Couture

Ma petite collection Printemps/été 2021 : La version définitive

A l’origine

Après avoir cousu la toile que je vous ai présentée hier, j’ai mis des semaines à coudre la version définitive. En fait, j’ai cousu cette version avant-hier et je l’ai terminée hier matin. Est ce que j’ai d’autres choses plus anciennes à vous montrer ? oui ! Mais je trouve ça plus logique de faire les deux articles à la suite, finalement ^^

Les fournitures

J’ai acheté chez tissu Ferrarri 3 m de panneau marinière jersey Petit Bateau, grâce au bon plan indiqué par ma copine Marette, il y a des mois, pour un prix…. défiant toute concurrence. C’est la première fois que je couds ce type de jersey, il a l’air … euh… tricoté ? C’est une maille 100% coton, plutôt fine mais facile à travailler et à couper. Je n’ai presque pas mis 2 plombes à aligner les rayures quand j’ai plié mon coupon géant ‘^^. Par contre, j’ai un gros doute : l’avais-je lavé ou non au final ? ‘^^ Le premier lavage en machine nous le dira ;op. Au pire, j’ai bien assez de métrage qui reste, même avec la toile que j’ai prévue de faire avant de couper un autre coupon de maille de luxe, pour recommencer si nécessaire ^^

J’ai utiliser aussi un peu de support de droit fil thermocollant pour l’encolure et l’emmanchure et un peu de liberty joli.

Le patron

Je ne vais pas m’étendre à nouveau, mais vous montrer les petits détails de cette version. Cette fois, j’ai tenté l’autre finition proposée pour les emmanchures, c’est à dire un ourlet simple.

Sans doute grâce à la bande de support de droit fil, je n’ai eu presque aucune difficulté pour coudre cet ourlet. Le rendu est bien joli ! ça n’a pas déformé ni gondolé. Je pense que je le referai comme ça la prochaine fois pour ce patron au moins. Soyons claire, l’emmanchure n’est pas du tout élastique mais ici ça ne gène pas.

Je suis plutôt contente de mes presque-raccords, qui sont alignés au moins une partie du temps ‘^^Comme d’habitude, plus on avance, plus ça se décale, lentement mais sûrement…. Heureusement que les rayures ne vont pas jusqu’en bas ;op

La patte de la linotte

Comme d’habitude… ourlet à point presque invisible pour le bas et encore, c’est un peu raide. J’espère que ça va ramollir à l’usage.

Mais surtout, j’ai recoupé la marge de couture de l’encolure sur 1 cm pour poser un biais à cheval : en faisant ça j’arrive à la même hauteur encolure que si j’avais fait un ourlet classique. J’ai déjà utilisé cette finition sur cette robe marinière, j’aime décidément beaucoup le mélange marinière et liberty! J’ai pas mal hésité avec un biais froufrou jaune avec des fleurs, mais il était un peu étroit et le liberty que j’avais étant un reste d’une longueur un peu bâtarde, ça me permettait de lui trouver une jolie utilisation.

Encore une fois, j’insiste : sur ce type d’ouverture, c’est très bien car elles sont droite et on a pas besoin d’élasticité : la tête passe sans problème. MAIS ça ne fonctionne pas avec toutes les encolures donc à utiliser avec parcimonie.

Epic fail ?

Le premier lavage nous dira…. si jamais il rétrécit ‘^^

J’ai eu un petit soucis de plis au niveau d’une des emmanchures, parce que j’ai mal négocié ma courbe. Rien de dramatique, j’ai laissé comme ça… On dira que c’est la « fait main touch » ;op

Par contre, j’ai complètement oublié de reporter ma modification de dos habituelle : c’est à dire retirer la valeur d’un pince au milieu du dos sur le plis. Comme l’ourlet est réalisé avec un biais qui étend en peu la largeur, ça ne pardonne pas. J’ai pensé à faire un pli creux au dos, mais j’ai eu la flemme ‘^^ Mais je pense que je finirai pas le faire et dans ce cas, je viendrai éditer… C’était moins prononcé sur les photos que ce je pensais mais je suis allée amener Eliott au conservatoire ce matin avec mon petit débardeur et j’ai vu dans une vitrine que ça baillait quand même pas mal ‘^^

Et comme vous allez le voir un peu plus, j’ai l’impression que le bas cartonne un peu, mais il y avait un peu de vent sur la terrasse donc c’est peut être la vraie cause… Et comme je vous l’ai dit dans l’article précédent, j’ai recoupé le patron de base à la même hauteur que ma version du Confortable ( que j’avais déjà ratiboisé d’ailleurs…)

Les photos portées

J’ai coupé ma tête sur certaines parce que … euh… voilà ‘^^ Cette première est un peu floue mais c’est celle qui me rassure sur la manière dont tombe l’ourlet du bas.

Je vous ai aussi fait un plan plus rapproché de mon encolure : Elle est encore un peu haute peut être mais elle ne me gêne pas alors je vais laisser le patron comme ça pour le moment.

Et puis les plus traditionnelles :

et …

Et pour finir, une avec une tête ^^

Je suis contente d’avoir osé coupé dans ce coupon, ça fait des mois que je tourne autour et je suis contente du rendu ^^ Et il va falloir que je refasse un petit stock de liberty dans plus de couleurs, parce que j’ai encore pas mal de coupon à rayures et que j’aime décidément beaucoup ce type d’associations ! ^^

Couture

Petite collection printemps été 2021 : la toile … ( article post-it)

A l’origine

J’ai dans un stock une merveille de jersey petit bateau qui attend d’être coupée depuis cet hivers. Vous vous en doutez, avec un tissu pareil, il faut être sûre de son coup même si je l’ai payé une misère mais ça, c’est une autre histoire. Au départ, je pensais partir du patron du confortable pour en faire un débardeur et puis j’ai eu une illumination : j’avais acheté pour 2 euros sur « The makerist » un patron allemand que je n’avais pas encore cousu. Pourquoi chercher plus loin, il avait tous les critères que je voulais : encolure haute, et bateau, trapèze et ample. Que demander de plus ?

J’ai donc pioché dans mon stock un coupon acheté lui aussi une vrai misère ( genre 1 ou 2 euros le mètre sur un marché, il y a fort fort fort longtemps)que je soupçonne être un jersey de lin pour faire ma petite toile. Au départ, j’avais pensé l’associer à une certaine petite jupe jaune qui devrait arriver par ici dans pas trop longtemps mais au final le tissu jure un peu. Ce petit top n’a pas trop de copains dans mon dressing : soit il n’est pas de la bonne couleur, soit il est un peu court. C’est peut être pour ça que j’ai attendu si longtemps pour le montrer ici. En plus, il est pleins de petits défauts. C’est la première pièce que j’ai cousu pour ma petite capsule, en réalité… en AVRIL ! Il est parfait pour les chaleurs de l’été d’ailleurs, donc il faut que je ressorte un peu mes jupes pour voir si je peux l’associer… ou alors il restera une toile portable qui ne sortira pas trop ( mais il me semble qu’il vas plutôt bien avec un prochain de ma seconde série de couture, donc, tout n’est pas perdu.

Le tissu

Du jersey de lin, donc, un peu pénible à coudre, parce qu’il est très fin et donc se déforme très vite si on ne fait gaffe quand on coud, ne veut pas être surjeté tout seul, et il roulotte sournoisement sur lui-même dès qu’on a le dos tourné ! Au passage, il gratouille très légèrement… pas le tissu du siècle, quoi ! Mais bon, on ne peut pas demander la lune pour 2 euros le m non plus !

Le patron

J’ai donc cousu le top « Frau Lizzy » de la marque allemande Studio Schnittreif. Le patron est disponible en français sur le site de la marque, en téléchargement pour 6 euros 50. Il y a quelques autres patrons qui me font de l’oeil, à voir plus tard peut être. Outre le fait il correspond à mon cahier des charges, le principe d’origine est qu’il se coupe en UNE SEULE PIECE ! Et si vous êtes la reine des raccords, vous pouvez avoir un beau motif en chevrons sur le devant. Je ne vais pas trop m’étendre, je vous laisse découvrir, c’est super astucieux et si tu maitrises aussi la surjetteuse…..

Bon avec mon tissu capricieux, j’ai pas osé, hein, on va pas se leurrer … Mais le patron explique aussi comment modifier la pièce pour couper le top en 2 parties et ce n’est pas sorcier du tout ! D’ailleurs, il est écrit pour être fini à la surjetteuse OU à la machine, avec des finitions à l’aiguille double ou pas.

On a donc une encolure très près du cou et des emmanchures plutôt large. Attention au passage, ce patron est taille plutôt large en terme de carrure dos et devant. Et en longueur. En même temps, c’est un patron allemand…. J’ai choisi de finir à l’aiguille double, maintenant qu’elle ne me fait plus peur.

La patte de la linotte

J’ai dû pas mal le reprendre sur les côtés et au niveau de l’emmanchure. J’ai ratiboisé d’un cm partout et j’ai creusé l’encolure d’1 cm pour le devant et le dos par la suite. J’ai aussi rajouté un support de droit fil thermocollant sur l’encolure et les emmanchures pour stabiliser mon ù$=*%£ de tissu récalcitrant. Et je reste polie ‘^^ On l’entrevoit sur la photo du dessus.

J’ai aussi ratiboisé le bas, rapport à mon buste étroit et mon petit mètre 63. Et puis j’ai fait mon ourlet à la main en bas, comme d’habitude, pour que ça ne cartonne pas. Et parfaitement invisible s’il vous plait !

Epic fail ?

Alors d’abord, à force de ratiboiser le bas, j’y suis allée peut être un peu fort ‘^^ Je ne sais pas trop si je dois re-rallonger ou pas. j’ai l’impression que sur mes tailles hautes ce n’est pas si mal. J’ai prévu une 3eme version en jersey uni vert pour voir. Parce que là ça jure trop avec mes jupes bleues marines. Vous pourrez me dire ce que vous en pensez dans les commentaires, je suis curieuses ^^. J’ai gardé la bande que j’avais coupée pour re-assembler si nécessaire pour uen longueur plus classique . Au passage, je m’étais fiée à la hauteur de mon confortable modifié pour recouper le bas la première fois. Et j’ai commencé une seconde version aujourd’hui avec cette longueur là.

