Couture

Ma petite collection Printemps/été 2021 : mon petit pyjama d’été ^^

A l’origine

Il y a fort fort fort longtemps, j’ai acheté le patron du « Le Lake side pajamas » de Grainline Studio. On avait même pas acheté la maison, c’est dire ! Je reprenais tout juste la couture… Je débutais sur IG ! Hier, quoi… Robin avait même pas un an… my God ! Je l’avais même imprimé dès mon achat…

Mais ce patron comportait un écueil beaucoup trop grand pour moi à l’époque…. Il nécessite de poser des km de biais. Mais alors, des km… Pas loin de 6 mètres et demi si on décide de faire l’ensemble complet short + top. Ce top, j’en ai rêvé un moment, d’ailleurs, je ne le voyais pas que comme pièce de pyjama. Alors, j’ai fait la lâche… Je l’ai laissé dans un coin. Même après avoir trouvé comment poser du biais proprement…. Et puis quand j’ai bidouillé mon petit tableau, il s’est imposé ! Je n’ai jamais cousu du pyjama. Il était temps ! Mais j’ai mixé deux patrons. Et puis le tissu que j’avais prévu au départ, un coton rouge à petites fleurs, je l’avais utilisés il y a un bail pour faire autre chose. Alors le tissu noir que j’avais acheté pour aller avec est devenu… cette petite robe ;op Mais je ne voulais pas lâcher mon idée de petit pyjama alors j’ai retourné mon stash !

Les fournitures

J’ai donc sorti un combo de grandes chutes. D’ailleurs, je n’ai pas fait exprès mais des chutes de deux projets de la même créatrice. Je vous laisse donc jeter un coup d’oeil par ici pour avoir les références de ma viscose à motif ( il m’en reste presque plus, snif !! ) et par ici pour le joli bleu uni ^^

Pour aller avec, j’ai utilisé plus de 3 m de biais froufrou bleu foncé à petit pois, de l’élastique du marché. Et pis c’est tout.

Le(s) patron(s)

Commençons par le bas !

J’ai utilisé le patron gratuit du pyjama « Hoya » de Joli Lab, que vous pouvez télécharger ici ! Il s’agit d’un ensemble complet. La marque propose une série de vidéos YouTube en guise de pas à pas. Tout est très bien fait, le patron est tout à fait accessible à une débutante. Je n’ai utilisé que le bas du pantalon.

Le patron comporte peu de pièce : un dos, un devant, une ceinture en deux morceaux. J’ai suivi les explications et les finitions du patron. La ceinture est entièrement élastiquée…

Le montage est très astucieux et le résultat est très propre.

Petite fierté personnelle : mes coutures coïncident presque parfaitement à l’entre-jambe !

J’ai coupé une taille 38, en suivant le tableau des tailles et ça tombe parfaitement. J’ai hésité un moment à reprendre les cuisses pour les affinés mais en fait, c’est sans doute plus confortable comme ça et je n’ai rien touché encore ( une fois n’est pas coutume, j’ai porté ce pyjama plusieurs fois avant de rédiger l’article). C’est une pièce très rapide à coudre et qui est agréable à porter. Petite note au passage : j’ai encore une fois inversé l’endroit et l’envers du tissu, comme pour ma petite combo, parce que je n’aime pas trop le côté brillant et que j’aime en revanche le côté granuleux de l’envers.

Et le haut alors ?

Comme je vous l’ai dit en intro, j’ai cousu un patron que j’aime beaucoup depuis des années, le haut du Lake Side Pajamas de Grainline Studio que vous pouvez télécharger ici sous la forme d’un patron pdf payant en anglais. J’ai coupé la taille qui correspondait à mon tour de poitrine dans le tableau des tailles et l’aisance à la poitrine est parfaite.

Le patron comporte 3 pièces : un devant et deux demi-dos. Le devant est seyant grâce à deux pinces. Et le patron comporte deux éléments que je trouve très sympa : tout est fini au biais, et c’est aussi le biais qui permet de créer les bretelles. Cette dernière partie est par contre un peu relou, enfin si on oublie les km de biais à poser, parce qu’il faut ajuster la longueur des bretelles sur soi dans la finition originelle. Il y a de quoi se prendre un peu la tête faire pas mal d’aller-retour si on n’a pas de mannequin ni d’aide sous la main.

Les emmanchures aussi sont terminées au biais. Tout se joue avec l’ordre dans lequel on coud le biais.

La partie qui me plait le plus reste le dos ! Regardez moi cette merveille ! Franchement ça vaut le coup de se prendre bien la tête !

Côté finitions intérieure, on peut soit faire des coutures anglaises, soit tout surjeté ( ce que j’ai choisi de faire )

La patte de la linotte

En ce qui concerne le bas, j’ai fait des changements purement esthétique : j’ai coupé le patron en short. Ce n’est pas prévu par le patron, j’ai utilisé un short du commerce pour connaître la bonne hauteur. Et pour le style, pour vraiment avoir l’impression d’avoir un vrai ensemble, j’ai coupé et cousu un revers dans le même tissu que la partie haute, en utilisant ce que je me rappelais de la technique du short « châtaigne » de Deer and Doe ( je ne suis même pas sûre d’avoir suivi le patron au final, parce que je l’ai revenu ‘^^) Le principe était d’avoir une jolie finition intérieure.

Et en ce qui concerne le petit top, comme je ne voulais pas me prendre la tête avec la mesure des bretelles et mille essayage, au risque de me retrouver avec des bretelles trop courtes au final, j’ai coupé mes bretelles plus longues pour les nouer sur l’épaule. L’homme trouve ça très sexy.

