelle : j’ai réussi à raccorder mon biais avec lui même presque parfaitement.

J’ai tout assemblé à la machine et pas à la surjetteuse rebelle for ever et comme d’habitude et j’ai utilisé mon pied à surjet et un fil contrastant qui rappelait le biais pour la finition intérieure.

J’ai piqué mon ourlet de manche à l’aiguille double en faisant juste un retour simple de 1 cm et tout s’est passé sans le moindre accro Victoireeeee pour le peuuuupleeeeee . Comme j’avais un peu peur qu’elle ne soit un chouïa étroite en bas alors j’ai rajouté 1 cm de large tout en bas de la pièce de chaque côté et j’ai juste retracé un trait depuis le haut de la manche et c’est nickel pour moi.

Et comme d’habitude, j’ai fait mon ourlet du bas à la main à point invisible.

Sur un coup de tête, au lieu de rabattre mon biais vers l’intérieur, je l’ai laissé apparent ( du coup, j’ai perdu mon cm d’encolure en moins ‘^^) et pour ne pas risquer de perdre en élasticité on en reparle plus bas ter j’ai fait la seconde couture à la main à point plus ou moins invisible mais pas du tout régulier et pas à la machine à coudre.

Epic fail ?

Je suis ravie de presque tout. Elle tombe hyper bien, mais elle n’est pas encore assez parfaite. En fait, je passe ma tête mais tout juste, vraiment tout juste. J’aurais pu gagner un peu en repliant le biais à l’intérieur complètement mais ça me plaisait trop comme ça, d’ailleurs, je le garde pour mes prochaines marinières (robe ou sweat note à moi-même : penser à retirer la marge d’ourlet). Ce n’est pas inconfortable mais je me retrouve avec la même encolure que sur le patron d’origine… du coup. J’ai eu peur que l’encolure ne se déforme alors j’ai mis du stabilmanche aussi tout autour . Je ne pense pas que ça joue beaucoup mais c’est vrai que le haut n’est pas du tout « élastique ». Sans doute que la finition au biais aurait eu la même conséquence… Mais bon. Je peux la porter et elle n’appuie pas sur ma gorge, alors on va dire que ça va.

J’ai presque réussi mes raccords, ils sont alignés par moment, presque alignés à d’autres endroits ou pas du tout aligné ‘^^. Vous verrez sur les photos portées et aussi sur la photo de la rubrique « le patron » que c’est mieux sur les côtés de la robe.

Pour la prochaine version, j’ai prévu de rallonger le patron de la jupe de 4 ou 5 cm, de creuser un peu plus l’encolure devant (déjà fait) et de rajouter des poches parce que quand même les poches c’est la vie (déjà patronné). J’ai un petit doute sur la hauteur d’emmanchures, je vais voir à l’usage avant de me décider mais je vais sans doute la descendre de un cm au moins car c’est très moulant. Petit bat… avait sorti un version sweat, il me semble un peu plus large que ma robe.. Autant je me ferai une version sweat l’automne prochain… à avoir !

Les photos portées

C’est le zhomme qui s’y est collé. Ne lui dites pas, je préfère celles de robin ;op. Nouveau spot validé depuis qu’on a rangé la terrasse : un peu plus de lumière donc une plage dans la journée plus longue pour prendre les photos et plus de prise électrique cracra ^^ Par contre, je vais devoir retravailler mes réglages car elles m’ont l’air un peu plus jaune, tiens…

J’avais un peu peur de l’ampleur car elle est plus courte que ma robe petit bat… mais finalement ça va. Fierté ultime pour mes presque raccords de côtés que vous pouvez presque voir sous mes bras, au passage…

Le dos est un peu moins large que le devant du coup, ça tombe bien et ça ne fait pas sac à patates ^^

On vous a fait un petit zoom sur l’encolure :

Je pense que le petit pli est un signe qu’il faut que je creuse encore un peu : 1 ou 2 cm au centre et 0,5 ou 1 cm au niveau de l’épaule….

Et pour finir, une petite photo de son futur meilleur ami mais ils se sont à peine rencontré, à savoir mon gilet d’amour monop d’ancienne collection trouvé à Brest en ultra méga sold il y a 2 étés.

Alors qu’est ce que vous en pensez ? ^^ Il est fort possible que vous voyez par ici dans les mois à venir d’autres « vieux » patrons, parce que je me suis replongée dans mes vieux magazines et j’ai trouvé pas mal de chose qui font de l’oeil. Mais aussi un peu peu de l’ottobre du printemps de cette année qui est plein de très bons basiques enfants pour lesquels je n’aurai pas besoin de leurs explications minimalistes ‘^^.

Vous me dites en commentaire si vous pratiquez aussi les magazines ? j’avais boudé un moment mais finalement, ça se fait pas trop mal, et je suis curieuse d’avoir votre avis ^^

Tricot

Un tunique doudou

ça fait beaucoup de doudou par ici, en fait… Mais ça reflète bien ce que je veux en de moment… de la doudouïnesse cherchez pas c’est une invention linotesque ;op

A l’origine

Il y a fort longtemps, j’ai mis de côté ce patron, en me disant que JAMAIS je n’aurais le courage de le tricoter mais que, quand même…. enfin bref, l’espoir faisant vivre comme on dit, j’ai mis en favoris sur Ravelry, et puis les pelotes ont roulé sous les ponts….

L’hivers dernier, en janvier 2020, donc je me suis dit que vu que mon budget n’était pas élastique et que j’étais une « Progress knitter » comme disent les anglais ( c’est à dire que je tricote pour le plaisir de tricoter avant tout), il était temps de chercher des projets qui m’occuperaient longtemps et qui me ferait faire des économies. Bon on est d’accord, le plan étant de ne pas acheter de laine entre temps, mais on est nombreuse à être des stash percé, par vrai ‘^^. A la même période, j’avais déjà exploré du côté des laines dites de pays pour ne pas dire qui grattent et j’avais découvert mon amour inconditionnel pour ces fils. J’ai donc eu une illimination : et si je tricotais mon projet au long cours dans de la supersoft, puisque maintenant je la supporte et qu’elle ne coute pas grand chose? Faut dire que j’avais envie d’une robe ou d’une tunique, en fingering pour alléger la silhouette et que à 4 euros et quelques les 287, 5 m au 50 gr, on avait le combo parfait ! J’ai donc déterré mon favoris, tout au fond de sa liste, et j’ai fait un échantillon en 3,5 mm. Trop grand. En 3 mm, trop grand. Alors j’ai soupiré et j’ai dégainé les 2,75 mm… parfait ! J’ai donc tricoté une TUNIQUE, en laine qui gratte (enfin moi, elle me gratte pas, hein, enfin plus, soyons claire) ET en 2,75 mm… Si c’est pas être une  » Progress knitter, ça…. Qui a dit masochiste au fond ?

Les fournitures

J’ai donc retourné les nuancier de Holstgarn pour trouver mon combo. D’ailleurs j’ai retourné les fiches projets ravelry pour voir ce que ça donnait. Faut dire que même si mon projet de départ était un peu foufou je voulais tout de même au final la porter, hein, cette tunique. Donc j’ai fini par jeter mon dévolu sur la couleur « cloudberry » qui est un bleu/violine superbe ( en fait à le regarder de plus prêt, il est tout simplement chiné : un fil violet, un fil gris foncé et un fil bleu) pour la couleur de fond et « elderberry » que j’ai utilisée pour ce bandeau d’ailleurs pour la couleur contrastante (chez laine et tricot). Je vous ai dis que c’était tricoté en 2,75 mm ? ;op J’ai utilisé en tout 290 grammes de fil ( 25 gr de la contrastante et tout le reste de la couleur principale). ça nous fait donc une tunique manche 3/4 en laine 100 % naturelle pour 25 euros et 20 cts. Et je vous cache pas que ça occupe un moment ‘^^. Ah il vous faudra un petit bouton, au passage.

Le patron

Il s’agit donc de la « still light tunic » de Vera Välimäki, une des grandes papesses du design, à mon humble avis pas assez tricotée en France, un patron en anglais, payant et disponible sur Ravelry, datant de 2010 ( et que j’ai mis en favoris à la naissance de Léo ( N°2 pour celles qui suivent parfois mes déboires en story) en 2011. D’ailleurs une idée de Kal est en train de germer dans mon esprit, je reviendrai vous en parler très vite. Conformément aux indications, à mon tour de poitrine et avec l’échantillon j’ai tricoté la taille M.