Plus emmer embêtant, j’ai un sale plis moche en plein sur l’encolure devant. Faut mettre le nez dessus, comme on dit, mais ça m’agace. Vraiment . Bon en même temps comme il va avec pas grand chose…. ( par contre, mon ourlet d’encolure à l’aiguille double, il est classe partout ailleurs et ce n’est pas qu’une petite victoire ;op)

Les photos portées

Évidemment, il a fallu que le voisin sorte pour papoter juste à se moment là ‘^^Il est gentil comme tout le voisin, mais ça ne m’a pas aidé à avoir l’air à l’aise ‘^^Et en plus je pensais sourire …. Mais bon, vous êtes là pour mon top, pas mon sourire, alors, on dirait que ça irait

Et les traditionnelles… faites entrée l’accusée ;op

Et le retour de la prise… Bon, en même temps, le zhomme avait une excuse, il papotait avec le gentil voisin…

Et voilou ! Vous devriez le revoir d’ici une paire d’article, dans une plus jolie version alors je m’attarde pas plus ! A bientôt ^^

Couture

Petit défi entre amies ^^

A l’origine

Pour rebooster mon amie Rachel ( Les lutins du moulin sur Instagram), je lui ai proposé un petit défi couture autour d’un petit top en chaîne et trame. Patron et tissu libre, juste pour le plaisir et se coudre un joli top pour le printemps qui tardait à venir.

Je ne savais pas trop ce que j’allais coudre quand je lui ai fait ma proposition. J’avais plusieurs haut en jersey sur le petit tableau récapitulatif dont je vous ai parlé plusieurs fois. Et un top en chaine et trame mais j’hésite encore à rallonger en robe. Alors j’ai commencé à gribouiller et j’ai sorti les tissus que je n’avais pas encore sélectionné dans mon tableau. J’ai sorti d’abord un coupon de ikat qui est assez étroit. Mon premier croquis nécessitait de faire une longueur assez conséquence de mini bretelles et je n’ai pas eu le courage. Alors j’ai laissé « poser » quelques jours etje me suis souvenue d’un coupon de soie japonaise à Kimono offert par mon amie Claire et j’ai su immédiatement ce que j’allais en faire.

Les fournitures

Il s’agit du tissu le plus précieux que j’ai cousu à ce jour. Claire est spécialisée dans les tissus d’exception et elle m’a offert pour un anniversaire une longueur assez conséquente de ce tissu 100% soie, double face. On appelle ce tissu Tanmono De Soie Chirimen , c’est une sorte de crêpe de soie. La laize traditionnelle est de 36 cm, et il est destiné à la confection de Kimono. Autant dire que j’ai longtemps tourné autour de cette petite merveille avant de trouver ce que j’allais en faire ‘^^D’un côté, on retrouve un joli motif blanc sur un fond plus ou moins lavande suivant la lumière. Et de l’autre, un bon crème avec un autre motif qui se voit aussi discrètement sur l’autre face puisqu’il est en volume. Ma machine m’a fait des trucs bizarres et j’avais posté une photo sur Instagram : je vous la remets ici.

Ce tissu est facile à coudre mais j’ai mis beaucoup d’épingles pour le couper sans qu’il ne bouge. Il se comporte de manière un peu schizophrène, à la fois raide mais avec du drapé, lourd mais léger… Honnêtement, je ne sais pas si j’ai choisi le meilleur patron pour lui …

Pour les boutons, je suis allée chercher dans la boite à merveilles héritée de ma petite mamie Suzette qui décousait systématiquement les boutons blancs des vêtements usagés. Apparement pas les autres couleurs. Juste les blancs… J’ai trouvé les boutons parfaits et pile le bon nombre en plus ^^

Le patron et la patte de la Linotte

J’étais bloquée à cause de la laize vraiment étroite et puis j’ai réalisé que je pouvais couper un top ouvert devant et avec une couture au milieu du dos. Pour mon 92-94 cm de tour de poitrine, c’est rentré au poil de Yak ‘^^ J’ai choisi mon fétiche « top grainfield » de Ottobre dont je vous ai déjà parlé je-ne-sais-plus-combien-de-fois. Je n’ai pas utilisé d’épingles pour ce top, j’ai TOUT faufilé, cousu avec une aiguille microtex NEUVE. Faut c’qui faut !

Pour faire mon faux boutonnage, j’ai positionné un demi-devant à 1,5 cm de la laize et j’ai faufilé en le posant sur la seconde pièce, sur deux lignes : Une ligne pour fixer le rebord de 0,5 cm et un autre 1 cm plus loin pour que sur le dessous ne bouge pas du tout. J’ai profité de la laize pour ne pas avoir à surfiler le devant qui se trouve dessous ( jetez un oeil à la photo précédente). Le plus long a été de positionner mes pièces pour avoir le raccord parfait. Je suis vraiment fière de moi car le devant est quasi nickel et que le motif n’est pas régulier : d’abord une série de « vagues » dont les bord sont incurvés vers le haut, puis une autre série dont les bords sont incurvés vers le bas , avec de jolies fleurs de lotus dont le sens change aussi. Un vrai casse-tête ! j’y ai passé un bonne heure ‘^^Et j’ai « perdu » pas mal de tissu pour que les deux demi-devants et demi-dos soient parfaitement alignés. Enfin perdu… on se comprend, hein ! Evidement que je les garde précieusement !

Ensuite j’ai cousu 1 fois à 2 mm de mon rebord en apnée. Puis une seconde fois, à 1 cm de ma première toujours en apnée.

Pour les ourlets d’emmanchures et d’encolure, j’ai stablisé mon tissu avec une bande thermocollante puis j’ai fait un ourlet simple de 1 cm que j’ai piqué à quelques mm du bord.

J’avais commencé par surfiler le milieu dos mais j’ai eu l’impression que mon tissu n’aimait pas trop ça. Alors j’ai arrêté de le faire car ça le fragilisait vraiment beaucoup.

J’ai beaucoup hésité pour l’ourlet du bas. Finalement j’ai fait un double rentré que j’ai cousu à la main à points invisibles.

Les raccords de côté en revanche, ne sont du tout nickel. J’ai lâché l’affaire au bout d’un moment.

Epic Fail ?

J’ai l’impression que le thermocollant était une mauvaise idée : l’encolure est plutôt rigide. Côté positif, le tissu ne s’effilochera pas. Et puis j’ai découvert qu’en fait, elle était plus rectangulaire que arrondie, en vrai ‘^^. Je crois que je préfère mes anciennes versions même si, en fait, c’est sensé être loupé ;op.

Et le bas de mon top n’a pas beaucoup de drapé. Il faut que je l’essaie avec un gilet fin pour voir si ce n’est pas mieux. Mais mon seul gilet fin qui serait de la bonne couleur attend son blocage depuis des lustres. Je vous laisse juger avec les photos portées en dessous.

Les photos portées

Ce petit top, je lui trouve un air très trop ? sérieux. Mais je trouve que ça va plutôt bien avec un jeans, surtout un jeans boyfriend bien déchiré et réparé avec un beau reprisage visible. Et un peu de sashiko sur les pièces. Vous sentez la quête du jeans parfait qui a débuté ? ;op Et une fois la perle rare trouvée, il va en falloir du temps pour le repriser ce jeans… Mais un jour…

En attendant, j’ai un jeans foncé avec lequel il va plutôt pas mal. Au passage, j’ai posé le trépied sur une table que j’ai eu la flemme de bouger comme je le fais d’habitude mais ce n’est pas très heureux: ça déforme le bas de l’image et on dirait que j’ai pris subitement du gras sur les hanches ‘^^ Sur la première photo, un coup de vent a rempli mon top mais je pense que vous voyez ce que je veux dire par  » cartonner ». C’est mieux sur les suivantes…

Par contre, l’encolure a un peu bougé. Si je soulève le bas, tout le top monte tout droit ‘^^Je ne sais pas si je suis claire, mais c’est un peu étrange ….

Par contre, je trouve qu’il tombe pas mal de côté.

Et le dos est nickel, c’est d’ailleurs une des choses que j’aime tout particulièrement avec ce patron.

Voilou. J’ai plusieurs projets terminés à prendre à en photo, des projets toujours pas bloqués mais la fin de l’année, le bac, toussatoussa… Vous commencez à connaître la chanson ‘^^. Pour la petite histoire, j’ai cousu ce top en deux jours… Il y a plus de 3 semaines. Depuis, je n’ai pas touché à ma machine et ça me manque ! J’ai pleins de jolis projets prévus pour moi, dont un très très gros défi personnel, à base de jeans mais aussi des projets décalqués pour les enfants. Vivement que tout ça soit derrière moi et que je retrouve du temps !

Et pour vous, c’est pareil ? ou vous arrivez à dégager du temps pour vos jolis projets créatifs en ce moment ?

Couture

Petite collection printemps/été 2021 : La jupette matelassée

A l’origine

Cet été, j’ai cousu et énormément porté depuis d’ailleurs, une veste nénuphar de Deer and Doe en jersey matelassé. En même temps, j’avais réfléchi pendant mille ans pour caser en même temps une brume de deer and doe. J’ai dans mon stock un coupon de jersey matelassé vraiment ADORE de chez Camillette Création, gris avec un imprimé nuage. Je l’adore vraiment. Je l’ai depuis la création de cette petite marque de tissu qui je crois a fermé depuis. Je l’avais acheté pour coudre une veste et un pantalon à Robin Bébé mais … Je l’aimais trop ‘^^. Il fait partie de ses coupons super précieux en attente de THE patron. Alors je me suis dit que j’allais faire une toile avec ces chutes puisque que les pièces sont pour la plus part très étroites et donc casable non ce mot n’existe pas entre les pièces de ma nénuphar. Alors, vous saurez que ça rentre. Mais au poil de cul ‘^^. Bref.

J’ai donc coupé ma brume mais c’était l’été et je me suis dit que je la coudrai quand ce serait la bonne saison pour la porter.Et puis les mois sont passés… tellement que vous allez voir, certaines pièces en garde la trace ‘^^

Les fournitures

Comme je viens de le dire, les chutes du matelassé premier prix de chez Mamzelle fourmi. Ma nénuphar a bien tenu 2 saisons, elle commence à montrer des signes de faiblesses mais je pourrais la mettre encore au moins 2 autres saisons je pense. Je suis plus dubitative pour une version jupe moulante qui va subir plus de frottement, surtout en cette période de télétravail. J’ai peur qu’elle ne revienne pas trop en place et que ce choix de tissu pour ce type de pièce soit un peu loupé. Je vous tiendrai au courant.