Epic Fail ?

Bon, on peut laisser de côté un semi-fail : j’avais oublié que j’avais déjà utilisé le tissu prévu à la base pour autre chose… J’ai connu un vieux moment de solitude ‘^^surtout que j’avais acheté le coupon de lin/viscose noir exprès pour ça ;op

Mais le fail de départ est plus ancien. Bien plus ancien ‘^^. En fait, quand j’ai acheté le patron, j’ai fait une erreur en tapant l’adresse mail dans ma commande. Et oui ! Du coup, j’ai acheté le patron mais je ne pouvais pas le télécharger car je ne pouvais pas ouvrir le compte lié… puisque l’adresse mail n’existait pas ‘^^. La créatrice m’avait envoyé le patron par mail, du coup, mais… je n’ai pas téléchargé les explications. Je l’avais heureusement imprimé tout de suite… Sauf que j’ai dû supprimer le mail car… JE NE L’AI JAMAIS RETROUVE ! du coup, pour coudre mon top, j’ai dû éplucher toutes les photos que j’ai trouvé via le tag sur Instagram pour comprendre l’ordre de montage ‘^^team boulet for ever ‘^^

En ce qui concerne la réalisation du top, je pense que j’aurais dû retirer bien 2 / 3 cm de haut au moins pour le porter en top. La longueur est un peu batarde sur moi, mais je vous rappelle que mon buste est court par rapport au standard des patrons et puis je ne fais « que » 1m64, donc forcément, pour un patron australien, ça fait beaucoup de cm en trop.. Et mine de rien, le biais, même en coton tout léger, même étiré, sur la viscose toute légère, je trouve que ça cartonne un peu sur le bas du devant, comme vous le verrez sur les photos portées. Je referai bien une version raccourcie avec du lin lavé pour voir, tiens. Ça tomberait peut être pas mal du tout… à voir donc ^^

Mais sinon, je suis plutôt contente de mon petit pyj’ ! ^^

Les photos portées

Alors, j’ai cousu ce top autour du 23 avril. J’ai fait mes photos en Mai, je les ai traitées en Juin et j’ai écrit l’article … en Aout… parce que je n’avais pas encore fait les photos portées. D’ailleurs à l’heure où j’écris, ( le 10 aout, vers 22H si on veut être précis), elles ne sont pas faites… ces photos portées ‘^^ J’avais prévu de les faire en vacances mais les lieux où nous avons dormi étaient trop sombres à l’intérieur. Du coup, je vais me retrouver à les faire là où je ne voulais pas les faire… C’est à dire sur ma terrasse ‘^^ L’homme travaillant sur les horaires où on peut prendre les photos, c’est Robin ( 8ans) qui s’y ait collé !

Bon, je ne lui ai pas demandé de vérifier que tout était bien droit, mais il s’est plutôt bien débrouillé ! J’ai pris sur moi pour prendre les photos comme je le porte ‘^^

On est sur un pantalon qui arrive bien au-dessus du nombril, mais il reste vraiment confortable ( et le tissu ne se froisse quasi pas : je l’ai porté plusieurs fois et pourtant, là, il n’est pas du tout repassé )

Bonjour Madame la prise ‘^^

Pour aller avec, je vous ai fait une paire de gros plans : sur l’encolure …

Sur le short …

Et une dernière sur le dos, parce que c’est quand même THE morceau phare de ce pyjou !

Niveau taille, comme vous le voyez, je pense qu’on est plutôt pas mal ! Il faut juste que je me rappelle de raccourcir de 4 cm pour une version à porter sur mes jupes ! D’ailleurs, je pense de plus en plus à garder le dos et changer le devant pour celui de grainfield. Et pourquoi pas en tunique à porter par dessus un slim ou un pantalon, tiens…. ;op

Couture

Ma petite collection Printemps/été 2021 : la jupette couleur de soleil

A l’origine

Cette petite jupe est l’un des premiers projets gribouillés sur mon premier tableau, ce même le deuxième projet cousu. Et à ce jour, c’est l’un des moins satisfaisants mais uniquement de ma faute…

Les fournitures

J’avais acheté ce sergé de coton jaune soleil pour me faire une veste, l’été dernier, chez Mamzelle fourmi et ce fut le premier fail. Attention, le tissu est de très bonne qualité, la couleur superbe, un beau jaune, bien lumineux, il est bien souple, il est bio, super agréable à travailler… Mais … beaucoup trop léger. Enfin, beaucoup trop léger pour mon projet de départ. Tout simplement parce que je n’avais pas regardé le poids du tissu. Si j’y avais pensé, je ne l’aurais pas commandé. Quand il était arrivé, donc, grosse déception ! et je pensais même le revendre, c’est dire. Et puis j’ai eu l’idée de ce projet…

Pour coudre ce patron, il faut prévoir de l’entoilage (mondial tissu), et 3 boutons ( en bois, du marché), un peu de coton léger ( petit pan ici) pour les fond de poches et doubler certaines parties de la jupe. Et j’ai rajouté du passepoil atelier Brunette ( en viscose, top qualité, superbe couleur)

Le patron

Je suis partie du patron de la robe salopette « Rydell » de Odv pattern, dont j’avais vu passer 2 versions chez sa créatrice, La jolie Girafe, modifiées en jupe. Le patron est disponible en pdf payant sur sa boutique. Comme toujours chez Nathalie, les explications et schéma sont très bien faits, et le patron propose un bon panel d’ajustement. Je vous ai déjà chanté les mérites de cette marque de patron français de nombreuses fois, vous connaissez la chanson et même si cette juste reste au final pour moi, un semi échec, je vous recommande très chaudement le patron. D’ailleurs, je l’ai déjà utilisé pour un autre projet de mon tableau, ma jolie robe tablier, que j’ai déjà énormément portée et que j’adore toujours autant. Et j’envisage de me coudre une version hivers de « Rydell » en rallongeant la jupe en format midi dans un lainage léger coloré ( que je dois encore trouvé, donc si vous avez une piste…. )

Nathalie propose donc dans la fiche de coudre une version jupe, sans la bavette donc, de son joli patron. Le patron comporte de nombreuses pièces parce que cette jupe est pleine de chouettes détails. Parfois un peu technique, elle mérite vraiment qu’on s’y penche.