Il s’agit d’une tunique, en top down, sans couture, initialement prévue pour être tricotée en Alpaca de drops… Avec des poches, oui madame !

On commence par la bande de côtes puis on forme un raglan très classique, cette partie là va relativement vite, même avec des cure-dents.

D’ailleurs dans le dos, on a une petite boutonnière, ça forme une jolie goutte une fois portée.

Ensuite, quand on commence à se dire qu’on en voit pas le bout, c’est là qu’on sépare les manches (qu’on tricotera plus tard). Quand vous tricotez un pull, c’est le moment où vous poussez un petit soupire de soulagement, parce que vous venez de réduire vos mailles d’environ un 1/3. Sauf que ici, on va continuer 2 lignes d’augmentation sur le devant. Et c’est là que la magie du design opère. Parce que ce patron est HYPER intelligent, enfin, pardon, plutôt sa créatrice est hyper intelligente. Bon, je ne vous cache pas que c’est un peu RELOU au bout d’un moment, même pour une « Progress knitter », hein, parce que fini par un faire un paquet de p…. de mailles…. Et que on a l’impression de faire du sur-place. Mais… mais … J’avais hyper hâte d’arriver aux poches. Je garde le mystère, c’est tellement malin ! Mais à un moment, hop, par magie, vous avez des presque des poches, et vachement de mailles en moins. De la magie, je vous dis! Il faudra certes reprendre des mailles et en remonter pour faire les fonds de poches mais c’est que ça se mérite, de belles poches.

Après, on tourne encore tout à l’endroit, on fait fait des côtes 2/2, on rabat. On passe aux manches, avec leur côtes.

Et on est sensé avoir une tunique flatteuse, proche du corps en haut mais flou en bas, vous savez sur le gras hérité des raclettes, ou des grossesses antérieures suivant le cas. On en reparle un peu plus bas…

La patte de la linotte

Je n’ai pas modifié grand chose au patron, juste des détails tout bête, en même temps j’aurais été incapable de l’écrire alors je n’aurais pas pu améliorer grand chose ‘^^. J’ai juste rajouter une couleur contrastante pour le fun et par ce que j’hésitais entre ces 2 couleurs de fond ;op

Epic fail ?

Commençons par un détail, je ne sais pas comment j’ai fait mon compte, mais en tricotant mon fond de poches, je me suis foirée au moment du rabat. La couture n’est pas exactement dans l’axe et ça donne une épaisseur supplémentaire sur la côté mais ça ne se voit pas du tout alors on s’en moque ‘^^

Plus gênant, je me suis gourée quelque part sur le raglan. Je ne sais pas où. Mais j’avais pour le devant ( uniquement) un nombre de mailles qui étaient un entre-deux tailles ( S et M). J’avais déjà l’intuition que quelque chose n’allait pas trop en terme de taille, alors j’ai bidouillé et j’ai réparti les mailles manquantes pour placer les marqueurs des augmentations sous la poitrine en trichant : un peu moins de mailles au milieu, et quelques mailles prises sur les côtés. Et ensuite, roule ma poule. Le patron expliquant par la suite ce qu’il fallait faire par rapport aux marqueurs et non par rapport à un compte de mailles, ça n’avait pas une grande importance…

J’ai donc étalé ce tricot entre le 12 février et le mois d’Avril .J’ai fini ma robe en plein confinement et à l’époque où porter une robe en laine, même légère, n’a pas beaucoup de sens. Mais une fois tombée de mes aiguilles je l’ai essayé … et … BIG fail… Elle était trop grande. Portable, mais trop grande. Je vous raconte les boules, parce que je l’ai fantasmé 4 mois ma robe entre le moment où j’ai commencé à y réfléchir et le moment où elle est tombée de mes aiguilles. Elle allait si bien avec mon gilet aubergine, je lui avais tricoté un headband assorti, je me voyais déjà faisant la maligne en salle des profs, roulée en boule sous un plaid dans mon canapé bref… Les boules. J’ai donc mesuré mon échantillon… il est parfait sur le haut du raglan, donc en février. Fin février, chez le chat qui tricote en séparant les manches : hop, 1 mailles en plus ! En Mars, je séparais les manches et j’avançais le corps… hop, 1 mailles de plus pour 10 cm. Bref… ma tension a changé en cours de route et/ou avec le poids du tricot…. Donc j’aurais pu au choix tricoter en 2,5 ou moins relou, tricoté une taille de moins.

J’ai donc attendu pour la bloquer. Je l’ai fichu en boule au fond du panier des projets à bloquer (encore plein d’ailleurs, 1 châle de confinement, une couverture de confinement, un gilet de confinement et une layette d’il y a 3 ans attendent sagement leur tour…). Je me suis dit tout de suite,  » foutue pour foutue, tu vas le coller à la machine et le faire feutrer, nah ! » mais j’avais les foies un peu, hein… Alors j’ai attendu, attendu, attendu. Je lui avait même rentré ses fils ! Il ne manquait que ça et un bouton…. La semaine dernière, alors que je me gelais sur mon canapé malgré 3 paires de cho7, oui 3, je l’ai collé à la machine, programme 30 % avec un peu de lessive et d’adoucissants. et elle n’a pas feutré, la bougresse ! la laine est devenue douce (bon je crains plus pas , hein , je rappelle), elle a gonflé, la couleur est sublime elle a du drapée, elle est légère mais chaude… Je l’aime. Elle n’est absolument ps flatteuse mais je l’aime. Idéalement, il faudrait que la détricote en 2,5 ou bien une taille en dessous dans les mêmes couleurs et que je troque celle-ci mais…. J’ai trop d’envie en ce moment. Je mets de côté pour plus tard. On sait jamais…. Mais pas cette année, enfin, je ne pense pas…

Les photos portées

Bon alors je ne sais pas ce qui c’est passé mais… cette série a une lumière bizarre, mais je les trouve pas mal alors je les ai gardées. Vous remarquerez peut-être mon téléphone par moment, je l’ai utilisée comme télécommande…. Mais bref… Commençons par les traditionnelles…

De côté

De dos

Et donc elle est…. trop grande…. je vous montre …

C’est sensée être une robe avec Zéro aisance, voire aisance négative… PERDU ‘^^

Je vous ai fait aussi quelques gros plans, parce que même si elle est trop grande, elle le mérite quand même !

Et le haut du dos

Vous avez vu, je suis une mutante, j’ai l’arrière des oreilles qui brillent.

Avec mon gilet aubergine monop’ que j’adore d’amour fou, c’est pas mal ! Je pense la mettre beaucoup le week end et en vacances en l’état.

A toute fin utile, je précise que je porte RIEN sous ma robe et que je le sens absolument pas… Vous aller sans doute voir passer pas mal de supersoft aussi par ici, du coup ! Qui sait, peut être même avec du mohair si ça se trouve ! Voilà, ça faisait longtemps que j’avais pas autant écrit, pas vrai ‘^^

Tricot

Col doudou d’amour aka le projet de la volonté farouche

A l’origine

J’ai cousu il y a des mois un tour de cou double tour en jersey pour utiliser une chute de jersey d’amour : je l’aime beaucoup, je l’ai énormément porté depuis à la maison et au boulot. Alors j’ai voulu lui tricoter un équivalent. J’ai passé l’automne à chercher un patron de jacquard qui me plairait : je voulais tricoter un coup de coeur absolu, parce que j’allais y passer du temps et j’avais une idée très trop arrêtée sur ce que je voulais. Je n’ai jamais trouvé dans l’esprit de ce que j’avais en tête, je garde le secret au cas où je déciderai de vaincre ma flemme de sortir mes crayons pour gribouiller ma grille parfaite. J’étais en train de laisser tomber quand je suis tombée par hasard sur ce patron. J’aurais pu écrire la grille, mais comme c’est une créatrice peu connue en France, je me suis dit que c’était plus sympa de lui prendre la fiche…. J’ai donc plongé dans mon stock… Et c’est là que les ennuis ont commencé ^^

Le patron

Il s’agit du « dot dot yellow cowl » de The Midnight architect », patron payant en anglais disponible sur Ravelry. Il s’agit d’un tube en jacquard. On commence par un montage provisoire, on tricote une partie unie, puis une partie en jacquard, puis une partie unie. Ensuite, on récupère ses mailles et on va joindre les extrémités en utilisant la méthode du « grafting ».