Le patron ne nécessite pas beaucoup de tissu et rien d’autres que le tissu. Il faut juste réfléchir en amont à l’élasticité, surtout à celle de la bande de ceinture. J’ai dû avoir recours à un autre tissu qui du coup n’est pas sur la photo : un French Terry à motifs, le même que celui que j’avais utilisé pour ma nénuphar, justement, on en reparle un peu plus bas… Linotte un jour…

Le patron

Il s’agit de la Brume de Deer and Doe, Troisième version ici. Au passage, la version à pois est de loin ma préférée et le jersey tient super bien la route ! Je vous laisse jeter un oeil à la première version pour la présentation détaillée du patron si vous en avez besoin.

J’ai gardé les surpiqûres d’origines, c’est à dire uniquement celle des rares pièces horizontales qui permettent à le jupe de mieux se tenir et qui sont jolies: celle du devant ….

Et celle du dos, ces deux découpes donnant son identité et sa modernité à cette jupe qu’on ne présente plus.

La patte de la Linotte

Comme d’habitude, j’ai cousu et surjeté à la machine à coudre : c’est d’autant plus facile qu’on surjette les marges de coutures ensembles à chaque étape. C’est vraiment un cousette rapide et gratifiante !

J’ai encore fait le bord à la main. J’ai failli le faire à l’aiguille double mais j’ai eu peur que le tissu ne marque trop et que ça gondole.

Epic fail ?

La taille est parfaite, de mémoire la taille 38, soit une taille de moins que le tableau des tailles. Mais comme je l’ai sous-entendu plus haut. J’ai fait une belle boulette de conception. Mon tissu n’est pas très élastique. Pour le corps de la jupe, ce n’est pas gênant mais… pour la ceinture… C’est ennuyeux. Très ennuyeux. Quand j’ai fini ma jupe et que j’ai voulu l’essayer, j’ai connu un grand moment de solitude. Impossible de passer au dessus des cuisses. Ma ceinture n’avait absolument pas le bon pourcentage d’élasticité pour ce modèle. Mais genre…. carrément pas ‘^^. Heureusement, j’ai très vite rebranché mon cerveau, et armé de mon découvit j’ai défait le surjet ( misère…) et la couture et j’ai recoupé une partie ceinture dans le French Terry. A ce moment là, j’avais perdu les mini chutes qui me restaient et que j’ai retrouvées par hasard avant hier en cherchant un tissu contrastant pour des capes pour un cadeau d’anniversaire express, mais ça c’est une autre histoire. Si j’avais eu mon tissu sous la main, j’aurais sans doute coupé la ceinture 2 tailles au dessus et retenté : on pose la partie ceinture qui est plus courte le haut de la jupe un peu comme quand on termine un t-shirt avec une bande rapportée. Donc ça aurait pu le faire. Mais je suis contente d’avoir eu mon tissu à motifs sous la main. Personne ne voit ma ceinture car je porte mes brumes avec un t-shirt par dessus ma jupe et pas rentré dans ma jupe mais moi , ça me met en joie de la voir le matin et le soir cette fameuse bande de motif de maitresses de maternelle.

Je me suis appliquée quand je l’ai coupée pour avoir un motif complet, centré même avec la ceinture pliée en deux. Et devinez quoi ?

Je me suis rendue compte une fois la ceinture montée ET surjetée que j’avais centré mon raccord de ceinture au milieu… ET oui, du devant…. J’ai pas osé découdre et en plus j’avais la flemme alors ça reste comme ça et puis comme dit plus haut… Personne ne la voit ma ceinture, alors…

Les Photos portées

Mode Rapide ? Après tout c’est la 3 eme fois qu’elle traîne par ici alors…. On va juste changer l’ordre histoire de pas faire trop comme d’habitude quand même…Donc …

De dos :

Et non toujours pas rasée !

De côté :

Il faut que je pense à cloner ce côté de t-shirt, tiens, j’aime bien !

Et de face !

Vous le voyez le plis qui part pas parce que la pièce découpée est restée pliée plus de 6 mois ? ‘^^

Et voilou ! Elle est très agréable à porter mais je ne pense pas que le tissu revienne bien en place. Je n’irai sans doute pas travailler avec mais à la maison, c’est pas mal et en plus, elle s’entend plutôt bien avec mon confortable chéri « où est Charly » alors… Elle tiendra le temps qu’elle tiendra de toute façon, je n’aurais pas pu faire grand chose d’autre de mes chutes…

Allez, zou ! Je tente cet après midi une adaptation de patron de sweat en t-shirt pour faire une toile pour un autre coupon adoré et précieusement conservé depuis 3 ans, alors je retourne dans l’atelier ! A bientôt ^^

Couture

Petite collection printemps/été 2021 : le sweat chouchou

A l’origine de ma petite capsule

Il y a quelque temps, j’ai fait un état des lieux des grands coupons qu’ils me restaient à coudre ainsi que des grandes chutes. Je voulais voir si je pouvais planifier quelques séances de couture, histoire de ne pas passer le peu de temps que j’ai pour coudre à réfléchir quoi faire… et ne plus avoir le temps de coudre. En fait, c’est pas compliqué, c’était deux jours avant l’annonce du nouveau confinement. Je les ai donc tous sortis et j’ai commencé à gribouiller pour faire coïncider ces tissus avec les patrons que j’ai en stock et jamais cousu. Il en est sorti une série de petits gribouillis jolis que j’ai fini par épingler sur un tableau. J’ai ensuite fait le tour des fournitures dont j’avais besoin pour aller avec ces envies …. et j’ai fait une commande de fils et d’entoilage ‘^^. Beaucoup de fils…. Je crois que je n’ai jamais autant achetée de fils d’un coup ‘^^. J’en ai profité pour essayer de créer des ensembles et j’ai privilégié les pièces qui pouvaient virtuellement se combiner entre elles quand j’hésitais entre plusieurs patrons.

Et mine de rien, vu que tout est prêt, dès que j’ai envie de coudre, j’ai juste à prendre un tas et you ! roulez jeunesse. J’ai donc déjà cousu un joli stock de projet pas forcément de saison. Surtout que le froid est revenu, et que le mistral s’est levé. Je me retrouve donc avec 3 jupes, 1 top et 1 sweat à blogger. Je commence aujourd’hui par la dernière pièce cousue, celle qui j’aime le plus. Mais comme c’est aussi celle qui est prévue depuis le plus longtemps alors la boucle est bouclée ! Et demain, je pourrais porter mon sweat d’amour ^^

A l’origine … du sweat ^^

Un soir d’hiver , alors que je trainais ma flemme sur instagram, encore, je suis tombée en amour devant un sweat que Mélanie, alias « machin_chouette » venait de coudre. Quand je dis en amour, je suis sérieuse ! Une fois n’est pas coutume j’ai commandé le patron tout de suite, je l’ai imprimé et scotché tout de suite ET je l’ai même décalqué le lendemain matin ! C’était la semaine du 10 février, oui la précision c’est important dans la vie ^^

J’ai même commandé tout de suite du molleton de la collection hivers « see you at six » le soit même et j’ai fantasmé pendant 1 semaine cette cousette… que je n’ai pas faite ‘^^. Il était évident que je ne pourrais JAMAIS couper dans ce beau tissu sans faire une toile au préalable et j’avais déjà le tissu en stock , un French Terry Bleu/gris, acheté l’an dernier pour faire une toile de robe sweat. Mais je voulais un jersey contrastant pour aller avec et je n’avais rien, du moins je le croyais, en stock. J’avais même trainé l’homme dans les deux magasins de tissus du Pontet mais je n’avais rien trouvé. J’ai retourné le net mais je n’ai rien trouvé non plus. Sans tissu contrastant, pas de toile, sans toile pas de belle version dans mon beau tissu ( qui depuis en plus à changer de projet, mais ça c’est une autre histoire).

J’ai donc gribouillé ma petite collection, et puis j’ai commencé à gribouiller celle des garçons, parce que bon, il faut bien que je couse aussi pour les enfants et j’ai pleins de chutes de molletons, maintenant. J’ai sorti mes jersey bio imprimé acheté exprès pour ça au fil des années. Et puis d’un coup, illumination la semaine dernière ! Le sweat n’était pas dans mon tableau de départ, parce qu’il me manquait un tissu mais il faisait trop froid pour porter ce que j’avais prévu et j’étais hyper frustrée d’avoir cousu de jolies choses importables pour cause de température polaire. J’ai donc rajouté deux pièces dans ma petite collection, j’ai cousu la seconde et ce week end, je me suis motivée à coudre enfin ce sweat. J’ai encore procrastiné, parce que sans doute, j’avais peur de me rater même dans un tissu pas cher du tout. Et c’est lundi que j’ai coupé mon tissu et hier que j’ai cousu, sur toute la journée. Et ce sweat…je L’A-DO-RE !

Les fournitures

Pour le tissu principal, j’ai coupé dans du French Terry couleur bleu-gris de chez Mamzelle fourmi. Le tissu a une couleur impossible à prendre en photo, il est léger mais il se tient, il est élastique mais pas trop et surtout super stable. Un vrai régal à coudre. Je ne pense pas qu’il va tenir des années, on est sur un plutôt bon bas de gamme mais pour une toile c’est parfait et j’en suis ravie. Bon au final, ce n’est pas vraiment une toile, hein, c’est une version définitive ^^. On est sur le vêtement parfait pour la demi-saison ou l’hivers en intérieur. Je le porterai avec délice l’hivers prochain en cours ou dès maintenant dehors ou à la maison.

Le patron propose de faire tout le sweat, doublure capuche comprise dans le même type de tissu mais précise qu’on peut prendre un poids plus léger pour celle doublure. J’ai donc pu utiliser un jersey bio à étoiles, pour t-shirt donc. J’en avais pris 1 m dans un magasin de tissu à Montpellier, planqué derrière un géant casino, et dont j’ai oublié le nom depuis belle lurette, quand j’étais enceinte de Eliott. Il est un peu plus bleu que mon molleton mais je trouve qu’ils s’entendent très bien

Le patron

Il s’agit  » Hug Hoodie » de Made it pattern, un patron PDF payant en anglais disponible pour les adultes en 8 tailles, de 79 cm de tour de poitrine à 112 cm mais aussi en version enfant et en version ado. Les explications sont très claires et amusantes par moment, mais surtout accompagnée pour chaque étape de photos. Je vous conseille vraiment de faire très exactement ce qu’on vous dit de faire : on repasse pas mal mais ça vaut le coup ! enfin, attention, il y a un moment où il ne faut PAS repasser justement. Les finitions sont très soignées et ce n’est pas la peine de surjeter tout à l’avance. On peut coudre le patron à la surjetteuse ou comme moi à la machine.