Le devant de la jupe, trapèze au passage, comporte deux petits plis pour lui donner un peu d’aisance.

La ceinture est doublée pour lui donner de la tenue et pour avoir de belles finitions intérieures. Pour fermer la jupe, sur le côté, on retrouve une bande de boutonnage : cette partie est la partie la plus technique mais en prenant son temps et en faisant confiance aux explications, elle se fait vraiment très bien et le résultat est HYPER propre ! (Au passage, cette jupe en plus d’être trapèze comme j’aime, comporte des poches). Je suis HYPER fière de ma bande de boutonnage ^

Je n’ai presque pas loupé l’intérieur en plus !

L’ourlet se coud à la machine et j’ai suivi les explications une fois n’est pas coutume ;op

La patte de la linotte

Je n’ai ajouté qu’une fioriture à ce joli patron : j’ai mis du passepoil partout où j’ai pu ^^ J’étais un peu juste alors j’en ai mis uniquement devant.

Epic fail ?

Ma machine m’a fait une belle cacade au moment de faire la boutonnière du haut, j’ai donc dû tricher et coudre un bouton décoratif et une pression en dessous….

Mais, vous demandez-vous sans doute, pourquoi elle dit en intro qu’elle ne l’aime pas cette jupe, hein ?

Alors, pour commencer, je me suis lamentablement plantée sur le choix de la taille ! Je voulais une jupe taille basse. Le patron de cette jupe salopette est prévue pour donner une taille HAUTE ! Donc, j’aurais dû couper au moins une taille de plus, voire deux ! Et puis chez Nathalie, les tailles sont données dans le tableau avec une fourchette : j’étais à la limite entre les deux tailles. Comme souvent je coupe trop grand, j’ai pris la petite taille : double fatale erreur dans ce cas… Comme le dit la voix off de Soulcalibur…. YOU LOOOOOOSEEEEEE ‘^^

Une fois ma jupe terminée, ravie de mon choix de tissu, enchantée par les finitions, pleine d’allégresse suite à me première bande de boutonnage aussi technique, la déconvenue fut rude. Je pouvais fermer la jupe mais elle était vraiment taille TRES haute, et donc beaucouuuuup trop courte 😦 Genre totalement indécente….

J’ai pleuré… Pas mal…. Je m’en suis voulue à mort, parce que si j’avais lu les articles de blog dédiés aux versions « jupe », je l’aurais bien vu que je devais couper plus grand. D’ailleurs, ça me fait quasiment sortir du tableau des tailles en fait ‘^^ ( j’ai acheté la version du patron qui concerne les premières tailles, il me faudrait la seconde partie…)

Ensuite, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai décousu la ceinture, j’ai défait les plis et je les ai refais plus petits pour gratter quelques cm. Puis j’ai recoupé une autre ceinture, et j’ai tout rassemblé à nouveau. Même en réduisant mes marges de coutures, elle est encore un peu haute. Du coup, elle ne va pas avec grand chose dans ma commode. Et puis, elle ne rend pas comme j’avais imaginé. Donc à chaque fois que je la vois, je suis déçue… et je ne l’ai pas encore portée…. C’est vraiment bête parce qu’elle est très jolie cette jupe.

Accessoirement, le tissu colle aux collants, donc elle ne peut être portée qu’en plein été.

Déçue je suis, vous dis-je….

Les photos portées

Je n’en ai que 3, parce que bon, vous avez compris ‘^^ Peut être que l’an prochain, elle aura plus grâce à mes yeux…. A moins que je ne la troque… Je ne sais pas encore… Elle est belle sur ceinture, je suis fan du patron, fan de mes associations… Bref… wait and see comme on dit…

Je trouve que le devant n’est pas vraiment jojo sur moi, notamment parce que je la voulais plus trapèze… Et comme je n’ai toujours pas de hanches, il me faudrait un tissu plus raide… Mais avec cette jupe-ci, je pense que je suis sur une meilleure base pour ce que je voulais au départ… Reste à trouver un tissu moutarde avec plus de tenue…

Comme j’ai repris la ceinture et les plis (au moins 4 cm de gagné, peut être plus) les poches ne tombent pas du tout au bon endroit…

On voit bien sur cette photo qu’il y a trop de matières sur les côtés….