Les fournitures

Pour ma version finale, j’ai utilisée de la précieusissime « fine » de L’échapée laine coloris  » vert d’eau » qui doit vous rappeler sans doute une certaine paire de cho7 ^^. Pour le bleu, j’ai pris de la « rauma » dans la base  » FINULL PT2 HEATHERS », coloris « 4123 » achetée chez Laine et Tricot et pour le gris de la « wool yarn » de « Hobby wool », coloris  » H202″.

C’est un trio de laine rustique que j’aime énormément. Si vous avez l’habitude de la superwash, vous risquez de ne pas apprécier voir de trouver qu’elle pique un peu. Ce n’est plus mon cas et les palettes de couleurs sont faites pour s’entendre ! Il me reste de quoi faire une paire de mitaines assorties que je tricoterai sans doute en février…. Si mes plans se déroulent sans accro ;op

La patte de la Linotte

Je n’étais pas sûre d’avoir le bon échantillon et je voulais un col un peu plus haut, alors j’ai rajouté des mailles ( je n’ai plus ma fiche sous la main, mais de mémoire, j’ai rajouté 2 répétitions). J’ai tricoté au final moins de cm que ce qui est prévu par le patron, parce que je voulais un col plus près du cou. Et j’ai finalement fait un rabat à 3 aiguilles au lieu du grafting… que j’avais déjà fait… Habile transition vers …

Epic fail ?

Si je vous parle d’une pub pour une certaine assurance qui finissait toujours par « je l’aurais, un jour, je l’aurais », vous voyez de quoi je parle ? C’est le petit surnom de ce cowl en réalité ‘^^. Heureusement, pour une raison inconnue, je n’ai jamais été aussi zen sur un projet…. On pourrait presque le renommer  » le projet de la mâturité » ;op

Première chose : j’ai commencé avec uniquement des laines de mon stash et le gris au départ était un reste de « Tukuwool ». Sauf qu’une fois le jacquard sur fond gris tricoté au 3/4, j’ai dû me rendre à l’évidence : je n’avais pas assez de gris. Retour en pelote pour la partie jacquard et au passage merci la laine rustique qui ne se détricote pas toute seule, j’ai pu le faire comme une sauvage !

J’ai recommandé de la laine grise, j’ai détricoté les 3/4 du jacquard et …. j’ai eu peur de tomber en rade de bleu, un reste de « Greta and the fibers », celui de mes cho7 à pois. Retour en pelote et nouvelle commande…

J’ai pu finir de tricoter mon col sans autre soucis. C’est arrivé au moment du grafting que les choses ont commencé à se(re)gâter… Je n’ai rien contre le grafting que j’ai apprivoisé avec les cho7 en cuff down. C’est pas l’amour fou mais après avoir défait et refait autant de mailles, je me suis dit que ça valait la peine de faire les choses bien…. Sauf que ma laine était trop fragile pour supporter un grafting sur plus de 100 mailles… Elle n’a pas arrêté de casser, ce qui voulait dire faire des joints russes, qui ont cassé eux aussi… J’ai pesté, mais je suis arrivée au bout. Non seulement le résultat était dégueulasse ( les mailles épaisses, distendues, par peur de tirer) mais en plus mon col était beaucoup trop long !!

J’ai vu le moment où j’allais le laisser dans un coin en l’état et ne jamais le porter. Mais je l’aimais trop… Beaucoup trop ! Alors j’ai fini par mettre un coup de ciseau dedans, j’ai défait jusqu’à avoir une longue de 126 m après blocage ( on bloque avant de faire le grafting) mais comme je voulais ne plus me prendre la tête ET avoir un résultat vraiment propre, j’ai fait un rabat à 3 aiguilles qui, oui, est visible, comme une couture, mais ça prend 5 minutes, c’est hyper propre et le fil ne risque pas de se casser. Non mais.

J’ai donc obtenu, contre vents et marées, MON COL DOUDOU D’AMOUR ! Et je l’ai depuis porté quasi un jour sur deux ! Et j’ai envie de lui tricoter des petits frères ^^

Les photos portées

Pas beaucoup de photos, mais en même temps, c’est juste un col, pas vrai….

Il aurait peut être mérité d’être mieux mis en valeur mais les conditions de lumières de la séance étaient…compliquée ‘^^

Oui j’ai rasé l’arrière de la tête et un peu plus haut. J’aime vraiment beaucoup mais ça fait un peu froid, quand même ‘^^

Voilà, c’est donc le col qui m’a montré que j’avais grandi…. Et vous, un projet-d-amour-mais-galère sur vos aiguilles ?

Couture, Tricot

Les petits projets de Novembre

Peu de choses encore ce mois-ci, pas beaucoup de temps, beaucoup de boulot, vous connaissez la chanson ‘^^. Alors pour ce moi-ci : trois projets cette fois ci (2 mini coutures et un peu de tricot) 

Petites culottes 

Ca fait des années que je rêve de savoir coudre de la lingerie. Mon rêve ultime est d’ailleurs de ne plus avoir à faire les magasins pour acheter des soutien-gorges ‘^^. Soyons claire, je n’en suis pas encore là, loin de là ! Mais depuis 2 ans, je me dis que les culottes sont tout à fait à ma portée ! Je me suis jetée à l’eau à la fin des vacances et je suis fan du résultat ! 

Le patron 

J’ai acheté la version pdf du patron « Belle Mum » de Ikatee : au début, je voulais prendre la version pochette mais les frais de ports étaient très chers avec un peu d’élastiques alors que l’élastique seul passait en lettres suivies. Alors j’ai pris le pdf et je n’ai assemblé que ce qui m’intéressait, soit 4 feuilles ( ou 5, j’ai un doute). Le patron comporte 3 types de culottes et un débardeur. Je testerai tout plus tard dans l’année, mais là je voulais vraiment juste m’occuper des culottes ^^. Je n’ai pris que la version adulte mais vous avez les mêmes patrons pour petites et vous pouvez acheter un pack à prix réduit. 

Le patron comporte peu de pièces : un demi-devant, un demi-dos et une partie « gousset » ( qu’il faut couper deux fois) qui permet de faire la jonction entre le dos et de le devant. Je n’ai pas utilisé les explications fournies puisqu’une vidéo est accessible ( à tout le monde d’ailleurs) sur leur site. La vidéo commence par un petit cours sur les 3 types de finitions que l’on peut choisir ( biais élastiques, élastiques à culotte ou bord côtes) : elle est très bien faite, d’ailleurs si vous voulez connaître les différences entre ces finitions, et comment les poser.  

La version que j’ai cousue est la version culotte que j’ai tracée en suivant la ligne de la version la plus haute. Elle arrive juste en dessous de mon nombril ( ne m’en veuillez pas mais je ne ferai pas de photos portées ‘^^ Vous imaginez si un de mes élèves arrivaient sur le blog ? ‘^^.  Elle est assez basse sur les cuisses et couvre bien les fesses. Vous avez pas mal de photos de présentation sur la fiche produit pour vous rendre compte. J’ai coupé la taille 36 en suivant le tableau des tailles et je la trouve très confortable dans sa première version ( je n’ai pas de photos les finitions sont désastreuses ‘^^. Mon tissu étant très extensible, je pense que pour les prochaines, suivant les tissus, je prendrai cette taille ou la bien une 36 suisses et 38 pour la taille. la modification ne devait pas être longue ni difficile à faire cette fois ^^. 

Version 1.2 

Elle est quasiment identique à ma toile sauf que j’ai pris un tissu différent et que j’ai soigné mes finitions beaucoup mieux ‘^^. Je voulais une culotte « petit-bateau-like » et je suis très contente du résultat. Sauf que le tissu est moins extensible que pour ma première version, alors elle est un poil serrée : je l’ai donnée à ma maman, du coup. 

IMG_20201031_171943_724

Fournitures : j’ai utilisé une toute-petite partie des chutes d’un mandyboat à rayures moutarde que je n’ai apparemment jamais montré ici en tout cas, je ne l’ai pas retrouvé ‘^^ et un biais élastique (plutôt facile à poser) avec un liseré argenté (que lui,par contre, je n’aime pas du tout) acheté sur le site de Mamzellefourni au printemps dernier. 

Option :  J’ai cousu le biais élastique de partout (taille et cuisse) parce que c’ést tout ce que j’avais sous la main, d’ailleurs j’ai utilisé TOUT ce que j’avais ‘^^ J’ai tout cousu à la machine, avec le point stretch pour les parties qui ne se voient qu’à l’intérieur et avec le point zigzag à l’extérieur ( plus joli je trouve). Sur la photo ci-dessous, vous pouvez voir en bleu le point élastique qui fait des zigzag plus petit et plus resserré et en jaune le zigzag plus large. 