C’est un Sweat à capuche ( doublée) mais le patron propose aussi une finition d’encolure avec une bande rapportée.

Avec des manches raglans

Autant dire ma forme de sweat préférée ! J’ai déjà cousu un Linden Sweater de Grainline studio, plus classique et qui n’a pas de capuche. C’est d’ailleurs aussi un très bon basique, à mon humble avis.

Les ourlets de manches sont réalisé avec un bracelet …. de manches, ce qui est vraiment bien quand on débute en couture, puisqu’on a pas à utiliser d’aiguilles doubles. Je crois que c’est officiellement ma finition de flemmasse préférée, d’autant plus qu’on peut jouer sur des tissus contrastants

Pour l’encolure, on termine avec la capuche donc on a les parties devant et manches qui sont juste surjetée et la partie dos terminée avec une bande de propreté.

Le bord de la capuche est surpiquées pour que les épaisseurs ne bougent pas :

D’ailleurs, comme l’indique le patron, toutes les coutures sont surjetées soit directement quand on coud si on utilise une surjetteuse, soit par!s les coutures si on utilise une machine comme moi. Je me suis hyper appliquée pour cette étape en recoupant si nécessaire quelques mm ici et là pour que le dedans soit aussi beau que le dehors ^^

Mais ce qui m’a fait craquer sur ce modèle, sa spécificité, c’est son côté asymétrique et le fait qu’il est plus long derrière que devant, ce qui va me permettre de le porter avec toutes mes jupes sans que ça fasse sac comme habituellement pour mon buste court avec les sweat du commerce. Et ça je kiffe grave, comme disent les jeunes. J’adore son côté confortable mais stylé. Je vous l’ai dit dans l’intro, je suis en amour devant ce patron !

J’avais très peur en fait de rater le bas, qu’il gondole, que ce ne soit pas net…. c’est vrai qu’il ne souffre pas trop l’à peu près ( si on oublie le raccord misérable que je viens de voir sur la photo du dessus…. mais je n’en moque… c’est dire si je l’aime ce sweat pas vrai ? ^^). Mais en repassant bien, en piquant ici avec le point élastique de ma machine ( longueur et largeur au plus large possible), je suis vraiment contente du résultat !

Même l’intérieur de mes manches, que j’ai retournées exprès pour vous est quasi nickel !

Coucou petit fil qui dépasse ^^

La patte de la linotte

Le patron est parfait mais j’ai fait un choix en dehors des clous, c’est de prendre mon jersey aussi pour les bracelets de manches pour faire un rappel de la doublure de la capuche et parce que c’est joli.

J’ai ensuite dû reprendre les manches parce que j’ai des bras maigrichons : j’ai retiré 1 cm de chaque côté de la manche et j’ai dû recouper la longueur de 7 cm, parce que sans ça, les bracelets de manches étaient inutiles. J’aurais pu les coudre quand même et les retourner mais il aurait fallu donc les assembler autrement pour que la couture d’assemblage ne se voit pas (jetez un oeil à la photo précédente) et je n’y ait pas pensé tout de suite. Et puis surtout, il aurait fallu les élargir car ils sont légèrement moins larges que le bas de la manche pour finir proprement la manche. Pour les retourner sans que ça resserre trop le bas, il aurait fallu calculer le pourcentage retiré et l’appliquer à la largueur de la manche un peu plus haut.

J’ai changé aussi autre chose, mais ce sera expliqué dans la partie « linotterie » de l’article.

Mélanie m’a dit après sa première version qu’elle aurait pu faire la taille du dessous. Alors j’ai pris la taille 12 pour 94 cm de tour de poitrine, et c’est juste parfait pour le corps !

Epic Fail ?

J’ai fait une bêtise pas grave en coupant mon tissu. Une pure linotterie. Le plan de coupe est dessiné avec le tissu non plié en deux, car à part le dos, on a aucune pièce coupée en double. Mais je n’ai pas fait attention. J’ai donc coupé … 2 devants entier en miroir. Ce n’est pas grave en soit car j’avais de la marge, mon coupon faisant 2 m de long. Mais je sens que je vais me maudire quand je vais vouloir utiliser mes chutes ‘^^ Heureusement, je m’en suis rendue compte pendant que je coupais donc j’ai pu rectifier pour les autres pièces donc je n’avais besoin que d’un seul exemplaire ‘^^

J’ai bien pris mon temps pour coudre ce petit sweat alors tout c’est passé quasi parfaitement. Par contre, je n’avais pas reporté sur le patron les marques qui indiquaient le positionnement de la capuche sur le devant. Les bord se chevauchent et je l’ai fait un peu à l’arrache ‘^^ Je pense qu’en vrai, ils se croisent plus. La prochaine fois, je n’utiliserai pas du jersey pour coudre la bande de propreté mais plutôt un biais un peu large, j’ai fini la mienne à la main et je ne trouve pas ça très propre.

J’ai dû m’y reprendre à 3 fois en tout pour ne pas avoir de plus à l’endroit où les extrémités de la capuche se croisent. Au final, il reste des micro plis mais j’ai eu peur de détruire mon tissu si je les décousais encore.

A refaire, je ferai de toutes petites modifications, comme par exemple dégarnir les courbes de l’arrière de la capuche pour que ce soit plus propre encore. J’ai dû recouper une partie de la doublure de la capuche : le patron précise que ça arrive si on prend un tissu plus léger pour l’intérieur par exemple mais je n’ai eu à le faire sur un côté de la capuche. Je ne comprends pas trop pourquoi, mais bon…

Enfin, je fait de prendre un jersey plus léger aussi pour les bracelets de manches, je trouve que ça fait un peu bizarre. Certains sweat du commerce sont comme ça mais je pense que j’aurais préféré le rendu avec du French Terry. A refaire, je changerai aussi deux choses sur les manches. Premièrement refaire le patron avec un vrai ajustement de longueur de manche : j’ai un peu de matière en droit autour du coude mais je pense que c’est en partie parce que quand on fait les chose bien, on ne raccourcit pas une manche en coupant le bout, on le fait plus haut, une ligne étant dessinée pour cela sur le patron. Je vais donc reprendre proprement mon patron. Et je raboterai 2 cm de hauteur sur le bracelet de manche, pour avoir plus un carré qu’un rectangle, juste parce que je trouve ça plus joli.

Rien que des détails ^^Je vais pouvoir soit couper dans mon tissu hors de prix, soit racheter du tissu hors de prix et je pourrais cette fois y aller les yeux fermés… en prenant bien mon temps ^^

Les photos portées

Cousu hier, sur le blog aujourd’hui alors que j’ai d’autres choses à prendre en photo… vous avez compris. Je l’aime ! Il va avec mes shorts, mes jupes, mes pantalons. Il faut que j’essaie avec uen robe aussi pour voir. Bref, vous allez le voir souvent dans mes petits OTD en story sur IG, je crois ^^

La photo du dessus est plus juste en terme de couleur.

Le dos tombe très bien lui aussi, pour une fois j’ai un sweat qui ne fait pas sac à patates sur moi ! ^^

oulala il va falloir reraser tout ça, c’est bien long !

Avec mon amie Mathilde, on se demandait si le tissu en plus sur le devant ne mettrait pas trop de matière sur le ventre. Mais comme le sweat n’est pas moulant, je trouve que ça passe très bien comme le prouve la photo de côté :

Allez, une petite dernière, pour vous monter comme je me sens bien dans mon super-sweat-original-doudou.

On se dit à tout bientôt, j’ai une jupe en lainage et une autre jupe doublée à prendre en photo vite-fait pour en profiter avant que les températures ne remontent trop vite, ça va me motiver pour les séances photos mais je ne voulais pas en imposer une trop longue à l’homme pour les photos portées, alors on va étaler sur la semaine ^^

Couture, Non classé

Un petit manteau de demi-saison : Mon petit lapinou.

A l’origine

Comme promis, sur le fil et au pas de course, j’ai pris mes petites photos de mon gros projets de la semaine ! Terminé à 16H45 et avant 20 heures sur le blog, c’est pas trop la fête ? ^^

Il y a fort fort fort fort ? longtemps, à mes débuts sur IG, je m’étais auto-lancé un petit défi : celui de coudre une veste pour chacun des mes enfants. Je cousais un peu, il s’agissait de mes premières grosses pièces. J’avais coupé du 18 mois à Robin qui est maintenant CE1 à l’époque. J’avais utilisé deux fois le même patron, celui que j’ai repris ici, et une fois un patron bébé. J’étais HYPER FIERE de ces 3 pièces. Deux d’entres elles ont été énormément portée. Pourquoi pas les 3 ? Et bien parce que la version de Léo, en 5 ans, a été porté moins d’une semaine. Le Zhomme l’avait posé sur le toit de la voiture en sortant de l’école, il a démarré. On l’a jamais retrouvé…. bref…

Vous avez vu par ici que c’était le grand retour de la couture pour enfant. J’ai sorti mes coupons pour faire un état des lieux de l’ampleur du désastre ce que j’avais d’exploitable et j’ai retrouvé un coupon acheté à Brest en Vacances et cet été ET un 1M50 de lainage. D’un coup, comme ça , paf, je me suis dit : « mais dis donc, et si tu cousais un manteau pour Eliott ? » Faut dire qu’il traine depuis 2 hivers celui que l’on avait acheté à Robin à la fin de la maternelle et que 1. Il est commence à être un chouïa petit, 2. il est défoncé commence à montrer des signes évident de fin de vie. J’ai donc sorti mon livre fétiche, et j’ai commencé à cogiter….

Les fournitures

Nous avons donc deux coupons achetés depuis un moment : un lainage contenant sans nul doute du poil de pétrole beaucoup, et de la laine très peu : il me semble qu’il vient de Mondial Tissu et que je l’ai en stock depuis bien 2 ans sans doute plus. Il donne bien le change, il est doux, molleux, épais mais passe bien sous le pied de biche. Je ne pense pas qu’il va hyper bien vieillir mais en même temps, Eliott sera le dernier à le porter sans doute.