Et je n’ai qu’un top qui avec cette jupe, ce qui, pour une collection capsule c’est peu ballot ‘^^ Bref… Peu satisfaisant pour moi, même si tout est de ma faute encore une fois. Et au passage, Nathalie a été adorable quand j’ai foiré ma couture, elle m’a donné des conseils, m’a encouragé et m’a rassuré. Je vous l’ai déjà dit, cette femme est une perle ^^ Donc je retenterai une Rydell-salopette-midi cet automne ou cet hiver et je sais ce qu’il ne faut pas faire ‘^^

Couture

Ma petite collection Printemps/été 2021 : La version définitive

A l’origine

Après avoir cousu la toile que je vous ai présentée hier, j’ai mis des semaines à coudre la version définitive. En fait, j’ai cousu cette version avant-hier et je l’ai terminée hier matin. Est ce que j’ai d’autres choses plus anciennes à vous montrer ? oui ! Mais je trouve ça plus logique de faire les deux articles à la suite, finalement ^^

Les fournitures

J’ai acheté chez tissu Ferrarri 3 m de panneau marinière jersey Petit Bateau, grâce au bon plan indiqué par ma copine Marette, il y a des mois, pour un prix…. défiant toute concurrence. C’est la première fois que je couds ce type de jersey, il a l’air … euh… tricoté ? C’est une maille 100% coton, plutôt fine mais facile à travailler et à couper. Je n’ai presque pas mis 2 plombes à aligner les rayures quand j’ai plié mon coupon géant ‘^^. Par contre, j’ai un gros doute : l’avais-je lavé ou non au final ? ‘^^ Le premier lavage en machine nous le dira ;op. Au pire, j’ai bien assez de métrage qui reste, même avec la toile que j’ai prévue de faire avant de couper un autre coupon de maille de luxe, pour recommencer si nécessaire ^^

J’ai utiliser aussi un peu de support de droit fil thermocollant pour l’encolure et l’emmanchure et un peu de liberty joli.

Le patron

Je ne vais pas m’étendre à nouveau, mais vous montrer les petits détails de cette version. Cette fois, j’ai tenté l’autre finition proposée pour les emmanchures, c’est à dire un ourlet simple.

Sans doute grâce à la bande de support de droit fil, je n’ai eu presque aucune difficulté pour coudre cet ourlet. Le rendu est bien joli ! ça n’a pas déformé ni gondolé. Je pense que je le referai comme ça la prochaine fois pour ce patron au moins. Soyons claire, l’emmanchure n’est pas du tout élastique mais ici ça ne gène pas.

Je suis plutôt contente de mes presque-raccords, qui sont alignés au moins une partie du temps ‘^^Comme d’habitude, plus on avance, plus ça se décale, lentement mais sûrement…. Heureusement que les rayures ne vont pas jusqu’en bas ;op

La patte de la linotte

Comme d’habitude… ourlet à point presque invisible pour le bas et encore, c’est un peu raide. J’espère que ça va ramollir à l’usage.

Mais surtout, j’ai recoupé la marge de couture de l’encolure sur 1 cm pour poser un biais à cheval : en faisant ça j’arrive à la même hauteur encolure que si j’avais fait un ourlet classique. J’ai déjà utilisé cette finition sur cette robe marinière, j’aime décidément beaucoup le mélange marinière et liberty! J’ai pas mal hésité avec un biais froufrou jaune avec des fleurs, mais il était un peu étroit et le liberty que j’avais étant un reste d’une longueur un peu bâtarde, ça me permettait de lui trouver une jolie utilisation.

Encore une fois, j’insiste : sur ce type d’ouverture, c’est très bien car elles sont droite et on a pas besoin d’élasticité : la tête passe sans problème. MAIS ça ne fonctionne pas avec toutes les encolures donc à utiliser avec parcimonie.

Epic fail ?

Le premier lavage nous dira…. si jamais il rétrécit ‘^^

J’ai eu un petit soucis de plis au niveau d’une des emmanchures, parce que j’ai mal négocié ma courbe. Rien de dramatique, j’ai laissé comme ça… On dira que c’est la « fait main touch » ;op

Par contre, j’ai complètement oublié de reporter ma modification de dos habituelle : c’est à dire retirer la valeur d’un pince au milieu du dos sur le plis. Comme l’ourlet est réalisé avec un biais qui étend en peu la largeur, ça ne pardonne pas. J’ai pensé à faire un pli creux au dos, mais j’ai eu la flemme ‘^^ Mais je pense que je finirai pas le faire et dans ce cas, je viendrai éditer… C’était moins prononcé sur les photos que ce je pensais mais je suis allée amener Eliott au conservatoire ce matin avec mon petit débardeur et j’ai vu dans une vitrine que ça baillait quand même pas mal ‘^^

Et comme vous allez le voir un peu plus, j’ai l’impression que le bas cartonne un peu, mais il y avait un peu de vent sur la terrasse donc c’est peut être la vraie cause… Et comme je vous l’ai dit dans l’article précédent, j’ai recoupé le patron de base à la même hauteur que ma version du Confortable ( que j’avais déjà ratiboisé d’ailleurs…)

Les photos portées

J’ai coupé ma tête sur certaines parce que … euh… voilà ‘^^ Cette première est un peu floue mais c’est celle qui me rassure sur la manière dont tombe l’ourlet du bas.

Je vous ai aussi fait un plan plus rapproché de mon encolure : Elle est encore un peu haute peut être mais elle ne me gêne pas alors je vais laisser le patron comme ça pour le moment.

Et puis les plus traditionnelles :

et …

Et pour finir, une avec une tête ^^

Je suis contente d’avoir osé coupé dans ce coupon, ça fait des mois que je tourne autour et je suis contente du rendu ^^ Et il va falloir que je refasse un petit stock de liberty dans plus de couleurs, parce que j’ai encore pas mal de coupon à rayures et que j’aime décidément beaucoup ce type d’associations ! ^^

Couture

Petite collection printemps été 2021 : la toile … ( article post-it)

A l’origine

J’ai dans un stock une merveille de jersey petit bateau qui attend d’être coupée depuis cet hivers. Vous vous en doutez, avec un tissu pareil, il faut être sûre de son coup même si je l’ai payé une misère mais ça, c’est une autre histoire. Au départ, je pensais partir du patron du confortable pour en faire un débardeur et puis j’ai eu une illumination : j’avais acheté pour 2 euros sur « The makerist » un patron allemand que je n’avais pas encore cousu. Pourquoi chercher plus loin, il avait tous les critères que je voulais : encolure haute, et bateau, trapèze et ample. Que demander de plus ?