IMG_20201031_172201_878

Epic fail ? : la seconde fois, j’ai pris davantage mon temps que pour la toile ( que j’ai fait vite car j’avais peine à croire que je rentrerai dans un 36 ;op). J’ai juste trouvé le moyen découdre une partie du gousset sur l’envers. Ce n’est pas très grave, car du coup, comme mon tissu a un endroit et un envers, ça va avec le dos et le devant ;op Et j’aurais dû changer mon fil de cannette en bleu ‘^^

IMG_20201031_171900_748

Un peu plus pénible, j’ai mal épinglé mon élastique au début ( il vaut mieux faire dépasser un peu l’élastique, je pense) du coup, même avec la couture d’assemblage, j’ai un tout petit bout de culotte sans élastiques et c’est dommage, visuellement. J’ai brûlé le bord de l’élastique avec un briquet pour qu’il ne s’effiloche pas.

IMG_20201031_171738_398

Pour la version suivante, j’ai décidé d’avoir la même couleur de fil en dessus et en dessous, hein, ce sera plus joli et d’essayer de contre le zigzag sur le dessus plus près du bord quand je pose du bias : sur la première version, le biais se relève légèrement au niveau du bord. Voire même peut être carrément à cheval.

En ce qui concerne le biais : je trouve ça très bien pour la taille. Mais même si ce n’est pas vraiment gênant quand on le porte, contrairement à ce ce que je craignais au départ, je trouve qu’avec le biais, c’est assez raide… J’ai acheté un autre élastique pour tester… Je pense que je vous reparlerai culotte dans les prochains mois ( je dirai bien semaines voire jours mais … le temps, le temps, le temps…)

Un Headband

Pour remercier mon adorable prof de violon qui m’a accompagné et conseillé pour choisir mon violon, j’ai tricoté un headband Frida de Atelier Emilie. Je ne m’étendrai pas dessus, vous avez un article ici avec un proposition de version modifiée en jacquard ^^.

Fournitures : J’ai testé un mélange vraiment vraiment chouchou ! Un reste de KMS de YarnbySimone ( un mélange kid mohair et soie absolument divin que j’avais utilisé pour le prototype de mon patron de bonnet « Fredya ») coloris  » bois de rose » et de « BB mérinos » de Fonty coloris « naturel ». Le mélange est parfait pour ce headband. Il me reste de quoi en tricoter un pour moi, une de ces jours ! Le résultat est douuuuuuuux et molleuuuuux et chauuuuud !!! Un vrai bonheur !!!! Et côté couleur, je trouve le chiné très délicat : par illusion d’optique, on a l’impression que le blanc est légèrement rosé. J’aimerai tester avec d’autres couleurs de Simone pour voir ce que ça donne !

Voilà… c’est tout pour ce mois-ci ‘^^ J’espère avoir un peu plus de chose à montrer pour décembre mais ça me semble compliqué ‘^^ et j’ai même pas commencé les cadeaux de noël home made prévu ‘^^

Couture

La jupe qui avait failli terminer à la poubelle

A l’origine 

Je rêve depuis des années d’une jupe trapèze, avec des poches, et une ceinture arrondie. Dans un monde parfait, elle serait même jaune dans un tissu un peu épais, comme par exemple celui que j’avais utilisé pour la veste « Grande ourse » de Eliott.

Dans le commerce, je ne trouve jamais mon bonheur, la faute mes « non-hanches » ‘^^. Après la réussite de ma jupe Ori, je me suis dit que je pourrais tenter un bidouillage. Je ne savais  pas dans quoi je m’embarquais lorsque j’ai décidé d’utiliser ma journée seule à la maison pour coudre ce projet ‘^^… 

Les fournitures

IMG_20201031_172405_350

Prise d’un élan de confiance pour le moins immodéré, une fois n’est pas coutume, je suis partie directement sur des tissus adorés ! Un lainage de composition plus ou moins connue (je soupçonne le bougre de contenir une certaine dose de polyester) à pois de chez mondial tissu, acheté il y a des années pour coudre un short que je n’ai jamais osé coupé ( encore un graal de couture que mes cuisses de mouches, mes « non-hanches » et mon petit bedon rendent compliqué sans une tonne d’ajustements ‘^^), une viscose découpée amoureusement dans un top promod quasi jamais porté, un reliquat de biais petit pan et de passepoil à étoiles de la droguerie snif j’en ai plus qu’un micro bout, et une fermeture métal grise trouvée à des puces de couturière, pas le top mais c’est une jupe d’hivers donc portées avec des gros collants et je n’avais que ça sous la main ‘^^

Le patron IMG_20201031_172452_984

Je suis donc partie de la jupe Ori, de l’Usine à Bulles, disponible  en téléchargement payant en PDF, ici.

Je vous ai déjà présenté ce patron (que j’adore aussi en l’état) la dernière fois. J’ai gardé tout le haut de la jupe d’origine. J’adore ses poches qui sont justes parfaites ! Je n’ai qu’un tout petit peu de cette viscose, car le top avait un dos en jersey moutarde alors je me suis dit que ça ferait des fonds de poches parfaites ! IMG_20201031_173038_779

J’ai aussi conservé la fermeture au dos. Que j’ai presque parfaitement posée pour une fois ! IMG_20201031_172923_643

Mais j’ai changé tout le bas. Sauf l’ourlet que pour une fois j’ai fait à la machine, mais mon tissu le permettait. 

IMG_20201031_172743_267

La patte de la linotte 

Commençons par ce qui a fonctionné comme sur des roulettes, voulez-vous ? Comme la première fois, j’ai ajouté du passepoil autour des poches, juste avant de commencer le montage proposé par le patron. J’adore vraiment ce genre de petits détails .Cette fois, je voulais une jupe sobre mais avec un petit twist ( déjà les poches que je suis la seule à voir me mets, par principe, en joie), la petite touche linotte. D’ailleurs, il faut que je pense à rajouter des petites étiquettes ou bout de ruban pris dans les coutures AUSSI pour mes fringues ! 

IMG_20201031_173109_098J’ai terminé la couture du biais de la taille à la main, à petits points invisibles et j’ai fait une surpiques à 0,5 cm du bord, pour rappeler les surpiqures de l’empiècement à la taille. IMG_20201031_173005_987

La première modification majeure que j’ai faite à cette jupe, est le choix du tissu. Ma première est désormais trop grande, puisque j’ai enfin perdu ces derniers fichus kilos qui s’accrochaient depuis la naissance de Eliott ( qui a eu 4 ans en Juin… quand j’y pense, je trouve ce temps très symbolique : C’est vers les 2 ans de l’enfant le plus jeune que je retombais enceinte et les 18 mois de l’enfant suivant que je commençais à perdre vraiment les kg en trop de la grossesse… Le compte est bon. Mon corps a pigé qu’il n’y aurait pas de numéro 5 ‘^^. Fin de la parenthèse « jeracontemavie.com »)

Je disais donc, j’ai changé le tissu : normalement il faut un tissu lourd et extensible. Mon lainage n’est pas vraiment extensible…. Voire pas du tout. Comme ma première jupe ori est trop grande, je me suis dit : « ma fille, tu n’as qu’à prendre ce tissu pas adapté et garder la première taille que tu as décalqué. La non-élasticité de ton tissu va compenser. Et tu auras ta jupe parfaite ». Je ne voulais pas garder les plis du bas qui donnent la forme boule de cette jolie jupe, je voulais une jupe trapèze, donc je n’avais pas besoin qu’elle s’ajuste naturellement quand je marche. Je ne sais pas si je suis claire ‘^^. Mon choix de tissu n’est pas du tout un fail, la partie ceinture tombe parfaitement une fois portée. Par contre, le reste…

Epic fail ?

Ce n’est pas un fail, mais ce fut particulièrement épique ‘^^

IMG_20201031_172330_911

Première erreur : oublier les « non-hanches ». J’avais dû reprendre ma première ori, pas mal de fois déjà ( pas à cause du patron, hein, parce que lorsqu’on fait un déni d’ajustement sur le pâton de base, on a toujours de mauvaises surprises ‘^^. J’ai fait un déni. Enfin, pas tout à fait. Je savais que je devrais recouper. Mais je ne savais pas à quel point ‘^^. J’ai repris la couture à l’arrache plusieurs fois, recoupé, repris… Bref. Carnage ! Bien évidemment, j’ai recoupé sans prendre les mesures, hein, pour être sûre que je devrais tout reprendre de zéro s’il y a une prochaine fois !