Pour la doublure, j’ai coupé dans une popeline à ours trop belle acheté à Brest à « Chez Annette », comme je vous le disais en introduction, l’été dernier. J’avais retrouvé mon amie Fanny, et nous avions passé une chouette après midi. J’avais pris un passepoil en jeans pour aller avec et faire une veste de demi-saison que j’étais sensée coudre en Aout pour la rentrée…. On y est presque pas vrai ^^

Comme mon tissu principal était noir, le passepoil originel n’allait pas trop car il ne se voyait pas vraiment. Alors, je l’ai mis de côté pour autre chose ( il est vraiment trop beau) et comme je n’avais pas ce que je voulais dans mon stock ou alors pas en assez grande quantité, je suis passée voir ma petite mercière et j’ai acheté du cordon et du biais froufrou gris à pois blanc. J’ai donc fait mon passepoil moi-même.

Pour le reste, on retrouve des boutons en bois et 3 grosses pressions à coudre, du marché et oui et 3 boutons gris aspect nacré, hérité de mon parrain ancien mercier de son état il y a fort longtemps. J’avais prévu des boutons en bois mais je n’en ai retrouvé que 2. Sans doute parce que les autres sont cousues sur un gilet sans manche depuis euh…. 5 ou 6 ans ( my God !!).

Le(s) patron(s)

Une fois n’est pas coutume, j’ai oublié encore la photo des fournitures, MAIS j’ai pris le livre et le patron ^^

J’ai donc ressorti un patron déjà testé, adoré, d’une personne que j’admire énormément et dont je vous ai déjà parlé très récemment . Vous avez trouvé ? Il s’agit de Laurence Mériat, qui a écrit DEUX livres de couture pour enfants: le premier pour les bébés, le second pour les enfants : Les Irrésistibles à coudre ( 4 ans à 8 ans, donc ici) au édition  » le temps apprivoisé » . J’ai ajouté pas mal de modification mais il est tout à fait parfait aussi tel qu’il est dessiné. Il s’appelle  » le caban de petit matelot », il est gradé en 4,5,6,7 et 8 ans. Il est prévu pour coudre une veste de demi-saison ce que j’avais fait les 2 premières fois. De mémoire, il taillait grand. Je me suis dit que mon tissu était épais et que je voulais qu’Eliott le mette aussi l’an prochain. Il met actuellement du 4- 5 ans alors j’ai coupé du 6 ans.

Je pense que je vais crocheter un petit ours, tiens pour habiller le devant. Ça pourrait être sympa, non ?

Le patron est prévu pour être entièrement doublé ET il propose des parmentures, pour les demi-devants. Petit précision au passage, les patrons sont dessinés SANS marge de couture. Je me suis rôdée à l’exercice avec mes test pour La Jolie Girafe et mes coutures ottobresques alors ça ne me dérange plus. La planche de patron est très lisible mais il faut redessiner la partie intérieure, c’est à dire recopier la partie parementure en lui ajoutant les marges de coutures, puis reprendre la seconde moitié du patron et rajouter les marges de coutures. Ça se fait très bien, mais c’est pour vous éviter de chercher la parementure sur la planche ‘^^. Je vous mets une petite photo de l’envers. Presque je le préfère de ce côté d’ailleurs…

Parmi les choses que je n’ai pas gardées, pour des raisons totalement subjectives, on peut noter que le patron est prévu pour avoir une paire de poches fendues ( qui se font très bien en prenant son temps, je l’avais fait 2 fois en grande débutante et c’était passé plutôt bien), un grand col que j’ai enlevé pour ne pas avoir trop d’épaisseur, et des surpiqûres décoratives ( dont un très chouette au dos) et que le patron se ferme avec des pattes de boutonnages.

Le dos est coupé en deux morceaux pour faire une jolie surpiqûre ou bien pour jouer avec les tissus, que vous entreverrez sur les photos portées.

Je voulais une capuche et Eliott voulait une veste lapin, alors j’ai ressorti le gilet « Grand-ourse » de Ikatee. La capuche est immense ( ce qui est trop cool) alors j’ai pris le pari de recopier la version 4 ans avec zoreilles de lapin.

Et on la dirait faite exprès pour ce patron. En 6 ans, elle fait pile poil la longueur du dos et des demi devants, à 0,5 cm près de chaque côté, juste ce qu’il faut pour avoir une joli finition au niveau du coin. A savoir au passage : chez Ikatee, la marge de couture prévue est de 0,7 cm. J’ai tout cousu à 1 cm comme celles que j’avais rajouté moi sur le Caban.

Non mais franchement, on dirait pas que c’est parfaitement parfait ??

En farfouillant dans mon Pinterest pour trouver un patron de poche plaquée ( on en reparle dans quelques secondes) que je n’ai pas retrouvé, j’ai retrouvé ce tuto avec patron pour ajouter un capuche amovible à un manteau comprenant un col. Je me suis dit que ça pourrait vous intéresser a. J’avais fini ma capuche quand je l’ai retrouvé alors je ne l’ai pas utilisé. Mais si je l’avais eu avant, j’aurais peut être conservé le col d’origine du manteau. Peut être une prochaine fois ^^ En revanche, le patron est sensé se croiser davantage mais avec la capuche, ça faisait bizarre. Et ici, ça m’a fait gagner quelques cm en largeur, donc un peu de temps sur le fatidique moment où il sera trop petit ce petit manteau.

La patte de Linotte

Outre, mon mix de patron, j’ai fait quelques petites modifications. J’ai donc ajouté des poches plaquées prises dans les coutures que j’ai dessinées moi-même. J’ai pris l’idée chez « Le petit nuage de Marie » que j’avais mis de côté il y a … ouf…. L’article date de 2013, je n’ose pas compter ‘^^. D’ailleurs sa version en jeans est superbe, et elle est très proche de l’esprit originel du patron, si vous êtes curieuse. J’ai oublié de vous faire des photos des poches en gros plan, je suis désolée. En même temps la finition est un tout petit peu foirée, on voit la doublure ‘^^

J’ai rajouté du passepoil tout autour des parementures, comme je l’avais fait la première fois. J’adore cette finition, je trouve ça trop joli ! Et ça fait hyper pro, non ? ^^ j’en profite pour vous dire que j’ai aussi remplacé les pattes de boutonnage qui auraient été un peu difficile à gérer seul pour Eliott, qui n’est qu’en moyenne section, quand même même si maman lui coud du 6 ans : à la place j’ai cousu 3 grosses pressions en métal.

Au fond, on entrevoir la parementure que j’ai rajouté à la partie dos ( pas prévue dans le patron), je n’ai pas mis de passepoil parce que les 2m de biais que j’avais pris ne suffisait pas…

Sur l’extérieur, j’ai rajouté des doubles boutons décoratifs, parce que c’est joli ^^

J’ai aussi dessiné une parementure à la doublure de la capuche. Je l’avais déjà fait pour cette veste qu’Eliott aimait tellement. Et j’ai bordé de passepoil aussi, parce que bon, hein, open change pas une équipe qui gagne et c’est la partie où ça se voit le plus ;op

J’ai rallongé les manches de au moins 5 cm pour faire un retour. Idéalement, j’aurai voulu que les ours soient dans le bon sens une fois replié, c’est à dire qu’ils auraient été à l’envers par rapport au corps. Mais je n’avais pas assez de tissu pour que la pièce rentre dans le bon-mauvais sens. Alors, la veste est dans le bon sens…

Punaise, comme je l’aime cette face ! Au passage, pour avoir les ours dans le bon sens, j’ai coupé la doublure de la capuche en deux morceaux en faisant gaffe au sens du motif et j’ai rajouté une marge de couture ( cette fois je n’ai pas oublié ‘^^) de 1 cm au niveau de l’ancienne pliure.

Mais ils ont la tête en bas quand on retrousse le bas des manches

Eliott me dit qu’ils sont dans le bon sens pour lui, et vu qu’il voit ses manches d’en haut, ça se tient… Et puis je pouvais pas faire autrement….

Pour finir, j’ai rajouté une patte décorative qui ne se voit pas du tout d’ailleurs quand la capuche est baissée, pour faire un rappel de la doublure, et j’ai cousu un petit bouton parce que c’est joli.

Epic fail ?

J’ai pris mon temps, tout mon temps, j’ai cousu cette veste par petites et grandes cessions, sur toute la semaine. Et tout s’est hyper bien passé. Je me suis juste foirée sur ma couture des chutes que j’ai faite vite-fait-moyennement-bien-fait vendredi soir, avant d’attaquer la couture du manteau proprement dit.

Il est encore grand, mais c’était le but donc ce n’est pas un fail.

Je me suis REGALÉE à le coudre, ce manteau, d’un bout à l’autre. La réflexion autour des modif’, le temps pris à décalquer les trouzmilles pièces, l’assemblage des passepoils aux parementures… J’ai tout aimé ! Comme ça fait du bien ! Ça me donne vraiment envie de me relancer dans pièces techniques, au moins pour eux… Peut être bien que je vais coudre mon premier pantalon ce printemps ^^

Les photos portées

Bon, je crois que si ça amusait Eliott les premières fois, cette histoire de photo, là, on est arrivé au bout de sa patience. Il a fallu négocier sec et J’ai eu 3 minutes ‘^^. Un peu juste mais bon….

Elle est encore un peu grande, comme je l’espérai, parce que on est d’accord que coudre un manteau au mois de Mars, c’est limite ‘^^. Mais comme je vous l’ai dit, ça m’a pris d’un coup, et comme ça fait des éons que je n’ai pas cousu de grosses pièces comme ça, je me suis dit qu’il fallait sauter sur le lapin l’occasion.

Les emmanchures tombent, donc on pourra gagner en carrure et il est un long encore. On pourra dérouler les manches, alors je suis rassurée.

Bon en fait, j’en ai eu plusieurs des pas mal. Apparemment, quand il est de mauvais poil, il gigote moins.

Avec en guest star, la fameuse baignoire-jardinière.

En largeur aussi, je pense qu’on est bon, je ne l’ai pas encore essayé à Robin qui met une taille et demi de plus, mais je pense que ça doit passer vu qu’il est épais comme un haricot sauteur.

Bon Monsieur était pas motivé pour les photos mais je crois …

Qu’il est content ! ^^

Alors, vous êtes conquis.e.s par mon petit hack ?

