Tricot

Test Knit pour Marianne Munier : Le gilet linotte

A l’origine

Tout est parti d’une quête de l’impossible, une quête au long cours, avec l’aide des copines pour trouver LE gilet doudou à torsades parfait. J’ai mis Marianne sur le coup, parce que je n’avais pas trouvé avec mon cahier des charges. Et comme elle non plus ne trouvait pas ce que je voulais… elle a proposé de me l’ECRIRE. Oui, vous avez bien lu, de me l’écrire. Comme je voulais, exprès pour l’échantillon que j’avais en stock à la maille et au rang près. Vous ne pouvez pas savoir comme j’étais fière et heureuse ! Si vous trainez par ici depuis un moment, si vous avez l’interview à laquelle j’ai répondu dans le magazine de noël de cette année de L’écheveau solidaire, vous savez à quel point j’ai de l’estime pour cette femme extra-ordinaire. Elle est mon amie et m’accompagne dans tous mes défis depuis des années mais cette proposition généreuse, c’était tellement inattendu ! C’est ainsi qu’est né le gilet qu’elle a nommé  » Linotte » , ce gilet de l’amitié !

Le fil

J’ai utilisé un trésor qui dort dans mon stash depuis un moment, acheté en destash, un fil qui ne se fait plus du tout dans un superbe « marine » tweedé que j »aime d’amour. Parce qu’il est intense et sombre mais lumineux en même temps et que les boulettes sont bleu-clair et noires. Une fois lavé, il est doux, il est mou mais sans faire serpillière. Il s’agit de la « Taïga » de Phildar, un fil DK/ light worsted, composé de laine et de nylon. J’avais fait des chaussons à mon amie Mathilde avec cette base, il y a presque 2 ans. Je l’ai tricoté en 4 alors que sur l’étiquette, il est noté 3,5 max, pour avoir un tricot un peu plus souple. J’ai monté la taille 3 pour mon 94 cm de tour de poitrine : pensez à bien avoir l’aisance prévue par le patron quand vous choisissez votre taille. Je ne sais pas si c’est ma tension, ou bien si c’est le fil qui est comme ça, mais en 3/ 3,5, il est beaucoup trop dense…. Je suis ravie-contente-heureuse-amoureuse du résultat bloqué mais…. On en reparle dans la section « Epic Fail » de l’article ^^ toujours la reine du teaser de ouf, hein ?

Le patron

Il s’agit du  » Linotte Cardigan » disponible sous la forme d’une fiche en français ou en anglais payante sur ravelry. Comme tous les patrons de Marianne, l’argent récolté est ensuite réservé à la recherche contre le Cancer. Il comporte 8 tailles, se tricote avec un échantillon de 18 mailles pour 26 rangs. La fiche comporte pas moins de 30 pages ! Toutes les tailles sont expliquées rangs par rangs jusqu’à la séparation des poches, avec des explications écrites ET un diagramme par taille et par zone. C’est un travail de titan ! Pas de « Tricoter les mailles comme elles se présentent » qui laisse pantoise les débutantes. Il s’agit d’un patron complexe, mais il est accessible à quelqu’un qui aurait déjà tricoté un gilet sans problème. Je vous fait dans ce qui suit un petit bilan des techniques utilisées ?

On commence par monter le dos, qui est tricoté tout en jersey endroit ce qui permet d’économiser du fil, d’alléger le gilet et reposer le cerveau ( même si ici les torsades sont hyper simples et donc tout à fait accessibles. Ensuite, on remonter des mailles et commencer les torsades d’un demi-devant avec quelques rangs raccourcis pour former une légère pente pour les épaules. On fera la même chose par la suite.

on intègre les torsades petit à petits mais pas de panique : tout est expliqué en détails, rang par rang dans la fiche ^^

Les emmanchures sont du même type que celles d’un boxy, on n’a donc pas de diminutions de ce côté là.

Par contre, on va tout de suite commencer à tricoter le col V qui caractérise les devant de ce joli modèle. Une pente douce, pour mettre en valeur une joli blouse par exemple ou un autre pull léger ^^

On va ensuite raccorder le dos et les demis-devant pour tricoter tout droit jusqu’aux poches. Parce oui, cette merveille à des poches ^^Le patron tient compte du fait que ma laine et la Gilliatt de De Rerum Natura que Marianne a utilisé pour ses deux versions de présentations se détendent beaucoup en longueur au blocage.