Deuxième erreur : ne pas se faire confiance. Les côtés du bas de la jupe sont légèrement arrondis. Avant de couper mon tissu, je me suis dit que je devais redessiner le bas. J’ai donc continué tout droit quand j’ai coupé mon tissu. Au premier essayage, c’était désastreux, parce qu’il fallait reprendre les hanches. Je ne sais pas ce qui m’est passé par la tête, je me suis dit que c’était moche parce que j’avais touché le bas. Alors j’ai recoupé selon la forme du patron. Cherchez pas. C’était complètement con ! Je comprends toujours pas ‘^^

Troisième erreur : se dire que une mini ça serait sympa aussi. Avant de reprendre les hanches, et puisque le bas était ultra moche, je me suis dit que je pouvais toujours couper tout droit au dessus de la partie arrondie. A moins de faire 1m 40, ça fait court, vraiment court ! Là j’ai cru que j’avais tout gâché….

Quatrième erreur : coudre un autre projet en parallèle. J’ai voulu coudre un panier à encours avec de la corde de coton, dans les chutes de cette jupe. J’ai donc coupé un pochon en parallèle, en me disant que j’allais coudre les deux en même temps. J’ai donc commencé à coudre la corde juste avant de recouper le bas de ma jupe. Sauf que la tension de ma machine se règle automatiquement et qu’elle n’a pas du tout aimé passer de ce tissu à la corde. Impossible de coudre la corde. Je suis revenue à ma jupe. Impossible de coudre le lainage. J’avais un tas de noeuds immondes sur le dessous ! J’ai passé une heure à démonter pour comprendre ce qui se passait. Côté positif, après avoir perdu 15 minutes à retrouver le mini tournevis, j’ai dépoussiéré l’intérieur de ma machine et elle en avait grandement besoin ‘^^ Tout est rentré dans l’ordre après 2 minutes de coutures de ligne droite sur des chutes de lainages ‘^^

Une fois remise de mes émotions, j’ai découpé le bas de ma jupe fail, j’ai pleuré, je me suis énervée. Et j’ai dessiné 3 bandes rapportées ( 2 fois le devant, heureusement j’ai vérifié le premier sur la jupe massacrée avant de couper mon tissu, et un demi dos. J’ai tout assemblé et OH MIRACLE, le bas coïncidait parfaitement. Par contre les hanches, toujours pas. La jupe ne rendait rien, car elle était trop grande. Mais ça je ne l’ai pas compris tout de suite !

Cinquième erreur : Essayer de terminer un projet quand la nuit est tombée, qu’il ne tombe pas bien, qu’on est énervée et qu’on a envie de le jeter. Je me suis dit  » foutue pour foutue, je termine vite fait et je la donne ». J’ai donc fait les surpiqures au dessus et en dessous de la pièce rapportée n’importe comment, toutes tordues, irrégulières, un carnage! J’ai fait l’ourlet à l’arrache, les coutures n’étaient pas droites, massacre ! Je suis descendue me faire une infusion, il restait 20 minutes avant que la tribu ne revienne. Sur une intuition subite, j’ai repris à l’arrache les côtés, une ultime fois et… MIRACLE 2 : elle tombait parfaitement ! J’ai évidemment maudit mes finitions déguelasses, quel gâchis ‘^^. J’ai donc passé ma soirée à tout défaire et j’ai refait un ourlet proprement à la machine. J’en ai chié mais ça valait le coup !

Les photos portées

Même la séance photo fut épique : un peu tard, la lumière qui tombe pile sur la jupe et donc qui rend la photo surexposé sur une zone… On pourra dire que j’aurais lutté ! Heureusement, le zhomme armé d’un drap deux places est venu à la rescousse ‘^^

IMG_20201031_173458_506Si je vous dis que j’aime bien cette découpe non désirée, vous me croyez ‘^^

J’adore ses poches, moi qui ne sais jamais quoi faire de ses mains, comme ça se voit sur la photo précédente ;op

IMG_20201031_173232_524Et enfin la photo traditionnelle de dos ( dans la précipitation je n’ai pas fait de photo de côté potable, il fallait lutter avec l’avancée inexorable du soleil qui allait dépasser le drap….)

IMG_20201031_173611_521

Et pour les petites curieuses, mon top est un de mes premiers « grainfield » dont je vous rabats les oreilles depuis un moment, en tissu mini labo, cousue après la naissance de Robin, ici de traviole, et qui n’est presque plus pas trop juste ‘^^

Alors cette petite jupe, vous en pensez quoi ? J’ai eu raison de m’acharner ? ();o)

Ps : au fait, vous savez quoi ? je me serais sans doute moins pris la tête en cousant directement une 1001 perles de Ivanne S. ‘^^ 

Couture

La robette de rentrée… ou celle qui racontait sa vie.

A l’origine

IMG_20200822_130626_467

Il y a fort fort fort longtemps (j’étais en terminale), j’étais tombée amoureuse d’une robe-salopette rouge. J’ai travaillé ma mère au corps pendant des semaines pour me faire offrir cette robe mais elle luttait parce que :

1. Je ne mettais de robes que quand il me tombait une dent.

2. J’étais une ado du genre à raser les rouge alors le combo robe originale+ROUGE … elle doutait que je la porte.

Mais au gré d’une réduction chez la redoute, la fameuse robe a été commandée et elle a mis un temps fou à arriver. Cette robe, je l’ai donc fantasmée pendant des lustres et le jour où je l’ai enfin eue entre les mains…. Elle était trop grande, bien trop grande.. Elle est donc repartie à l’envoyeur et je ne l’ai jamais revue. Tiens ça vaudrait le coup de chercher sur Vinted, tiens, je me semble que la marque c’était Diesel, mais je ne suis pas sûre. Bref ! Et bien figurez-vous cette histoire m’a suffisamment marquée pour que :

  1. J’en ai un souvenir ultra précis 22 ans après ou 23, tiens, je n’ose calculer….
  2. Je fantasme une jolie robe salopette pendant des années. J’en ai essayé des tas mais celle du commerce ne me vont JAMAIS !

Je fais régulièrement des recherches pour trouver le patron idéal. J’ai mis de côté celui de la salopette Turia qui n’est pas une robe mais qui reste adaptable, je pense. Et cet hivers, j’ai vu passé une version du patron que je  vous présente aujourd’hui et qui était alors offert dans une version simplifiée. Je me suis ruée dessus ‘^^ mais je ne l’ai pas cousue tout de suite parce que je n’avais pas le temps.

Et puis, en triant le jeans de mon stock pour le fameux projet que je vous présenterai en fin de semaine prochaine, j’ai retrouvé le coupon que j’avais mis de côté pour ça. Et comme j’avais besoin d’une cousette de rentrée qui me donne la patate et de chutes de jeans, j’ai respiré un grand coup et j’ai coupé mon précieux-jeans-pour-robe-salopette.

Les fournitures 

IMG_20200822_131316_766

J’ai donc pioché un coupon de jeans trouvé sur le marché, sans élastanne et qui fait les mains bleues, comme je m’en suis rendue compte en cousant les boutons (du marché) à la fin et des chutes de crêpes de viscose Linamorata X Mondial Tissu de cette robe adorée.  J’ai rajouté aussi un peu d’entoilage thermocollant et le patron préconise une fermeture éclair dont j’ai pu me passer.

Le patron

IMG_20200822_131730_563

Il s’agit de la robe Sofia de Marnie From Switzerland. Le patron que j’ai en ma possession propose deux longueurs (genou et mi-cuisse) et deux options de poches. On peut faire deux poches plaquées dans le dos, deux poches plaquées sur la partie jupe, bien une poche kangourou poitrine. Cette dernière poche est donc gradée pour correspondre harmonieusement à la largeur de la bavette. Il comporte peu de pièces : un devant, un dos, les poches, les bretelles et 2 micro-parementures. 

Les bretelles sont prévues pour être boutonnées avec une boutonnière, justement, que vous pouvez faire sur les bretelles ou sur la partie bavette. Le patron explique très bien quelle option choisir si vous voulez avoir le bas des bretelles dessus ou dessous et quand on est pas très bien latéralisé.e.s comme moi ou alors que la géométrie dans l’espace a toujours été votre bête noire, c’est un vrai plus ^^.