Couture

Article post-it : Dans les chutes, j’ai …

A l’origine

Je ne vais pas avoir grand chose à dire sur le projet de ce matin, mais je prends 1 petite heure et demi pour vous en parler ici quand même ( le plus long étant tout le travail en coulisse… Mistral, Enfant monté sur ressort …. et technologie récalcitrante…).

J’ai coupé une grosse pièce pour Eliott hier et dans les chutes, j’ai casé un autre petit gilet sans manches. A l’usage, pour mon petit garçon à Bretelles, c’est très pratique parce que plus facile à mettre et à enlever par dessus les fameuses bretelles. On n’a pas le choix, aucun pantalon ne tient sur mon boulégon. Il ne s’emmêle pas dans ses manches, la maîtresse n’a pas besoin de les lui retourner à chaque passage au pipi. Bref. On a (ré)adopté ce classique que mes deux premiers ont énormément porté avant lui. Robin est passé au travers, j’avais perdu le carton où ils attendaient sagement et je ne cousais plus trop pour les enfants quand il était en maternelle…

Le Patron

J’ai coupé la même chose que pour la première version que j’ai montrée ici : je vous laisse jeter un oeil, si ça vous dit. On est sur un vieux patron du magazine « coudre c’est facile », avec ajout de doublure, montée grâce à mon cher premier volume des  » Irrésistibles à coudre » de Laurence.

Les fournitures

J’ai donc utilisé les chutes du prochain projet couture que je montrerai par ic : un lainage ( donc pas extensible) de composition non identifiée ( sans doute avec pas mal de poil de pétrole dedans, malheureusement), un peu de jersey koala tout fin en coton : les deux d’ancienne collection de Mondial Tissu. Et pour la fermeture : du cordon noir , des bouts de rubans et des boutons en bois… Du marché.

La patte de la linotte et Epic fail ?

On a dit post-it alors, j’expédie ! en même temps, il n’y a pas grand chose à dire de plus que pour la première fois. Enfin… Si, quand même… ça faisait un petit moment que ma petite tête de linotte ne m’avait pas joué de tour, pas vrai ?

Et bien… dans mes chutes, je ne pouvais pas couper la capuche sur la pliure du tissu, parce que je n’en avais pas assez. Alors, j’ai coupé ma capuche dans l’autre sens et…. J’ai oublié la marge de couture bouleeeeeeeeeeet qui devait assembler la partie normalement posée sur la pliure… Voilà…. donc, point de capuche parce que je n’avais plus assez de tissu extérieur et que la première était déjà trop petite alors là, elle ne servait pas à autre chose que pour l’esthétisme, alors j’ai préféré ne pas couper dans mon petit jersey … L’encolure est donc un peu plus ouverte, puisqu’il n’y a pas de capuche mais ça va, ça se tient quand même à peut près.

Autre détail : j’ai dû coudre cette version avec une marge plus petite parce que… elle est plus grande…. On se refait pas je crois…. Vous allez voir plus bas : il lui va, mais il est un peu grand de partout. Côté positif, il devrait lui aller aussi cet automne et comme on ne sera pas encore sorti des bretelles….

Les photos portées

On dit dans le sud que le mistral, ça excite les marmots. Ben, aujourd’hui ce fut un festival de photos floues. Pire que d’habitude…. et c’est pas peu dire ! Donc bon, on est un peu plus sur des photos d’ambiance, sans décors, mais comme ça vous avez quand même une idée du truc, hein. J’espère que vous ne m’en voudrez pas ! Et puis, je les aime bien ces photos vivantes en fait ^^

Impossible de ne pas avoir ses mains devant ou alors, c’est tout flou ‘^^

Et puis, il a papouillé la terre de notre potager en baignoire, oui ici on a une baignoire sabot qui sert de potager sur la terrasse, et en fait, c’est bien pratique !

C’est la photo de dos qui montre bien l’ampleur du gilet.. On pourrait mettre un pull dessous en ce moment, je pense ‘^^

Mais il l’aime, il veut le mettre, même si les zoreilles de lapins prévus au départ n’y sont pas … Mais patience… zoreille de lapin, il y aura bientôt ^^

Et voilou ! Peut être que d’ici à Dimanche vers 16H ( dernier carat pour les photos sur la terrasse, j’aurai terminé cette fameuse grosse pièce et commencé à écrire l’article fleuve qui ira avec, mais je ne vous promets rien…) En attendant, j’espère que pour vous pourrez passer un joli week end même si vous êtes coincé.e.s chez vous….

Couture

Le retour de la couture pour grande : celle qui était presque parfaitement parfaite….

A l’origine

J’ai trouvé sur Vinted une robe marinière que j’adore et que je porte sans arrêt : ample, trapèze, avec poches. Parfaite. Elle me va en haut, les épaules ne tirent pas et les emmanchures ne sont pas trop larges. C’est ma petite robe doudou parfaite, celle des matins où j’ai pas envie de le lever, celle des journées dures à affronter où celle des journée cocooning au fond du canapé.

J’avais repéré chez ma copine Fanny ( Contrendroit sur Instagram) un hack de patron pour en faire une copie mais je n’avais pas le patron correspondant et j’essaie de me calmer niveau achat de patron depuis 2-3 ans. Et puis une robe de ce type là nécessite quand même beaucoup de tissus, ce qui veut dire ne pas pouvoir se tromper…. Donc l’envie est restée en stand by pendant de très long mois. Et puis, en allant faire un tour sur le compte d’une de mes abonnées instagram , Melowtricot, j’ai repéré mon graal : un patron de La Maison Victor de 2016 qui était quasi pile ce que je voulais!

Après des fouilles archéologiques dans mon tas de magazine, j’ai exhumé le-dit numéro, pour me rendre compte au passage qu’il regorgeait de pépite : une jupe en jeans droite, un sweat pour mon zhomme et pour mon ado et une salopette pour Eliott ( avec pleins de schéma de montage !!! pleins pleins pleins…celles qui ont suivi mes déboires récentes en story savent pourquoi ça me met en joie ‘^^) et il me semble encore autre chose mais j’ai la flemme de remonter dans mon atelier pour vérifier ma mémoire me fait défaut. J’aurais mis juste quelques jours pour recopier le patron….

Le patron

Il s’agit donc de la robe « swing » du numéro de mars/avril 2016. Elle comporte 4 pièces : 2 manches, un dos et un devant. Elle est prévue pour un tissu extensible au tombé un peu lourd et elle est sensée être coupée dans le biais (C’est très clair avec le schéma de coupe du magazine). L’encolure devant est presque bateau, très haute et peu ouverte tandis que l’encolure dos est un col V pas trop profond ce qui veut dire qu’on ne voit sans doute pas pas la barre du soutif. Elle arrive au niveau des genoux et elle est moulante au niveau des bras et du haut du buste pour s’évaser rapidement. J’ai coupé un 38 auquel j’ai rajouté les marges de couture après avoir eu confirmation que le modèle taillait grand ( 5 minutes de petites recherches sur le net) mais de toute façon c’est ma taille chez La Maison Victor.

Côté explications/ recopiage de patron. Je n’ai pas vraiment regardé pour cette robe parce que je sais les monter et que ma méthode me convient très bien, mais il y a beaucoup de schéma et je les trouve vraiment très clair. A voir sur une pièce technique comme la jupe de ce numéro ce que ça donne…

Le magazine présente plusieurs pages de patron, imprimé recto/verso. Il faut parfois chercher sur plusieurs feuilles mais il n’y avait dans ce numéro que 2 patrons par pages, de deux couleurs différentes donc recopier le patron n’est pas difficile. Faut dire qu’après avoir décalqué 14 pièces pour une salopette dans un ottobre pour un fail dont il faut que je vous parle un de ces jours, quand j’aurais digéré, c’était noël cette fois ! Ceux qui savent savent comme dit

Petite note au passage : la tête de manche est vraiment étroite, j’étais un peu sceptique mais en fait ça va super bien !

Les fournitures

Pour la coudre, il faut compter pas mal de tissu si on la coupe dans le biais. Je voulais reproduire ma robe marinière fétiche, alors j’ai pioché dans mon stock un coupon de tissu à sweat léger marinère que j’avais acheté au printemps dernier chez Mamzelle fourmi. Je pense que c’est un genre de collection permanente parce qu’en repassant sur le site depuis, je l’ai vu plus ou moins en stock. J’ai ajouté un peu de stabilmanche au niveau des coutures d’épaules et de l’encolure ( on y reviendra) et le patron nécessite aussi du biais pour terminer l’encolure : ici du Wiltshire acheté à droguerie il y a des éons 5 ou 6 ans.

La patte de la linotte

La chose la plus importante à signaler c’est que je n’ai absolument pas coupé ma robe dans le biais : sinon mes rayures n’auraient absolument pas été dans le bon sens. Je ne sais pas si a changé quelque chose mais j’ai galéré ma mémé pour faire rentrer dans mon coupon ( il me semble, 1m 50 mais je ne suis pas sûre) J’ai donc coupé le devant en pliant mon tissu mais pas complètement en deux (2/3 1/3 je pense) pour gratter le plus de tissu possible pour caser une manche. Ensuite j’ai déplié mon tissu et j’ai replié l’autre extrémité de la même manière en mettant ma pièce dos dans l’autre sens pour gratter un max de tissu pour caser l’autre manche. C’était chaud mais c’est passé. Il me reste des mini chutes, que j’utiliserai pour faire un sweat à Eliott en jouant sur les imprimés, sans doute sur les manches, j’ai un reste de rouge de la même qualité de mon sweat d’amour le confortable ( même fournisseur, même qualité, il n’a pas pris une ride en presque 1 an)

Ensuite, je trouve l’encolure vraiment haute : la première chose que j’ai faite fut donc de l’abaisser de 1 cm on y reviendra bis

J’ai eu peur de la finition du col V, un truc qui m’a semblé un peu aléatoire qui se termine avec du thermocollant sous le biais Je ne voulais pas avoir froid au dos, alors j’ai changé aussi l’encolure dos.

Petite fierté personnelle : j’ai réussi à raccorder mon biais avec lui même presque parfaitement.

J’ai tout assemblé à la machine et pas à la surjetteuse rebelle for ever et comme d’habitude et j’ai utilisé mon pied à surjet et un fil contrastant qui rappelait le biais pour la finition intérieure.