Mini Sibylle s’est tapé l’incruste sur les photos ‘^^

Je ne vous dirai pas comment elles sont tricotées car il y a un détail qui tue dans leur construction, je vous laisse découvrir comment se tricote cette poche qui n’a pas besoin d’être totalement cousue ( juste 2 petites coutures suffisent). En revanche, je peux vous dire que l’intérieur des poches poursuit les torsades : ça donne une poche bien moelleuse et permet d’avoir un tricot uniforme. On termine par une bande de côtes 2/2

Puis on relève les manches et avec quelques diminutions et du jersey endroit, on termine aussi par des côtes 2/2

Il ne reste plus qu’à relever la bande de boutonnage, la tricoter, le bloquer et l’aimer à la folie ^^

La Patte de la linotte

C’est moi qui avait donné le cahier des charges, alors il n’y avait pas grand chose à faire pas vrai ^^. Deux modifications mineures qui tiennent au fait que Marianne et moi faisons juste certaines choses différemment : que du subjectif ! D’abord, je ne ferme jamais mes gilets, je préfère les gilets ouverts et c’est d’ailleurs pour ça que j’avais du mal à trouver ce que je voulais : il faut un col légèrement en V mais pas trop et des pans pas trop larges. J’ai donc juste omis les boutonnières et je n’ai pas cousu de boutons. Et je préfère mes gilets un chouïa plus long, j’ai donc tricoté au final 12 rangs de plus que Marianne qui préfère quand ses gilets arrivent un peu plus haut. Vous voyez, rien de terrible : je vous l’ai dit en intro déjà : ce gilet est une pépite et il est parfait comme il est écrit ^^

Epic Fail ?

j’ai déjà tricoté ce fil sur un petit projet, je savais comment il allait se comporter au blocage, je sais à quel point il serait parfait, je savais que le gilet était parfait, je voyais les versions des pesteuses avancer et se terminer…. S’il n’y avait pas eu tout ça, j’aurais sans doute défait le mien pour partir sur une autre laine.

Parce que ce fil fut une HORREUR à tricoter pour mes mains de mémé de 40 ans. Une horreur : ça ne glissait pas du tout il fallait que je force comme un âne, que je tire sur mes mailles et le temps était humide. Combo parfait pour tricoter à la vitesse d’un escargot neurasthénique 😦

J’ai vraiment souffert sur ce projet. J’ai vu le moment où je serais incapable de terminer dans les temps du test alors que j’avais commencé quasi tout de suite et que Marianne avait donné de début Janvier à début Mars… Mais j’ai rabattu mes mailles le vendredi à 2 heures du matin ( samedi donc ‘^^) , j’ai bloqué le samedi aux aurores et j’ai fait les photos en courant en sortant du boulot lundi . J’étais prête quelques minutes avant que Marianne ne poste sur Instagram la sortie de son joli patron, l’honneur était sauf ‘^^

Les photos portées

Soir de mistral, j’ai couru mettre ma jolie désinvolte en robe, par dessus mon pantalon et j’ai cadré en fonction.

sauf pour celle là que j’aime beaucoup ^^

J’ai fait appel à Robin pour appuyer sur le bouton quand il est devenu évident que le mieux que j’aurais serait ça. Même si je l’aime beaucoup celle-là, ce n’est pas trop comme photo de présentation ‘^^

Je porte donc mon gilet, comme ça : Mais il est parfait avec un jeans, il est parfait sur une robe salopette, il est parfait sur une jupe, il est parfait sur tout ;op

Mais je peux aussi m’emmitoufler dedans en mode cocoonage le dimanche matin, par exemple

Comme je vous l’ai dit, le dos et les manches sont en jersey endroit

Et voici ce qu’il donne de côté

Son joli col en V, ne glisse pas et il est ouvert en ce qui me concerne, juste comme il faut

Les poches sont bien grandes et toutes chaudes et douces, un vrai bonheur !

C’est vraiment encore une fois mon gilet rêvé qui va avec tout !

Et vous alors : qu’est ce que vous en pensez ?