IMG_20200822_130332_387

La version offerte était livrée sans les schémas de montages mais avec de nombreuses explications écrites. Les débutantes trouveront des informations très complètes sur le choix du tissu, de la taille en fonction du tissu, des conseils pour coudre le velours ( un incontournable du genre, pas vrai ? ^^). Elles sont très complètes et tout à fait compréhensibles, même sans schéma (qui sont de toute façon disponible, si j’ai bien compris, dans la version payante).

La patte de la linotte

J’ai pas mal modifié le patron pour coller à ce que j’avais en tête. Commençons par l’allure générale : je n’ai pas suivi les indications pour le choix de la taille. J’aurais dû prendre une taille au-dessus du tableau, puisque mon tissu est assez raide et  non extensible. J’ai beaucoup hésité, mais je voulais la porter avec juste une débardeur dessous (si possible rayée, mais je n’en ai pas encore un, il faudra que je me mette en quête), ou un de mes tish moulants petits bateaux , que je ne mets  presque jamais parce que justement ils sont moulants  ou alors sous des pulls ‘^^ . J’ai vraiment failli suivre les explications mais en tenant compte de l’aisance recommandée par le patron, et vu que je n’ai toujours pas de hanches (ni petites ni grandes) et que le tour de poitrine n’est pas forcément important ici ( je me suis dit que je pouvais jouer sur les longueurs des bretelles pour ça au pire), j’ai coupé la taille 40, en suivant le tableau des tailles.  Attention, si vous voulez porter un pull dessous, il est absolument nécessaire de prendre cette fameuse taille au-dessus, même chose avec un gros velours côtelé. Mon jeans est relativement raide mais plutôt fin. Et je n’ai pas mis de fermeture éclair car en me tortillant, je la passe sans ;op Sainteeee Flemmeeeeee

J’ai déplacé la poche kangourou sur la partie jupe. Pour cela, j’ai décalqué la taille 42 pour vérifier qu’elle avait la bonne taille par rapport à ma jupe (en 40). J’ai rajouté après les marges de coutures.

IMG_20200822_131710_050

Pour la placer, j’ai plié ma poche en deux par la largeur, j’ai pris la hauteur des deux poches plaquées sur la jupe et j’ai aligné la poche avec le milieu du devant et cette hauteur. J’ai dessiné le contour de la poche (sans marges sur le patron) directement sur mon patron. Et j’ai fait le petit triangle de renfort sur le haut de la poche. Par flemme, je n’ai pas fait les poches dos ;op 

IMG_20200822_130353_024

La stature de référence du patron est de 1m68 et la valeur d’ourlet de 4 cm. Donc pour une version  au genou j’aurais dû retirer au moins 4 cm dès le départ. Une fois la robe terminée, je l’ai essayée pour savoir combien de cm retirer au patron… et j’ai eu un gros coup de coeur pour cette version presque midi ! J’ai donc décidé de faire un ourlet avec une parmenture pour garder le plus de longueur possible. J’ai donc dessiné une parmenture d’ourlet à partir du bas de la jupe, j’ai pris 8 cm de hauteur, avec une couture à 0,5 cm du bas du bord et un replis simple de 1 cm en haut.

IMG_20200822_130251_755

Pour le look et garder l’esprit jeans, j’ai fait des fausses coutures de jeans sur les côtés. Pour cela, j’ai surjeté ensemble mes marges de coutures que j’ai couchées vers le dos puis j’ai fait une double surpiqûre. Pour un côté, j’ai pu le faire juste après l’assemblage ce qui a grandement simplifié la manoeuvre puisque la robe n’était encore pas fermée ‘^^

IMG_20200822_130155_235

Pour le look, toujours, j’ai fait une piqûres à 3 cm du bord de la bavette devant et derrière.

IMG_20200822_131757_340

Pour ce qui est de l’intérieur , j’ai dessiné une doublure pour le haut de la salopette (devant et derrière) au lieu de la petite parementure prévue par le patron. Pour savoir où m’arrêter en bas, j’ai tracé un ligne perpendiculaire au centre de la pièce, 4 cm plus bas que l’emmanchures.

IMG_20200822_131623_679

Pour le montage, j’ai assemblé ma parementure par les côtés après avoir fait le bord de chaque pièce.

IMG_20200822_131423_471

Et je l’ai cousue tout autour de du haut de la robe, préalablement assemblée.

IMG_20200822_131553_010

Ah, j’ai failli oublier ! J’ai failli entoiler complètement ma doublure mais j’ai eu peur que ce ne soit trop raide. Alors j’ai entoilé uniquement 4 cm du haut, pour soutenir la bord de la bavette.

Epic fail 

Je voulais une parementure d’ourlet visible et je l’ai assemblé … endroit contre endroit… Perdu! Il a fallu tout découdre puisqu’il faut l’assembler dans l’autre sens ‘^^ Bon au moins j’ai tout réussi à coudre droit ‘^^ Si j’avais fait des vraies coutures renforcées de jeans, l’intérieur aurait été ultra clean mais je n’ai pas eu la foi de le faire ‘^^ ou la flemme

IMG_20200822_131357_187
Vous avez vu le gros caca de fils mal coupés ? ‘^^

J’ai cousu les surpiqûres des côtés de l’ourlet bien après avoir finie la robe, du coup, ce n’est pas très très très droit ni très bien raccordé ‘^^

IMG_20200822_130125_695

Le jeans brut, c’est sympa, c’est joli, j’adore voir le délavage s’installer petit à petit. J’ai bien évidemment lavé mon tissu avant de le coudre MAIS… J’avais les mains bleutées à la fin de la couture. Et je ne l’ai vu qu’APRES avoir cousu les boutons qui ont commencé à bleuir ‘^^ Ca promet… Note pour plus tard, laver ma jolie robe… uniquement avec du foncé ^^

IMG_20200822_130332_387

Mais le plus gros fail, je ne me l’explique toujours pas ! J’ai coupé une doublure de bavette… Plus courte que l’autre de 2 cm… Et je m’en suis rendue compte quand j’ai voulu tout assembler ‘^^. Pour tricher, j’ai donc fait un bord invisible à la main sur la partie qui dépassait, et j’ai fixé à petits points sur la marge de couture. Du coup, ma parementure ne roule pas sur elle-même quand je l’enfile ‘^^. Au passage, je suis bien contente d’avoir choisi pour doublure un tissu qui glisse bien, ça facile l’enfilage de cette robe qui n’est pas du tout serrée quand je la porte mais que j’enfile tout juste sans fermeture éclair ‘^^ Vivement que j’ai perdu ces 5 fichus kilos quand même ;op

Les photos portées 

Retour devant le mur orange, en terrain conquis et maitrisé ‘^^

IMG_20200822_131200_638

Mon fils m’a fait très justement remarqué que ma robe, elle faisait tablier. Moi j’aime bien. On verra ce qu’en dire les lycéens à la rentrée ;op

C’est peut être pire si on prend que le haut mais en même temps, c’est un peu le code ;op. Je n’ai pas utilisé d’attaches de salopette parce que j’en avais pas ‘^^Mais j’aime mes gros boutons en bois.

IMG_20200822_131011_206

Voici le traditionnel côté :

IMG_20200822_131112_322
Terrain conquis mais partagé ‘^^ la photo a été prise alors que le hamac revenait ‘^^

Et de dos : je regrette un peu de ne pas avoir les poches qui auraient été uniquement décoratives ( c’est pour ça que je ne les ai pas faites ‘^^)

IMG_20200822_131035_964
Et le Hamac repartait ;op

Et pour le fun, la dernière, que j’aime beaucoup avec mon squatteur de terrasse en prime !

IMG_20200822_134604_946

Je vois très très très bien cette petite robe avec ma marinière petit bateau à gros pois noir, un gros gilet, mes super collants à motifs et des bottines mais, vous m’excuserez, je n’ai pas eu le courage de littéralement me liquéfier sur ma terrasse pour vous le montrer ‘^^.

Alors, qu’est ce que vous en pensez, de ma petite robe ? ^^

Non classé, Tricot

Test pour Yarnflakes ^^: le top Xyris

A l’origine

Je suis tombée amoureuse de ce joli top dès qu’Audrey a relayé son appel au test sur Instagram. Je n’avais vu qu’un bout du dos et j’ai su tout de suite que ce serait une pépite! Je me suis donc proposée pour le tricoter et elle a accepté tout de suite ! Je suis tellement contente qu’elle m’ait fait confiance ^^ Merci encore Audrey ! J’ai tricoté ce joli patron tout au long du mois de Juillet !