J’ai piqué mon ourlet de manche à l’aiguille double en faisant juste un retour simple de 1 cm et tout s’est passé sans le moindre accro Victoireeeee pour le peuuuupleeeeee . Comme j’avais un peu peur qu’elle ne soit un chouïa étroite en bas alors j’ai rajouté 1 cm de large tout en bas de la pièce de chaque côté et j’ai juste retracé un trait depuis le haut de la manche et c’est nickel pour moi.

Et comme d’habitude, j’ai fait mon ourlet du bas à la main à point invisible.

Sur un coup de tête, au lieu de rabattre mon biais vers l’intérieur, je l’ai laissé apparent ( du coup, j’ai perdu mon cm d’encolure en moins ‘^^) et pour ne pas risquer de perdre en élasticité on en reparle plus bas ter j’ai fait la seconde couture à la main à point plus ou moins invisible mais pas du tout régulier et pas à la machine à coudre.

Epic fail ?

Je suis ravie de presque tout. Elle tombe hyper bien, mais elle n’est pas encore assez parfaite. En fait, je passe ma tête mais tout juste, vraiment tout juste. J’aurais pu gagner un peu en repliant le biais à l’intérieur complètement mais ça me plaisait trop comme ça, d’ailleurs, je le garde pour mes prochaines marinières (robe ou sweat note à moi-même : penser à retirer la marge d’ourlet). Ce n’est pas inconfortable mais je me retrouve avec la même encolure que sur le patron d’origine… du coup. J’ai eu peur que l’encolure ne se déforme alors j’ai mis du stabilmanche aussi tout autour . Je ne pense pas que ça joue beaucoup mais c’est vrai que le haut n’est pas du tout « élastique ». Sans doute que la finition au biais aurait eu la même conséquence… Mais bon. Je peux la porter et elle n’appuie pas sur ma gorge, alors on va dire que ça va.

J’ai presque réussi mes raccords, ils sont alignés par moment, presque alignés à d’autres endroits ou pas du tout aligné ‘^^. Vous verrez sur les photos portées et aussi sur la photo de la rubrique « le patron » que c’est mieux sur les côtés de la robe.

Pour la prochaine version, j’ai prévu de rallonger le patron de la jupe de 4 ou 5 cm, de creuser un peu plus l’encolure devant (déjà fait) et de rajouter des poches parce que quand même les poches c’est la vie (déjà patronné). J’ai un petit doute sur la hauteur d’emmanchures, je vais voir à l’usage avant de me décider mais je vais sans doute la descendre de un cm au moins car c’est très moulant. Petit bat… avait sorti un version sweat, il me semble un peu plus large que ma robe.. Autant je me ferai une version sweat l’automne prochain… à avoir !

Les photos portées

C’est le zhomme qui s’y est collé. Ne lui dites pas, je préfère celles de robin ;op. Nouveau spot validé depuis qu’on a rangé la terrasse : un peu plus de lumière donc une plage dans la journée plus longue pour prendre les photos et plus de prise électrique cracra ^^ Par contre, je vais devoir retravailler mes réglages car elles m’ont l’air un peu plus jaune, tiens…

J’avais un peu peur de l’ampleur car elle est plus courte que ma robe petit bat… mais finalement ça va. Fierté ultime pour mes presque raccords de côtés que vous pouvez presque voir sous mes bras, au passage…

Le dos est un peu moins large que le devant du coup, ça tombe bien et ça ne fait pas sac à patates ^^

On vous a fait un petit zoom sur l’encolure :

Je pense que le petit pli est un signe qu’il faut que je creuse encore un peu : 1 ou 2 cm au centre et 0,5 ou 1 cm au niveau de l’épaule….

Et pour finir, une petite photo de son futur meilleur ami mais ils se sont à peine rencontré, à savoir mon gilet d’amour monop d’ancienne collection trouvé à Brest en ultra méga sold il y a 2 étés.

Alors qu’est ce que vous en pensez ? ^^ Il est fort possible que vous voyez par ici dans les mois à venir d’autres « vieux » patrons, parce que je me suis replongée dans mes vieux magazines et j’ai trouvé pas mal de chose qui font de l’oeil. Mais aussi un peu peu de l’ottobre du printemps de cette année qui est plein de très bons basiques enfants pour lesquels je n’aurai pas besoin de leurs explications minimalistes ‘^^.

Vous me dites en commentaire si vous pratiquez aussi les magazines ? j’avais boudé un moment mais finalement, ça se fait pas trop mal, et je suis curieuse d’avoir votre avis ^^

Tricot

Un tunique doudou

ça fait beaucoup de doudou par ici, en fait… Mais ça reflète bien ce que je veux en de moment… de la doudouïnesse cherchez pas c’est une invention linotesque ;op

A l’origine

Il y a fort longtemps, j’ai mis de côté ce patron, en me disant que JAMAIS je n’aurais le courage de le tricoter mais que, quand même…. enfin bref, l’espoir faisant vivre comme on dit, j’ai mis en favoris sur Ravelry, et puis les pelotes ont roulé sous les ponts….

L’hivers dernier, en janvier 2020, donc je me suis dit que vu que mon budget n’était pas élastique et que j’étais une « Progress knitter » comme disent les anglais ( c’est à dire que je tricote pour le plaisir de tricoter avant tout), il était temps de chercher des projets qui m’occuperaient longtemps et qui me ferait faire des économies. Bon on est d’accord, le plan étant de ne pas acheter de laine entre temps, mais on est nombreuse à être des stash percé, par vrai ‘^^. A la même période, j’avais déjà exploré du côté des laines dites de pays pour ne pas dire qui grattent et j’avais découvert mon amour inconditionnel pour ces fils. J’ai donc eu une illimination : et si je tricotais mon projet au long cours dans de la supersoft, puisque maintenant je la supporte et qu’elle ne coute pas grand chose? Faut dire que j’avais envie d’une robe ou d’une tunique, en fingering pour alléger la silhouette et que à 4 euros et quelques les 287, 5 m au 50 gr, on avait le combo parfait ! J’ai donc déterré mon favoris, tout au fond de sa liste, et j’ai fait un échantillon en 3,5 mm. Trop grand. En 3 mm, trop grand. Alors j’ai soupiré et j’ai dégainé les 2,75 mm… parfait ! J’ai donc tricoté une TUNIQUE, en laine qui gratte (enfin moi, elle me gratte pas, hein, enfin plus, soyons claire) ET en 2,75 mm… Si c’est pas être une  » Progress knitter, ça…. Qui a dit masochiste au fond ?

Les fournitures

J’ai donc retourné les nuancier de Holstgarn pour trouver mon combo. D’ailleurs j’ai retourné les fiches projets ravelry pour voir ce que ça donnait. Faut dire que même si mon projet de départ était un peu foufou je voulais tout de même au final la porter, hein, cette tunique. Donc j’ai fini par jeter mon dévolu sur la couleur « cloudberry » qui est un bleu/violine superbe ( en fait à le regarder de plus prêt, il est tout simplement chiné : un fil violet, un fil gris foncé et un fil bleu) pour la couleur de fond et « elderberry » que j’ai utilisée pour ce bandeau d’ailleurs pour la couleur contrastante (chez laine et tricot). Je vous ai dis que c’était tricoté en 2,75 mm ? ;op J’ai utilisé en tout 290 grammes de fil ( 25 gr de la contrastante et tout le reste de la couleur principale). ça nous fait donc une tunique manche 3/4 en laine 100 % naturelle pour 25 euros et 20 cts. Et je vous cache pas que ça occupe un moment ‘^^. Ah il vous faudra un petit bouton, au passage.

Le patron

Il s’agit donc de la « still light tunic » de Vera Välimäki, une des grandes papesses du design, à mon humble avis pas assez tricotée en France, un patron en anglais, payant et disponible sur Ravelry, datant de 2010 ( et que j’ai mis en favoris à la naissance de Léo ( N°2 pour celles qui suivent parfois mes déboires en story) en 2011. D’ailleurs une idée de Kal est en train de germer dans mon esprit, je reviendrai vous en parler très vite. Conformément aux indications, à mon tour de poitrine et avec l’échantillon j’ai tricoté la taille M.

Il s’agit d’une tunique, en top down, sans couture, initialement prévue pour être tricotée en Alpaca de drops… Avec des poches, oui madame !

On commence par la bande de côtes puis on forme un raglan très classique, cette partie là va relativement vite, même avec des cure-dents.

D’ailleurs dans le dos, on a une petite boutonnière, ça forme une jolie goutte une fois portée.

Ensuite, quand on commence à se dire qu’on en voit pas le bout, c’est là qu’on sépare les manches (qu’on tricotera plus tard). Quand vous tricotez un pull, c’est le moment où vous poussez un petit soupire de soulagement, parce que vous venez de réduire vos mailles d’environ un 1/3. Sauf que ici, on va continuer 2 lignes d’augmentation sur le devant. Et c’est là que la magie du design opère. Parce que ce patron est HYPER intelligent, enfin, pardon, plutôt sa créatrice est hyper intelligente. Bon, je ne vous cache pas que c’est un peu RELOU au bout d’un moment, même pour une « Progress knitter », hein, parce que fini par un faire un paquet de p…. de mailles…. Et que on a l’impression de faire du sur-place. Mais… mais … J’avais hyper hâte d’arriver aux poches. Je garde le mystère, c’est tellement malin ! Mais à un moment, hop, par magie, vous avez des presque des poches, et vachement de mailles en moins. De la magie, je vous dis! Il faudra certes reprendre des mailles et en remonter pour faire les fonds de poches mais c’est que ça se mérite, de belles poches.

Après, on tourne encore tout à l’endroit, on fait fait des côtes 2/2, on rabat. On passe aux manches, avec leur côtes.

Et on est sensé avoir une tunique flatteuse, proche du corps en haut mais flou en bas, vous savez sur le gras hérité des raclettes, ou des grossesses antérieures suivant le cas. On en reparle un peu plus bas…

La patte de la linotte

Je n’ai pas modifié grand chose au patron, juste des détails tout bête, en même temps j’aurais été incapable de l’écrire alors je n’aurais pas pu améliorer grand chose ‘^^. J’ai juste rajouter une couleur contrastante pour le fun et par ce que j’hésitais entre ces 2 couleurs de fond ;op

Epic fail ?