J’ai donc pioché dans mon stock un coupon acheté lui aussi une vrai misère ( genre 1 ou 2 euros le mètre sur un marché, il y a fort fort fort longtemps)que je soupçonne être un jersey de lin pour faire ma petite toile. Au départ, j’avais pensé l’associer à une certaine petite jupe jaune qui devrait arriver par ici dans pas trop longtemps mais au final le tissu jure un peu. Ce petit top n’a pas trop de copains dans mon dressing : soit il n’est pas de la bonne couleur, soit il est un peu court. C’est peut être pour ça que j’ai attendu si longtemps pour le montrer ici. En plus, il est pleins de petits défauts. C’est la première pièce que j’ai cousu pour ma petite capsule, en réalité… en AVRIL ! Il est parfait pour les chaleurs de l’été d’ailleurs, donc il faut que je ressorte un peu mes jupes pour voir si je peux l’associer… ou alors il restera une toile portable qui ne sortira pas trop ( mais il me semble qu’il vas plutôt bien avec un prochain de ma seconde série de couture, donc, tout n’est pas perdu.

Le tissu

Du jersey de lin, donc, un peu pénible à coudre, parce qu’il est très fin et donc se déforme très vite si on ne fait gaffe quand on coud, ne veut pas être surjeté tout seul, et il roulotte sournoisement sur lui-même dès qu’on a le dos tourné ! Au passage, il gratouille très légèrement… pas le tissu du siècle, quoi ! Mais bon, on ne peut pas demander la lune pour 2 euros le m non plus !

Le patron

J’ai donc cousu le top « Frau Lizzy » de la marque allemande Studio Schnittreif. Le patron est disponible en français sur le site de la marque, en téléchargement pour 6 euros 50. Il y a quelques autres patrons qui me font de l’oeil, à voir plus tard peut être. Outre le fait il correspond à mon cahier des charges, le principe d’origine est qu’il se coupe en UNE SEULE PIECE ! Et si vous êtes la reine des raccords, vous pouvez avoir un beau motif en chevrons sur le devant. Je ne vais pas trop m’étendre, je vous laisse découvrir, c’est super astucieux et si tu maitrises aussi la surjetteuse…..

Bon avec mon tissu capricieux, j’ai pas osé, hein, on va pas se leurrer … Mais le patron explique aussi comment modifier la pièce pour couper le top en 2 parties et ce n’est pas sorcier du tout ! D’ailleurs, il est écrit pour être fini à la surjetteuse OU à la machine, avec des finitions à l’aiguille double ou pas.

On a donc une encolure très près du cou et des emmanchures plutôt large. Attention au passage, ce patron est taille plutôt large en terme de carrure dos et devant. Et en longueur. En même temps, c’est un patron allemand…. J’ai choisi de finir à l’aiguille double, maintenant qu’elle ne me fait plus peur.

La patte de la linotte

J’ai dû pas mal le reprendre sur les côtés et au niveau de l’emmanchure. J’ai ratiboisé d’un cm partout et j’ai creusé l’encolure d’1 cm pour le devant et le dos par la suite. J’ai aussi rajouté un support de droit fil thermocollant sur l’encolure et les emmanchures pour stabiliser mon ù$=*%£ de tissu récalcitrant. Et je reste polie ‘^^ On l’entrevoit sur la photo du dessus.

J’ai aussi ratiboisé le bas, rapport à mon buste étroit et mon petit mètre 63. Et puis j’ai fait mon ourlet à la main en bas, comme d’habitude, pour que ça ne cartonne pas. Et parfaitement invisible s’il vous plait !

Epic fail ?

Alors d’abord, à force de ratiboiser le bas, j’y suis allée peut être un peu fort ‘^^ Je ne sais pas trop si je dois re-rallonger ou pas. j’ai l’impression que sur mes tailles hautes ce n’est pas si mal. J’ai prévu une 3eme version en jersey uni vert pour voir. Parce que là ça jure trop avec mes jupes bleues marines. Vous pourrez me dire ce que vous en pensez dans les commentaires, je suis curieuses ^^. J’ai gardé la bande que j’avais coupée pour re-assembler si nécessaire pour uen longueur plus classique . Au passage, je m’étais fiée à la hauteur de mon confortable modifié pour recouper le bas la première fois. Et j’ai commencé une seconde version aujourd’hui avec cette longueur là.

Plus emmer embêtant, j’ai un sale plis moche en plein sur l’encolure devant. Faut mettre le nez dessus, comme on dit, mais ça m’agace. Vraiment . Bon en même temps comme il va avec pas grand chose…. ( par contre, mon ourlet d’encolure à l’aiguille double, il est classe partout ailleurs et ce n’est pas qu’une petite victoire ;op)

Les photos portées

Évidemment, il a fallu que le voisin sorte pour papoter juste à se moment là ‘^^Il est gentil comme tout le voisin, mais ça ne m’a pas aidé à avoir l’air à l’aise ‘^^Et en plus je pensais sourire …. Mais bon, vous êtes là pour mon top, pas mon sourire, alors, on dirait que ça irait

Et les traditionnelles… faites entrée l’accusée ;op

Et le retour de la prise… Bon, en même temps, le zhomme avait une excuse, il papotait avec le gentil voisin…