IMG_20200810_121804_839

Les fournitures 

J’ai utilisé la même laine que celle de son prototype : la bio balance de BC Garn. C’est un mélange laine/coton éthique dont la composition est identique à ma coast (de Holst Garn) chérie mais le fil est issu plus épais. C’est un fil léger, avec un bon drapé, avec un nuancier relativement riche de très jolies couleurs. C’est un bon fil pour un projet de demi-saison ou pour les fraîches soirées d’été. Il fait trop chaud ici pour le moment pour le porter mais comme j’ai toujours trop chaud en classe, je le porterai avec bonheur de fin octobre à mi-mars ! J’ai choisi la couleur bleu marine qui est un beau bleu très lumineux et pas du tout foncé et j’ai acheté mes 4 écheveaux chez Lilicommetout juste avant de partir en vacances. J’ai à peine entamé le quatrième écheveau pour la taille 3, mais je l’ai légèrement raccourci et j’ai tricoté avec des aiguilles 3,5 (soit 0,25 de moins que ce qui est prévu par le patron)

Le patron 

IMG_20200810_121528_817

Il s’agit du top « Xyris » de YarnFlakes, disponible sur Payhip et sur ravelry, sous la forme d’une fiche payante, en français et en anglais. Il se tricote du bas vers le haut, sans couture, avec un rabattage à 3 aiguilles pour fermer les épaules.On relève ensuite des mailles autour des emmanchures et du col pour les finitions du haut.

On commence par partager ses mailles en deux zones : une partie est tricotée en côtes 3/1 (le futur devant) et l’autre commence directement la dentelle.

IMG_20200810_121639_791

Une fois bloquée, elle présentera les jolies petites « vagues » que forment les diminutions et les jetés.

IMG_20200810_121333_753

La dentelle est la partie la plus belle de ce patron, elle est très impressionnante mais pas si difficile que ça une fois qu’on a placé ses marqueurs et si on prend son temps. Elle comporte de nombreuses mailles torses mais tant qu’on ne sépare pas le dos et le devant, ce ne sont que des mailles endroits alors elles passent toutes seules ^^.

IMG_20200810_121153_930

Ce patron ne comportent pas de rangs raccourcis sur les épaules ce qui m’a un peu perturbé au début : j’ai demandé à Audrey pourquoi elle avait fait son choix et il est tout à fait logique. En tout cas, sur moi, le résultat est plus que convaincant!

Si vous avez eu un coup de coeur comme moi, je vous encourage vivement à le tricoter : tout est tout droit jusqu’à ce qu’on rabatte les mailles de l’encolure devant ou dos, il n’y a pas de mise en forme compliquée. La seule vraie difficulté que j’ai rencontré c’est lorsqu’on tricote la dentelle en aller-retour à cause des mailles envers torses( mais j’ai vite repris l’habitude) et des 2 mailles ensembles envers torses  mais bon… c’est juste un coup à prendre en fait ! Petite note pour une débutante qui voudrait s’enhardir avec un modèle plus compliqué : la dentelle se compte sur tous les rangs MAIS n’oubliez pas que vous avez à la suite plus de 100 mailles toujours à l’endroit, alors c’est comme si vous tricotiez un rang retour tout à l’endroit en fait ;op

La patte de la linotte

Comme c’est un test, j’ai essayé d’être sage. Je n’ai fait que des modifications mineures et toujours avec l’accord d’Audrey. J’ai tricoté le devant un poil plus court : 1 cm à la louche, parce que je voulais terminer le dos sur la fin des petites feuilles qui se terminent dans la seconde partie du motif. Je me suis basée sur la hauteur de mon échantillon pour calculer le nombre de rangs qu’il me faudrait une fois la séparation faite. Et après j’ai croisé les doigts pour que ma tension en aller-retour ne varie pas par rapport à ma tension en rond ‘^^. Et ça l’a fait, heureusement ! J’ai eu quelques sueurs froides mais c’est passé !

J’ai ensuite remonté un peu plus de mailles que ce préconise le patron pour les emmanchures : 4 de plus en fait. Audrey ne propose pas « de ratio » de relevage (ça sonne pas très français, ça ‘^^)  dans ses patrons, elle donne le nombre de mailles qu’il faut avoir. Je suis clairement psychorigide sur ce plan-là, je préfère relever toujours sur le même rythme, c’est à dire 3 mailles pour 4 rangs. En réalité, le plus important, c’est surtout d’avoir le bon nombre de mailles… pour avoir la bonne circonférence ‘^^. J’ai régulièrement le même problème : je n’ai pas toujours le même nombre de mailles que ce qui est prévu dans les patrons. En général, j’en ai un peu plus, ce qui n’est pas très grave. Ici, j’ai été sauvé par ma petite tête de linotte : j’ai tricoté mes côtes avec des aiguilles 3mm… au lieu des 3,25 prévues dans le patron ‘^^. Ca n’a donc pas gondolé mais je ne m’étais pas trompée de taille d’aiguilles.. ça ne l’aurait pas fait ‘^^

IMG_20200810_122012_247

Pour le montage, j’ai opté plutôt pour le montage préconisé par Stephen West pour le unicorn parallelogram : le « cable cast on » qui permet notamment de ne travailler qu’AVEC le fil de la pelote donc on ne risque pas de tomber en panne fil avant la fin du montage ‘^^ Que celui ou celle à qui ce n’est jamais arrivé me jette la première pelote ;op. Le résultat est très propre je trouve sur la dentelle et les côtes 2/3 Mais je ne le ferai pas plus pour pour des côtes 2/2 par exemple : je le trouve trop « mou ». Au passage, un petit truc : j’ai placé mes marqueurs pour la dentelle ( toutes les 16 mailles) dès le montage, pour être sûre de ne pas me tromper en comptant et ça m’a rendu le premier rang de dentelle plus facile : je me rendais compte au bout de 16 mailles si j’avais un soucis ( et ça n’est arrivé qu’une seule fois ! record battu ! )

Epic fail  ? 

J’ai trouvé le moyen de ne relever que la moitié de certaines mailles sur un petit bout du haut de l’encolure dos… Ne me demandez pas comment j’ai fait ‘^^. Je m’en suis rendue compte une fois le projet bloqué, pendant la séance photo… Ce n’est pas très grave et comme c’est dans le dos, je ne le verrais pas alors je survivrai ‘^^

IMG_20200810_121236_109

Je pense que j’ai un peu plus d’aisance que ce qui est prévu par le patron pour le devant. Le dos est nickel comme vous le verrez sur les photos portées. Mais on ne peut rien y faire : il aurait fallu tricoter le devant avec 0,25 de moins mais ce n’est pas possible en rond à moins de dévisser ses aiguilles à chaque demi-rang et franchement… ce n’est pas gérable  ‘^^

Je me suis trompée quelquefois dans la dentelle en oubliant toutes les fois où je m’en rends compte arrivée au marqueur ‘^^ mais je n’ai pas défait de rangs : j’ai triché en remontant des mailles pour simuler des jetés les rangs suivants. En général, soit je les avais oubliés, soit je les avais faits au mauvais endroit dans ce cas, je les ai fait tomber lors du rang suivant comme une sauvage ‘^^. Au final, ça ne se voit pas, je ne saurais même pas vous dire où ;op.

Enfin, j’ai remonté trop de mailles pour l’encolure : toujours fidèle à mon ratio de 3 mailles pour 4 rangs plutôt que de suivre le patron ‘^^. D’ailleurs, j’ai relevé aussi 3 mailles sur 3 sur les mailles rabattues pour essayer de rattraper la sauce… L’encolure me parait plus large que ce qui est prévu par le patron mais ce n’est pas très grave en soit et le zhomme trouve ça hyper sexy…. Non moi non plus je ne comprends pas…. Il trouve que le pull le plus sexy de mon placard…. est mon boxy…. non non cherchez pas, le zhomme est mystère. 

IMG_20200810_121721_594

Les photos portées

Encore une série de photos sans mur orange ! En fait, je crois qu’au bout de 3 ans… il me sort un peu par les trous de nez, ce mur orange. Quand je me débrouille seule, je n’ai pas d’autres choix que de faire les séances photos sur la terrasse mais là j’ai débaucher mon homme. J’ai utilisé le trépied, j’ai fait tous les réglages et il n’a eu qu’à me dire si j’étais bien dans le cadre et à appuyer sur le déclencheur ‘^^. Allez, trêve de bla-bla… voici les photos !