Commençons par un détail, je ne sais pas comment j’ai fait mon compte, mais en tricotant mon fond de poches, je me suis foirée au moment du rabat. La couture n’est pas exactement dans l’axe et ça donne une épaisseur supplémentaire sur la côté mais ça ne se voit pas du tout alors on s’en moque ‘^^

Plus gênant, je me suis gourée quelque part sur le raglan. Je ne sais pas où. Mais j’avais pour le devant ( uniquement) un nombre de mailles qui étaient un entre-deux tailles ( S et M). J’avais déjà l’intuition que quelque chose n’allait pas trop en terme de taille, alors j’ai bidouillé et j’ai réparti les mailles manquantes pour placer les marqueurs des augmentations sous la poitrine en trichant : un peu moins de mailles au milieu, et quelques mailles prises sur les côtés. Et ensuite, roule ma poule. Le patron expliquant par la suite ce qu’il fallait faire par rapport aux marqueurs et non par rapport à un compte de mailles, ça n’avait pas une grande importance…

J’ai donc étalé ce tricot entre le 12 février et le mois d’Avril .J’ai fini ma robe en plein confinement et à l’époque où porter une robe en laine, même légère, n’a pas beaucoup de sens. Mais une fois tombée de mes aiguilles je l’ai essayé … et … BIG fail… Elle était trop grande. Portable, mais trop grande. Je vous raconte les boules, parce que je l’ai fantasmé 4 mois ma robe entre le moment où j’ai commencé à y réfléchir et le moment où elle est tombée de mes aiguilles. Elle allait si bien avec mon gilet aubergine, je lui avais tricoté un headband assorti, je me voyais déjà faisant la maligne en salle des profs, roulée en boule sous un plaid dans mon canapé bref… Les boules. J’ai donc mesuré mon échantillon… il est parfait sur le haut du raglan, donc en février. Fin février, chez le chat qui tricote en séparant les manches : hop, 1 mailles en plus ! En Mars, je séparais les manches et j’avançais le corps… hop, 1 mailles de plus pour 10 cm. Bref… ma tension a changé en cours de route et/ou avec le poids du tricot…. Donc j’aurais pu au choix tricoter en 2,5 ou moins relou, tricoté une taille de moins.

J’ai donc attendu pour la bloquer. Je l’ai fichu en boule au fond du panier des projets à bloquer (encore plein d’ailleurs, 1 châle de confinement, une couverture de confinement, un gilet de confinement et une layette d’il y a 3 ans attendent sagement leur tour…). Je me suis dit tout de suite,  » foutue pour foutue, tu vas le coller à la machine et le faire feutrer, nah ! » mais j’avais les foies un peu, hein… Alors j’ai attendu, attendu, attendu. Je lui avait même rentré ses fils ! Il ne manquait que ça et un bouton…. La semaine dernière, alors que je me gelais sur mon canapé malgré 3 paires de cho7, oui 3, je l’ai collé à la machine, programme 30 % avec un peu de lessive et d’adoucissants. et elle n’a pas feutré, la bougresse ! la laine est devenue douce (bon je crains plus pas , hein , je rappelle), elle a gonflé, la couleur est sublime elle a du drapée, elle est légère mais chaude… Je l’aime. Elle n’est absolument ps flatteuse mais je l’aime. Idéalement, il faudrait que la détricote en 2,5 ou bien une taille en dessous dans les mêmes couleurs et que je troque celle-ci mais…. J’ai trop d’envie en ce moment. Je mets de côté pour plus tard. On sait jamais…. Mais pas cette année, enfin, je ne pense pas…

Les photos portées

Bon alors je ne sais pas ce qui c’est passé mais… cette série a une lumière bizarre, mais je les trouve pas mal alors je les ai gardées. Vous remarquerez peut-être mon téléphone par moment, je l’ai utilisée comme télécommande…. Mais bref… Commençons par les traditionnelles…

De côté

De dos

Et donc elle est…. trop grande…. je vous montre …

C’est sensée être une robe avec Zéro aisance, voire aisance négative… PERDU ‘^^

Je vous ai fait aussi quelques gros plans, parce que même si elle est trop grande, elle le mérite quand même !

Et le haut du dos

Vous avez vu, je suis une mutante, j’ai l’arrière des oreilles qui brillent.

Avec mon gilet aubergine monop’ que j’adore d’amour fou, c’est pas mal ! Je pense la mettre beaucoup le week end et en vacances en l’état.

A toute fin utile, je précise que je porte RIEN sous ma robe et que je le sens absolument pas… Vous aller sans doute voir passer pas mal de supersoft aussi par ici, du coup ! Qui sait, peut être même avec du mohair si ça se trouve ! Voilà, ça faisait longtemps que j’avais pas autant écrit, pas vrai ‘^^

Tricot

Col doudou d’amour aka le projet de la volonté farouche

A l’origine

J’ai cousu il y a des mois un tour de cou double tour en jersey pour utiliser une chute de jersey d’amour : je l’aime beaucoup, je l’ai énormément porté depuis à la maison et au boulot. Alors j’ai voulu lui tricoter un équivalent. J’ai passé l’automne à chercher un patron de jacquard qui me plairait : je voulais tricoter un coup de coeur absolu, parce que j’allais y passer du temps et j’avais une idée très trop arrêtée sur ce que je voulais. Je n’ai jamais trouvé dans l’esprit de ce que j’avais en tête, je garde le secret au cas où je déciderai de vaincre ma flemme de sortir mes crayons pour gribouiller ma grille parfaite. J’étais en train de laisser tomber quand je suis tombée par hasard sur ce patron. J’aurais pu écrire la grille, mais comme c’est une créatrice peu connue en France, je me suis dit que c’était plus sympa de lui prendre la fiche…. J’ai donc plongé dans mon stock… Et c’est là que les ennuis ont commencé ^^

Le patron

Il s’agit du « dot dot yellow cowl » de The Midnight architect », patron payant en anglais disponible sur Ravelry. Il s’agit d’un tube en jacquard. On commence par un montage provisoire, on tricote une partie unie, puis une partie en jacquard, puis une partie unie. Ensuite, on récupère ses mailles et on va joindre les extrémités en utilisant la méthode du « grafting ».

Les fournitures

Pour ma version finale, j’ai utilisée de la précieusissime « fine » de L’échapée laine coloris  » vert d’eau » qui doit vous rappeler sans doute une certaine paire de cho7 ^^. Pour le bleu, j’ai pris de la « rauma » dans la base  » FINULL PT2 HEATHERS », coloris « 4123 » achetée chez Laine et Tricot et pour le gris de la « wool yarn » de « Hobby wool », coloris  » H202″.

C’est un trio de laine rustique que j’aime énormément. Si vous avez l’habitude de la superwash, vous risquez de ne pas apprécier voir de trouver qu’elle pique un peu. Ce n’est plus mon cas et les palettes de couleurs sont faites pour s’entendre ! Il me reste de quoi faire une paire de mitaines assorties que je tricoterai sans doute en février…. Si mes plans se déroulent sans accro ;op

La patte de la Linotte

Je n’étais pas sûre d’avoir le bon échantillon et je voulais un col un peu plus haut, alors j’ai rajouté des mailles ( je n’ai plus ma fiche sous la main, mais de mémoire, j’ai rajouté 2 répétitions). J’ai tricoté au final moins de cm que ce qui est prévu par le patron, parce que je voulais un col plus près du cou. Et j’ai finalement fait un rabat à 3 aiguilles au lieu du grafting… que j’avais déjà fait… Habile transition vers …

Epic fail ?

Si je vous parle d’une pub pour une certaine assurance qui finissait toujours par « je l’aurais, un jour, je l’aurais », vous voyez de quoi je parle ? C’est le petit surnom de ce cowl en réalité ‘^^. Heureusement, pour une raison inconnue, je n’ai jamais été aussi zen sur un projet…. On pourrait presque le renommer  » le projet de la mâturité » ;op

Première chose : j’ai commencé avec uniquement des laines de mon stash et le gris au départ était un reste de « Tukuwool ». Sauf qu’une fois le jacquard sur fond gris tricoté au 3/4, j’ai dû me rendre à l’évidence : je n’avais pas assez de gris. Retour en pelote pour la partie jacquard et au passage merci la laine rustique qui ne se détricote pas toute seule, j’ai pu le faire comme une sauvage !

J’ai recommandé de la laine grise, j’ai détricoté les 3/4 du jacquard et …. j’ai eu peur de tomber en rade de bleu, un reste de « Greta and the fibers », celui de mes cho7 à pois. Retour en pelote et nouvelle commande…

J’ai pu finir de tricoter mon col sans autre soucis. C’est arrivé au moment du grafting que les choses ont commencé à se(re)gâter… Je n’ai rien contre le grafting que j’ai apprivoisé avec les cho7 en cuff down. C’est pas l’amour fou mais après avoir défait et refait autant de mailles, je me suis dit que ça valait la peine de faire les choses bien…. Sauf que ma laine était trop fragile pour supporter un grafting sur plus de 100 mailles… Elle n’a pas arrêté de casser, ce qui voulait dire faire des joints russes, qui ont cassé eux aussi… J’ai pesté, mais je suis arrivée au bout. Non seulement le résultat était dégueulasse ( les mailles épaisses, distendues, par peur de tirer) mais en plus mon col était beaucoup trop long !!

J’ai vu le moment où j’allais le laisser dans un coin en l’état et ne jamais le porter. Mais je l’aimais trop… Beaucoup trop ! Alors j’ai fini par mettre un coup de ciseau dedans, j’ai défait jusqu’à avoir une longue de 126 m après blocage ( on bloque avant de faire le grafting) mais comme je voulais ne plus me prendre la tête ET avoir un résultat vraiment propre, j’ai fait un rabat à 3 aiguilles qui, oui, est visible, comme une couture, mais ça prend 5 minutes, c’est hyper propre et le fil ne risque pas de se casser. Non mais.

J’ai donc obtenu, contre vents et marées, MON COL DOUDOU D’AMOUR ! Et je l’ai depuis porté quasi un jour sur deux ! Et j’ai envie de lui tricoter des petits frères ^^

Les photos portées

Pas beaucoup de photos, mais en même temps, c’est juste un col, pas vrai….

Il aurait peut être mérité d’être mieux mis en valeur mais les conditions de lumières de la séance étaient…compliquée ‘^^

Oui j’ai rasé l’arrière de la tête et un peu plus haut. J’aime vraiment beaucoup mais ça fait un peu froid, quand même ‘^^

Voilà, c’est donc le col qui m’a montré que j’avais grandi…. Et vous, un projet-d-amour-mais-galère sur vos aiguilles ?