Et voilou ! Vous devriez le revoir d’ici une paire d’article, dans une plus jolie version alors je m’attarde pas plus ! A bientôt ^^

Couture

Petite collection printemps/été 2021 : La jupette matelassée

A l’origine

Cet été, j’ai cousu et énormément porté depuis d’ailleurs, une veste nénuphar de Deer and Doe en jersey matelassé. En même temps, j’avais réfléchi pendant mille ans pour caser en même temps une brume de deer and doe. J’ai dans mon stock un coupon de jersey matelassé vraiment ADORE de chez Camillette Création, gris avec un imprimé nuage. Je l’adore vraiment. Je l’ai depuis la création de cette petite marque de tissu qui je crois a fermé depuis. Je l’avais acheté pour coudre une veste et un pantalon à Robin Bébé mais … Je l’aimais trop ‘^^. Il fait partie de ses coupons super précieux en attente de THE patron. Alors je me suis dit que j’allais faire une toile avec ces chutes puisque que les pièces sont pour la plus part très étroites et donc casable non ce mot n’existe pas entre les pièces de ma nénuphar. Alors, vous saurez que ça rentre. Mais au poil de cul ‘^^. Bref.

J’ai donc coupé ma brume mais c’était l’été et je me suis dit que je la coudrai quand ce serait la bonne saison pour la porter.Et puis les mois sont passés… tellement que vous allez voir, certaines pièces en garde la trace ‘^^

Les fournitures

Comme je viens de le dire, les chutes du matelassé premier prix de chez Mamzelle fourmi. Ma nénuphar a bien tenu 2 saisons, elle commence à montrer des signes de faiblesses mais je pourrais la mettre encore au moins 2 autres saisons je pense. Je suis plus dubitative pour une version jupe moulante qui va subir plus de frottement, surtout en cette période de télétravail. J’ai peur qu’elle ne revienne pas trop en place et que ce choix de tissu pour ce type de pièce soit un peu loupé. Je vous tiendrai au courant.

Le patron ne nécessite pas beaucoup de tissu et rien d’autres que le tissu. Il faut juste réfléchir en amont à l’élasticité, surtout à celle de la bande de ceinture. J’ai dû avoir recours à un autre tissu qui du coup n’est pas sur la photo : un French Terry à motifs, le même que celui que j’avais utilisé pour ma nénuphar, justement, on en reparle un peu plus bas… Linotte un jour…

Le patron

Il s’agit de la Brume de Deer and Doe, Troisième version ici. Au passage, la version à pois est de loin ma préférée et le jersey tient super bien la route ! Je vous laisse jeter un oeil à la première version pour la présentation détaillée du patron si vous en avez besoin.

J’ai gardé les surpiqûres d’origines, c’est à dire uniquement celle des rares pièces horizontales qui permettent à le jupe de mieux se tenir et qui sont jolies: celle du devant ….

Et celle du dos, ces deux découpes donnant son identité et sa modernité à cette jupe qu’on ne présente plus.

La patte de la Linotte

Comme d’habitude, j’ai cousu et surjeté à la machine à coudre : c’est d’autant plus facile qu’on surjette les marges de coutures ensembles à chaque étape. C’est vraiment un cousette rapide et gratifiante !

J’ai encore fait le bord à la main. J’ai failli le faire à l’aiguille double mais j’ai eu peur que le tissu ne marque trop et que ça gondole.

Epic fail ?

La taille est parfaite, de mémoire la taille 38, soit une taille de moins que le tableau des tailles. Mais comme je l’ai sous-entendu plus haut. J’ai fait une belle boulette de conception. Mon tissu n’est pas très élastique. Pour le corps de la jupe, ce n’est pas gênant mais… pour la ceinture… C’est ennuyeux. Très ennuyeux. Quand j’ai fini ma jupe et que j’ai voulu l’essayer, j’ai connu un grand moment de solitude. Impossible de passer au dessus des cuisses. Ma ceinture n’avait absolument pas le bon pourcentage d’élasticité pour ce modèle. Mais genre…. carrément pas ‘^^. Heureusement, j’ai très vite rebranché mon cerveau, et armé de mon découvit j’ai défait le surjet ( misère…) et la couture et j’ai recoupé une partie ceinture dans le French Terry. A ce moment là, j’avais perdu les mini chutes qui me restaient et que j’ai retrouvées par hasard avant hier en cherchant un tissu contrastant pour des capes pour un cadeau d’anniversaire express, mais ça c’est une autre histoire. Si j’avais eu mon tissu sous la main, j’aurais sans doute coupé la ceinture 2 tailles au dessus et retenté : on pose la partie ceinture qui est plus courte le haut de la jupe un peu comme quand on termine un t-shirt avec une bande rapportée. Donc ça aurait pu le faire. Mais je suis contente d’avoir eu mon tissu à motifs sous la main. Personne ne voit ma ceinture car je porte mes brumes avec un t-shirt par dessus ma jupe et pas rentré dans ma jupe mais moi , ça me met en joie de la voir le matin et le soir cette fameuse bande de motif de maitresses de maternelle.

Je me suis appliquée quand je l’ai coupée pour avoir un motif complet, centré même avec la ceinture pliée en deux. Et devinez quoi ?

Je me suis rendue compte une fois la ceinture montée ET surjetée que j’avais centré mon raccord de ceinture au milieu… ET oui, du devant…. J’ai pas osé découdre et en plus j’avais la flemme alors ça reste comme ça et puis comme dit plus haut… Personne ne la voit ma ceinture, alors…

Les Photos portées

Mode Rapide ? Après tout c’est la 3 eme fois qu’elle traîne par ici alors…. On va juste changer l’ordre histoire de pas faire trop comme d’habitude quand même…Donc …

De dos :

Et non toujours pas rasée !