IMG_20200809_192726_424

De face, on dirait juste un petit top tout bête en jersey… Mais de dos…

IMG_20200809_193647_202
Ne faites pas attention aux bouts de manches qui rebiquent, c’est parce que je l’ai bloqué trop près de la séance photo ‘^^

Comme je vous l’ai dit, le motif fait de jolies vagues en bas du top

IMG_20200809_192551_399

et je vous ai fait un gros plan du dos pour terminer !

IMG_20200809_192905_279

Alors, il vous plaît ce petit top ? ^^

 

 

Couture

Encore du bleu ;op

A l’origine 

IMG_20200712_112557_773

Vous connaissez mon amour pour le patron de la Désinvolte de Odv patron ? Et bien j’ai eu envie de le mixer avec mon autre patron chouchou de l’été ! ^^ J’ai un superbe coupon de lin viscose dans un rose parfait qui attend sagement le patron qui le mettra en  valeur. Alors, j’ai fait une toile avec les chutes de mon estuary chouchoute de l’an dernier.

Les fournitures

IMG_20200712_112637_154

J’ai utilisé un tencel fluide et un peu lourd trouvé par 3m chez les coupons Saint-Pierre l’an dernier. Ce tissu est toujours aussi fuyant ‘^^ j’ai donc utilisé une tonne d’épingles et j’ai presque réussi à couper les arrondis du patron sans heurt. C’est le type de tissu qui va bien à ce genre de top : j’ai fait une pré-toile en popeline noire qui est totalement importable tant elle fait montgolfière ‘^^ ( je vous épargne les photos, ça ne rend absolument pas bien du tout ^^). Le tissu est très léger à porter mais avec suffisamment de poids pour que les fronces tombent super bien. Par contre, contrairement à ce que j’ai pu lire, ce n’est pas exactement un type de tissu très écolo : comme sa copine la viscose, il demande beaucoup d’eau pour son traitement.

Pour les finitions d’encolure et d’emmanchures, un peu de biais d’amours du marché qui attendait depuis bien deux ans… Il n’est pas tout à fait aussi souple qu’un liberty mais il est parfait pour cet usage.

Le(s) patron(s)

IMG_20200712_113024_432

Pour l’encolure : mon patron ottobre chouchou d’amour et pour le reste à partir de la pince poitrine : la désinvolte de Nathalie. On se retrouve plus bas pour la présentation des détails de l’ensemble ^^

La patte de la Linotte

Donc, j’ai gardé du patron ottobre : les encolures devant et dos, la largeur des bretelles et les finitions au biais rapporté encolure et emmanchures.

IMG_20200712_112946_843
Mais couture son hyper droite sur l’endroit du tissu et ça me met en joie !

Cette fois, je n’ai pas fait la flemmasse et j’ai posé le biais aux emmanchures ‘^^. Il faut vraiment que je me souvienne pour mon prochain top ottobre, je crains que vous n’ayez pas fini de le voir ici repopper de temps en temps, que le biais stabilise les emmanchures bien mieux que l’ourlet.

IMG_20200712_112854_171

Tout le reste vient de la désinvolte, à savoir : les pinces-poitrines pour réduire l’effet potentiellement parachute de ce type de blouse, la découpe sous la poitrine, qui suit la courbe naturelle du corps ( 3 arrondis en tout, ce qui permet encore de réduire l’effet parachute… quand on se trompe pas de sens pour les fronces de sa basque…. On se retrouve encore un peu plus bas pour expliquer ça), la  basque froncée.

IMG_20200712_112923_915

Comment j’ai fait pour assembler les deux patrons ? Je n’ai aucune photo exploitable de la manoeuvre, mais je vais essayer de l’expliquer avec des mots : j’ai superposé les deux copies des patrons ( le papier est quasi transparent, ça aide vachement) et j’ai tracé par dessus, sur une 3eme feuille hein, l’encolure puis les emmanchures du top ottobre, puis j’ai tracé le bas de la  partie haute de la désinvolte. Ensuite, j’ai rajouté les pinces et j’ai repris les côté à partir des pinces pour que le haut et le bas coïncide à peu près. C’est la partie cuisine, hasardeuse du truc ‘^^. Pour le dos, j’ai pris le patron du top ottobre et j’ai superposé sur celui de la désinvolte. Les largeurs étaient quasi identiques : alors j’ai juste mesuré combien il y avait de cm entre le bas de l’emmanchure de la désinvolte et le bas de la pièce. J’ai reporté cette mesure sur le patron du top ottobre et j’ai juste tracé un trait.

Bon je crois que c’est pas très clair mon histoire ‘^^Il faudrait que je refasse la manoeuvre et que je prenne une paire de photos, je crois…. Mais je vous promets rien…

J’ai dû recouper 2 cm et demi sur mon ourlet et je ne sais pas comment j’ai fait mon compte par rapport à ma première désinvolte sans manche que j’aime d’amour aussi et qui commence à montrer des signes d’usures suspects… Note à moi-même : recouper mon patron de basse ‘^^ Comme d’habitude, ourler à la main à points invisibles, parce que je suis maso, pour garder un max de fluidité en bas ^^

IMG_20200712_123641_839

Epic fail 

Alors déjà : le tissu doit être bien fluide, parce que sinon, à moins d’être plate comme une limande, ça rend pas très bien. Mais vous connaissez la chanson sans doute, c’est la même chose pour Lucie, ou bien Marthe. Je suis d’ailleurs septique sur l’utilisation de tissu lange pour ce genre de projet. Certes, c’est confort mais toutes ses fronces sans repasser à mort pour les écraser…. Enfin, c’est subjectif sans doute… Donc mon premier fail ce fut la popeline ‘^^ Non pas la peine de demander, vous n’aurez pas de photos ;op  

Deuxième fail que vous allez voir sur les photos : l’encolure dos baille. Elle baille toujours d’ailleurs. Je sais comment le réparer grâce à la créatrice du patron de la Asta Dress que je vous ai montré ici. Il faut que je retire la valeur d’un pince verticale au milieu du dos. Il faut que je retravaille mon patron. Et d’ailleurs, à bien y réfléchir que je le reporte sur d’autres patrons ….

Troisième fail, aka celui de la honte : j’ai consciencieusement épinglé mon tissu tous les 3 cm pour que ça ne bouge pas à la découpe : ma basque avait donc son bel arrondi central, celui qui fait que la blouse tombe hyper super bien malgré les fronces ( encore une fois, Chapeau bas Nathalie !). Et pour une fois, il était parfaitement dessiné malgré le tissu si vivant qu’il en est pénible à couper. Et j’ai froncé…. et oui, le bas de la pièce au lieu du haut. Ne me demandez pas comment j’ai fait… Je sais pas …. évidemment je m’en suis rendu compte au moment de l’ourlet final. Alors j’ai tout recoupé comme une sagouine au jugé, sur un tissu fuyant… voilà vous avez compris…

Quatrième fail : mon bas n’est pas super droit ‘^^ j’ai essayé de tricher avec l’ourlet mais le dénivelé de 1 cm, ça ne se rattrape pas vraiment… Côté positif, comme il y a beaucoup de matière avec les fronces et que je ne suis pas un mannequin de vitrine, ben … on s’en rend presque pas compte ‘^^

IMG_20200712_113117_980
Qui se voit encore moins si je triche en prenant la photo du dessus ;op

Cinquième mini fail : mon raccord de biais à l’encolure est un peu cracra dedans, mais c’est pas grave, ça se voit pas, vu que c’est dedans. L’honneur est sauf

Bon je suis contente du résultat final quand même. Je vais tenter une 3 ème toile cette série de modifs :

Retirer la valeur de cette fameuse pince verticale dans le dos + raccourcir la basque de 2 cm pour ne avoir à recouper mon ourlet après coup + remonter un peu l’encolure devant  parce que mon idée, je voudrais une encolure plus haute et plus droite ( mais je ne sais pas si ça va être confort à porter…. d’où la toile avant de couper dans mon précieux d’amour)

IMG_20200712_113153_895

Les photos portées 

Bon j’ai déjà beaucoup trop discuté alors…. On a donc nos traditionnelles photo de presque face

IMG_20200712_113403_245

Photo de côté, où on voit déjà un peu le dos qui baille

IMG_20200712_113229_578

Et de dos

IMG_20200712_113315_590
vous voyez le triangle de tissu en trop dont je vous parlais tout à l’heure ?