De côté :

Il faut que je pense à cloner ce côté de t-shirt, tiens, j’aime bien !

Et de face !

Vous le voyez le plis qui part pas parce que la pièce découpée est restée pliée plus de 6 mois ? ‘^^

Et voilou ! Elle est très agréable à porter mais je ne pense pas que le tissu revienne bien en place. Je n’irai sans doute pas travailler avec mais à la maison, c’est pas mal et en plus, elle s’entend plutôt bien avec mon confortable chéri « où est Charly » alors… Elle tiendra le temps qu’elle tiendra de toute façon, je n’aurais pas pu faire grand chose d’autre de mes chutes…

Allez, zou ! Je tente cet après midi une adaptation de patron de sweat en t-shirt pour faire une toile pour un autre coupon adoré et précieusement conservé depuis 3 ans, alors je retourne dans l’atelier ! A bientôt ^^

Couture

Petite collection printemps/été 2021 : la jupette en lainage

A l’origine

Voilà, je l’ai promis, elle arrive ! voici la première jupe que j’ai cousues d’après le petit tableau dont je vous ai parlé l’autre jour. Je vous la fais courte au cas où vous ayez déjà lu l’article : j’ai fait un tableau pour représenter mes envies/besoins couture à partir des tissus et patrons que j’avais déjà. J’ai rajouté en cours de route un ensemble à porter tout de suite, parce que les températures étaient redescendues et que j’étais frustrée de ne pas pouvoir porter les cousettes tout de suite. Donc après avoir cousu le sweat d’amour dont le lien est juste au-dessus, j’ai cousu une jupe en lainage. Enfin, plus précisément, j’ai cousu la jupe d’abord ‘^^, mais ce n’est pas grave ;op

Donc. J’avais ce coupon dans mon stock depuis un an à peu près, un lainage de très belle qualité avec des pois. J’avais acheté ce qui restait car c’était une fin de rouleau, donc juste 1 m. J’aurais adoré faire une nénuphar dedans mais je n’en avais pas assez. Avec ses manches longues, impossible de l’y faire rentrer, faut pas se leurrer. Et puis vu qu’il faut plus d’un 1 m pour faire un sweat, hein, une veste même courte… à moins d’avoir une laize de 2m … Bref.

Donc, ce coupon était sans projet. Beau, mais sans projet. Une honte quoi ! J’ai très vite pensé à m’en servir pour faire une petite jupe, mais je n’avais pas de patron en tête. J’avais écarté une robe ( et maintenant que j’ai bien entamé mon coupon, c’est mort car jusqu’à il y a quelques jours, pour moi une robe comme j’aime ne rentrait pas dans un petit mètre). Jusqu’à ce que je me gèle sur mon canapé et en me disant qu’ une petite jupe en lainage ce serait pas mal du tout. Je venais de coudre ma jupette couleur de soleil et je me suis dit que vu que ce coupon malheureux était aimé mais sans patron, je pouvais tenter une jupe maison, car ce que j’avais en tête, je pouvais faire 2 versions dans mon coupon.

Je me la suis jouée une peu kamikaze sur ce coup là, mais bon, j’étais dans l’euphorie des projets de ce fameux tableau, tout finissait par bien se passer, alors j’ai foncé. Et j’ai bien fait !

Les fournitures

Bon un coupon de lainage est à l’origine de tout : je ne sais plus la composition ni la provenance ( cousette ou bien the sweet mercerie) avec des rayures et avec des pois. J’avais peur des raccords ce qui éliminait un certain nombre de patrons pour moi qui ne suis pas exactement une experte en la matière. Le tissu est lourd mais il a un tombé surprenamment fluide. Il ne s’effiloche pas de manière dramatique. Il se coud hyper facilement malgré son épaisseur. Un vrai bonheur. Punaise comme une nénuphar aurait été atomique dedans !!! Seul petit bémol à l’heure où je vous écris avec ma jupette sur les cuisses assises à mon bureau : il grattouille un peu. Je sais que les cuisses sont la partie de mon anatomie qui résiste encore et toujours à l’envahisseur, oups, à la laine kipic donc je sais que ça va s’arranger et c’est déjà en train de passer.

Pour l’accompagner, j’ai pioché dans mes chutes de petits sans chéri, pareil pour le passepoil et j’ai utilisé un peu moins d’1 mètre de biais liberty capes BLEU CANARD ( une tuerie) dont j’ai réussi à chopper une fin de rouleau chez Mamzelle fourmi et un reste de biais froufrou à étoile. Et pour la fermeture éclair, seule chose achetée exprès pour cette jupe, je suis allée chez ma petite mercière de presque quartier pour chopper une fermeture métal grise qui rappelle les rayures, ce qui m’allait bien puis qu’elle allait être apparente.

Le patron et la patte de la linotte

Si j’avais bien fait les choses quand j’ai cousu mon autre petite jupe en pseudo lainage ( qui est beaucoup moins chaud, soit dit en passant) à partir de la jupe Ori de l’usine à Bulles que j’avais reporté toutes les modifications sur le patron, j’aurais refait la même parce que j’adore la porter et la forme. Mais je ne l’ai pas fait et je ne me souviens plus du tout de ce que j’avais fait, mis à part le fait que j’avais galéré à mort pour l’ajuster et que cette réussite est née d’une cascade de bêtise de ma part ‘^^.

Donc, j’ai dessiné les pièces devant et dos (1 seul morceau à chaque fois) à partir d’une jupe de aime comme Marie ( dont je n’aime au passage ni les patrons au passage ni les explications) que j’avais déjà beaucoup retravaillée à l’époque en redessinant les côtés pour qu’ils collent à mes hanches, en rallongeant déjà à l’époque parce qu’elle était beaucoup trop trop courte, même si c’est une mini. Et en rallongeant les pinces parce qu’avec mes fesses plates, elle tombait trop bizarrement. En fait de la jupe d’origine, je crois qu’il ne reste que la parementure de Zip, à la réflexion…

Je n’ai pas osé dessiner une ceinture, ce que je regrette un peu aujourd’hui mais je pense que je vais m’y coller très bientôt pour améliorer mon patron encore une fois.. Par contre, ce qui me rend très fière de moi, c’est que j’ai dessiné des poches. Pas des poches prises dans les coutures, pas des poches plaquées, des vraies poches en biais. Fierté ultime ! Avec la pièce qui permet la continuité du devant et un fond de poche.

Les deux fils qui dépassent ont été coupés juste après la photo, promis juré !

J’en ai déjà cousu plein, de ce type de poches. Mais j’avais peur de me lancer. Vous en avez par exemple sur la Rydell de Odv patron que vous allez voir très bientôt ici, sur la jupe Ori, sur la robe Belladone par exemple. J’ai dessiné la partie du dessus avec une partie de Rydell d’ailleurs, et j’ai adapté la partie du dessous avec les bords de mon patron de jupe devant de base. Au passage, j’ai fait HYPER gaffe à mes raccords et.. ça a fonctionné ! Je ne me voyais pas avec des rayures non alignées, ça m’aurait rendu dingue. J’ai dessiné le départ de chaque rayure sur le papier à patron sur la pièce du dessus, j’ai posé la pièce du dessous…. dessous, et j’ai continué les rayures au crayon en tenant compte du droit fil. Quand j’ai découpé mes tissus, je n’ai eu qu’à faire coïncider mes gribouillis avec les rayures du tissu. Et voilà !

Parce que c’était une petite chute et que j’étais dans l’euphorie comme je vous ai dit, j’ai mis du passepoil petit pan, il me restait juste de quoi souligner les poches et pour le fond de poches, du petit pan aussi, un autre motif mais dans les mêmes tons.

La fermeture est sur le dos, ce qui est beaucoup mieux pour ma morphologie ( mon dos n’est pas cambré, donc je peux )ce qui me permet de pouvoir reprendre les côtés si nécessaires à cause de mes non-hanches. Ici, elle est apparente, j’ai eu peur de poser une fermeture invisible et j’aime cette manière de finir zip. Elle demande de la minutie mais en dégarnissant bien, c’est pas mal ! Simplement, je préfère finir la parementure avec lui biais parce que c’est vachement plus joli que de juste laisser le bord à cru ou surjeté.

Pour l’ourlet du haut, j’ai utilisé du biais apparent comme sur la mini de départ. Pour l’ourlet du bas, j’ai juste surjeté le bas et j’ai fait un bord à la machine tout bête. Tout les moyens sont bons pour que la jupe reste le plus trapèze possible ‘^^

Dernière chose, j’ai encore rallongé la version déjà rallongée que j’adore d’ailleurs telle qu’elle est (j’ai mis en story ma version à étoiles, ma préférée je pense) mais qui n’est pas exactement boulot-avec-des-ados compatibles.

Epic fail ?

Ça aurait pu mais en partant d’une base déjà très largement adaptée et qui me va comme un gant, je n’ai pas pris grand risque au final. Ce qui n’empêche pas que je suis hyper fière de moi (mais le fait de ne pas avoir fait de partie ceinture est un grand regret aujourd’hui mais j’ai encore du tissu), tout s’est passé quasiment parfaitement. J’ai juste eu la flemme de changer de canette pour piquer ma fermeture éclair et la couture en plus n’est pas over précises, mais déjà que dans c’est dans mon dos, j’arrive à fermer les yeux, imaginer ce que ça donne à l’intérieur du dos …

Et parce que c’est une blague récurrente chez moi, il faut toujours que le haut des fermetures soit euh… je vous laisse voir, ça sera très parlant

Pourtant, je vous JURE que mes deux côtés sont identiques et j’ai coupé dans le milieu du dos. donc le bas est forcément droit…. bref….

Les photos portées

Deux minutes sur la terrasse, cette fois juchée sur un tabouret que vous ne voyez pas là bas, pour que vous puissiez voir toute la jupe, et le haut. On est sur une jupe taille semi basse, qui tient sur les petites hanches, qui est l’endroit le plus courbe sur mon anatomie, si on peut parler de courbes, hein… Pseudo courbes ? absence de courbes? rayer la mention inutile.

De dos, avec des pinces plus longues, le bas ne rebique pas, contrairement à ce que donne le patron de base sur moi et d’autres au passage.

Il faut vraiment que je rase ce dos à nouveau, hein !

Un petit coup de profil, pour coller à l’habitude ici des photos types photo policières en vues d’une incarcération. Tiens, ça me fait penser que je pourrais en prendre une fois avec un petit panneau pour pousser l’analogie jusqu’au bout ;op

Et sans le sweat relevé, parce que c’est comme ça que j’ai conçu la tenue au départ.

Cette jupe d’accorde très bien avec mes pulls aussi, mais là il faisait trop chaud ^^. Je vais en profiter les quelques jours où je pourrais encore et la ressortirai avec plaisir à l’automne, je pense ^^

Le prochain projet présenté ici, si rien ne s’intercale entre les deux, sera une autre jupe, que je devrais porter un peu plus longtemps, je pense ^^